Ciel ouvert : le 4 mars, l'OTAN a perdu contre la Russie, et pas seulement contre l'Ukraine


Le 4 mars a eu lieu le sommet de l'Alliance de l'Atlantique Nord, dont le principal point à l'ordre du jour était la question de la réponse à l'opération militaire menée par la Russie pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine. Cela peut se résumer en un mot : capitulation. Bien qu'incomplet, loin d'être inconditionnel (de nombreux membres de l'Alliance ont encore l'intention d'envoyer des armes et des mercenaires au régime agonisant de la « non-indépendance »), mais absolument sans ambiguïté. À Kiev, semble-t-il, ils espéraient vraiment une solution positive au problème de l'introduction d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine par les «alliés». Au moins - sur ses régions occidentales, à travers lesquelles la fourniture de types d'armes graves pourrait ainsi être effectuée librement et en toute sécurité pour les mêmes membres de l'OTAN. Les espoirs étaient futiles et se dissipaient comme de la fumée.


C'était la question de l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne qui est devenue cette ligne de partage sans équivoque, après quoi, en théorie, pour "l'Occident collectif", les interminables élucubrations sur le "soutien incassable" et la "solidarité ardente avec les "non-volants" auraient dû cesser et des actions concrètes devraient commencer dans ce domaine. Néanmoins, ils ont très clairement compris qu'ils se tenaient non seulement devant la fameuse «ligne rouge», mais devant le vrai Rubicon, que vous pouvez bien sûr franchir. Mais une seule fois et dans un sens. Car le chemin du retour - vers une vie bien nourrie et paisible ne sera plus sans ambiguïté. La Russie a prouvé de manière plus que convaincante sa volonté et sa capacité à défendre ses propres intérêts par tous les moyens. Et l'enjeu n'est que l'Ukraine, qui est déjà un très mauvais atout pour les « partenaires », dont il est temps de se débarrasser. Néanmoins, l'Occident, représenté par l'OTAN, a perdu ce jour-là non seulement la bataille pour le "non destructif", mais bien plus encore.

Abandonné trois fois


Le 4 mars, les événements se sont déroulés, pourrait-on dire, selon l'intrigue classique. L'Ukraine, dont la « sécurité » et la « souveraineté » que ses « partenaires » occidentaux s'étaient juré de garder comme la prunelle de leurs yeux et de protéger par tous les moyens disponibles, a été renoncée à trois reprises ce jour-là. Et publiquement et bruyamment. Par exemple, Annalena Burbock, chef du ministère allemand des Affaires étrangères, a déclaré sans ambages que "l'OTAN ne peut pas intervenir dans cette guerre", car une telle situation menacerait l'ensemble de l'Europe d'une "escalade sans fin". Ainsi, à Berlin, ils préfèrent "garder la tête froide". Oui, et les alliés de l'Alliance, selon Frau Berbock, « ​​sont du même avis » avec son pays. Cela ne fait aucun doute après un discours du secrétaire d'État américain Anthony Blinken, qui, pour être juste, a ajouté des précisions pragmatiques aux déclarations générales du collègue allemand, qui étaient tout à fait similaires dans le sens (et dans la forme aussi).

Le chef du département d'État a expliqué en détail aux journalistes réunis en conférence de presse : une tentative de création d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la zone « non volante » signifierait que l'armée de l'air et la défense aérienne de l'Alliance de l'Atlantique Nord tentative d'abattre des avions de combat des forces aérospatiales russes. Ceci, comme l'a noté à juste titre Blinken, "serait la seule option réaliste et viable". Et sans ambiguïté "conduirait au déploiement d'opérations militaires à grande échelle sur le territoire de l'Europe". Pour ceux qui sont particulièrement lents d'esprit, le chef de la diplomatie de Washington a précisé : « Le président Biden a exprimé son opinion sans équivoque : nous n'avons absolument pas l'intention d'entrer en guerre avec la Russie. Ça y est, la question est close pour les États-Unis, et plus aucune discussion à ce sujet n'a de sens et de perspectives.

