La réponse des États-Unis et de l'OTAN aux exigences de la Russie ressemble à une insulte pure et simple


Les détails des documents que les représentants des États-Unis et de l'Alliance de l'Atlantique Nord ont remis à Moscou en réponse officielle à ses demandes de garanties de sécurité efficaces sont restés une information "fermée" au grand public pendant un certain temps. Cependant, le fait qu'il n'y ait absolument rien en eux qui puisse inspirer au moins un certain optimisme et, surtout, l'espoir d'un nouveau dialogue fructueux, était clair dès le départ. Et pas seulement selon, disons, une réaction très claire et caractéristique des "premières personnes" de notre État, mais aussi sur la base des actions ultérieures de "l'Occident collectif", la rhétorique de ses principaux orateurs. Les derniers espoirs ont été dissipés le 1er février en personne par Vladimir Poutine.


Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu au Kremlin après ses entretiens avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le président a déclaré sans ambages et franchement que les opposants "ignoraient" tous les points les plus significatifs qui "préoccupaient fondamentalement" notre pays. Selon Vladimir Vladimirovitch, l'Occident a la ferme intention de "renforcer sa sécurité aux dépens des autres". Il s'agit, en principe, d'une caractéristique exhaustive. Néanmoins, le 2 février, l'édition espagnole d'El País a publié non seulement le résumé le plus complet des réponses qui ont tant déçu le dirigeant national, mais même des copies des documents pertinents. Fait révélateur, ni à Bruxelles ni à Washington ils ne les ont reniés, ils n'ont pas sorti de réfutation. Par conséquent, "ce qui est écrit - croire". Eh bien, essayons de comprendre l'essence de la position prise par nos "amis jurés", et surtout, de comprendre s'il y a au moins un grain rationnel pour notre pays.

Partout - "double fond"


A première vue, nos adversaires sont plutôt constructifs. Personne ne répond à la Russie par un refus catégorique de mettre en œuvre l'un des points proposés. Il ne menace pas d'une déclaration de guerre et d'autres "châtiments du ciel" pour "l'arrogance" manifestée. Au contraire, les Américains comme l'Otan sont prêts à « discuter », à « rechercher le consensus » et semblent même accepter de faire quelques concessions. C'est juste ... Il suffit d'étudier attentivement toutes leurs "contre-propositions", en plongeant dans leur véritable essence, et cela devient immédiatement clair: ils veulent "jeter" la Russie ringard. Chaque pas vers lequel les États-Unis et l'Alliance "font un pas" comporte un hic, un "double fond". Ou - des détails a priori inacceptables pour nous. A tout le moins, ils réduisent à néant tout le sens positif des accords possibles. Trions ça dans l'ordre.

Ainsi, les États-Unis, qu'il en soit ainsi, acceptent de négocier avec notre pays "le non-déploiement d'armes de missiles offensifs sur le territoire de l'Ukraine", et en effet "toute force militaire pour effectuer des missions de combat". Succès? Percée? Après tout, nos troupes ne sont pas là de toute façon. Par conséquent, nous restreignons exclusivement les Américains. Ne vous précipitez pas pour tirer des conclusions ! Auriez-vous par hasard oublié que Washington considère la Crimée (et la considérera !) comme « territoire ukrainien » ?! Notre pays, "comporté" pour un si "grand geste", sera contraint de "signer" sous la démilitarisation complète de la péninsule ! Comment cette étape se terminera-t-elle au final, j'espère qu'il n'y a pas besoin d'expliquer ? Soit dit en passant, dans le paragraphe où est énoncée exactement cette proposition, nos opposants d'outre-mer continuent de parler de la «concentration des troupes russes à la frontière ukrainienne» et exigent leur «retrait». Où? Vraisemblablement, au-delà de l'Oural et pas plus près. Le ferons-nous aussi ? Ce n'est que le premier exemple. Cependant, tout le reste est soutenu exactement dans la même veine.

