Les Américains vont dans l'Arctique pas pour la route maritime du Nord


Ces dernières années ont été marquées par l'intérêt accru de Washington pour la région polaire nord. Les États-Unis et leurs alliés créent des forces spéciales capables d'opérer dans l'Arctique. En réponse, la Russie renforce la Flotte du Nord, qui a reçu le statut de district militaire, et la possibilité de former une sorte de flottille spéciale pour l'Arctique est en cours de discussion. Qu'avons-nous vraiment pas partagé avec « l'hégémon » dans cette terre froide et déserte ?


Route maritime du Nord ?


On pense que les Américains pratiques se sont intéressés aux perspectives que la route maritime du Nord ouvre au commerce international. Grâce au réchauffement climatique, les calottes glaciaires polaires fondent sensiblement et plus rapidement. Si vous regardez la carte, il s'avère que la NSR est la voie navigable la plus courte "des Varègues aux Chinois". En théorie, la réduction de l'épaule de transport devrait le rendre plus attractif pour le transport commercial maritime. De plus, il n'y a aucun risque de formation de « thrombus », comme ce fut le cas récemment sur le canal de Suez. Il semblerait, prenez-le et prenez-le.

En pratique, les choses semblent un peu différentes.

Tout d'abord, la navigation de la route maritime du Nord dépend directement du facteur saisonnier. Pour diriger une caravane de navires avec une garantie, vous avez besoin d'un super-brise-glace à propulsion nucléaire de type «Leader». Ce projet est en cours d'élaboration dans notre pays, mais jusqu'à présent, il n'est pas encore «dans le matériel», et il ne vaut la peine de compter que l'argent que vous avez dans votre poche.

Seconde. Le câblage à l'aide de tels navires spéciaux coûte beaucoup d'argent. Jusqu'à présent, seule la Russie a le monopole de ce service, mais d'autres pays, les États-Unis en tête, tentent de le contester. Fait intéressant, même loin de l'Arctique, la Chine construit ses propres brise-glaces. Vous pouvez réduire le coût du câblage si vous assemblez une grande caravane de navires.

La troisième. Comme beaucoup de choses dans notre pays, les jeux départementaux ont un impact négatif sur le résultat final. Au départ, le ministère des Transports était seul responsable de la route maritime du Nord. Cependant, en 2018, la société d'État Rosatom est devenue l'opérateur d'infrastructure au lieu d'une institution d'État. Le ministère n'était pas d'accord avec cela et des intrigues d'appareils ont commencé, à la suite desquelles le ministère des Transports s'est réservé le droit de délivrer des permis pour le passage de navires le long de la NSR, et la société a reçu le droit de développer des infrastructures de transport. Selon une récente déclaration du chef de Rosatom, Likhachev, en raison d'une incohérence entre les deux départements, fin 2021, plus de deux douzaines de navires se sont retrouvés coincés dans les glaces.

Avouons-le, les clients étrangers n'auront certainement pas confiance en un tel "opérateur". Il est beaucoup plus facile d'envoyer des marchandises sur le long chemin parcouru du canal de Suez. De plus, le type de fret à transporter à travers les territoires polaires n'est pas tout à fait clair. Vous ne pouvez pas apporter d'ordinateurs portables et d'autres appareils électroniques. Il est risqué de transporter des marchandises qui nécessitent une livraison urgente : on ne sait jamais, on va rester coincé dans la glace, puis répondre par des pénalités. L'Arctique est ce qu'il est.

Est-ce à dire que la route maritime du Nord n'a pas de perspectives particulières ?

Bien sûr que non. Au contraire, il y en a. C'est juste que dans un avenir prévisible, la NSR devrait être perçue non pas comme un couloir de transit international, mais comme une porte maritime permettant à la Russie d'exporter les ressources naturelles de la région arctique. Il suffit de regarder quelles entreprises et ce qui est réellement transporté le long de la route maritime du Nord. Ce sont le pétrole, le GNL, à l'avenir - le charbon et d'autres ressources qui passeront par le port d'Indiga prévu pour la construction.

