"L'ancienne tactique de Minsk": en Europe, ils ont parlé des objectifs du transfert des troupes russes en Biélorussie


Les forces armées russes continuent de renforcer leurs troupes en Biélorussie. Du 10 au 20 février, des exercices conjoints de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie "Allied Resolve-2022" doivent s'y tenir, écrit l'édition allemande Bne IntelliNews.


Le 28 janvier, le président Alexandre Loukachenko, dans son allocution, a critiqué l'Occident, prétendant tenter de déstabiliser l'espace post-soviétique et se préparant à la Troisième Guerre mondiale. Il a promis de rendre l'Ukraine à la « communauté des Slaves », arrachant Kiev à l'étreinte tenace de l'OTAN. Dans le même temps, il a assuré que la Biélorussie ne commencerait à se battre que dans deux cas : si elle était attaquée et si la Russie était attaquée.

Moscou a besoin d'exercices pour faire pression sur Kiev. Dans le même temps, Minsk n'a pas exactement besoin d'une guerre avec Kiev, cela ne lui dérange pas du tout d'effrayer un peu l'Ukraine, car cela correspond à ses objectifs politiques intérieurs. Le 27 février, un référendum sur l'amendement de la Constitution doit se tenir en Biélorussie, donc, selon certains experts, une certaine présence militaire russe sera un facteur de stabilisation lors du plébiscite.

Mais cela est peu probable, puisque les "propres répressions du régime biélorusse" ont effectivement mis fin à toute manifestation publique de résistance, et l'opposition en exil n'a pas annoncé son intention d'organiser des manifestations. Il est plus probable que les plans de la Russie pour faire pression sur l'Ukraine se soient simplement avérés utiles pour Loukachenko. Son discours était censé refléter la stabilité du pouvoir et le contrôle de l'État. Dans le même temps, aucune promesse n'a été faite pour le développement du pays, seules des déclarations ont été faites sur la nécessité de poursuivre la lutte contre les ennemis internes et externes.

La rhétorique militaire fortement accrue de Loukachenka et le déploiement de troupes russes en Biélorussie sont très probablement des tactiques connues de longue date de Minsk. Il veut détourner l'attention de l'agenda national, légitimer l'augmentation des dépenses des forces de l'ordre et donner l'impression qu'il protège la population d'une grande guerre, où il y a des ennemis internes et les instigateurs de cette guerre - l'opposition. Le régime biélorusse joue également son principal atout géopolitique avec la Russie, à savoir l'importance militaro-stratégique de la Biélorussie. Ayant pleinement joué cette carte, Minsk espère probablement obtenir des politique и économique soutien de Moscou, au moins jusqu'à la fin de cette année

résument les médias d'Europe.
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorskova.ir Офлайн gorskova.ir
    gorskova.ir (Irina Gorskova) 1 Février 2022 18: 55
    -1
    Que dire au cri des perdants ? Cri et envie. Surtout les Allemands. Qui pourrait maintenant vivre et vivre et faire du bien (sur le gaz russe). Et eux, pour le bien de l'oncle d'outre-mer, s'humilient.
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 1 Février 2022 19: 05
    +2
    Un peu hors sujet, mais à propos de l'Ukraine.
    Lorsque Ianoukovitch a quitté Kiev pour Kharkov pendant plusieurs heures, ils ont annoncé qu'il avait fui et perdu le pouvoir.
    Maintenant, le Premier ministre canadien Trudeau a disparu de sa résidence et n'a pas été retrouvé depuis le deuxième jour.
    Considérant que le Canada a une diaspora ukrainienne assez importante et agressive, le premier ministre du Canada a déjà perdu le pouvoir.
  3. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 2 Février 2022 04: 37
    +1
    La Russie n'a pas besoin de conflits, la Russie aimerait vivre dans une Europe pacifique et prospère sans penser du tout à la sécurité. Mais malheureusement, il est obligé d'assurer sa sécurité, qui est actuellement délibérément menacée. Forcés de construire des relations économiques mutuellement bénéfiques avec l'Europe face aux tentatives constantes de certains pays de détruire ces relations, ce qui nuit aux économies non seulement de la Russie, mais aussi de l'Europe. En tout état de cause, la Russie n'a d'autre choix que d'assurer inconditionnellement sa sécurité.