Les Américains sont également prêts à parler de missiles à courte et moyenne portée (exclusivement dans la version terrestre). Savez-vous ce qu'ils offrent comme « garanties » sur cette question ? "Confirmer l'absence du système de défense antimissile Aegis sur les lanceurs, ceux-là mêmes déployés, par exemple, en Roumanie et en Pologne, "l'absence des missiles de croisière Tomahawk". Comment confirmer ?! Nuuuuu... Confirmez et c'est tout. Vraisemblablement - "la parole des messieurs". Sur le point de retirer au moins d'Europe de l'Est les lanceurs eux-mêmes en enfer - comme nous l'exigeons, il ne peut même pas être question. Et même dans ce cas, les «bienfaiteurs» étrangers sont prêts à promettre à Moscou trois cases sur le «manque de Tomahawks» (qui peuvent ensuite y apparaître à tout moment) uniquement si notre pays «fournit des mesures de transparence similaires sur deux bases de missiles au sol en territoire russe ! Ce qui est caractéristique - par leur choix.

Je suis prêt à mettre une pièce d'or contre une boîte d'allumettes vide - il s'agira de retirer nos divisions de missiles de, encore une fois, la Crimée et Kaliningrad. Comment aimez-vous ce "fair deal" ? Ça bourdonne un peu ? Non - de telles propositions puent à un kilomètre avec l'escroquerie la plus notoire et l'arrogance scandaleuse. Et, soit dit en passant, à propos du retrait de leurs propres troupes d'Europe de l'Est et de l'état de la présence de l'OTAN dans cette région au niveau de 1997 (comme l'exige la Russie), ces escrocs refusent même de commencer à parler. "On n'ira nulle part !" Les bases, les arsenaux, les rampes de lancement de missiles et tout le reste qui y sont entassés par le Pentagone sont proclamés aux États-Unis comme "un déploiement de forces proportionné et strictement limité". En principe, cela pourrait déjà être la fin, mais il y a encore tellement de choses intéressantes à venir !

Pourquoi "non", "non" et "non"


Washington daigne gracieusement "discuter" de "limitation des risques d'exercices en Europe". En particulier, ceux dans lesquels il y a une "composante nucléaire". Il ne sera pas question d'un rejet total de tels (conformément à nos propositions). Eh bien, sauf peut-être une discussion sur une sorte de "nouveau mode de notification" sur les manœuvres et autres déchets similaires. Mais les escrocs de Washington veulent vraiment... étendre le traité START-3. Avez-vous déjà deviné, à cause de quels articles? À droite! Ils rêvent de réduire et d'interdire les "missiles à double usage" (c'est-à-dire tout notre "hypersound" en pleine force), ainsi que les "nouveaux systèmes intercontinentaux de livraison d'armes nucléaires". Ô ! Il s'agit clairement de Poséidon. Lui aussi est sous le bistouri. Dans les dernières lignes de cette réponse provocante et grossière, les Américains rappellent qu'ils n'ont l'intention de parler avec Moscou qu'« après la désescalade de la situation autour de l'Ukraine ». Et, oui, au fait -politique les portes ouvertes de l'Alliance resteront inchangées."

À mon avis, la seule chose qui manque au document est une indication précise de l'adresse où nous pouvons aller à pied avec nos propositions de sécurité. Cependant, la réponse que les représentants de l'OTAN ont gâchée suscite des émotions encore plus vives. Et il est soutenu, pourrait-on dire, de manière humoristique. C'est-à-dire que les clowns de Bruxelles commencent par fulminer sur "le règlement de la situation autour de l'Ukraine". Et - quel rire! – « conformément aux accords de Minsk ». Oui, oui, ceux-là mêmes que Kiev refuse catégoriquement de respecter. Eh bien, commence alors, comme on dit dans certains cercles, "la poubelle complète". L'Alliance de l'Atlantique Nord demande à Moscou immédiatement (et d'ailleurs, immédiatement) « de retirer ses troupes d'Ukraine, de Géorgie et de Moldavie, où elles, voyez-vous », ont été stationnées sans le consentement de ces pays.