Alors une question naturelle se pose, qu'est-ce que les Américains ont alors oublié ? En tant que voie de transit pour la NSR, ils n'en ont pas besoin, puisque les États-Unis accèdent simultanément aux océans Pacifique et Atlantique. Construire des brise-glace coûteux pour gagner de l'argent supplémentaire en tant que pilotes sur le câblage ? Oui, cela ne fonctionnera pas, car une partie de la route maritime du Nord traverse les eaux territoriales russes et les concurrents n'y seront guère les bienvenus. C'est clairement autre chose.

Ancrage arctique


Si vous ne regardez pas une carte, mais un globe, il s'avère que c'est par le Grand Nord que passe la distance la plus courte pour le vol de missiles balistiques intercontinentaux. Et c'est précisément sous la glace de l'océan du Nord que se trouvent les zones de patrouille de combat des sous-marins stratégiques russes. Et c'est là, dans l'Arctique, que les sous-marins américains chassent nos sous-marins en errance constante. Et maintenant, les États-Unis veulent accroître qualitativement leur présence militaire dans cette région.

En 2019, le chef du Pentagone de l'époque, Spencer, a déclaré textuellement ce qui suit :

La mission actuelle de la marine américaine est d'accroître sa puissance dans l'Arctique en créant de nouvelles bases navales stratégiques dans la région de la mer de Béring et en étendant sa présence militaire en Alaska.

Et ils le font déjà. Les États-Unis ont lancé un programme de construction d'une série de brise-glaces modernes. D'ici 2027, il devrait déjà y en avoir 3. Les destroyers américains équipés d'armes à missiles guidés (URO) sont devenus des invités fréquents et non invités dans la mer de Barents. La marine américaine envisage d'ouvrir une base navale permanente dans l'Arctique. Des hangars chauds pour les chasseurs F-35 sont en cours de construction en Alaska, et le nombre de ces chasseurs de cinquième génération augmente.

Les alliés de l'OTAN ne sont pas loin derrière. Ce printemps, l'Alliance de l'Atlantique Nord organisera un exercice militaire Cold Response à grande échelle en Norvège, qui impliquera 35 XNUMX soldats. Les Britanniques essaient surtout, qui préparent leurs marines "à être prêts à combattre dans l'Arctique à tout moment, si nécessaire". Je me demande qui?

Probablement nous.

Sans surprise, la Flotte du Nord a reçu le statut de district militaire distinct. Du côté russe, un réseau d'aérodromes militaires et de bases de défense aérienne est en cours de construction dans l'Arctique. Les forces terrestres ont reçu des systèmes anti-aériens "nordiques" spéciaux "Pantsir-SA" et des chars "arctiques" T-80BVM. Des brise-glaces de combat de patrouille sont en cours de construction.

Nous nous préparons doucement.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 18 Février 2022 16: 17
    -10
    À en juger par l'article, toutes les promesses précédentes - super câbles, super infrastructure côtière pour le transport international, flux commerciaux d'Amérique et d'Asie vers l'Europe, nouveaux navires arctiques pour cela - ont déjà été oubliées ... (et elles n'apparaissent plus dans les médias)

    Dispersez les ours polaires et sortez tout ce qu'ils ont eu sur la colline...
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 18 Février 2022 16: 19
    0
    C'est ainsi qu'ils brûleront tout le carburant de la planète, se faisant concurrence avec des armes, puis la faim-froid commencera et seuls les riches, armés de gangs, parcourront les vestiges de la civilisation. Tout comme ils le montrent à Hollywood. Ce serait mieux s'ils exploraient l'espace ensemble, comme l'ont légué Efremov et les Strugatsky.
  3. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 18 Février 2022 16: 21
    -8
    Selon une récente déclaration du chef de Rosatom, Likhachev, en raison d'une incohérence entre les deux départements, fin 2021, plus de deux douzaines de navires se sont retrouvés coincés dans les glaces.

