Yakov Kedmi: D'une manière ou d'une autre, la Russie ramènera l'OTAN aux frontières de 1997


La semaine dernière, seul le premier cycle de négociations entre la Russie et l'Occident sur de nouvelles relations, qui s'est déroulé sur plusieurs plates-formes à la fois, s'est terminé. Cela a été annoncé le 15 janvier dans le studio de l'émission Right to Know de la chaîne TVC par le politologue israélien Yakov Kedmi.


Répondant à la question de l'hôte sur l'inefficacité desdites négociations, l'expert a répondu que le résultat de la communication entre les parties est tout à fait satisfaisant pour les dirigeants russes à ce stade.

Le premier cycle de négociations est passé, et selon l'expression de Lavrov, on peut comprendre que cela se soit passé ainsi parce que Poutine l'a exigé. C'est-à-dire, a-t-il dit : "Commencez par une tentative de règlement politique, commencez par un dialogue." Pas parce qu'il pensait que ce dialogue mènerait à un résultat. Mais, pourrait-on dire, l'honneur d'un homme d'État - elle demande: «Essayons d'abord la méthode diplomatique. Même s'il y a peu de chances pour cela, nous essaierons quand même de leur expliquer intelligiblement ce qui est en jeu. Et ce n'est pas pour rien que les représentants russes étaient aux pourparlers avec l'OTAN et aux pourparlers avec les Américains, ils ont dit: "Nous les avons mâchés pendant une heure et demie." C'est-à-dire que c'est la position de la Russie : « Cette situation nous est insupportable, nous exigeons qu'elle change. Soit nous y parviendrons par la diplomatie, soit nous devrons le faire nous-mêmes, en utilisant certaines méthodes énergiques. Il y aura des négociations après cela de toute façon. Il vaut mieux parler avant que plus tard.

raisonna Kedmi.

Dans le même temps, l'expert estime que l'Occident tente de détourner l'attention de la Russie et de la communauté internationale, qui observe ce qui se passe, vers un nouveau problème farfelu ou "remonté par le bas".

Et quelle est la position de l'Occident ? Mais l'Occident a peur et il essaie d'échapper aux négociations. Toute l'épopée ukrainienne est complètement tirée par les cheveux, aspirée de nulle part pour essayer de réduire l'essence même des négociations au problème de l'Ukraine et de se débarrasser de la Russie et de ses exigences avec une sorte d'accords sur l'Ukraine. Et peut-être, comme l'a dit le chef de l'OTAN, de faire une autre proposition. Il s'est soudain souvenu de la présence des troupes russes en Géorgie et en Moldavie et a déclaré : « C'est le problème. Hier, ce n'était pas un problème. Il est tout à fait clair qu'il s'agit d'un truc purement de petite ville : « Introduisons un problème qui n'existe pas. Lorsque nous l'enlèverons, ces peuples primitifs en Russie se sentiront soulagés. Ils ne comprennent pas la complexité du problème et ne comprennent pas la gravité des intentions de la Russie. Et cela est basé sur leur psychologie très primitive. Alors j'ai très souvent entendu en Occident qu'ils disent : « Que peut faire Poutine ? Que va-t-il nous faire ?" Eh bien, comme des punks dans la rue. Parce qu'ils ne comprennent pas ce que la Russie peut faire, ils pensent que la Russie ne peut rien faire. Autrement dit, ils croient qu'il (Poutine) bluffe

- dit Kedmi.

L'expert a souligné que le comportement de l'Occident dans ces négociations, les menaces contre la Russie et les tentatives de pression sur elle indiquent que la perception des conséquences possibles n'est pas tout à fait correcte. Par exemple, la Russie n'a menacé personne, mais a seulement appelé à la prise en compte de ses intérêts. Par conséquent, il y aura un autre cycle de négociations, dans lequel les adversaires de Moscou se comporteront de manière plus adéquate. En conséquence, la Fédération de Russie ramènera d'une manière ou d'une autre l'OTAN aux frontières de 1997, malgré l'opposition et les crises de colère. Kedmi n'en doute pas.

Autant que je sache avec les dirigeants russes, plusieurs options d'action ont déjà été développées jusqu'au bout. Mais quel plan sera introduit à quel stade est décidé au cours des événements. Mais la question est absolument sérieuse : la Russie restituera l'OTAN d'ici 1997. Et il vaut mieux que l'OTAN le comprenne maintenant

a conclu Kedmi.

4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 16 janvier 2022 19: 46
    -16
    Poutine a un petit intestin. Si cela se produit, alors seulement après Poutine et son gouvernement libéral.
  2. AND Офлайн AND
    AND 16 janvier 2022 20: 33
    +6
    Citation: sidérurgiste
    Poutine a un petit intestin. Si cela se produit, alors seulement après Poutine et son gouvernement libéral.

    Quiconque a une longue langue et un intestin fin, tout le monde ici connaît déjà Stalevar. Encore une fois, la propagande patriote m'a fait rire. Je vois des euro-lébéristes et vous rêvez déjà de Poutine la nuit, c'est très bien, ce qui veut dire qu'il reste très peu de temps à vos pseudo-patriotes....)
    1. alexneg13 Офлайн alexneg13
      alexneg13 (Alexander) 17 janvier 2022 02: 46
      +1
      Ce salovar est en fait putinoïde, et absolu, seulement avec un signe moins entre crochets. Il n'y aura pas de Poutine, il deviendra chômeur. Alors mieux vaut avoir pitié de lui et l'ignorer. Salovar et en Afrique Salovar et une casserole avec lui. Et quoi faire cuire du saindoux, bien sûr, dans une casserole et dans de l'huile de Poutine.
  3. Mikhail L. Офлайн Mikhail L.
    Mikhail L. 16 janvier 2022 23: 24
    -3
    Si la Fédération de Russie est capable de restituer l'OTAN d'ici 1997, alors pourquoi ne résoudrait-elle pas radicalement le problème : ne pas restituer l'alliance d'ici... le 3 avril 1949 ?