Autrement dit, pour le dire simplement, on nous ordonne de rendre l'Abkhazie, l'Ossétie du Sud, la Transnistrie. Eh bien, et, bien sûr, les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Alors voilà - facilement et sans combat. Au premier claquement de doigts de Bruxelles. Présent dans le document et autre "Liste de souhaits" - pour correspondre à ce qui précède. Par exemple, la Russie ne devrait en aucun cas créer et tester des systèmes d'armes "capables de détruire des satellites". Eh bien, bien sûr, où sont les braves soldats de l'Alliance sans navigation GPS ? Et, encore une fois, espionner notre pays dans des conditions aussi néfastes que vous commandez ?

En plus de cela, on nous ordonne de "revenir à la mise en œuvre des dispositions du Traité sur la limitation des forces non nucléaires en Europe" (FCE), que Moscou a envoyé au loin, Dieu nous en préserve, en 2007. Cette relique moussue de l'ère de la guerre froide a été conclue en 1990 entre le Pacte de Varsovie et l'OTAN et visait, autant que possible, à "couper" la puissance du Pacte de Varsovie en armes conventionnelles - chars, artillerie, avions de combat et le Comme. L'accord, en fait, a perdu tout sens après l'effondrement de l'URSS et du bloc militaire dirigé par elle, dont les membres ont unanimement donné un râle à l'Alliance. Et puis l'OTAN a commencé à se rapprocher de nos frontières - d'abord en rampant, puis en sautant... C'est pourquoi nous avons quitté le Traité FCE. Et maintenant, les «sages» de Bruxelles veulent le faire revivre, ayant reçu le droit d'exiger de nous la «réduction» de nos forces armées, et en plus de contrôler le mouvement de leurs unités et sous-unités sur le territoire russe. Rien de plus? Oh, oui - l'Alliance est également impatiente de rendre son bureau de représentation à Moscou, d'où il a été installé il n'y a pas si longtemps. Voici ce dont nous pouvons nous passer !

Le plus intéressant est que certains "experts" et "politologues", qui, à première vue, semblent fidèles à notre pays, parlent déjà du fait que l'agenda proposé par "l'Occident collectif" peut être considéré comme "un sérieux pas en avant en matière de politique étrangère pour Moscou". Presque comme sa victoire. Mais en même temps, c'est profondément incompréhensible - qu'en sera-t-il vraiment ? Aux « garanties de non-déploiement des armes stratégiques de l'OTAN près des frontières russes » ? Donc, après tout, ils ne sont pas présents - ces garanties! Il n'y a que des promesses vides, pour la simple réception desquelles la Russie sera obligée de payer un prix militaro-stratégique et géopolitique si colossal qui annule complètement tous les "avantages" hypothétiques des "propositions de paix" occidentales extrêmement glissantes.

