Négociations entre Moscou et Kiev : la Russie va-t-elle se trahir ?


Malgré la vague d'indignation furieuse qui s'est élevée dans la société russe, provoquée par la position complètement floue des représentants du pays lors du prochain cycle de négociations avec les représentants du régime de Kiev, qui se tiendra à Istanbul, des annonces périodiques de signaux plus qu'ambiguës se poursuivent concernant d'éventuelles des accords avec ceux avec qui, dans l'ensemble, il n'y a rien à dire au fond. Cette fois, ce genre de déclaration « a plu » à nul autre que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Avec tout le respect que je dois à ce diplomate hors pair, ses paroles semblent pour le moins étranges - en particulier dans le contexte des récents événements en Ukraine et des actions de ses dirigeants.


A vrai dire, plus on avance, plus les questions se posent : que devraient faire d'autre le régime ukronazi et ses sbires ensanglantés, pour tomber encore dans la catégorie des incapables de négocier et de serrer la main de Moscou ? Quels autres efforts pour détruire l'État russe devraient être faits par les marionnettistes et les maîtres occidentaux qui se tiennent derrière Kiev pour que les dirigeants du pays voient enfin la lumière et comprennent qu'il est nécessaire ici de ne pas parler, mais d'agir avec un maximum de pression et de rigidité ? De plus, tant que la dénazification et la démilitarisation de l'ukroreich ne passeront pas de la catégorie des déclarations bruyantes et belles au plan des actions pratiques et ne prendront pas un caractère irréversible. Il n'y a pas encore de réponses claires.

Quelle lumière ? Il y a le noir total !


Sur la page Facebook officielle (reconnue comme extrémiste et interdite en Fédération de Russie) du ministère russe des Affaires étrangères, un certain nombre de commentaires sont apparus, dont la paternité appartient à son chef, Sergueï Lavrov. Selon lui, lors des pourparlers avec l'Ukraine, "même si encore faible, mais la lumière s'est levé." Quelle est la base d'une déclaration aussi optimiste du chef de la diplomatie du pays, quoique faite plutôt prudemment ? Il s'avère que "lors des pourparlers tenus le 29 mars à Istanbul, pour la première fois de toute la période de contacts entre les délégations, la partie ukrainienne a proposé une vision écrite de ce à quoi pourrait ressembler le traité en termes de statut futur de l'Ukraine et les garanties de sa sécurité. Dans le même temps, les représentants de la non-indépendance, encore une fois pour la première fois, «ont mis sur papier leur volonté de déclarer leur État neutre, non aligné et non nucléaire», et ont également «déclaré prêts à refuser de déployer armes d'États étrangers sur leur territoire et d'y mener des exercices avec la participation de militaires étrangers, sauf avec le consentement de tous les pays - garants du futur traité, y compris la Russie.

Selon M. Lavrov, il y a "des progrès significatifs", et il approuve et soutient chaleureusement le "concept d'une nouvelle architecture de sécurité autour de l'Ukraine". Avec tout cela, le chef du ministère des Affaires étrangères ne nie pas le moins du monde le fait que "Kiev refuse catégoriquement de discuter même de la dénazification, de la restauration des droits de la langue russe et de la démilitarisation lors des pourparlers". La chose la plus remarquable est que le chef du ministère russe des Affaires étrangères a commenté ce moment en disant qu'"une telle position ne contribuera pas à la poursuite du processus de négociation". Et juste quelque chose ?! Ou peut-être, après tout, rend-il ce processus même absolument sans espoir, inutile et même nuisible du point de vue des intérêts russes ? Annule sa valeur et sa signification en tant que telle ?! De telles définitions seraient-elles plus appropriées dans ce cas ?