Ce n'est nul autre que le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, qui a tiré un trait sur les discussions sur la zone d'exclusion aérienne. Se référant à "l'opinion générale" des participants au sommet, il a déclaré pour la énième fois depuis le début de l'opération militaire en Ukraine : il n'y aura pas d'avions de l'Alliance dans le ciel de la terre "non affectée", ni de forces terrestres de la " Nord-Atlantiques » sur son sol pour rien. "Nous n'en avons pas besoin", a précisé le secrétaire général. Il est convaincu que l'Alliance est confrontée à une tâche bien plus importante que la défense des intérêts de certains indigènes, que Bruxelles, avec Washington, avec leurs propres élucubrations irresponsables et extrêmement provocatrices les politiques vient de l'entraîner dans une guerre complètement sans espoir. "Nous sommes responsables d'empêcher l'escalade de ce conflit et sa "propagation" au-delà des frontières de l'Ukraine", a flirté Stoltenberg avec son grandiloquent habituel. De plus, il a presque reproduit mot pour mot le message principal de Blinken - la zone d'exclusion aérienne signifie une collision directe des "Faucons de l'Atlantique Nord" avec des pilotes russes. Suivant - l'inévitable Troisième Guerre mondiale. Au moins dans le théâtre européen. C'est-à-dire "encore plus de souffrance".

Le chef de l'Alliance n'a pas précisé que dans ce cas, nous ne parlons pas de la souffrance d'une sorte de "barbares de l'Est"-Slaves, mais des troubles qui tomberont sur la tête des "vrais Européens" et d'autres "Sahibs blancs " qui répondront avec leurs propres peaux délicates pour la guerre préparée et provoquée par eux, bien sûr, ils ne doivent en aucun cas. Il convient de noter que dans ce cas, sans exception, tous les membres de l'OTAN ont fait preuve d'une unanimité et d'un réalisme carrément exemplaires. A titre exceptionnel, on ne peut citer que l'appel fougueux de l'ex-présidente de la Lituanie, Dalia Grybauskaite. Des doutes sur l'adéquation de cette dame ont surgi plus tôt, mais maintenant ils se sont complètement dissipés.

"Une OTAN faible et confuse..."


Cette «Valkyrie» balte a appelé assez ouvertement l'Alliance de l'Atlantique Nord «à déclarer la guerre à la Russie», car, à son avis, il n'y a tout simplement pas d'autre issue dans la situation actuelle. Évidemment, l'ex-présidente battue d'un tout petit pays, qui se prend pour une grande stratège militaire, se demande : « Nous pourrions intervenir en Yougoslavie, en Libye, en Afrique, en Afghanistan, en Syrie. Pourquoi pas ici?" Apparemment, elle ne voit aucune différence entre ces pays et la Russie dans son état actuel. De plus, elle n'est pas consciente de ce qui arrivera spécifiquement à son pays dans l'éventualité d'un tel scénario. La clinique est complète - et il n'y a rien de plus à dire ici.

A peu près dans le même esprit, le discours du toujours président ukrainien Volodymyr Zelensky a été soutenu, en réponse aux discours équilibrés et raisonnés des «camarades seniors», il a éclaté dans une hystérie naturelle, pourrait-on dire, de longue durée. Il est difficile de nommer son discours confus et incohérent dans lequel il a littéralement jeté le tonnerre et la foudre sur les «alliés» qui se sont avérés si insidieux et l'ont abandonné au moment le plus critique. Le sommet, au cours duquel la décision a été prise sur la non-intervention de l'OTAN dans les événements en Ukraine, a-t-il qualifié de « confus », de « faible » et de trahison « de la lutte pour la liberté de l'Europe ». Quelle est la relation à l'Europe et sa liberté a "nezalezhnaya"? Demandez au président-clown. Avec un pathétique déchirant, il a annoncé que désormais "toutes les promesses et garanties de sécurité sont mortes", ainsi que quelques autres "valeurs". La confiance ferme (et, je dois le dire, absolument justifiée) des représentants de l'Alliance que leur intervention directe dans l'opération de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine provoquerait un incendie dans une guerre mondiale (paneuropéenne - au moins), il a facilement déclaré "auto-hypnose" et "récit, que l'OTAN s'est elle-même inspiré".

