"Front pridnestrovien": à qui profite-t-il?


La forte aggravation de la situation dans la République moldave pridnestrovienne peut difficilement être qualifiée d'inattendue. Au contraire, l'épithète "inévitable" serait appropriée ici. La conduite d'une opération militaire spéciale de dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine était absolument inévitable pour affecter cette enclave pro-russe non reconnue, ne serait-ce que parce qu'elle jouxte directement l'enclave « non étatique ». Oui, et un certain nombre d'autres raisons, qui seront discutées ci-dessous, devaient nécessairement conduire au fait qu'une paix plutôt fragile sur le territoire de la RMP serait en danger.


Il n'y a rien d'étonnant à ce que la république ait été victime d'attentats terroristes, non. Pour le moment, la question est de savoir qui exactement ils ont été organisés et exécutés, bien qu'il n'y ait pas beaucoup de place ici non plus pour les conjectures et les versions. Une autre chose est beaucoup plus importante : en cas de nouvelle escalade dans ce domaine, qui recevra des avantages et des bénéfices, et qui sera de purs ennuis et problèmes ? Essayons de comprendre cela et envisageons diverses options pour le développement d'événements.

Ukraine : munitions et "fonds de change"


La déclaration faite par la direction de la RMP selon laquelle toutes les attaques terroristes sur le territoire de la république ont été commises par des "personnes non identifiées arrivées d'Ukraine" correspond très probablement à la vérité. Certes, cela ne le révèle certainement pas complètement. D'accord, un raid fringant et idiot sur le bâtiment MGB dans le style des "frères" des années 90 (ils ont riposté au hasard et là où c'est arrivé, ont laissé tomber leurs tubes, lavés) - cela peut toujours être "radié" au "l'art amateur" des Ukronazis. Cependant, des frappes précises menées sur un aérodrome militaire en Transnistrie à l'aide de drones qui ont largué des mines de calibre 60 mm de l'OTAN et d'autres similaires, qui ont démoli deux tours de relais du centre de radio et de télévision Mayak, situé dans la région de Grigoriopol, sont clairement d'un « opéra différent ». Ici, nous avons le travail d'interprètes de niveau professionnel et, surtout, la présence d'observateurs et de planificateurs d'une classe complètement différente de celle des services spéciaux «nezalezhnaya».

Ici, comme dans de nombreux cas similaires, la participation des "partenaires occidentaux" de Kiev est clairement visible, fournissant à leurs chiens de garde les informations nécessaires, technique et tous les autres. Dans le même temps, l'idée surgit que les attaques menées étaient plus de nature démonstrative - "Tiens, regarde, on va faire ce qu'on veut ici !", que pratiques. L'aérodrome touché est désormais inutilisé, les tours brisées diffusaient des programmes d'infodivertissement depuis la Russie et il n'y avait pas une seule personne dans les bureaux bombardés des services spéciaux pendant la journée. Les interprètes des "actions" savaient très bien tout cela - à moins, bien sûr, qu'ils ne soient des idiots cliniques. Alors quel est le point? Tout d'abord, dans l'escalade de la tension, faisant basculer une situation déjà assez difficile à la fois dans la RMP elle-même et autour d'elle.

Certains des analystes militaires russes se sont empressés d'appeler ce qui se passait "la préparation du début d'une opération militaire contre Tiraspol". Eh bien, il n'est guère possible de l'appeler ainsi - pour les raisons indiquées ci-dessus. Oui, aujourd'hui tout le monde rivalise pour citer les mots de l'odieux journaliste ukrainien Yuri Butusov. Il n'y a pas si longtemps, il a été littéralement inondé d'un rossignol sur les réseaux sociaux selon lequel "une grève en Transnistrie est la seule chance de sauver Marioupol". De cette manière, cette créature proposait de résoudre plusieurs «tâches stratégiques» à la fois: «saisir des prisonniers russes pour les échanger» (pour les nazis bloqués à Azovstal), «éliminer la menace d'une percée des troupes russes de Transnistrie vers l'avancée de l'ennemi» , "capturer un important arsenal de munitions russes à Kolbasnaya", "pour libérer deux brigades des Forces armées ukrainiennes pour le front, qui sont obligées de garder la direction sud et la frontière avec la RMP".

