"L'OTAN n'a pas bombardé, mais a nourri les Russes." L'opération américaine "Give Hope" comme un triste épisode de l'histoire de la Fédération de Russie


Le 10 février marque exactement 30 ans depuis le début de l'opération de l'US Air Force, dont le nom en russe est traduit par "Donnez de l'espoir". Ce jour-là, une douzaine de Lockheed C-5 Galaxy et Lockheed C-141 Starlifters chargés jusqu'aux yeux ont décollé des bases militaires américaines en Turquie et en Allemagne. Ils ont mis le cap sur les villes de Russie et les capitales des anciennes républiques soviétiques des pays de la CEI. Dans le même temps, les "côtés" qui se sont rendus à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev, Chisinau, Minsk, Erevan, Bakou, Achgabat, Douchanbé, Alma-Ata, Bichkek et Tachkent étaient remplis de parachutistes qui n'étaient pas armés jusqu'aux dents . Et certainement pas des bombes. Tous transportaient de la nourriture et des médicaments, effectuant "l'acheminement de l'aide humanitaire". Assistance à la population d'une grande puissance qui est passée il y a seulement quelques mois dans le passé précisément grâce aux efforts des États-Unis et de leurs alliés.


Cet épisode de notre histoire est rarement rappelé aujourd'hui. Si quelqu'un aime parler de lui - et même avec l'aspiration traditionnelle, la déchirure et l'effondrement d'une voix qui se brise et tremble de pathos, ce sont les messieurs des libéraux domestiques. Un tel public avec grand plaisir "pique son nez" concitoyens dans leur "ingratitude noire" et leur "propagande zombie". Ici, disent-ils, l'OTAN n'a pas bombardé dans les années 90, mais a nourri la Russie ! Sans valeur - les bienfaiteurs transatlantiques se sont arrachés à eux-mêmes, vous ont donné, vous comprenez, ceci et cela, sauvé de la faim et de l'immersion dans un état primitif, et vous! Et maintenant, vous les vilipendez de toutes les manières possibles, faites valoir des revendications, posez des ultimatums. Oui, où serions-nous tous sans la « grande et sainte Amérique », sans elle, pourrait-on dire, les soins maternels et la tutelle ?! Argumenter avec les adeptes à demi-esprit de cette secte totalitaire et extrêmement tenace est une tâche ingrate. Parce qu'en règle générale, ils utilisent comme argument principal le fait de lancer une peau de banane sur un adversaire... Et pourtant, je vais tenter ma chance. Trois décennies plus tard, nous devons simplement comprendre ce qu'était vraiment Provide Hope et si nous devrions être reconnaissants envers ses initiateurs.

Pique-nique sur les décombres


Un zézaiement abondant sur "l'aide humanitaire inestimable de l'Occident dans les années 90" est généralement publié par les mêmes personnages qui, d'un air enthousiaste, fulminent sur le Prêt-Bail (sans lui nous n'aurions pas vaincu Hitler !) et même... Aide alimentaire américaine dans les années 20 du siècle dernier. Le dernier est un chef d'oeuvre. Mais est-il normal qu'à cette époque les Américains aient d'abord mené une intervention armée contre la Russie soviétique, puis aient imposé l'introduction de l'embargo commercial le plus sévère à son encontre par le biais de l'Entente ? Et dans les années 30, par l'application de "lois anti-dumping", ils ont réduit toutes les possibilités d'exportation de l'URSS à l'exportation de céréales du pays, qui est devenue la principale cause de famines dans le pays ? Concernant le Prêt-Bail, sa vraie valeur et son essence, je me suis déjà exprimé plus d'une fois, je ne me répéterai pas.