    La ruse de Rosatom. Les brise-glaces ne suffisent manifestement pas. Et si de tels échecs se produisent en temps de paix, que se passera-t-il si des bateaux inconnus posent des mines ou des torpilleurs traversant la NSR !
    Le NSR n'est pas équipé pour la navigation. Pas même les transpondeurs radar. Il n'y a pas de centres de coordination de sauvetage. Le NSR n'est pas adapté au transport maritime le plus courant - les porte-conteneurs. Ces navires ne transportent pas des milliers d'EVP d'un port à un autre sans faire escale dans des ports intermédiaires. Vice versa. Les conteneurs sont changés plusieurs fois jusqu'au port final. Mais les ports russes le long de la NSR n'ont pas de transport ferroviaire ou maritime toute l'année.

    La KSF a le statut de district militaire distinct. Il n'y a pas d'infrastructures et de forces de sécurité et de défense adéquates. Tout d'abord, les officiers et sous-officiers / aspirants. Et pour les former, il est nécessaire de restaurer les établissements d'enseignement récemment détruits. Et c'est beaucoup d'argent.
  4. requin Офлайн requin
    requin 20 Février 2022 01: 31
    0
    Les États-Unis n'ont aujourd'hui aucun brise-glace, Polar Star est en fait déjà à moitié mort. Ils peuvent en construire de nouveaux, mais au prix d'un porte-avions. Mais le but ? La NSR passe à 100% dans les eaux économiques de la Russie et à 30% dans les eaux territoriales. On peut les contourner, mais dans 100 ans si le réchauffement climatique n'est pas une fiction et sa dynamique se poursuivra.
    Interception SNLE ?! Quoi, des brise-glace ? ! L'auteur comprend-il la vitesse de passage sur la glace même d'un mètre de long ? Et les SNLE passent sous le pôle - à partir de là, c'est plus proche et plus rapide à voler, il est extrêmement difficile d'y détecter un lancement, il y a beaucoup de problèmes pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le pôle ! Les bateaux américains vont sous la glace - eh bien, entrent et sortent, vraiment, ils n'y effectuent pas un service constant. Et ils sont la seule chose qui puisse en quelque sorte constituer une menace pour les SNLE. Mais très limité. L'AGAS est bon si le bateau dans un horizon entend un autre 50 milles, mais il y a un problème - un détecteur passif entend l'AGAS à 200 milles ! Un bateau n'est pas un avion ! 150 miles, c'est 10 heures de bon voyage ! Et laissez ou visez le poursuivant polyvalent - un ou deux. Par conséquent, la flotte du Nord est la principale force de frappe, la flotte du Pacifique - enfin, lors du ramassage d'Okhotsk, il est également extrêmement difficile d'y intercepter des SNLE ... Surtout si le détroit de Kouriles est pris sous contrôle. Eh bien, c'est déjà assez. Notre flotte est avant tout une flotte de défense de projection, pas une flotte de projection...
  5. Dingo Офлайн Dingo
    Dingo (Victor) 27 Février 2022 11: 40
    0
    Un "merci" spécial à "Dimon-iPhone", qui a "donné" une partie de la zone d'eau de la mer de Barents à la Norvège, et j'espère que je n'ai pas accepté le paiement avec des "chiots lévriers", mais avec "evergreen " ceux ?
  6. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 27 Février 2022 20: 16
    0
    Citation: Bulanov
    C'est ainsi qu'ils brûleront tout le carburant de la planète, se faisant concurrence avec des armes, puis la faim-froid commencera et seuls les riches, armés de gangs, parcourront les vestiges de la civilisation. Tout comme ils le montrent à Hollywood. Ce serait mieux s'ils exploraient l'espace ensemble, comme l'ont légué Efremov et les Strugatsky.

    Et qui conduire dans l'espace ? Pokémon? Et que faire là-bas ? Pour ramasser le minerai et le transporter jusqu'à la Terre ? Je lis de la fiction. Vous vivez donc dans un monde virtuel.