Pas un seul atome: la Russie prépare un brise-glace GNL

Aujourd'hui, seuls les paresseux ignorent le potentiel et les perspectives de la route maritime du Nord. La Russie, en raison de sa position géographique, contrôle la plupart de l'artère de transport unique, qui fournit la voie navigable la plus courte de l'Asie à l'Europe. Parmi les entreprises russes, Rosneft a été la première à voir de nouvelles opportunités commerciales, qui a commencé la construction du superyard Zvezda à Primorye, où des navires de classe glace et même des brise-glaces seront construits pour ses besoins.



C'est maintenant au tour de NOVATEK de prendre sa part de la tarte froide de l'Arctique. Cette société produit du gaz naturel et des condensats de gaz à Yamal, tandis que Gazprom Neft produit de «l'or noir». On s'attend à ce que le volume total d'hydrocarbures transportés par voie maritime dans l'Arctique atteigne environ 41 millions de tonnes, certains d'entre eux étant destinés aux marchés asiatiques le long de la route maritime du Nord. Pour le traverser, des navires d'une classe de glace spéciale sont nécessaires, ainsi qu'une escorte de brise-glaces.

Notre pays possède une flotte de brise-glaces unique, mais une partie importante de celle-ci est désuète et doit être remplacée. Actuellement, trois nouveaux brise-glaces à propulsion nucléaire sont en construction à Saint-Pétersbourg. Il est prévu d'augmenter leur nombre à cinq, ainsi que de créer trois super-brise-glaces "Leader". Mais tout cela nécessitera d'énormes investissements à mettre en œuvre et prendra beaucoup de temps. Et les besoins des entreprises doivent être satisfaits maintenant. La situation est compliquée par le fait que, selon les exigences de l'Organisation maritime internationale, l'utilisation de navires au mazout dans l'Arctique sera interdite à partir de 2021, et l'utilisation du diesel sur toute la longueur de la route maritime du Nord dans ses conditions difficiles sera coûteuse, ce qui réduira l'attractivité de la NSR pour un usage commercial.

Par conséquent, la solution optimale peut être la construction de brise-glaces fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Grâce à l'infrastructure de GNL dans le Nord, ces brise-glaces seront toujours alimentés en carburant. Ils peuvent être utilisés très efficacement sur un bras de transport court avec une épaisseur de glace jusqu'à 3,1 mètres. Le développeur du projet de brise-glace GNL est la société finlandaise Aker Arctic Technology. Les partenaires du nouveau projet de construction navale sont NOVATEK et Rosatom, ainsi que la société de transport chinoise COSCO et le Silk Road Fund. En collaboration avec des investisseurs chinois, NOVATEK crée Arctic Sea Transport, qui vise principalement à exporter du GNL, mais les transporteurs d'autres pays ont montré un grand intérêt pour ses capacités.

En plus des investissements, la Chine peut participer directement à la construction navale:

Premièrement, la Chine peut prendre en charge la fourniture des équipements nécessaires et expédier les aciers. Deuxièmement, participer à la construction de parties des bâtiments, laissant le titre de constructeur principal à la Russie.


Quant à la transition complète de la flotte du nord de la Russie vers le GNL, les experts estiment qu'elle est prématurée. Il est logique d'utiliser le gaz naturel liquéfié comme combustible dans certains segments; dans un avenir prévisible, les principaux brise-glaces russes seront des navires à propulsion nucléaire.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 17 septembre 2018 17: 22
    0
    Le fait que NOVATEK et Rosatom soient partenaires dans le nouveau projet de construction navale ... est très bien ... mais pourquoi la Chine est-elle ici ...
    - Pourquoi est-il nécessaire ici ..? - Parce que notre pays a une flotte de brise-glace unique ... et une énorme expérience unique dans la création (construction) de cette flotte unique de brise-glace ... et une énorme expérience unique dans l'exploitation de cette flotte de brise-glace unique (de l'époque tsariste au navire nucléaire soviétique "Lénine"). .. -Quel pays a une telle valeur ..? -Plus d'entre eux ...
    -Et pourquoi la Russie devrait-elle former et former la Chine dans ce domaine ..? -Quel type d '"équipement nécessaire et d'aciers pour navires" devrait soudainement ... être livré par la Chine ...? - Et le "métal roulant" russe qui ... - ne sont pas capables de le faire eux-mêmes ...? - Et pour le brise-glace "Lénine" ... - aussi que les Chinois ont fourni "l'équipement nécessaire et l'acier de navire" ..?

    Eh .., la Russie encore pour rien (pour rien) est prête à élever un concurrent juré pour elle-même ..?