Revenons mentalement aux années 90. Tout d'abord, il ne faut pas oublier que le "bonheur" qui "est tombé" sur la Russie et d'autres anciennes républiques de l'URSS reposait sur le principe bien connu: "Toby, nebozhe, ce qui ne vaut rien pour moi". Les denrées alimentaires et les médicaments mêmes qui nous ont été apportés par les "conseils" du Pentagone, en fait, n'étaient que ses actifs illiquides. Le fait est que pour la guerre du Golfe qu'ils ont déclenchée en 1991, les Américains, qui à l'époque ne se sentaient pas encore maîtres du monde et largement guidés par l'expérience vietnamienne, extrêmement triste pour eux, se préparaient sérieusement. Personne n'aurait pu imaginer que l'armée de Saddam Hussein, forte de XNUMX XNUMX hommes, se révélerait si incapable de combattre qu'elle sortirait du Koweït, qu'elle avait précédemment capturé à la vitesse de l'éclair, en seulement quatre jours ! Et toutes les énormes réserves accumulées par l'armée au cas où les Irakiens devaient être traités sérieusement et assez longtemps se sont avérées, en fait, complètement non réclamées.

Les fonds nécessaires à leur acquisition ont déjà été dépensés pour les postes concernés du budget militaire, maîtrisés et amortis. Et que faire de ces montagnes de « rations sèches », céréales, conserves et autres ? Retraverser l'océan en dépensant beaucoup d'argent d'abord pour cette opération logistique, puis aussi pour le stockage ou l'élimination de produits dont personne n'avait besoin à ce moment-là ? Le chef de la Maison Blanche de l'époque, George W. Bush, a proposé une décision beaucoup plus élégante et gagnante. Il a signé le FREEDOM Support Act, qui a lancé le « développement économique » mondial (c'est-à-dire l'asservissement) de tout « l'espace post-soviétique ». Avant cela, en janvier 1992, une conférence spéciale de coordination internationale s'est tenue à Washington, où les «messieurs blancs» ont décidé comment équiper la vie des colonies nouvellement acquises et sont arrivés à la conclusion que les indigènes devraient être peu à peu nourris. Pour ne pas s'énerver. C'est après cela que Provide Hope a été lancé en février de la même année. Les peuples de l'Union soviétique détruits par les forces de «l'Occident collectif» auraient dû être clairement et sans ambiguïté à qui appartient la main qui les nourrit, mordant ce qui est lourd. Et en même temps, faire la démonstration d'un beau et savoureux pain d'épice d'outre-mer, sur lequel seuls les bons natifs « corrects » pourront désormais compter.

Oui, dans le processus de "fourniture d'aide humanitaire" (pour la période allant jusqu'en 1997), 24 vols ont été effectués, qui ont livré XNUMX XNUMX tonnes de fret aux pays de "l'espace post-soviétique". Mais peu importe combien d'argent a été dépensé pour cela, ils ont payé en totalité. Après tout, la guerre n'est pas bon marché, messieurs. Et il ne fait aucun doute que Provide Hope était précisément une propagande soigneusement conçue et une opération psychologique spéciale dans la guerre qui se déroulait encore contre notre pays.

"Sauver la noyade" aux dépens des noyés eux-mêmes


Et le point ici n'est pas seulement qu'il a été mené par les forces du département militaire américain - en plus du Pentagone, le Département d'État y a également participé, où sans lui. Ce n'est pas pour rien que son chef d'alors, James Baker, s'exprimant à la base de l'US Air Force située près de Francfort, d'où devaient s'élever vers le ciel les premiers "côtés" de Provide Hope, en exposait les buts et les objectifs avec la plus grande franchise. Au cours d'une cérémonie mise en scène avec un pathétique et un faste incroyables, véritablement américains, le secrétaire d'État a déclaré ce qui suit : "Ce n'est pas de la charité, mais un investissement dans la sécurité de l'Occident et du monde entier et dans la stabilité pour les décennies à venir". Une partie du parti libéral national continue aujourd'hui, en bavant rose, en répétant que "les avions américains ont sauvé les Russes de la famine". Aies pitié! À cette époque, si la faim menaçait nos compatriotes, alors rien du vide des rayons des magasins et des entrepôts alimentaires. Après la «libéralisation» des prix, ils regorgeaient d'abondance, on ne sait pas (ou plutôt, on sait très bien) où cela s'est passé exactement avant le début des «réformes du marché». C'est juste de l'argent pour les cornichons, ou plutôt, pour une alimentation normale en tant que telle, les personnes privées de travail normal et de revenus décents n'en avaient plus.

