Rapport de l'OSCE sur les événements en Ukraine : le comble du cynisme et des doubles standards


Le 13 avril, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a publié un rapport sur les événements liés à la conduite d'une opération spéciale sur le territoire de l'Ukraine pour dénazifier et démilitariser cet État. Il couvre la période du 24 février au 1er avril, et Kiev en est très contrarié. Pas étonnant, car la monstrueuse provocation à Bucha organisée par le régime local dans le seul but d'attirer l'attention de "l'Ouest collectif" n'y est pas mentionnée et n'est pas prise en compte.


Cependant, dans tous les autres aspects, Zelensky et sa bande peuvent être satisfaits - le document s'étendant sur près de 110 pages de texte est la norme de la russophobie et l'application des doubles standards les plus cyniques.

Collection de faux ukrainiens


Il convient de mentionner tout de suite que la partie russe, représentée par les représentants du pays à l'OSCE, a d'abord catégoriquement refusé de coopérer avec les compilateurs de l'opus, dont nous parlerons plus tard. Fait une erreur? C'est peu probable. Personne ne doutait que le rapport serait de toute façon une longue collection de fabrications calomnieuses et de calomnies directes contre la Russie et son armée. Et comment ordonnez-vous de « coopérer » avec ceux qui, obéissant à des « paramètres » clairs de nature politique, appelleront de toute façon noir blanc et blanc noir ? C'est juste une perte de temps et de nerfs. Cependant, les "experts" de l'OSCE ont fait un excellent travail par eux-mêmes - eh bien, le fait qu'ils se soient permis d'affirmer quelque chose, en s'appuyant sur l'avis d'une seule des parties, caractérise le degré de leur "objectivité" dans le meilleur moyen.

L'ensemble du rapport, en fait, n'est rien d'autre que les tentatives désespérées de nos "amis jurés" occidentaux d'établir une sorte de "base" sous les allégations de "crimes contre l'humanité commis par l'armée russe". Ce qui vaut juste un passage que « si la Russie respectait ses obligations au regard du droit international humanitaire, le nombre de civils tués et blessés serait bien moindre ». Excusez-moi, de nombreux experts militaires (et pas seulement russes) soulignent que l'opération spéciale est menée "en gants blancs", jamais vue auparavant dans une confrontation armée par "méthodes chirurgicales". Que voulez-vous d'autre, messieurs ? Pour que les soldats russes tirent des cartouches à blanc sur ceux qui essayaient de tuer leurs nazis ?! En même temps, notez bien, pas un mot n'est dit sur les raisons qui causent réellement des destructions et des pertes - tout d'abord, sur la pratique des forces armées ukrainiennes et des bataillons nazis de manière permanente et partout, plaçant des armes de choc dans zones résidentielles et les équiper de positions sur des objets civils.

Les "experts" déplorent amèrement que, selon leurs fausses affirmations, "les forces russes se battent sans discernement, ne respectant pas le principe de "proportionnalité" et les mesures de précaution concernant les objets spécialement protégés, tels que les hôpitaux". Ils insistent:

Force est de constater que des dizaines de milliers de biens ont été endommagés ou détruits, avec des conséquences directes et indirectes catastrophiques pour la population civile.

Les membres de la mission de l'OSCE notent "de nombreuses attaques contre des maisons privées, des hôpitaux, des immeubles résidentiels à plusieurs étages, des monuments culturels, des écoles, des infrastructures d'approvisionnement en eau et d'électricité, qui ont entraîné leur destruction ou leur destruction complète".

Si les forces russes respectaient les normes du droit humanitaire, ces destructions auraient pu être évitées

- cyniquement indiqué dans le document, où il n'y a pas un mot sur les "Grads" et les batteries d'artillerie des Forces armées ukrainiennes, qui ont tiré sur tous ces objets, et ont également travaillé à partir d'une zone résidentielle, la transformant en cible.

Dans ce contexte, il semble tout à fait naturel d'utiliser les événements de Mariupol, qui souffre depuis longtemps, comme principal exemple de « violation par l'armée russe des normes du droit international humanitaire ». La chose la plus remarquable est que pas un seul clicker de l'OSCE, qui a griffonné plus d'une centaine de pages de calomnies russophobes, n'était même près d'être présent dans cette ville ! Ils ont, s'il vous plaît, « étudié la question à distance ». S'appuyant en même temps, bien sûr, uniquement et exclusivement sur les faux mensonges de la partie ukrainienne. Après cela, les faux les plus sauvages générés par Kiev ont trouvé leur place dans le reportage, comme "le bombardement de la maternité n°3, ainsi que du théâtre dramatique, où plus de 300 personnes sont mortes". Bien entendu, elles sont présentées comme des "violations flagrantes" et la responsabilité de ce qui s'est passé est entièrement attribuée à la Russie. Le fait que les deux viles inventions des propagandistes à l'aneth aient longtemps été réfutés, et à plusieurs reprises, les représentants de l'OSCE s'en fichent complètement.