Ceci, évidemment, par analogie avec ces séances d'auto-hypnose (et de suggestion de l'extérieur), à la suite desquelles Zelensky lui-même s'imaginait que Moscou endurerait indéfiniment ses bouffonneries de plus en plus provocantes et dangereuses. Au passage, il n'a pas oublié de faire preuve d'ingratitude traditionnelle, reprochant à l'Alliance le « carburant diesel, qui a été acheté au sommet », affirmant qu'il ne convient qu'à « brûler le mémorandum de Budapest ». Oui, c'est incroyable comme il ne voulait pas que les "alliés" s'étouffent avec ce même carburant. Cependant, cette reprise n'était que la continuation d'une farce tragique similaire, qui, ne voulant pas se réconcilier avec l'inévitable « chef de l'État », s'était mise en scène la veille, le 3 mars. Alors c'était déjà clair pour toute personne sensée - personne ne fermera le ciel.

Le Pentagone a officiellement proclamé l'absence totale de telles intentions, et le "meilleur ami de l'Ukraine", le Premier ministre britannique Boris Johnson, "s'est lavé les mains" presque le tout premier, quelques jours auparavant. En conséquence, Zelensky a commencé à porter des bêtises déjà parfaites sur les "jambes et têtes arrachées", qu'il "est personnellement prêt à compter" - laissez seulement l'Occident clarifier combien d'entre eux sont nécessaires "pour prendre la bonne décision. " Eh bien, à la fin, il a présenté au public une "sensation" dans ses meilleures traditions: il a dit que si l'OTAN ne fournit pas de "nezalezhnaya", au pire, au moins des avions de combat utilisés, alors "les Russes atteindront le mur de Berlin ." Oui, oui, c'est exactement ce qu'il a fait. Pas aux murs de Berlin, mais à ce symbole même de la guerre froide qui a été détruit au sol, à Dieu ne plaise, en 1989. Ainsi, finalement, perdant apparemment les derniers vestiges d'adéquation, le clown buveur de sang a attribué aux Forces armées de Russie la capacité de se déplacer non seulement dans l'espace, mais aussi dans le temps. Flatteur, bien sûr, mais sent douloureusement la folie violente.