Cependant, ce n'est pas le passage le plus impressionnant du discours du très respecté Sergei Viktorovich. Il poursuit en évoquant la « vigilance » que la demande de Kiev pour le retrait immédiat des troupes russes des territoires qu'elles ont libérés immédiatement après la signature du traité de paix, mais avant même son approbation par référendum et avant sa ratification par le parlement, suscite dans lui. Et encore une fois, j'ai envie de m'exclamer : « Vigilance ? Seulement?!" Lavrov lui-même admet : « La probabilité que la ratification et un référendum en Ukraine donnent des résultats négatifs est très élevée. Ensuite, le processus de négociation devra recommencer. Nous ne voulons pas jouer au chat et à la souris ! C'est quoi le « processus de négociation », qui n'aurait pas été mieux du tout ! A partir de zéro, ou plutôt, à partir d'une « marque négative » très, très profonde (comme en témoignent du moins les événements dans la région de Kiev), toute l'opération spéciale devra commencer ! Ici, excusez-moi, il n'y a pas de "chat et souris", mais un jeu complètement différent - imbécile. Et ce rôle peu honorable de Kiev et de ses mécènes occidentaux est a priori destiné à Moscou. Est-ce incompréhensible ?

De quel « voyant » et « progrès » (d'autant plus significatif !) peut-on parler dans ce cas ? Oh, oui - après tout, la partie ukrainienne aurait accepté un "statut non nucléaire, non aligné et neutre". Ah c'est ça ? En vérité, une seule chose n'est pas claire - soit le ministère russe des Affaires étrangères ne prend pas la peine de se familiariser avec les déclarations que le fonctionnaire de Kiev fait littéralement à cette occasion, soit il ne les rapporte tout simplement pas à son propre chef. Sans aucune autre raison raisonnable pour justifier une ignorance aussi complète de l'incompatibilité absolue de la position obstinée du régime de Zelensky avec ce dont parle Sergueï Lavrov.

A l'OTAN ? Prêt à entrer ! Sinon, nous créerons le nôtre.


A l'antenne du téléthon organisé le 5 avril sur les chaînes ukrainiennes, l'actuel président de l'Ukraine, Vladimir Zelensky, a exposé de manière plus qu'exhaustive sa propre vision de littéralement toutes les questions dont il est question, excusez ma franchise, une piètre parodie du négociations. Ici, vous avez, comme on dit, pour la graine une citation - sur le "statut" et le "non-bloc". C'était littéralement dit comme ça :

Si demain on nous propose d'adhérer à l'OTAN, nous y adhérerons. Mais cela n'arrivera pas, malheureusement. Et ça ne s'est pas fait, malheureusement. Par conséquent, nous construirons des garanties de sécurité pour nous...

Quelles garanties spécifiques ? Bon, ici on s'égare et on donne la parole à d'autres orateurs. Par exemple, conseiller du chef du bureau présidentiel Mikhail Podolyak. Ce chiffre prétend que les livraisons massives d'artillerie lourde et des systèmes de défense aérienne les plus modernes à Kiev devraient devenir des garanties. Et aussi "la performance conjointe des armées, des consultations militaires à part entière sur la conduite des hostilités et un échange plus dense de renseignements, notamment aérospatiaux". Y a-t-il autre chose qui n'est pas clair ? Bienvenue, clarifions - selon les mots du député de la Verkhovna Rada et du représentant de l'Ukraine au sein du groupe de négociation avec la Russie, David Arakhamia :

Nous ne signerons pas un seul document dans lequel la Russie aura le droit de veto sur toute décision par son vote. Nous voulons créer notre propre OTAN ! Pour ce faire, il est important pour nous que les pays les plus grands et les plus efficaces de l'Alliance nous apportent leur soutien en cas de guerre. La Turquie, les États-Unis et le Royaume-Uni sont les plus importants pour nous en ce moment.

Et... oui, cette même Arakhamia a encore une fois souligné :

Tout sera décidé par le peuple ukrainien, pas par les Ukrainiens politique. Si le peuple ne choisit pas cette voie, cela signifiera que le traité n'aura pas force de loi définitive...

Il me semble à moi seul que tout accord de "paix" avec Kiev ne vaudra pas le papier sur lequel il sera écrit ?

Si quelqu'un a encore l'ombre d'un doute, je m'empresse de le dissiper. On revient sur le discours de Zelensky lors du téléthon. J'ai gardé le meilleur pour la fin, bien sûr. Alors:

La Crimée est un territoire ukrainien, il ne peut y avoir qu'un retard dans la question du retour de la péninsule. Le Donbass est notre territoire, ORDLO (encore ce vil nom !) est très important pour l'Ukraine. Tout accord avec la Russie doit commencer par le retour de ses troupes aux positions dès le 23 février.