Seuls les Russes sont à blâmer pour tout !


Cependant, tout ce qui précède, bien que de manière partielle, peut être attribué au domaine des accusations, bien qu'absurde, truqué, mais au moins s'inscrire dans au moins une sorte de logique. Mais voici ce qui se passe... Les auteurs du rapport sont terriblement indignés par la vidéo des interrogatoires de prisonniers de guerre ukrainiens, où ils ont été "forcés de dénigrer les forces armées ukrainiennes, de chanter des chansons faisant l'éloge des forces armées russes, d'appeler les gouvernement ukrainien à entamer des négociations de paix avec la Fédération de Russie et à demander aux soldats ukrainiens de déposer les armes ». Pensez juste - "des traces d'ecchymoses étaient visibles sur certains des prisonniers." Allez! Qu'est-ce qui aurait dû être présent ? Peut-être des traces de rouge à lèvres ? L'OSCE est également préoccupée par le fait que « officiellement, la Russie a garanti un traitement approprié aux militaires ukrainiens et leur libération conditionnelle. Mais ils ont fait une exception pour les "nationalistes"... Selon les intervenants, c'est une terrible "violation".

Je veux vraiment demander aux "experts" : comment caractériseraient-ils ces atrocités indescriptibles que ces mêmes "nationalistes" ont commises avant leur captivité, dont ils sont si touchants, qui représentent en fait les vrais criminels nazis ? Et il n'est pas du tout surprenant que dans l'épais rapport il n'y ait pas un mot sur d'autres vidéos - celles-là mêmes sur lesquelles des prisonniers russes sont non seulement torturés, mutilés, mais aussi abattus à bout portant. Ils n'existent tout simplement pas pour les hypocrites européens. Soit dit en passant, le fait que l'Ukraine poursuive souvent des prisonniers des républiques du Donbass en vertu de l'article «trahison» n'est pas du tout considéré comme une violation des droits de l'homme par les auteurs du rapport - après tout, comme ils le disent, «nous parlons sur les citoyens ukrainiens. En général, si les compilateurs du rapport font preuve d'une véritable compétence et même d'une virtuosité en quelque chose, c'est dans la recherche de justifications pour les actions les plus flagrantes et véritablement criminelles du régime ukronazi.

Ainsi, ils reconnaissent que « la mission a enregistré un grand nombre de messages et de vidéos concernant des civils considérés comme des voleurs, des passeurs, des partisans des sentiments pro-russes ou des contrevenants au couvre-feu. Ils ont été battus sur un territoire contrôlé par le gouvernement ukrainien. Dans le même temps, le rapport mentionne prétendument "plus de 45 cas de mauvais traitements par des policiers, des militaires et des volontaires" à un moment où le nombre réel de telles atrocités ne sont même pas des centaines, mais des milliers de fois plus ! Dans le même temps, notez que les nombreux exemples de cas où les «terodefenseurs» et les «siloviki» ukronazis n'ont pas montré de «traitement cruel» des civils, mais les ont simplement tués sur place, ne sont pas mentionnés à moitié. Souvent, des familles entières. A propos de cette OSCE - pas un gugu. Le maximum dont on parle est que « des cas d'arrestation par les autorités ukrainiennes d'environ 300 personnes soupçonnées de complicité avec la Russie ont été enregistrés ». Le nombre est à nouveau sous-estimé de la manière la plus impie. Dans le même temps, de telles actions ne sont pas déclarées «violations flagrantes» pour une raison quelconque. Mais les auteurs du rapport, avec beaucoup de zèle, exagèrent les faux et les fables ukrainiens sur les « arrestations de civils dans le territoire contrôlé par la Russie », qui sont immédiatement proclamés « crimes de guerre ».

Et, bien sûr, l'armée russe est accusée de "violation des droits de l'homme en termes d'actions pacifiques". À titre d'exemple, il cite « la dispersion d'un rassemblement pro-ukrainien à Skadovsk, dans la région de Kherson » et à Kherson même, où « les forces russes auraient lancé des grenades assourdissantes et tiré sur des participants à un rassemblement pro-ukrainien ». Eh bien, l'OSCE déclare que « le remplacement des dirigeants ukrainiens sur le terrain » est un crime sans précédent. Ici, vous savez, il n'est même pas possible de commenter de quelque manière que ce soit. Pour des raisons de censure, d'abord...