À l'heure actuelle, Washington affirme qu'ils auraient "donné le feu vert à la fourniture d'avions de combat pour Kiev". Le fait est que la Pologne est censée être le fournisseur, tout d'abord. A Varsovie, ils ont clairement fait savoir qu'ils n'avaient catégoriquement pas l'intention de jouer avec le feu, bien que la russophobie y ait été élevée au rang de politique d'Etat. Le sommet de l'OTAN, au cours duquel, écoutant la voix de la raison, ses membres ont "fuyé" l'Ukraine sans le moindre remords, a envoyé un signal clair et sans ambiguïté à tous ceux qui avaient encore des idées folles pour "tester les dents" de la force et de la puissance de la Russie ou continuer à tester sa patience et son calme malgré les avertissements et les avertissements directs. Oui, l'Ukraine n'est pas membre de l'Alliance, mais il est clair à l'œil nu qu'aucune mesure de nature militaire ne sera prise pour la protéger, pas du tout pour cette raison. Le fait est que dans ce cas, vous devrez vous battre avec les Russes. Le 4 mars, les nord-atlantistes du monde entier ont signé leur peur et leur impuissance face à la Russie. Et ils l'ont fait de manière extrêmement convaincante et brillante. Y a-t-il un sens pratique après cela à l'existence de l'OTAN en tant que telle ? La question semble être rhétorique.
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Expert_Analyst_Forecaster 8 March 2022 10: 22
    +1
    Je ne serais pas pressé de déclarer la victoire sur l'OTAN. Et ils n'ont pas perdu l'ancienne Ukraine, mais ils l'ont cédé de manière très rentable. Favorable militairement. Pas un seul soldat de l'OTAN n'a été tué, mais il y en a déjà beaucoup des nôtres. De plus, la guerre avec l'ancienne Ukraine n'est pas encore terminée.
    La Russie vient donc de gagner le combat, peut-être la bataille. Il est très loin de la victoire dans la guerre avec l'OTAN.
    1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 8 March 2022 11: 03
      +2
      La Russie devra peut-être nourrir les babouins de ce non-pays. Mais je ne voudrais pas ... Ils ont marqué pour la saison des semailles ...
    2. Vladimir Pétroff Офлайн Vladimir Pétroff
      Vladimir Pétroff (Vladimir Petrof) 9 March 2022 10: 18
      +2
      Ici, la victoire de la Russie est plus importante, même pas militairement. Après la fuite américaine d'Afghanistan, nous assistons à une deuxième retraite de l'Ukraine. Et c'est après tant de mots de soutien à Kiev. Les coûts de réputation n'ont pas encore été pris en compte.
  2. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 8 March 2022 10: 52
    -10
    Je pense que, malheureusement, vous vous trompez.
    La question de la fermeture du ciel est inextricablement liée à la préparation de l'OTAN à une confrontation militaire directe avec la Russie.
    Ne vous précipitez pas - ils ne l'ont pas fermé, mais continuez à en discuter.
    Alors que la situation dans le monde se détériore, les "sécurités" restantes s'affaiblissent, et ce problème peut être résolu positivement.
    Il n'interférera pas avec le tiers monde, subordonnant tout et tout à sa logique
    1. Le commentaire a été supprimé.
    2. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 10 March 2022 08: 30
      0
      Je suis surpris par un tel nombre d'inconvénients "patriotiques".
      Je l'aurais mis moi-même, mais - hélas.
      Pourquoi quelqu'un pense-t-il vraiment que l'ennemi ne le fera pas ?
      Oui, nous le voulons, nous l'espérons.
      Mais.
      Qu'avons-nous fait pour cela ?
      Nous n'autorisons encore aucune action contre les États et l'OTAN. Malgré le flux d'armes et de militants vers l'Ukraine.
      Pour l'instant, l'ennemi a tout lieu de croire que là aussi, c'est inacceptable.
      Quant à son risque, les enjeux sont depuis longtemps extrêmement élevés - il a un moment de vérité avec nous.
      L'ennemi croit que nous avons PEUR d'une guerre avec l'OTAN et les États, et il n'en décidera pas. Il l'utilise pour se déplacer vers l'est comme avant.
    3. Khaertdinov Radik Офлайн Khaertdinov Radik
      Khaertdinov Radik (Radik Khaertdinov) 15 March 2022 14: 26
      0
      Je pense que la 3e guerre mondiale n'est pas dans l'intérêt des gens, DONT LES INTÉRÊTS sont pris en compte par le président des États-Unis !)
      1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
        Alexeï Davydov (Alexey) 15 March 2022 15: 06
        0
        C'est vrai, c'est pourquoi nous ne devrions pas laisser la peur d'elle limiter notre opposition aux États-Unis.
  3. Alsur Офлайн Alsur
    Alsur (Alexey) 8 March 2022 11: 01
    +3
    Citation : Expert_Analyst_Forecaster
    Je ne serais pas pressé de déclarer la victoire sur l'OTAN. Et ils n'ont pas perdu l'ancienne Ukraine, mais ils l'ont cédé de manière très rentable. Favorable militairement. Pas un seul soldat de l'OTAN n'a été tué, mais il y en a déjà beaucoup des nôtres. De plus, la guerre avec l'ancienne Ukraine n'est pas encore terminée.
    La Russie vient donc de gagner le combat, peut-être la bataille. Il est très loin de la victoire dans la guerre avec l'OTAN.