Plus clair que clair, n'est-ce pas ? Kiev veut mettre fin à l'affrontement, qui s'avère être une perte claire et inévitable pour lui, uniquement dans le but de se réarmer et de se préparer à une véritable guerre. Celui qu'il va commencer. Et mener, croyez-moi, ce sera « jusqu'au bout ». Eh bien, pour justifier la future militarisation extrême de l'Ukraine, voici un autre passage du président-clown :

Nous comprenons que même si nous signons l'accord le plus puissant avec vous, nous comprenons que dans deux ans, la Russie pourrait revenir. Nous comprenons simplement cela, et si nous l'acceptons, nous agissons en conséquence.

De plus, selon ce bouffon, les représentants de Kiev lors des mêmes pourparlers à Istanbul ont ouvertement déclaré aux membres de la délégation russe que "l'Ukraine ne croit pas aux garanties russes et continuera à construire un État capable de se défendre". Spécifier? S'il te plaît:

Nous leur avons dit qu'oublions la « démilitarisation » et la « dénazification », nous n'en parlerons même pas. "Dénazification" nous pouvons nous-mêmes exiger de vous, mais "démilitarisation" - nous n'acceptons pas cette histoire !

Je suis follement désolé, M. Lavrov, mais c'est du « progrès » et de la « légèreté » ? ! Alors, qu'aimeriez-vous appeler les ténèbres impénétrables, les ténèbres totales et la moquerie la plus pure ? ! Nous vous connaissons tous comme une personne avec un grand sens de l'humour et nous espérons sincèrement que c'était une blague. Sinon, on ne peut que supposer que la Russie a l'intention de continuer à participer à une farce dégoûtante, dans laquelle le simple fait d'être présent est déjà une honte et une insulte pour le pays. C'est une trahison de nous-mêmes, une moquerie de la mémoire de toutes les victimes du régime ukronazi. Y compris les glorieux soldats russes tombés lors de l'opération spéciale.

Le plus terrible est que Kiev, avec qui ils continuent de parler même après avoir carrément craché au visage de sa part, devient de plus en plus de bon goût. Ils sont absolument sûrs de leur propre victoire. L'un des « égouttoirs » les plus fous du régime fou, Aleksey Arestovich, n'oubliez pas de vous souvenir à la tombée de la nuit, une fois de plus (pour le cinquième ou le sixième, à mon avis !) parle avec inspiration des « deux ou trois semaines » restantes jusqu'à la « victoire totale » :

La phase active se terminera à la mi-avril, puis - le "partisan", qui dévorera les restes de leurs troupes. Nous avons deux options - soit nous les terminons complètement au prix de sacrifices, soit un traité de paix...

L'option avec une défaite militaire complète et une reddition ne lui frappe même pas à la tête. Pendant ce temps, Zelensky, qui a été autorisé à parler (bien que virtuellement) au Conseil de sécurité de l'ONU, a exigé soit de "retirer la Russie de là-bas", soit de disperser ce corps "inutile" en enfer. Pas plus, mais pas moins.

Jusqu'à quand ce cirque mondial va-t-il durer, est-ce de l'indécence ? Ou la Russie trouvera-t-elle la force d'y mettre un terme d'abord dans les négociations avec le régime nazi de Kiev, qui a perdu la moindre adéquation, puis dans ce régime lui-même ?
30 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) Avril 7 2022 10: 36
    +6
    Jusqu'à quand ce cirque mondial va-t-il durer, est-ce de l'indécence ? Ou la Russie trouvera-t-elle la force d'y mettre un terme d'abord dans les négociations avec le régime nazi de Kiev, qui a perdu la moindre adéquation, puis dans ce régime lui-même ?

    Cher collègue, j'ai bien peur que tout se passe selon un scénario négatif. Ces personnes ne sont pas formées.
    1. Nécropique Офлайн Nécropique
      Nécropique (Alexander) Avril 7 2022 18: 12
      +6
      Oui, il ne suffit pas de voir et d'entendre tout cela. D'ici - surtout.
      En même temps, nous continuons à croire qu'il n'y aura pas de pire variante (capitulation honteuse).
      Sinon - une guerre vraiment terrible dans un avenir très proche.
      1. Le commentaire a été supprimé.
      2. A.Lex Офлайн A.Lex
        A.Lex Avril 7 2022 22: 20
        +1
        En voici un autre dans la tirelire des perversions :

