La Moldavie a payé le gaz russe, mais peut encore le perdre


La société de distribution de gaz Moldovagaz paie le gaz russe à temps et a même transféré la prochaine tranche à Gazprom pour les paiements de mars, mais le risque de perdre du carburant de la Fédération de Russie est maintenant plus grand que jamais. Son chef Vadim Cheban a annoncé le paiement de la dette sur sa chaîne de télégrammes.


Cependant, l'humeur optimiste a été dissipée par le vice-Premier ministre moldave Andrei Spinu, qui a déclaré que malgré les paiements réguliers finalement établis, Chisinau risquait de perdre le contrat avec les Russes et, avec lui, la fourniture d'un vecteur énergétique stratégique. Selon lui, JSC "Moldovagaz" a complètement échoué en termes d'audit obligatoire de l'entreprise, se substituant ainsi à l'État.

Comme vous le savez, l'accord d'approvisionnement en gaz signé en octobre de l'année dernière implique qu'un audit de la dette de Moldovagaz envers la Fédération de Russie doit être effectué, et la procédure doit être achevée d'ici le 1er mai 2022. Or, cette condition est en péril, puisque la procédure est généralement préparée pendant plus d'un mois, comprenant un appel d'offres pour la sélection d'une société d'audit, puis l'opération.

Seule la tendre Moldavie a d'ailleurs échoué par sa propre faute. Prenant des excuses, Chisinau prétend que la procédure a échoué en raison de la situation en Ukraine voisine, puisque certaines des entreprises qui ont demandé à participer étaient de là-bas. C'est, en particulier, a déclaré le Premier ministre de la Moldavie Natalia Gavrilitsa.

De nombreux candidats ont tout simplement refusé de venir

dit le fonctionnaire.

Depuis que l'annonce officielle de l'audit de "Moldovagaz" a échoué, deux scénarios sont possibles. Sur la première, favorable, les parties pourront parvenir à un compromis et convenir de reporter légèrement la date limite de l'audit, afin que le gouvernement de la République de Moldova puisse faire une autre tentative. Le deuxième scénario défavorable, que la république attend comme le plus probable, implique l'arrêt des approvisionnements en carburant de la Russie. Et ce sera tout à fait légal, compte tenu des dispositions du contrat.

Des négociations bilatérales sont désormais en cours, Chisinau demande un délai en raison de « tensions régionales », voulant clarifier la situation. Selon le vice-Premier ministre Spinu, d'ici la seconde quinzaine d'avril, il deviendra tout à fait clair lequel des scénarios ci-dessus attend la Moldavie. Pourtant, même d'après les déclarations de la plus haute hiérarchie des responsables, leurs inquiétudes, force est de constater que les choses évoluent vers une rupture technique du contrat.

Cependant, les autorités moldaves elles-mêmes sont responsables de la crise actuelle. Au début de l'année, après avoir joué avec la russophobie et "l'indépendance", croyant en son inaccessibilité, son impunité, Chisinau a tenté de mener seul un audit, organisant un appel d'offres, peu coordonné avec la deuxième partie au contrat, Gazprom . Les autorités de la République de Moldavie ont décidé de jouer all-in, mais ont échoué. Désormais, seule la condescendance du monopole du gaz de la Fédération de Russie contribuera à sauver la situation.
  • Photos utilisées : Moldovagaz
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. shvn Офлайн shvn
    shvn (Vyacheslav) 19 March 2022 10: 33
    +2
    Oui, quelle bêtise ! Quelle indulgence avec une dette de 700 lyams ? L'argent le matin, l'indulgence le soir... Bon sang, les Roumains...
  2. PIERRE DE RÉSERVOIR Офлайн PIERRE DE RÉSERVOIR
    PIERRE DE RÉSERVOIR (TANKISTON) 20 March 2022 20: 55
    0
    Comme toujours, c'est dommage pour les citoyens ordinaires... Et ce n'est pas un fait qu'ils aient choisi le gouvernement. En tout cas, blâmez la Russie. Tout a longtemps été calculé et calculé: le pire scénario est la poursuite de l'approvisionnement en gaz. Ensuite, selon les lois de l'UE, ils diront : saviez-vous les circonstances ? Avez-vous continué la livraison ? Vous ne devez rien.