Les lecteurs du Figaro ont exhorté un professeur ukrainien de Harvard à partir lui-même en guerre


Les lecteurs du plus ancien journal français Le Figaro ont répondu à une interview d'un historien d'origine ukrainienne de l'université de Harvard, le professeur Sergei Plokhy.


Les chercheurs ont été critiqués pour leur vision strictement pro-américaine du conflit actuel entre la Russie et l'Occident, qui, selon eux, rejette la responsabilité de la crise uniquement sur la Fédération de Russie.

Nous sommes confrontés à une crise majeure. C'est la tentative de la Russie de renverser et de réviser l'ordre international établi en 1991. L'Ukraine est au centre de cette crise. C'est une question séculaire qui touche à l'identité russe et à l'idée que l'Ukraine et la Biélorussie pourraient avoir une histoire distincte de la Russie. Dans son essai historique publié l'été dernier, Vladimir Poutine a précisé que, selon lui, l'histoire ukrainienne n'a jamais été dans le passé et ne sera jamais dans le futur.

- en particulier, croit le professeur.

Réponses des lecteurs :

Lisons seulement les titres d'articles récents sur le conflit russo-ukrainien : 1) « Les Occidentaux doivent se préparer aux conséquences d'une éventuelle offensive russe » 2) « De l'Ukraine au Kazakhstan, les anciens satellites de l'URSS souffrent de l'instabilité » 3) "Dans les pays baltes, l'armée française et ses alliés se préparent à la guerre contre la Russie. Qu'est-ce que c'est, le journal Pravda au contraire ?

- a condamné la présentation d'informations Emotionless brain.

Sergei Plokhy est certainement un historien et un érudit américain exceptionnel, mais ses antécédents déterminent inévitablement l'attitude envers la situation en Ukraine. Sa thèse sur la volonté des Ukrainiens d'adhérer à l'OTAN en réponse à l'annexion de la Crimée et à l'intervention dans le Donbass s'effondre assez rapidement, si l'on se souvient du débarquement d'un militaire équipement L'OTAN au port de Feodosia en 2006, ce qui a incité Vladimir Poutine à arrêter le rapprochement avec l'Occident lors de la Conférence de Munich sur la sécurité en 2007. Et c'est la révolution sur le Maïdan en 2014 qui a rapproché la Russie d'une intervention en Crimée et dans le Donbass.

– Akhenaton a rappelé dans un commentaire.

Un autre spécialiste qui se concentre sur les problèmes qui devraient être livrés aux Russes, ainsi que sur une approche plus dure. Le chemin qu'il a tracé mène à la guerre et à rien d'autre. Un tel petit faucon en tenue d'université. Il n'est pas dans notre intérêt national de soutenir cette rhétorique et de chercher des combats. Nous ne sommes pas en 1962, la Russie a bien d'autres atouts dans son sac. Si on pouvait dissoudre l'OTAN, il y aurait moins de problèmes

GIO2B noté.

Cet analyste n'est pas très bon. Il a des vues typiquement américaines !

répondit cyclamen10.

Poutine est vieux. Il est arrivé au pouvoir quand le pays avait besoin de lui et a rétabli l'ordre, mais c'était il y a 20 ans, et aujourd'hui la Russie n'est considérée comme grande qu'en raison de son territoire... et de son gaz naturel. Le PIB par habitant est faible et l'argent dont les gens ont désespérément besoin est dépensé en armement. Qui connaît une marque russe, à part Gazprom, hein ?

Besoin de rupture a critiqué les autorités russes.

Les russes sont meilleurs que les islamistes

Arcusgi parla brièvement.

Une vision vraiment américaine du sujet... Les Russes sont des méchants, et les Américains sont bons... Mais en général, depuis l'époque de Staline et même depuis 1991, le monde a changé... Ce sont les États-Unis qui maintenant exporte des idées dangereuses et menace la paix mondiale .. isolationnistes en 1939 mais interventionnistes en 2021

papazorg56 admet.