        Peskov a déclaré que l'opération en Ukraine pourrait être achevée dans les prochains jours

        Bonjour d'Interfax
        1. Bulanov Офлайн Bulanov
          Bulanov (Vladimir) Avril 11 2022 15: 10
          +1
          Et que se passera-t-il ensuite à Kherson ?
          1. A.Lex Офлайн A.Lex
            A.Lex Avril 14 2022 13: 37
            0
            Jusqu'ici, disent-ils, tout va plus ou moins… Même les drapeaux suédois ont cessé de traîner.
      3. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
        Vladimir Orlov (Vladimir) Avril 8 2022 00: 33
        +1
        C'est le "brouillard de la guerre" comme quelqu'un l'a dit - travailler pour le public occidental et aneth (après tout, il y a un lavage de cerveau, laissez-les croire que la victoire est proche). Le peuple russe comprend tout et ne pardonnerait pas la trahison - pour les autorités, c'est une question de survie. Mais je ne crois pas à la capture complète de tout le territoire - avec quoi les nourrir. pendant des décennies ...) "Yalta" à la fin, en d'autres termes, ou "Pacte .." - qui aime quoi.
        Alors, on attend des nouvelles du terrain : ultimatum et action.
        Pour le moment, au fait, vous pouvez prendre une monnaie pour une accalmie, quiconque a des roubles et de la passion ...
      4. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) Avril 8 2022 06: 45
        +1
        Je te comprends très bien. Je me sens malade et j'ai honte de mon pays.
        1. Konsult Офлайн Konsult
          Konsult (Vladimir) Avril 8 2022 09: 46
          -1
          Alors allez-y, au tableau de bord et au combat ! Et puis tous les aigles risquent la vie des autres et enseignent depuis leur canapé comment bien faire les choses.
    2. kr33sania_2 Офлайн kr33sania_2
      kr33sania_2 (Alex Kraus) Avril 7 2022 22: 36
      0
      Oui, ils sont boueux dans la vie...
  2. EVYN WIXH Офлайн EVYN WIXH
    EVYN WIXH (EVYN WIXH) Avril 7 2022 11: 53
    +6
    S'il n'y a pas de victoire militaire convaincante, ils continueront à se comporter de cette façon. Ils considèrent le départ des Forces Armées RF des 4 régions précédemment occupées comme leur victoire. Ils sont euphoriques. Toute l'Europe et les États-Unis leur fournissent des armes et imposent des sanctions contre la Russie. Les capacités de regroupement des Forces armées RF sont limitées. La Russie va-t-elle se mobiliser ? Est-il possible de s'en passer ? Comment cela affectera-t-il la situation à l'intérieur du pays ? Combien sont prêts à se battre ? Oui, et tout l'Occident n'attend que l'essoufflement de la Russie et il sera possible de lui mettre la pression. Beaucoup de choses ne sont pas claires. Une chose est claire : l'Ukraine sera un foyer d'instabilité pendant de nombreuses années, même dans un scénario positif.
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) Avril 7 2022 12: 05
      +6
      Citation : EVYN WIXH
      S'il n'y a pas de victoire militaire convaincante, ils continueront à se comporter de cette façon. Ils considèrent le départ des Forces Armées RF des 4 régions précédemment occupées comme leur victoire. Ils sont euphoriques. Toute l'Europe et les États-Unis leur fournissent des armes et imposent des sanctions contre la Russie. Les capacités de regroupement des Forces armées RF sont limitées. La Russie va-t-elle se mobiliser ? Est-il possible de s'en passer ? Comment cela affectera-t-il la situation à l'intérieur du pays ? Combien sont prêts à se battre ? Oui, et tout l'Occident n'attend que l'essoufflement de la Russie et il sera possible de lui mettre la pression. Beaucoup de choses ne sont pas claires. Une chose est claire : l'Ukraine sera un foyer d'instabilité pendant de nombreuses années, même dans un scénario positif.