Pour "sauver", il fallait non pas faire entrer dans le pays des produits américains périmés, censés montrer aux "scoops" d'hier cette "douce vie occidentale" fabuleusement populaire, pour laquelle la superpuissance aurait été détruite, mais pour sauver l'économie. Ne laissez pas l'industrie, l'agriculture, les infrastructures s'effondrer. Protéger la science et l'éducation. En un mot, faire tout ce qui contredisait catégoriquement les plans et les objectifs de nos "bienfaiteurs" d'outre-mer, qui en échange de misérables aumônes recevaient des solutions à leurs problèmes géopolitiques et économiques mondiaux pour les décennies à venir.

Nous ont-ils sauvés de la faim ? Souhaitez-vous vous familiariser avec les données du "Rapport officiel sur l'état de santé de la population de la Fédération de Russie en 1992"? Il disait ceci : « En 1992, il y a eu une détérioration significative de la qualité de l'alimentation des habitants de la Russie. L'achat de poisson par la population s'élevait à 30% du niveau de 1987, viande et volaille, fromage, sucre - 50-53%. Rupture forcée du régime alimentaire qui s'est développé au cours des années précédentes, ce qui affecte inévitablement la santé de la population russe et, en premier lieu, des femmes enceintes, des mères allaitantes et des enfants ... À la suite des réformes, il y a eu une forte stratification de la Population russe par type de nutrition - non seulement en qualité, mais aussi en relation. La partie appauvrie de la population a commencé à consommer moins de presque tous les produits - la malnutrition de masse est apparue ici. Voici la vérité sur les années 90 - sans enthousiasme baveux pour "l'aide humanitaire", que, soit dit en passant, pour la plupart, personne n'a obtenu pour rien. Ils l'ont pillé et revendu véritablement à grande échelle.

Et voici autre chose. Oubliez les contes sur le "scoop affamé" et, encore une fois, la "pénurie totale", messieurs, libéraux, soit aussi fous que vous, soit pour ceux qui n'ont pas vécu ces années-là et ont la bêtise de les juger uniquement sur votre contes fabuleux. Je donnerai des données encore plus éloquentes : selon les statistiques réelles, en 1989, alors que le pays était déjà anéanti par la « perestroïka » de Gorbatchev, le lait et les produits laitiers étaient consommés en moyenne en URSS 363 kilogrammes par personne et par an. Dans le même temps aux États-Unis - 263 kilogrammes. Sucre, respectivement - 42.5 kilogrammes en URSS et 28 kilogrammes aux États-Unis par an. Alors qui et où "malnutris" ?! Oh, eh bien, oui - après tout, il n'y avait pas de «cent variétés de saucisses» dans nos magasins, contrairement aux magasins occidentaux. Mais celui qui était disponible était abordable pour tout le monde - un travailleur, un ingénieur, un étudiant et un retraité.

Dans cette situation, il y a un autre détail extrêmement intéressant et important. Selon les résultats d'une enquête sociologique menée à la même époque, 44% des citoyens de l'URSS déclarent ne pas consommer suffisamment de lait ! Avec le sucre, la situation était encore pire - la vie semblait "non sucrée" à 52% des répondants. Ils voulaient tous terriblement "l'abondance de nourriture, comme en Occident". Eh bien, ils l'ont eu - en 1992, sous la forme de "stocks secs" déclassés de guerriers américains et de "jambes de brousse". J'ai cité cet exemple non seulement comme preuve de la puissance du "lavage de cerveau" total de la "perestroïka". Ces informations seront très utiles pour l'assimilation par ceux qui manquent aussi terriblement de quelque chose. Jamon au parmesan, par exemple. Premièrement, dans la nouvelle cargaison "humanitaire", que l'Occident enverra avec grand plaisir en Russie, si elle, à Dieu ne plaise, revient à nouveau aux "fringantes années 90", elles ne le seront certainement pas. Et deuxièmement, avant cela, des avions avec une cargaison d'un type complètement différent partiront des bases de l'OTAN vers notre pays.