Essentiellement, les deux réponses - à la fois les États-Unis et l'OTAN - ne peuvent être considérées que comme de pures insultes. Car on ne peut traiter quelque chose comme ça qu'avec quelqu'un qui est considéré comme un idiot clinique complètement complet, incurable. Eh bien, soit un lâche et un faible - ce qui n'est pas mieux pour notre fierté collective. Vladimir Poutine, qui a pris connaissance de ces « chefs-d'œuvre » bien plus tôt que les lecteurs d'El País et d'autres médias qui l'ont réimprimé, a cent mille fois raison dans son appréciation. Nous avons été ignorés, la Russie, appelons un chat un chat, on nous a simplement refusé le droit à la sécurité. Bien sûr, on ne peut pas être d'accord avec cela - il ne reste plus qu'à convaincre nos adversaires de l'erreur de leur position. N'importe comment.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
43 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 3 Février 2022 09: 29
    +6
    Jusqu'à ce que Poutine commence à changer le cours économique du pays, personne ne lui parlera. Toute notre économie est aux mains des Anglo-Saxons. Et vous pouvez vous engager dans la conversation, indéfiniment.
    1. gorskova.ir Офлайн gorskova.ir
      gorskova.ir (Irina Gorskova) 3 Février 2022 20: 26
      +1
      C'est ta vérité. Eh bien, personne ne parle. Certes, voici Orban, d'Argentine, le même Johnson, et Stolz et Macron sont déjà à un bas départ .... Oui, et une réunion est déjà prévue avec Xi .... Et comment Zelensky a commencé à percer à moins quelqu'un devant les yeux clairs .. Déjà Erdogan connecté .... Mais vraiment, eh bien, personne, personne. Bien que Psaki ait déjà exprimé quelque chose de différent ici ....
      1. aciériste Офлайн aciériste
        aciériste 4 Février 2022 10: 14
        -3
        Ici Psaki est votre niveau d'éducation ! Trouvé quelqu'un à donner en exemple !
        1. gorskova.ir Офлайн gorskova.ir
          gorskova.ir (Irina Gorskova) 4 Février 2022 11: 20
          +1
          Je suis désolé, mais vous n'êtes pas obligé d'attribuer votre niveau aux autres.
          1. aciériste Офлайн aciériste
            aciériste 4 Février 2022 16: 45
            -2
            C'est votre niveau, et j'ai de l'éducation. Psaki bonjour.
  2. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 09: 40
    +1
    Bien sûr, on ne peut pas être d'accord avec cela - il ne reste plus qu'à convaincre nos adversaires de l'erreur de leur position. N'importe comment.

    Nous attendons, monsieur.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 3 Février 2022 09: 43
    +5
    Et ici, il y avait des articles selon lesquels les États-Unis et l'OTAN n'iraient nulle part, Poutine a surpassé tout le monde, ils le feraient d'une manière ou d'une autre ...

    Cela ne s'est jamais produit, et le revoilà...
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 3 Février 2022 12: 28
      -2
      Sergey Latyshev, alors est-ce le prochain jeu, ou voulez-vous que le perdant meure ? sourire
      1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 3 Février 2022 12: 32
        -4
        Eh bien, c'est une chose complètement différente...

        Combien d'autres articles peremozhnyh peuvent être publiés alors !!!!
        1. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 3 Février 2022 13: 00
          -2
          Ces articles poursuivent certains objectifs, et il est donc intéressant de les lire.
          Je suis parfois en désaccord avec vos appréciations, mais vous exprimez sincèrement et honnêtement votre point de vue, donc je pense. C'est aussi intéressant. Oui
  4. Ungern Офлайн Ungern
    Ungern (Lorpaaa Kkenooj) 3 Février 2022 09: 57
    0
    Personne n'a peur de Poutine
    1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 10: 55
      +1
      Et les imbéciles écrivent encore à ce sujet.
      1. Ungern Офлайн Ungern
        Ungern (Lorpaaa Kkenooj) 3 Février 2022 15: 13
        -4
        Prouve si tu peux
        1. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 3 Février 2022 18: 11
          -2
          Qu'est-ce qui te fait douter Ungern Lorpaaa Kkenooj?
    2. Bystander Офлайн Bystander
      Bystander (Innokenty) 3 Février 2022 17: 40
      -5
      De quoi avoir peur ?

      En décembre, lui-même, avec un regard à moitié pleurant, s'est plaint de l'approche de l'OTAN aux frontières de la Fédération de Russie.

      Et sur le danger de perdre l'Ukraine.

