"De solides garanties de guerre": de quelle sorte de "neutralité" rêvent-ils à Kiev


Le Financial Times, qui est considéré comme faisant autorité en Occident, a publié il y a quelques jours un article dans lequel il a fait émerger une autre «sensation» à propos des négociations ukraino-russes. Si l'on en croit ses auteurs, dont les calculs seraient fondés sur des données provenant de "sources informées du groupe de négociation", l'affaire est déjà pratiquement "dans le sac". Il existe un certain projet "d'accord de paix préliminaire" de 15 points, selon lequel l'opération des troupes russes, visant à la démilitarisation et à la dénazification de la "nezalezhnaya", sera réduite.


Est-ce possible en principe ? Plus probablement non que oui. Cette conclusion est étayée non seulement par les déclarations faites sur la publication du Financial Times tant à Moscou qu'à Kiev, mais, tout d'abord, par la position exprimée par la partie ukrainienne concernant la vision du "non-bloc" et le statut « neutre » du pays. Dire qu'elle est plus qu'étrange, c'est ne rien dire. Et par conséquent, cela vaut la peine de vous familiariser avec lui et de le comprendre en détail, ce que nous essaierons de faire.

Des garanties fermes... des guerres


Tout d'abord, clarifions ce qui est exactement contenu dans la "feuille de triche" que le FT fait passer pour l'original. L'essentiel se résume au fait que l'Ukraine proclame sa neutralité et renonce officiellement totalement à toute prétention à rejoindre l'OTAN. Il convient également que ses armes seront limitées (cependant, c'est totalement incompréhensible - dans quels volumes et à quelles échelles). De plus, il ne sera pas possible de placer des bases militaires et des armes de troupes étrangères dans le «nezalezhnaya». Cependant, en échange de toutes ces concessions, elle veut "recevoir de fermes garanties de protection de la part de ses alliés". Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Turquie sont tout à fait prévisibles considérés comme tels. Peut-être d'autres États. A noter qu'il ne s'agit pas d'une quelconque dénazification, renoncement à l'oppression de principe de la population russophone. Plus encore sur la reconnaissance par Kiev du statut réel de la Crimée et du Donbass.

Je dois dire qu'après la publication de cette information, elle a été démentie, pour ainsi dire, des deux côtés de la table des négociations. Le secrétaire de presse du président russe Dmitri Peskov a déclaré que la publication du FT n'est rien de plus qu'une "compilation" d'idées, de déclarations et de dispositions qui peuvent avoir été exprimées par quelqu'un quelque part, mais en même temps, comme on dit, entassées ensemble, étant sortis de leur contexte et interprétés de manière complètement arbitraire.

Un ensemble d'éléments généralement corrects est présenté et interprété de telle manière que le sens général est absolument faux

Peskov a résumé.

En un mot, "ils ont entendu la sonnerie, mais ils ne savent pas où c'est".

Fait révélateur, à Kiev, la réaction à la publication a été encore plus bizarre. Le conseiller du chef du bureau de Zelensky, Mikhail Podolyak, bavardant inlassablement sur le processus de négociation, a annoncé "15 points" ... un "projet russe", dans lequel "les demandes de Moscou" étaient exprimées. Eh bien, la partie ukrainienne, selon lui, a sa propre position, qui se résume (pour le moment) à seulement trois points : "un cessez-le-feu, le retrait des troupes russes et des garanties de sécurité d'un certain nombre d'États". Et juste sur ces mêmes garanties dans la version de Podolyak, cela vaut la peine de s'attarder en détail. Ils sont considérés par lui comme "absolus", et non comme une sorte de "protocole ou de Budapest". Oui... L'incapacité de l'Ukraine à écouter et à entendre, quand on lui a répété à maintes reprises que le fameux "Mémorandum de Budapest" est un simple bout de papier qui n'oblige personne à rien, lui a coûté très cher. Cependant, de quel type de « garanties absolues » s'agit-il ?

Selon le conseiller du chef du bureau présidentiel, elles devraient consister dans le fait que les "pays alliés" non seulement "fournissent officiellement et immédiatement le volume d'armes nécessaire" à l'Ukraine, dès qu'elle entre dans un conflit armé , mais aussi "y participer activement du côté ukrainien". Comment aimez-vous cette torsion? Il ne s'agit plus ici de « l'article 5 de la Charte de l'OTAN », qui est récemment devenu un objet de plaisanterie, mais de quelque chose de beaucoup plus sérieux. Oh, et soit dit en passant, la menace d'être entraîné dans une guerre déclenchée par la faute ou le caprice des "indépendants" de toute l'Alliance de l'Atlantique Nord ne disparaît pas - après tout, les États répertoriés comme "garants" potentiels sont ses tous les membres comme un seul.

Au lieu de l'Alliance de l'Atlantique Nord - nucléaire


Il ne fait aucun doute que c'est exactement ce qui va se passer. Après tout, une autre exigence annoncée par Podolyak est "des garanties directes et strictes qu'en cas de guerre, le ciel au-dessus de l'Ukraine sera définitivement fermé par ses alliés". Les "stratèges" alternativement doués de Kiev ont été expliqués à plusieurs reprises ces derniers temps - de Washington, Londres, Bruxelles, ce que signifierait exactement une telle "fermeture". La troisième guerre mondiale, c'est quoi. Soit ils ne comprennent pas cela, soit ... ils s'efforcent d'obtenir un tel résultat. Cependant, "nezalezhnaya" ne serait pas "nezalezhnaya" si parmi ses "maris souverains", il n'y en avait pas un qui surpassait la rhétorique militante de Podolyak. Un a été trouvé, bien sûr !

