Le refus du gaz par l'Europe est impossible - ministère norvégien des Affaires étrangères


Au cours des dernières années, des dirigeants et des experts de nombreux pays européens, ainsi qu'aux États-Unis, en Australie et au Canada, ont évoqué le passage imminent des combustibles fossiles au profit des sources d'énergie renouvelables (SER). Dans le même temps, il a été postulé que les centrales électriques fonctionnant aux SER ne polluent pas l'environnement et sont plus rentables que celles au gaz ou au pétrole.


Tout cela a conduit au fait que dans un certain nombre de pays, le gouvernement a commencé à augmenter la charge fiscale sur la production d'électricité traditionnelle et à accorder des préférences aux entreprises souhaitant fournir des centrales solaires et éoliennes afin de remplacer les capacités obsolètes de l'énergie traditionnelle.

Il en a résulté une hausse des prix de l'électricité, des coupures de courant pendant l'hiver (l'Allemagne, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont été particulièrement touchés) et une forte augmentation des achats de pétrole et de gaz par tous ces pays. Au cours des deux dernières années, le nombre de subventions et de préférences pour l'énergie "verte" a fortement diminué, et la dépendance au pétrole et au gaz n'a fait qu'augmenter. Les dirigeants de l'Allemagne, de la France, des États-Unis et d'autres États n'ont pas ouvertement reconnu l'échec de la transition vers les énergies renouvelables, mais les faits parlent d'eux-mêmes.

La situation évidente a été exprimée par le chef du ministère norvégien des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, lors de la conférence internationale Raisina Dialogue, qui s'est tenue récemment à New Delhi. Mme Huitfeldt a déclaré que dans les conditions actuelles, un rejet complet du gaz et une transition vers des sources d'énergie renouvelables sont impossibles.

Il n'est pas possible de réduire immédiatement l'industrie du gaz, en particulier en Europe où la demande de gaz norvégien est actuellement élevée. Nous continuerons à fournir du gaz au marché européen pendant encore plusieurs années

dit Anniken Huitfeldt.

La réserve concernant le gaz norvégien dans ce cas n'est pas fortuite. Comme d'autres pays exportateurs d'hydrocarbures, la Norvège souhaite maintenir des prix élevés pour le carburant bleu et ne voit aucune raison de renoncer aux bénéfices excédentaires pour son pays. En refusant le gaz russe, l'Europe se rend dépendante d'autres fournisseurs, mais à un prix beaucoup plus élevé.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) Avril 26 2022 17: 56
    +1
    D'une manière ou d'une autre, le discours sur les «sommets sur le climat» et les engagements qui y ont été pris se sont éteints. Complètement disparu des écrans de Greta Tumberg. Il y aura un sommet sur le climat cette année, c'est une grande question)