Combien d'avions civils sont "perdus" à cause des sanctions et combien sont "sauvés" en Russie


Près de huit douzaines d'avions ont été "perdus" par l'aviation de passagers russe, la plupart en raison de sanctions et d'arrestations imposées à l'étranger. C'est ce qu'a déclaré le chef du ministère des Transports de la Fédération de Russie Vitaly Savelyev. Selon lui, 78 avions ont été irrémédiablement perdus. Cependant, en fin de compte, il s'est avéré que la propriété acquise et sauvegardée est un multiple de ce qui a été perdu à la suite des sanctions.


Transférées au registre russe et assurées dans une société russe, près de huit cents voitures, soit dix fois plus que le nombre de voitures irrémédiablement perdues

- a déclaré le chef du ministère des Transports lors d'une réunion du comité sur économique politique au Conseil de la Fédération.

Selon le responsable, au moment de l'introduction des restrictions occidentales en Russie, il y avait plus de 1300 78 avions, dont XNUMX ne reviendront pas. Les autres passent par la procédure de "liaison" à l'infrastructure de la Fédération de Russie.

Le ministre a également noté que la recherche se poursuit pour trouver un moyen légal de trouver un compromis avec les bailleurs afin que la question soit résolue. Mais jusqu'à présent, il n'a pas été possible de trouver une issue. Non pas en vertu de la loi, mais uniquement par peur des États-Unis, les entreprises interdisent l'utilisation d'avions et exigent leur retour avec une rupture de contrat. De plus, en violation de toutes les normes juridiques internationales, les compagnies exigent des avions sans compensation et refusent d'acheter cette flotte à la Russie au détriment des compagnies aériennes nationales.

Nous ne perdons pas espoir, nous négocions, mais nous ne renonçons pas non plus aux avions. Sinon, nous nous retrouverons sans aviation en tant que telle

dit Vassiliev.

À l'heure actuelle, l'aviation civile, qui peut voler à l'étranger en toute sécurité, compte 193 avions. Il s'agit d'avions de fabrication russe (148 avions Sukhoi Superjet), ainsi que d'avions acquis bien avant les sanctions (44 Boeing et Airbus). Ce nombre est augmenté par la procédure ci-dessus.

La politique de lâcheté vile et fourbe des pays occidentaux sous la pression des États-Unis réside également dans le fait que des avions entièrement russes peuvent s'attendre à des problèmes lorsqu'ils volent à l'étranger. Certains États, bien qu'ils acceptent à contrecœur les vols en provenance de la Fédération de Russie, refusent d'entretenir et de ravitailler les avions au retour. Ce qui est complètement en dehors du champ d'application de l'éthique et de la coutume de l'industrie.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.