      Le seul alignement positif est de commencer à se battre pour de vrai avec la prise de toute l'Ukraine sous son contrôle. Mais apparemment, ils ne le feront pas, se limitant au Donbass.
      Le résultat peut être tout simplement horrible. Étant plus forte que l'Ukraine, avec une telle approche, la Russie y perdra. Ensuite, ils s'essuieront les pieds à propos de nous à l'OTAN.
      1. EVYN WIXH Офлайн EVYN WIXH
        EVYN WIXH (EVYN WIXH) Avril 7 2022 12: 25
        0
        Le problème est que le regroupement des forces armées RF en Ukraine n'est pas suffisant. Ils ont une mobilisation générale + une aide de l'Occident (assez significative). Mais la Russie est-elle prête pour une autre guerre qui dépasse le NVO, avec mobilisation, loi martiale et toutes les conséquences qui en découlent ?
  3. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) Avril 7 2022 12: 33
    +4
    Citation : EVYN WIXH
    Mais la Russie est-elle prête pour une autre guerre qui dépasse le NVO, avec mobilisation, loi martiale et toutes les conséquences qui en découlent ?

    La Russie est prête, ses dirigeants non. Et le prix final de ce manque de préparation sera terrible.
    1. EVYN WIXH Офлайн EVYN WIXH
      EVYN WIXH (EVYN WIXH) Avril 7 2022 14: 00
      -1
      Je doute que la majorité de la population accueille favorablement la loi martiale et la mobilisation. Se lever du canapé, prendre un fusil et aller dans les tranchées, ce n'est pas comme lancer des chapeaux à tout le monde sur Internet. Puis les cris reprendront : "Ils ont apporté le pays." C'est déjà une étape extrême si quelqu'un d'autre entre dans le conflit. Et donc, il me semble qu'il y aura une sorte "d'accord intérimaire", avec des déclarations des deux côtés qu'ils ont atteint presque tous leurs objectifs. Ou presque atteint...
      1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) Avril 7 2022 14: 05
        +1
        Je doute que la majorité de la population accueille favorablement la loi martiale et la mobilisation. Se lever du canapé, prendre un fusil et aller dans les tranchées, ce n'est pas comme lancer des chapeaux à tout le monde sur Internet. Puis les cris reprendront : "Ils ont apporté le pays."

        A qui sera-t-on demandé de toute façon ?

        Et donc, il me semble qu'il y aura une sorte "d'accord intérimaire", avec des déclarations des deux côtés qu'ils ont atteint presque tous leurs objectifs. Ou presque atteint...

        Ouais. Un répit avant une nouvelle Grande Guerre, où des centaines de milliers ou des millions mourront.
        1. EVYN WIXH Офлайн EVYN WIXH
          EVYN WIXH (EVYN WIXH) Avril 7 2022 15: 30
          -2
          Malheureusement oui. La Russie n'est pas l'URSS, à la fois économiquement et idéologiquement. Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas de mouvement de volontariat patriotique global. Mais, hélas, il faut demander. Nous avons créé un tel système nous-mêmes. C'est en 1941 "Tout le camp est comme une seule personne..." Ces jours ne sont plus les mêmes. Ou peut-être vraiment "Une mauvaise paix vaut mieux qu'une bonne querelle" ? Et les guerres, elles étaient et seront toujours. La raison reviendra.
      2. Oleg_5 Офлайн Oleg_5
        Oleg_5 (Oleg) Avril 7 2022 20: 06
        0
        Peskov a déclaré que l'opération en Ukraine pourrait se terminer par la diplomatie, cela dépend de la position ukrainienne et de l'accord avec les conditions russes.

        RIA Novosti
  4. Yatva Офлайн Yatva
    Yatva (JE SUIS) Avril 7 2022 12: 37
    +5
    Quand les armes parlent, les diplomates feraient mieux de se taire !!!...
  5. Grand-père Wow Офлайн Grand-père Wow
    Grand-père Wow (Nikolay) Avril 7 2022 13: 13
    0
    Eh bien, hélas et ah, la Russie n'a tout simplement pas assez de troupes ! Les conscrits et les conscrits ne peuvent pas être envoyés, car les gens vont soulever une tempête, et il n'y a pas autant de volontaires que nous le souhaiterions ! La Russie ne traversera pas numériquement le territoire de l'Ukraine ! C'était donc à Donetsk avec une participation au référendum de 97% et de vrais combattants de la première milice de 2000 personnes de la 7 millionième région et de la 2,5 millionième ville !
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) Avril 7 2022 14: 07
      +2
      Eh bien, hélas et ah, la Russie n'a tout simplement pas assez de troupes ! Les conscrits et les conscrits ne peuvent pas être envoyés, car les gens vont soulever une tempête, et il n'y a pas autant de volontaires que nous le souhaiterions !