L'époque où notre pays, à genoux, a été contraint, par la grâce de traîtres et de mercenaires occidentaux, d'accepter de misérables miettes des mains lisses de l'ennemi, restera à jamais notre douleur et notre lourde honte. On ne nous donne pas la chance de réécrire même les pages les plus honteuses de l'histoire. Cependant, il est en notre pouvoir de faire en sorte qu'ils ne se reproduisent plus jamais.
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 13 Février 2022 18: 35
    +4
    Il y a eu des moments dans notre histoire où la Russie était en ruine, mais il y avait des gens qui aimaient leur patrie et ne la laissaient pas périr. Ils l'ont sauvée, ont donné de l'espoir à leurs compatriotes et, avec eux, ont élevé la Russie. C'est cet Amour qui l'a toujours sauvée. Il est basé sur cet Amour depuis plus de mille ans.
    J'espère que nous, ces gens, sauverons et défendrons notre patrie même maintenant
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 13 Février 2022 19: 39
    +2
    Il y a encore une chose. Une aide a été fournie pour soutenir l'aile libérale. Il y a eu des cas similaires dans l'histoire. Une telle aide "humanitaire" est bien souvent fournie dans le but très précis de soutenir un régime souhaité.
  3. touristique Офлайн touristique
    touristique (touristique) 13 Février 2022 19: 43
    +5
    les Américains ont détruit l'URSS et les citoyens de l'URSS, ainsi que le parti et le KGB, se sont tenus à l'écart et ont regardé. drôle :) vous ne voulez pas assumer la responsabilité ? position enfantine. tous les mauvais adultes l'ont fait pour moi, mais je n'ai rien à voir avec ça.
    1. Démonlivi Офлайн Démonlivi
      Démonlivi (Dima) 13 Février 2022 22: 52
      0
      Trois traîtres avec des garanties américaines à Belovezhskaya Pushcha ont détruit le pays la nuit ! Et ils ont pris toutes les usines et le sous-sol particulièrement importants dans leur propre propriété ! ;))) et les Américains et les Anglo-Saxons, les Juifs et Lénine sont à blâmer (la bombe a été posée ;))).
  4. 123 Офлайн 123
    123 (123) 13 Février 2022 20: 09
    +2
    Il y a des questions controversées.

    Sucre, respectivement - 42.5 kilogrammes en URSS et 28 kilogrammes aux États-Unis par an.

    Je ne suis pas d'accord avec cette position particulière. Les années ont passé, les tas de sucre, les prix pour cela ne sont pas prohibitifs. Que voyons-nous ? 31 kg... Les "normes" soviétiques n'étaient maîtrisées que par certaines régions comme le Dagenstan (47,5 kg par an) et la Mordovie (42,9 kg). Il est peu probable que seuls les gourmands y vivent. Certes, le sucre va à la production. À l'époque soviétique, bien sûr, ils cuisinaient beaucoup de compotes et de confitures, mais je soupçonne qu'une part considérable en est allée au clair de lune. En général, la « douceur de vivre » ne tire pas sur l'exploit.

    La consommation de sucre en Russie est quatre fois supérieure à la norme
    Les Russes consomment, en moyenne, quatre fois la quantité de sucre autorisée par la communauté médicale - 31 kg par an contre 8 kg légalement autorisés.

    https://www.kommersant.ru/doc/5016932

    Et oui,

    Alors qui et où "malnutris" ?! Oh, eh bien, oui - après tout, il n'y avait pas de "cent variétés de saucisses" dans nos magasins, contrairement aux magasins occidentaux. Mais celui qui était disponible était abordable pour tout le monde - un travailleur, un ingénieur, un étudiant et un retraité.