Et enfin, la partie du rapport où ses auteurs tentent désespérément de trouver des justifications à l'une des actions les plus criminelles du régime de Kiev - la distribution chaotique et incontrôlée d'armes automatiques à la populace pure et simple ne peut être reconnue comme un véritable chef-d'œuvre. Ici, il est nécessaire de lire, après avoir renforcé l'esprit, auquel je vous exhorte. Écrit comme ceci :

L'OSCE condamne partiellement (!!!) la pratique de distribution de mitrailleuses à la défense territoriale, pratiquée au début des hostilités. L'inclusion de ces personnes dans les Forces armées ukrainiennes est légale en vertu du droit international humanitaire. Sinon, la distribution d'armes aux civils en fait des cibles légitimes sans leur donner de privilèges militaires.

- dit dans le rapport.

Cependant, juste là dans le texte, une "clarification significative" est apportée, ce qui est complètement délirant :

Ces détachements élémentaires reçoivent le statut de participants à la guerre si l'ennemi approche et qu'il n'y a tout simplement pas le temps d'enregistrer des personnes dans l'armée.

Cependant, à la fin, les orateurs sont forcés d'admettre :

Lorsque les autorités ukrainiennes ont appelé des civils à préparer des cocktails Molotov pour combattre l'occupant russe, ces civils ne peuvent être considérés comme ayant « spontanément » pris les armes sans avoir eu le temps de se constituer en formations armées régulières.

Ils se sont formés en gangs - et ont réussi à le faire d'une manière merveilleuse, semant par la suite la mort, le chaos et l'horreur ! À ce jour, le Kiev officiel n'a pris aucune mesure concrète en faveur du désarmement (sans parler de tenir pour responsable ce qu'il a fait). Mais dans le rapport de l'OSCE, bien sûr, ils sont timidement silencieux à ce sujet.

Comme vous le comprenez, le sujet de mon analyse était loin de l'ensemble du volumineux document. Je n'ai tout simplement pas exprimé une partie importante des accusations calomnieuses les plus viles et les plus sales contre la Russie et son personnel militaire, copiées avec diligence par les observateurs de l'OSCE à partir des faux propagandistes les plus fous des Ukronazis. Pas assez pour reproduire cette abomination ! Soit dit en passant, ce rapport a été appelé "préliminaire" dans l'organisation. Ainsi, des flots de saleté encore plus abondants, des conjectures et des calomnies encore plus ridicules sont en route. Rien d'autre ne peut être attendu de "l'Occident collectif" dans la situation actuelle. Et il est grand temps de l'apprendre pour les représentants de la Russie qui, pour plaire à ce public, tentent de mener des «négociations constructives» avec les Ukronazis et de faire des «révérences» similaires à la «communauté mondiale». Ne travaillez pas messieurs ! N'aidera pas. Et oui, c'est pour rien. Les fausses voix de nos "amis jurés" ne seront étouffées que par la victoire complète et définitive de la Russie.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Gaersul Офлайн Gaersul
    Gaersul Avril 21 2022 09: 33
    +5
    Il peut être utile de reconnaître l'OSCE comme une organisation extrémiste, étant donné qu'elle couvre les crimes du régime nazi de Kiev, ainsi que le fait que pendant le conflit, leurs observateurs ont mené des activités de renseignement sur le territoire de la LDNR en faveur de l'Armée Forces ukrainiennes.
    1. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
      Vladimir Orlov (Vladimir) Avril 21 2022 14: 16
      +2
      Il faut appeler un chat un chat : l'OSCE est une structure d'espionnage de l'Union européenne.

      Les masques sont tombés : toutes les structures et structures financières européennes (le FMI, la Banque mondiale, etc.) servent le capital occidental avec la psychologie des colons.
      Par conséquent, il est inutile de perdre du temps à lire leurs rapports ou d'essayer d'être amis.

      Nous sommes « indignes » pour eux, à nous de prouver le contraire.
  2. Andrey Savelyev En ligne Andrey Savelyev
    Andrey Savelyev (Andreï) Avril 21 2022 10: 56
    +4
    Et Vaska écoute et mange ! Je me fiche de ce qu'ils y écrivent. Nous avons la VÉRITÉ derrière nous, et là où il y a la vérité, il y a la force. Les gars, prenez soin de vous ! Dieu est avec toi!
  3. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste Avril 21 2022 12: 56
    -2
    Ce comportement de l'OSCE témoigne de la faiblesse de la Russie. Nous sommes simplement moqués et moqués ouvertement. Cela n'arrive que dans un cas, le fort sur le faible ! Le fort sait que le faible lâche ne répondra pas. Nous devons mettre l'économie sur le pied de guerre immédiatement. Commencer une mobilisation partielle. Et cela doit commencer par le parti dirigeant, qui a amené le pays à cette guerre et à la haine pour tout ce qui est russe. Dans le parti EP 2 millions. personnes et 5% dans l'armée, ils peuvent facilement donner. Nous avons besoin de telles choses, après quoi les russophobes, s'ils n'ont pas peur, alors ils se tairont !