      Il est nécessaire d'arrêter le régime NWO et de passer à une guerre normale. Il n'est pas nécessaire d'envoyer des conscrits en première ligne, laissez l'arrière-garde et tenez.
  6. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) Avril 7 2022 13: 18
    +1
    L'Ukraine est la deuxième plus grande formation étatique d'Europe après la Fédération de Russie et, comme l'ont montré les combats, elle dispose d'une armée prête au combat.
    Après l'effondrement de l'URSS, toutes les formations d'État post-soviétiques ont fait tout leur possible pour s'isoler de la Fédération de Russie - elles ont réécrit l'histoire, créé leurs propres héros nationaux, sont passées à leur langue d'État, déplaçant ou interdisant l'utilisation de la langue russe de communication interethnique.
    Dans ces conditions, deux générations de nationalistes ont grandi dans chaque formation étatique en 30 ans. Par conséquent, il n'est pas surprenant que les libérateurs du nazisme ne soient pas accueillis avec des fleurs même dans les régions russophones d'Ukraine et que l'armée doive avancer plusieurs kilomètres par jour, et de Donetsk au nid de frelons nazis - Lviv, mille kilomètres.
    Comme l'a rapporté le ministère ukrainien des Finances, un mois de guerre coûte à l'Ukraine 10 milliards de dollars. Probablement, la guerre coûte au budget de la Fédération de Russie un montant comparable. Dans le même temps, l'Occident parraine l'Ukraine et impose des sanctions à la Fédération de Russie.
    Le programme maximal initialement déclaré - non-expansion, non-déploiement et retour à 1997 a été minimisé et réduit à la libération de la RPD-LPR, la reconnaissance de la Crimée, la dénazification et le statut neutre. En même temps, comme l'a dit M. Medinsky dans une interview, la Fédération de Russie n'est pas contre l'adhésion de l'Ukraine à l'UE, et l'UE et l'OTAN sont les deux faces d'une même médaille.
    En signe de volonté, les troupes ont été retirées de Kiev et de Kharkov - elles ont été bombardées sur le territoire adjacent de la Fédération de Russie.
    Il n'est pas surprenant que dans un contexte aussi général, l'Ukraine tente, sinon de dicter ses conditions, du moins de tenir bon.
  7. ustal51 Офлайн ustal51
    ustal51 (Alexander) Avril 7 2022 13: 33
    +3
    Il est temps pour le président de la Russie de faire un choix - avec qui il est.
  8. Vladimir Pétroff Офлайн Vladimir Pétroff
    Vladimir Pétroff (Vladimir Petrof) Avril 7 2022 19: 51
    -1
    Il est temps pour grand-père Lavrov de se reposer. Je ne sais pas ce qui, à Lavrov, ravit tant l'auteur ... toujours uniquement le ministre exprimant son inquiétude. Mais j'ai peur qu'il ne soit retiré de la politique que les pieds devant. Ainsi que le favori du roi - Peskov. Il est fort probable que Shariy leur faisait allusion récemment en parlant de la cinquième colonne dans les plus hauts échelons du pouvoir en Russie.
  9. shiva Офлайн shiva
    shiva (Ivan) Avril 7 2022 20: 47
    +6
    Lord Marzhetsky et Neukropny ! Honneur et louange à toi ! Avec les deux mains pour votre travail acharné. Frappez plus loin dans la tête du pied - le cerveau de quelqu'un peut se mettre en place.
    Et sinon, si les yeux de poisson pourris de Peskov laissent entendre que le poisson pourrit de la tête ... je ne m'envie pas. Je voulais une vie meilleure pour mes enfants. Quand je leur dis quelque chose maintenant, ils pleurent et disent - papa, ne nous raconte pas d'histoires d'horreur la nuit. Mais nous sommes dans la région de Moscou ! Nous n'avons pas les horreurs de la guerre et de la famine. Et les enfants pleurent déjà.
    J'espère, je crois que nous durerons.
    L'esprit russe, il habitera ceux qui survivent et partent à la conquête de l'univers. Il suffit d'écraser le fascisme mondial. Pour le bien de tous et malgré ceux qui s'insèrent un troisième cœur pour de l'argent, lesquels livres verts ne valent rien - mais ils sont tous dans le sang des Arabes, des Africains, des Indiens, des Serbes, des Russes...
  10. Potapov Офлайн Potapov
    Potapov (Valéry) Avril 7 2022 21: 06
    0
    La trahison est arrivée...
  11. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) Avril 7 2022 21: 13
    +3
    Qu'est-ce que cela a à voir avec qui fait la guerre, Gorbatchev ou Gennady Ivanovich Yanaev ? La Russie ne peut pas rester un tigre de papier devant le monde. Cela pourrait finir comme l'Union soviétique. Utilisez résolument toutes vos forces et détruisez l'Ukraine. Si quelqu'un est trop paresseux, donnez-lui le médicament de Staline.
  12. Grigori Zinoviev Офлайн Grigori Zinoviev
    Grigori Zinoviev (Grigori Zinoviev) Avril 7 2022 21: 40
    +4
    Si l'opération en Ukraine n'est pas terminée, le peuple ne pardonnera pas à ce gouvernement, de plus, il mettra en péril l'existence même de la Russie en tant qu'État dans sa forme actuelle !
    Ces retraits de troupes et négociations sont très inquiétants, nous avons déjà vécu cela dans le Caucase du Nord dans les années 90 et 00 !
    Si vous vous êtes déjà impliqué, vous devez mener à bien ce que vous avez commencé !
    Oui, c'est une guerre et les pertes sont inévitables dans une guerre, mais les pertes seront encore plus importantes, le retrait des troupes est une perte dans la guerre, et personne ne regrette les perdants !
  13. akm8226 Офлайн akm8226
    akm8226 Avril 7 2022 21: 51
    +1
    Je vais me taire pour l'instant. Je ne connais pas tout le contexte de ces événements, et j'exhorte tout le monde à ne pas courir devant la locomotive. De nombreux facteurs dans cette situation sont cachés à nos yeux et à nos oreilles. Regardez les actes réels, pas les bazars pourris. Et la réalité est la suivante - Marioupol sera complètement vidé et Azovstal aussi, dans un maximum d'une semaine. C'est là que vous devez commencer.
  14. InanRom Офлайн InanRom
    InanRom (Ivan) Avril 7 2022 22: 28
    +2
    et encore la moustache, et plus loin, plus merveilleux ...