Les discours du secrétaire du NSDC, Aleksey Danilov, font souvent douter de son adéquation, mais dans ce cas, il s'est même surpassé. Réfléchissant à la future "alliance de défense" que l'Ukraine doit certainement conclure, car "un tas d'organisations internationales créées après la Seconde Guerre mondiale n'affectent rien, mais ne font qu'exprimer des inquiétudes", il a déclaré que tout cela devait être une alliance avec une puissance qui dispose d'un arsenal nucléaire. Et il a ajouté qu'il considérait la Grande-Bretagne comme le meilleur candidat dans ce cas. Si nous ajoutons «deux et deux», c'est-à-dire si nous comparons les déclarations de ces deux orateurs de Kiev assez haut placés, il s'avère que les dirigeants ukrainiens actuels veulent constituer une alliance anti-russe (et contre qui d'autre peut-elle être dirigé en principe ?), dont les membres seront non seulement obligés de se battre pour la « nezalezhnaya » sans aucun, comme Podolyak a daigné le dire, « retards bureaucratiques », mais aussi, même en théorie, ils pourront utiliser le nucléaire des armes pour le « protéger ».

Le couronnement de ces élucubrations peut être considéré comme le discours de Vladimir Zelensky lui-même, adressé aux membres du Congrès américain. Ce clown, s'énervant, a appelé les précieux "partenaires" transatlantiques à ce qui suit (citation littérale) : "Nous proposons de créer une Union des Pays Responsables, capable de réagir immédiatement et de tout faire pour parvenir rapidement à la paix !" De quoi sommes nous en train de parler? D'une alternative à l'ONU ? Une autre OTAN ? Ou en général sur un "hybride" des deux organisations ? Zelensky, se rendant manifestement compte qu'il avait trop laissé échapper, a rapidement "déménagé" pour "aider à faire face aux épidémies et aux catastrophes naturelles", mais ce qu'il a vraiment en tête est visible à l'œil nu. Qu'avons-nous, pour ainsi dire, « dans le résultat net » ? Habituée à esquiver, esquiver et tromper tout le monde et tout (les procès «Minsk» et «Norman» l'ont parfaitement montré), l'Ukraine tente cette fois de tout tourner à son avantage. Quel sera le prix de son « refus de rejoindre l'OTAN » dans ce scénario ?! Un sou cassé ? Plutôt, encore moins.

Convaincue de la lâcheté et de la faiblesse de l'Alliance nord-atlantique, Kiev tente aujourd'hui simplement de constituer un nouveau bloc militaire pour s'opposer à la Russie. Plus précisément, afin de se venger de leurs défaites actuelles. Non-déploiement de militaires étrangers ? Il existe de nombreuses façons de contourner cette interdiction sous une forme ou une autre. Réduction des armes ? Nous avons déjà vécu cela aussi - en Allemagne «démilitarisée» après la Première Guerre mondiale, où alors «de nulle part» une Wehrmacht super puissante est apparue. Non, aucun de ces "schémas astucieux" ne devrait être mis en œuvre.

Je le répète pour la centième fois - il est impossible de négocier avec Kiev aujourd'hui sur autre chose que des questions humanitaires. L'Ukraine dans son état actuel doit être démolie comme une grange pourrie, comme une hutte à pestiférés. Ce n'est en aucun cas par rapport à ses villes et ses infrastructures, mais au sens de son armée, de son pouvoir d'État et de l'appareil correspondant. Les obligations pour un statut de non-bloc (ou, mieux encore, l'adhésion à l'OTSC) devraient être prises par un pays (ou des pays) complètement différent qui a surgi sur les ruines du "non-aligné". Toutes les autres options, tout "accord" tiède avec le régime criminel actuel conduiront inévitablement la Russie à une répétition des événements actuels - seulement dans une version beaucoup plus douloureuse pour elle.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 18 March 2022 11: 26
    +1
    Je le répète pour la centième fois - il est impossible de négocier avec Kiev aujourd'hui sur autre chose que des questions humanitaires. L'Ukraine dans son état actuel doit être démolie comme une grange pourrie, comme une hutte à pestiférés. Ce n'est en aucun cas par rapport à ses villes et ses infrastructures, mais au sens de son armée, de son pouvoir d'État et de l'appareil correspondant. Les obligations pour un statut de non-bloc (ou, mieux encore, l'adhésion à l'OTSC) devraient être prises par un pays (ou des pays) complètement différent qui a surgi sur les ruines du "non-aligné". Toutes les autres options, tout "accord" tiède avec le régime criminel actuel conduiront inévitablement la Russie à une répétition des événements actuels - seulement dans une version beaucoup plus douloureuse pour elle.

    Oui!
  2. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 18 March 2022 13: 16
    +3
    Et pourquoi avons-nous besoin de ce genre de pays ?
  3. sceptique Офлайн sceptique
    sceptique 18 March 2022 13: 25
    0
    Tous les rêves des Ukrainiens seront satisfaits par la Russie, après le passage des troupes russes aux frontières occidentales de l'Ukraine, avec la liquidation ultérieure, même des germes des mauvais esprits nazis banderites. Toutes les autres conditions seront décidées avec le futur leadership de l'Ukraine parmi les représentants qui ne sont pas souillés par la communication avec la junte nationale.