    Le sucre avec du lait est un régime plutôt controversé, et bien que la saucisse soit abordable, il n'était pas toujours possible de l'acheter. Et l'argent dans votre poche est faible en calories et n'a pas très bon goût.

    Dans cette situation, il y a un autre détail extrêmement intéressant et important. Selon les résultats d'une enquête sociologique menée à la même époque, 44% des citoyens de l'URSS déclarent ne pas consommer suffisamment de lait ! Avec le sucre, la situation était encore pire - la vie semblait "non sucrée" à 52% des répondants. Ils voulaient tous terriblement "l'abondance de nourriture, comme en Occident". Eh bien, ici, ils l'ont eu - en 1992, sous la forme de "stocks secs" déclassés de guerriers américains et de "jambes de brousse".

    Je ne vois aucune raison de jubiler. On dit des méchants à jamais mal nourris pour un morceau de saucisson vendu au pays. Ils parlaient spécifiquement d'abondance de nourriture, ils n'ont pas commandé de "stocks secs" et de cuisses à l'étranger. Le bâtard qui a amené l'économie de l'URSS dans le pays zugunder et l'a mis en pièces. Ces gens ont tout gâché. Le peuple ne doit pas être blâmé pour cela. Le gros du peuple n'avait rien et ne se présentait pas.
    Alors ne vous opposez pas au désir d'une vie normale et - soyez patient jusqu'à ce que nous construisions le communisme sur toute la planète. Ce n'est pas une excuse pour les "cadres d'entreprise avec des cartes de fête".
    La pratique a montré qu'il est possible de remplir les magasins pas plus mal qu'en Occident, tout en n'y achetant pas de blé et en ne limitant pas les possibilités d'initiative privée. Il n'est pas nécessaire d'aller dans les extrêmes. Tout a besoin de bon sens.
    ps Adeptes galoches, s'il vous plaît ne vous inquiétez pas. Je ne soutiens pas la répartition des entreprises, je n'ai pas milité pour l'effondrement de l'URSS.
  5. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 13 Février 2022 21: 42
    +1
    Oui. Au fur et à mesure que yusa apparaît, l'auteur devient ..... partial, si poliment.
    Les élites ont détruit l'URSS, mais les Yousovites sont à blâmer, comme toujours, pour l'envoi d'aide humanitaire. Les proches, soit dit en passant, ont reçu.