    En effet, nos soldats et officiers meurent, mais ils gagnent la guerre - les guerres. La victoire est dans leur tête et l'OTAN a perdu cette guerre.
    1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 8 March 2022 11: 10
      +2
      La victoire est dans leur tête et l'OTAN a perdu cette guerre

      Dirige-toi vers son corps pour l'emporter dans la réalité, c'est bien d'être sobre
  4. Alsur Офлайн Alsur
    Alsur (Alexey) 8 March 2022 11: 51
    +2
    Citation : Alexeï Davydov
    La victoire est dans leur tête et l'OTAN a perdu cette guerre

    Dirige-toi vers son corps pour l'emporter dans la réalité, c'est bien d'être sobre

    Qui est contre, la Russie est l'un des pays les moins buveurs selon les statistiques, donc ce ne sera pas une question de sobriété. La Seconde Guerre mondiale a gagné nos guerres, pas la supériorité technologique.
  5. Sergueï Zemskov Офлайн Sergueï Zemskov
    Sergueï Zemskov (Sergey) 8 March 2022 12: 07
    -11
    L'auteur, et pour la guerre - qui paiera ???
    Les Russes, qui ont été rejetés en termes de niveau de vie en dessous de nombreux États africains ???
  6. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
    Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 8 March 2022 12: 49
    +8
    Et la Russie n'a pas d'autre choix : soit ils sont nous, soit nous sommes eux, et peu importe de quel type de guerre il s'agira - une guerre mondiale, ou pas tout à fait une guerre mondiale, mais nous n'avons pas besoin d'un monde sans la Russie, et donc il faut aller jusqu'au bout... . Eh bien, nous avons suffisamment de missiles et de bombes d'autres munitions avec un remplissage spécial pour un geyrop et, si nécessaire, pour une puissance d'outre-mer .... Il n'y a nulle part où se retirer !!!
    1. Mish Офлайн Mish
      Mish (Misha) 9 March 2022 07: 36
      -5
      Citation: Sergueï Pavlenko
      Et la Russie n'a pas d'autre choix : soit ils sont nous, soit nous sommes eux, et peu importe de quel type de guerre il s'agira - une guerre mondiale, ou pas tout à fait une guerre mondiale, mais nous n'avons pas besoin d'un monde sans la Russie, et donc il faut aller jusqu'au bout... . Eh bien, nous avons suffisamment de missiles et de bombes d'autres munitions avec un remplissage spécial pour un geyrop et, si nécessaire, pour une puissance d'outre-mer .... Il n'y a nulle part où se retirer !!!

      À quelle fin, excusez-moi ? Jusqu'au dernier Russe ? Pour une raison quelconque, l'Europe peut coexister pacifiquement, la Chine le peut, mais pas la Russie. Peut-être est-il temps de choisir d'autres présidents, plus adéquats ?
      1. LLIkunep Офлайн LLIkunep
        LLIkunep (Alexey) 9 March 2022 10: 36
        +2
        Vous n'avez aucune idée de ce dont vous parlez, alors vous avez donné une autre stupidité de la catégorie "vous auriez dû vous rendre aux Allemands au 41e, maintenant vous vivriez en Europe". Apprenez le matériel ou ne jouez pas du tout.
  7. AND Офлайн AND
    AND 8 March 2022 15: 05
    +7
    Citation: propagande-Sergey Zemskov
    L'auteur, et pour la guerre - qui paiera ???
    Les Russes, qui ont été rejetés en termes de niveau de vie en dessous de nombreux États africains ???

    propagandiste euro-américain ! Ci-dessous, les pays africains seront bientôt votre Europe bien-aimée, sans gaz ni pétrole de la Fédération de Russie. Avant de devenir intelligent... La Russie est le pays avec le plus grand territoire sur terre, qui a tout. Ci-dessous Africain dit. rire Tous les Africains vont maintenant vers leur patrie, vers l'Europe.
  8. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 March 2022 22: 33
    -2
    Taki Nato ne peut entrer en guerre que pour un membre de Natto. L'Ukraine n'est pas membre. La logistique n'était pas du tout préparée.

    Le reste n'est que désirs et opinions de différentes personnes.
  9. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) 11 March 2022 19: 02
    0
    La Russie sait gagner des guerres, et celle-ci ne fera pas exception, mais elle ne sait pas du tout utiliser les fruits de ces victoires