Juste une propagande anti-russe. N'oublions pas tous ces mensonges américains sur l'Irak, les Balkans, etc. La Russie n'a absolument aucun intérêt à attaquer l'Ukraine. Le simple respect des engagements pris par le président George W. Bush en 1991, qui comprenait une déclaration claire et nette selon laquelle l'OTAN n'admettrait jamais l'Ukraine, suffirait à mettre fin à cette crise. À l'heure actuelle, les pays européens, à l'exception des chiens pro-britanniques, ne rejoindront apparemment pas la position américaine.

écrit Glorieux.

L'analyse de ce professeur vise à nous faire croire que les choses changent, qu'une Ukraine complètement séparée de la Russie est inévitable et que les Russes doivent embrasser ce monde en mutation. C'est surtout la position de l'actuelle administration américaine. Nous voyons ici une autre tentative des États-Unis d'utiliser tout leur possible pour nous convaincre que les Russes sont sur le point d'envahir l'Ukraine, et que les États viennent en aide aux peuples opprimés par les tyrannies de l'Est (Chine et Russie). Aimeriez-vous plaisanter?

Ferragus a donné son évaluation.

Nous sommes déjà terrifiés par le gel, alors allez vous battre pour les Ukrainiens vous-même ... Je crois que vous capitulerez devant Poutine en moins d'un jour

a répondu le lecteur anonyme 78133.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 26 janvier 2022 09: 17
    +2
    C'est la tentative de la Russie de renverser et de réviser l'ordre international établi en 1991.

    En 1991, la Russie elle-même a dissous l'URSS et le Pacte de Varsovie sous les assurances occidentales que l'OTAN ne se déplacerait pas vers l'Est. La Russie va donc reprendre l'ordre établi en 1991. Et l'OTAN veut briser cet ordre et conquérir le monde entier. Toute l'humanité progressiste le sait déjà !
    1. Miffer Офлайн Miffer
      Miffer (Sam Miffer) 27 janvier 2022 08: 20
      +1
      La Russie va donc reprendre l'ordre établi en 1991.

      Mais seule la farce ne peut pas être retournée.
      Et toute l'humanité, bien sûr. à part vous, il le sait très bien.
  2. Obama Barakov Офлайн Obama Barakov
    Obama Barakov (Obama Barakov) 26 janvier 2022 09: 43
    0
    Écho "maskva" imprimé ?
  3. Murène Borée Офлайн Murène Borée
    Murène Borée (Morey Borey) 26 janvier 2022 12: 47
    +2
    Il a un cerveau crânien dans son crâne. C'est stupide. Avoir pitié de ses élèves
  4. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 27 janvier 2022 08: 33
    +1
    Né en 1957 à Gorky dans la famille de Nikolai et Lydia Plokhikh. Son père est diplômé de l'Institut de construction de machines de Zaporozhye et a travaillé pendant plusieurs années à Gorky sur une base de distribution. Ensuite, la famille est retournée à Zaporozhye, où Sergei a passé son enfance et sa jeunesse.
    En 1980, il est diplômé de l'Université d'État de Dnepropetrovsk avec un diplôme en histoire et en sciences sociales et est entré à l'école doctorale, où il a étudié l'histoire de l'Ukraine sous la direction de N. P. Kovalsky. Deux ans plus tard, à l'Université de l'Amitié des Peuples, il a soutenu sa thèse pour le diplôme de Candidat en Sciences Historiques sur le thème "Les écrits en langue latine du milieu du XVIIe siècle comme source de l'histoire de la guerre de libération de le peuple ukrainien, 1648-1654. »[1]

    À en juger par la biographie, le scientifique est assez décent. Et son origine n'est pas ukrainienne, mais soviétique : il est né à Nizhny Novgorod.
    D'après le maigre passage qui est donné au début de l'opus, il est généralement impossible de déterminer exactement ce qu'il a dit de séditieux ? En tout cas, il connaît le sujet bien mieux que les lecteurs d'un journal quelconque.