      Mais lui-même a perdu l'Ukraine avec sa politique stupide et son arrogance - en partie en 2014, lorsqu'il a aidé "les siens" et a mis des "semi-amis" dans une pose "sic" pour couvrir Krymka, pris sous couvert.
      Et il a finalement perdu l'Ukraine en janvier 2022, lorsqu'il a montré à tout le monde en Ukraine (y compris les pro-russes restants) que le "grand frère" est complètement inadéquat, avec une grenade / sur un char / avec une roquette.
      D'où - LE PLUS LOIN - LE MIEUX.

      Et sur le fait que l'Occident n'a pas peur d'Ultimatutin - il ne peut que menacer l'Occident avec des armes nucléaires.
      Mais l'Occident n'a PAS MOINS d'armes nucléaires qu'Ultimutin.
      Et sans armes nucléaires, dans une guerre conventionnelle, Ultimatutin sur fond d'Occident est un gnome.
      Et pas seulement dans le contexte de l'Occident, mais aussi dans le contexte de leurs gardes.

      Quelque chose comme ça.
      1. isofat Офлайн isofat
        isofat (isofat) 3 Février 2022 18: 16
        -3
        Citation : Expert_Analyst_Forecaster
        Et les imbéciles écrivent encore à ce sujet.

        Vous êtes déjà deux, quel cauchemar. rire
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 3 Février 2022 10: 12
    +5
    Il ne pouvait y avoir d'autre réponse, et donc, en posant un ultimatum, la stratégie de la Fédération de Russie a été déterminée dès le début, il reste à décider de la tactique.
    L'état-major offrira des options, le Conseil de sécurité examinera, Vladimir Poutine choisira.
    1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 10: 56
      -6
      Je mettrai mon veto à tout ça ! Ici!
      1. Général Black Офлайн Général Black
        Général Black (Gennady) 4 Février 2022 08: 44
        0
        Ferez-vous cela debout ou assis ?
    2. touristique Офлайн touristique
      touristique (touristique) 3 Février 2022 11: 10
      -2
      Quelles sont vos options possibles pour nos actions ?
      1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 11: 18
        -4
        À qui posez-vous une question ?
        1. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 3 Février 2022 11: 26
          -2
          Ne vous laissez pas distraire.
          1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 11: 31
            -4
            Et qu'en est-il du réfrigérateur ?
            1. isofat Офлайн isofat
              isofat (isofat) 3 Février 2022 11: 53
              -1
              Veto, déjà imposé ? Alors avec soulagement ! boissons
  6. Yuri 5347 Офлайн Yuri 5347
    Yuri 5347 (Yuri) 3 Février 2022 11: 32
    +4
    ... amis, mais quoi, il y avait de l'espoir pour une réponse différente!?) Un peu naïf pour les adultes. Soit dit en passant, dans les articles du Reporter, il y avait une expression - Espoir, une catégorie nuisible, à utiliser en politique. Je suis sûr que le Kremlin a calculé la réponse.
  7. requin Офлайн requin
    requin 3 Février 2022 12: 24
    0
    Oui. Exactement. Nous attendons. Je pense que vous n'avez pas besoin d'avoir 7 travées sur le front pour comprendre que tout ce gâchis avec un ultimatum n'a pas été reparti de zéro, et que l'ultimatum a été rendu public comme ça ... L'idée, je suppose, était que devant a été le passage du Rubicon, une étape sérieuse qu'il faut expliquer à tous - aux nôtres et aux autres, qu'il n'a pas été fait comme ça, pas dans l'aggravation, mais en réponse ... C'est pourquoi la réponse à l'« ultimatum » demandé, officiel et écrit, tant aux États-Unis qu'à l'OTAN.