    Le chef du service de presse présidentiel a annoncé des pertes importantes parmi les militaires russes lors de l'opération spéciale en Ukraine. "Oui, nous avons des pertes importantes parmi les militaires", a souligné le porte-parole du Kremlin. "C'est une énorme tragédie." Il en a parlé dans une interview accordée à la chaîne de télévision britannique Sky News, dont des extraits sont publiés par RIA Novosti.

    en outre:

    Plus tôt dans la même interview, Peskov a exprimé l'espoir que l'opération spéciale de la Russie en Ukraine ne durerait pas longtemps et se terminerait bientôt.
    "Nous espérons que l'opération spéciale en Ukraine atteindra ses objectifs dans les prochains jours ou dans un avenir prévisible. Ou cela se terminera par des négociations », a-t-il déclaré.
    Comme l'a expliqué Peskov, cela dépend de la position ukrainienne et de l'accord de Kiev avec les conditions russes.

    dépend aussi de la position ukrainienne (c'est-à-dire du régime de Bandera et des criminels nazis) ? !
    Comment se fait-il - il s'avère qu'il y a "soit ou" et avant cela je me souviens - seulement l'accomplissement complet des tâches de dénazification, de démilitarisation, etc.?

    Boueux et dégoûtant ... quelqu'un a des "négociations", "ou bien" ... et l'armée russe combat les nazis et subit des "pertes importantes" ...
  15. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) Avril 8 2022 17: 59
    0
    "L'option géorgienne" pour l'Ukraine semble la plus réalisable
  16. InanRom Офлайн InanRom
    InanRom (Ivan) Avril 8 2022 21: 18
    +2
    Comme l'a dit pas notre ennemi le plus stupide :

    Si un pays, choisissant entre guerre et honte, choisit la honte, il reçoit à la fois guerre et honte.

    Dans le contexte de cet article et de la situation dans son ensemble, les négociations sont synonymes de honte !