    Et le fait que le PIB lui-même ait importé des cuisses de brousse, que les présidents jusqu'à l'âge de 14 ans aient croqué des hamburgers ensemble et se soient vantés de voitures ensemble - ce n'est pas comme il faut écrire, ni ...
  6. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 13 Février 2022 21: 58
    -1
    Ce sont les Américains qui ont organisé une révolution en 17 qui a amené le pays à un état en faillite.
    Ce sont les Américains qui ont fait en sorte que les paysans cessent de cultiver du pain. Ce qui a conduit à une famine sans précédent dans l'histoire de la Russie.
  7. Le commentaire a été supprimé.
  8. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 13 Février 2022 22: 15
    -3
    Pensez à un million d'autres vies de citoyens soviétiques, militaires et civils. Nous ne sommes pas derrière le prix. Si seulement ces Yankees étaient vides.
    1. Yuri 5347 Офлайн Yuri 5347
      Yuri 5347 (Yuri) 14 Février 2022 00: 18
      +3
      ... Lend-Lease - le tout pour de l'or ! Il y a une page de plus sur le sujet de l'assistance à l'URSS pendant la Grande Guerre patriotique. Il y a un pays qui a donné beaucoup plus que les États-Unis, mais qui n'a jamais déclaré son aide, mais qui a modestement gardé le silence. C'est la Mongolie. https://back-in-ussr.com/2018/03/mongoliya-pomogla-v-vov-sssr-bolshe-chem-ssha.html
      1. Le commentaire a été supprimé.
      2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 14 Février 2022 12: 33
        -1
        Alors modestement "la Mongolie a donné plus de viande et de laine" se transforme en "la Mongolie a donné beaucoup plus que les Etats-Unis"
        Et seuls les paresseux n'ont pas compris le prêt-bail
  9. Yuri 5347 Офлайн Yuri 5347
    Yuri 5347 (Yuri) 14 Février 2022 00: 05
    +3
    ... peut-être commencerons-nous alors par "l'éducation et la science" au moins ? puis l'industrie, les infrastructures, etc. Allez, les gens ont déjà mûri, tout le monde a ce capitalisme. Peut-être qu'aujourd'hui, la croissance annuelle du PIB serait comme en Chine, s'il ne s'agissait pas de la destruction de ce qui a déjà été créé, mais d'une utilisation prudente et raisonnable, en utilisant des méthodes de gestion économiquement saines.
  10. Viktortarianik Офлайн Viktortarianik
    Viktortarianik (Victor) 14 Février 2022 13: 54
    -1
    Je vis depuis plus de 70 ans, mais je n'ai vu ni "les jambes de Bush" ni les ragoûts américains. J'ai vu des saucisses polonaises, qui ont été instantanément bouillies à l'état de bouillie.
  11. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 14 Février 2022 15: 26
    -7
    Vous ne pouvez pas jeter les mots d'une chanson. Ils apportaient de la nourriture, ils ne produisaient pas la leur.
  12. Denis radis Офлайн Denis radis
    Denis radis (Denis Moroz) 14 Février 2022 16: 37
    0
    Eh bien, dans ce même tous les États-Unis, comme c'est le cas! Poussez 2 camps dans la guerre, vendez-leur des armes et tout ce dont ils ont besoin (non sans raison), puis rejoignez le vainqueur, écrémez la crème et même claironnez au monde entier qu'ils sont les meilleurs !
    En cela, ils sont maîtres, il est impossible de ne pas l'admettre ...
    Mais étonnamment autre chose. Tout citoyen était au courant de cette "superpuissance" des États-Unis en URSS avant même de se lever.
  13. Alexandre Poplooukhin Офлайн Alexandre Poplooukhin
    Alexandre Poplooukhin (Alexandre Poplooukhin) 14 Février 2022 17: 23
    +5
    Les États-Unis ont nourri la Russie au XIXe siècle. Aivozovsky a deux tableaux sur ce sujet : "Aid Ship" et "Food Distribution".
    En ce qui concerne le fait que la CIA et les États-Unis sont à l'origine de l'effondrement de l'URSS - un non-sens (il est clair qu'ils n'ont pas interféré avec l'effondrement de l'URSS, mais ce n'est pas leur faute non plus). La CIA n'avait pas autant d'agents pour introduire sa nomenclature de parti de l'URSS.
    L'URSS a été détruite par des nomenklatura de partis tels que Eltsine, Chevornadze, Sobchak, etc., parce qu'ils voulaient des yachts, des biens immobiliers étrangers, tandis que Gorbatchev a amusé l'URSS par malentendu plutôt que par intention malveillante (il était un imbécile)
  14. musclé Офлайн musclé
    musclé (Gloire) 15 Février 2022 17: 18
    -1
    Comment unilatéral. Le fait que nous ayons mal perdu la guerre froide, que la bouffe nous ait été mal livrée, si nous n'avions pas été transportés, est également mauvais. Les oligarques ont mal pris le pays. Car quand tout a été enlevé, tout était déjà divisé, c'est bien ! C'est bien aujourd'hui. Il s'avère donc?
  15. antibi0tikk Офлайн antibi0tikk
    antibi0tikk (Sergey) 16 Février 2022 08: 55
    0
    Je ne comprends pas pourquoi cette lente étiquetée n'a pas été plantée. Et quand il est mort, ils l'ont enterré comme un être humain. Il a fallu le noyer dans un marais et l'épingler avec un pieu de tremble pour qu'il ne flotte pas.