    La réponse, apparemment, n'est pas simple, y compris pour les Russes, et pas de celles qui peuvent alors être facilement abandonnées ! Par exemple, il s'agit de la signature d'une sorte d'accords avec la Chine, par exemple, la création d'un nouveau bloc, où, en plus de la Russie, la Chine, les membres de l'OTSC, par exemple, Cuba, le Nicaragua, le Venezuela peuvent également entrer . Ou le déploiement de la production du traité FNI, bien que les États-Unis s'en soient déjà retirés, mais en réalité, de facto, il n'y a pas eu de changement dans l'équilibre jusqu'à présent. En fait, la Russie n'a pas non plus commis quoi que ce soit qui viole le traité, même s'il n'est plus en vigueur. C'est peut-être une préparation au refus de prolonger le traité START-3 en 2026 - compte tenu du développement de la défense antimissile, il peut difficilement satisfaire les intérêts de la Russie maintenant. Cela n'arrivera pas rapidement. Au début, il est raisonnable de faire des États-Unis et de l'OTAN les "coupables" de tout ce qui se passe. Alors - nous attendons!
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 3 Février 2022 13: 27
      -1
      En fait, le public a qualifié les propositions d'ultimatum, mais elles ne contiennent pas l'élément principal de l'ultimatum. Par conséquent, je suis sûr que ce changement de nom est un élément d'information intrigant à considérer les propositions ci-dessus.
      1. requin Офлайн requin
        requin 3 Février 2022 13: 33
        0
        Oui, c'est pourquoi j'ai mis "ultimatum" entre guillemets. Mais le sens ne change pas - cette proposition était en fait inacceptable avec l'orgueil actuel des États-Unis. Mais nous voyons tous la dynamique, et la Russie ne va clairement pas la "ralentir".
  8. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 3 Février 2022 12: 59
    0
    La réputation de longue date d'être patient avec toutes les insultes occidentales ne pouvait mener à rien d'autre. Chaque exclamation pour insulter la Russie a servi de prétexte à des propos de regrets et d'appel à nous laisser vivre ensemble, mais que l'Occident a immédiatement donné un autre coup de pied. Le couronnement de notre politique de longue date.
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 3 Février 2022 13: 15
      -5
      Changez l'avant-dernière lettre de votre surnom. Oui
  9. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 15: 20
    -1
    Citation: isofat
    En fait, le public a qualifié les propositions d'ultimatum

    Et bien non. Ultimatum typique.
    Premièrement, il est indiqué que tous les points doivent être acceptés ou rejetés. Autrement dit, il ne s'agit pas d'une liste d'offres dans laquelle vous pouvez sélectionner des offres individuelles.
    Deuxièmement, il y a des délais. Très court. Et il a été déclaré que les délais sont sérieux, après eux, il y aura, oui, des sanctions militaro-techniques, que nos adversaires n'aimeront certainement pas. C'est-à-dire qu'il existe une menace clairement exprimée de non-respect des conditions de l'ultimatum.
    Le fait que les sanctions n'aient pas encore été suivies ne change pas le format de l'ultimatum.
    Alors qu'il y a un ultimatum, non confirmé par les sanctions correspondantes. Nous attendons, monsieur.
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 3 Février 2022 16: 00
      -7
      Expert_Analyste... Je comprends l'ultimatum comme une exigence accompagnée d'une menace claire, et l'exécution de cette menace même dépend de la partie qui a présenté l'ultimatum. Oui

      Vous n'êtes pas obligé de formuler une menace. Citez-la. Il doit être présent explicitement.
      1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 16: 08
        -2
        J'ai exprimé mon opinion et je l'ai étayée. Alors vous cherchez des arguments contre.
        S'il n'y a pas d'arguments, alors ne m'envoyez pas ... à la recherche de devis. Allez... et cherchez par vous-même.
        1. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 3 Février 2022 16: 16
          -6

