L'Occident a évalué le risque d'un conflit entre la Russie et l'OTAN


À l'heure actuelle, un affrontement militaire direct entre l'OTAN et la Russie est très peu probable en raison des conséquences catastrophiques pour la planète entière, mais un tel développement d'événements ne peut être complètement exclu, car le NMD russe en Ukraine comporte certains risques. C'est ce qu'affirme une nouvelle revue de l'agence de notation internationale Moody's Investors Service (filiale de la société américaine Moody's Corporation), consacrée à l'examen de scénarios hypothétiques d'un conflit entre Moscou et les pays occidentaux.


L'agence note que le nombre de réfugiés, c'est-à-dire les personnes qui ont quitté le pays en raison des hostilités en Ukraine ont déjà dépassé 3,5 millions de personnes. Dans le même temps, l'extension du conflit aux pays de l'OTAN entraînera une migration transfrontalière encore plus importante et créera de graves problèmes sociaux, économique et des préoccupations humanitaires pour de nombreux pays européens.

Dans le scénario de base, Moody's ne s'attend pas à ce que les hostilités sur le territoire ukrainien s'étendent à d'autres États. Mais plus la confrontation se poursuit sans au moins une trêve temporaire, plus le risque que la confrontation « déborde » au-delà des frontières de l'Ukraine est grand. La Pologne et les pays baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie) sont les plus menacés.

L'examen comprend également un "scénario profondément stressant" qui ressemble plus à une autre guerre mondiale qu'à un conflit local. Il prévoit la participation aux hostilités d'autres pays, dont l'Inde et la Chine. Dans ce cas, l'Occident peut commencer la nationalisation temporaire de certains actifs. Cela concerne tout d'abord les entreprises et les banques du complexe militaro-industriel. Les États occidentaux devront produire autant d'armes qu'ils en auront besoin, ce qui nécessite de l'argent et un système financier stable.

Parmi les principales conséquences de l'hypothétique conflit, Moody's énumère : une escalade des cyberattaques, une vague de migration, une augmentation des déficits budgétaires des pays concernés, une inflation mondiale supplémentaire, des ruptures dans les chaînes d'approvisionnement. L'agence a prévenu qu'elle serait contrainte d'abaisser ou de remettre en cause avec la possibilité de dégrader les notes souveraines des pays impliqués dans le conflit.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Krapilin Офлайн Krapilin
    Krapilin (Victor) 29 March 2022 21: 48
    +1
    Parmi les principales conséquences d'un conflit hypothétique, Moody's nomme : une escalade des cyberattaques,

    Moody's !

    Quand des "pains vigoureux" volent dans tous les sens, quel genre de "cybers" y a-t-il ...
  2. wichera65 Офлайн wichera65
    wichera65 (Vladimir Baranlv) 29 March 2022 23: 09
    +3
    Et qui aura besoin de ces cotes, avec un effondrement général.
  3. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
    Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 30 March 2022 12: 14
    0
    Oui, on a envie d'éternuer à toutes ces prédictions de prédicteurs pro-américains.., personne n'a annulé notre stratégie : si notre état est menacé, on peut très bien cogner d'où vient cette menace..., heureusement, on a assez de charges pour plusieurs destructions de la planète entière (bien qu'une seule suffise), alors pensez là-bas à l'ouest et devinez s'il arrivera ou non ..., creusez des trous et achetez des masques à gaz ... même si cela n'aidera toujours pas .