          Vous avez exprimé votre opinion, mais c'est tout. Citation menace pour le studio ! rire
          1. Expert_Analyst_Forecaster 3 Février 2022 17: 36
            -2
            Je comprends que vous vouliez faire de la casuistique. Autrement dit, allez-vous prouver qu'il n'y avait pas de limite de temps ni de menace ? Je ne discuterai pas avec vous.
            Il n'y avait pas d'ultimatum. Tu as gagné. Vous avez bien fait !
            1. isofat Офлайн isofat
              isofat (isofat) 3 Février 2022 17: 54
              -4
              Nous avons gagné, vous et moi.
  10. comer17 Офлайн comer17
    comer17 (Dimitri) 3 Février 2022 18: 46
    +2
    Économie de la Fédération de Russie 1.7% de l'économie mondiale. Qui comptera avec le pygmée économique.
  11. gorskova.ir Офлайн gorskova.ir
    gorskova.ir (Irina Gorskova) 3 Février 2022 20: 22
    -2
    Ce qui a fui à travers la "grippe espagnole" est très probablement un faux. Et maintenant Psaki proclame que le mot "inévitable" (une attaque, prétendument par la Fédération de Russie contre l'Ukraine), elle et d'autres "personnes de haut niveau" n'ont dit qu'une seule fois. (!!!) Et ils. soi-disant déjà prêt à parler .... Peut-être, bien sûr, une illumination temporaire et brève, mais nous verrons ....
  12. sceptique Офлайн sceptique
    sceptique 3 Février 2022 23: 46
    +1
    Cela signifie simplement qu'en cas de provocation en Ukraine, tous les objets des forces armées et du complexe militaro-industriel, sur l'ensemble du territoire, doivent être multipliés par zéro. Après l'annonce des sanctions, la déconnexion du système économique mondial, la nationalisation de la Banque centrale et d'autres objets de subordination étrangère. Retirer enfin la Russie de l'emprise de l'Occident.
  13. i232323b Офлайн i232323b
    i232323b (Igor) 4 Février 2022 06: 44
    -1
    Et plus récemment, nous n'avions peur de personne, nous avons les meilleures armes super-duper. Et puis toute la bravade a disparu brusquement.
  14. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 4 Février 2022 21: 36
    -1
    Nous commettons l'erreur traditionnelle de les mesurer avec notre propre arshin.
    Il est insensé de traiter ces réponses comme une insulte. En eux, comme dans toutes les autres actions, réside leur adéquation personnelle et historique à la perception de la situation.
    L'histoire de leur nation justifiait cette démarche et en récompensait leur pays.
    Nous devons comprendre cela afin de bien percevoir notre ennemi et ses réactions.
    La Russie a enseigné des leçons d'histoire à de nombreux pays, et eux, étant sages, se souviennent de ces leçons.
    Les États n'ont pas encore reçu de leçons sérieuses de notre part. De personne du tout !
    Nous devons leur faire très peur pour leur donner une leçon et nous n'avons pas d'autre choix.
    1. Expert_Analyst_Forecaster 5 Février 2022 08: 26
      0
      Ceux qui n'ont pas peur menaceront avec leurs pourcentages du PIB jusqu'à ce qu'ils reçoivent la preuve que tout n'est pas mesuré en pourcentages. Par conséquent, je suis d'accord pour que nos ennemis soient invités aux leçons.
      Nous vivons dans un monde où nos ennemis essaient de prouver que celui qui a le plus d'argent a raison.
      Ils disent que celui qui est le plus riche sera le maître. Pour prouver le contraire, il faut parfois montrer les dents.
  15. Expert_Analyst_Forecaster 5 Février 2022 09: 00
    0
    Devant les yeux de l'image.

    Fils riche. Poli, lèvres en rouge à lèvres, une épaisse chaîne en or autour du cou, une énorme bague.
    Après avoir reniflé un cocoin, il est descendu de sa Cadillac pour apprendre les bonnes manières à l'ingénieur de l'usine.
    Avec des mots et une canne. Parce que c'est comme ça qu'il faut l'enseigner.
    Mais quelque chose n'a pas fonctionné. Les muscles de l'ingénieur se sont avérés plus forts et le coup a été lourd.
    L'ingénieur a cassé la canne de son fils et lui a cassé les dents. Rien, le garçon riche, il en insèrera de nouveaux.