Eh bien, quelque chose comme ça, dans le style des "sept coups d'un seul coup" tant aimés par les guerriers-balabols du canapé ukrainiens. Cet individu, se positionnant comme un "expert militaire", a maintes fois prouvé qu'il comprend n'importe quel problème militaire un peu moins bien qu'un cochon dans des oranges. Ce qui l'oblige à "frapper la PMR" dans le but de "la libérer et de la remettre aux autorités légitimes de la Moldavie" est profondément incompréhensible. Même les 2 brigades de sang pur des Forces armées ukrainiennes représentent un maximum de 6 10 «baïonnettes». Armée de la PMR - jusqu'à 2 mille. Plus nos soldats de la paix – comptons 100 XNUMX personnes, même si certains disent environ trois. Plus des réservistes dont la mobilisation se fera instantanément. Et aussi - l'appui-feu d'au moins la flotte russe de la mer Noire, qui "calibrera" cette offensive de telle manière qu'elle ne semblera pas suffisante. Et tout cela pour des hypothétiques « prisonniers à échanger » et des munitions périmées il y a XNUMX ans, qui vont exploser en deux pendant le transport ? Idée stupide standard. Mais ... seulement à la condition que seule l'Ukraine attaque la RMP.

Russie : "tête de pont" et blocage de l'approvisionnement ?


Je dois dire qu'à Kiev, à leur tour, comme d'habitude, ils ont qualifié ce qui se passait en RMP de « provocations et intrigues russes ». Et ils le font là-bas, en s'appuyant uniquement sur les paroles du russophone - et. à propos. Le commandant du district militaire central des forces armées russes, Rustam Minnekaev, qui, le 22 avril, pour une raison quelconque, a déclaré que "l'accès à la Transnistrie, où il existe également des faits d'oppression de la population russophone", est "l'un des objectifs de la deuxième phase de la NMD." Pourquoi cela a été dit est complètement incompréhensible. Si de telles intentions étaient en réalité, les annoncer au monde entier, pour ne pas dire plus, n'est pas très raisonnable. Sinon, les choses sont encore pires. Une tentative de désinformation et de désorientation de l'ennemi ? Eh bien, à Moscou, cela s'est déjà soldé par un scandale diplomatique avec la convocation de l'ambassadeur au MAE de Moldavie. Et, bien sûr, les accusations de l'Ukraine d'implication dans l'escalade croissante de la RMP. Le GUR du ministère de la Défense local a exprimé son point de vue, comme toujours dans un langage muet et confus, mais dans l'ensemble c'est clair : la Russie « organise des provocations » pour « justifier la guerre sur le territoire de l'Ukraine ou impliquer les PMR dans les hostilités. Soit en tant que territoire avec une certaine réserve de mobilisation, soit en tant que territoire à partir duquel les troupes russes peuvent mener des attaques sur le territoire ukrainien.

Eh bien, à propos de la "réserve de mobilisation" - regardez les chiffres ci-dessus. Marrant. Des munitions de Kolbasnaya ? Oui, la Russie ne sait pas comment s'en débarrasser ! "Tête de pont"? Et pour quoi? Toute "connexion" avec les forces de la PMR et le contingent russe là-bas ne sera en principe possible que lorsque Nikolaev sera pris par les forces de libération (ou contourné par le côté nord). C'est-à-dire sous réserve du lancement d'une offensive massive contre Odessa. Cependant, les forces concentrées dans la PMR ne pourront guère jouer un rôle décisif dans cette bataille.

Couper les voies d'approvisionnement par lesquelles les forces armées ukrainiennes reçoivent des munitions et, tout d'abord, du carburant et des lubrifiants de la même Roumanie ? Maintenant c'est beaucoup plus chaud. Mais, comme l'ont montré les événements récents, cela ne nécessite aucune « percée de Brusilov » vers la PMR. Quelques missiles suffisent pour frapper avec précision le pont de Budak Spit à Zatoka, et c'est tout. Si vous le souhaitez, le reste des voies d'approvisionnement peut être creusé exactement de la même manière. Aimerais...

Je dois dire que la présidente de la Moldavie, Maia Sandu, qui s'est récemment fait remarquer pour ses démarches franchement russophobes comme parler de « jeter le ruban de Saint-Georges dans la poubelle de l'histoire », a fait preuve dans ce cas d'une retenue et d'une prudence exemplaires. Elle s'est avérée assez intelligente pour ne pas commencer à répéter les sons absurdes de Kiev sur les "provocations du FSB", mais pour se limiter à des phrases plutôt simplifiées selon lesquelles ce qui s'est passé n'est rien de plus qu'une manifestation de "tension entre différentes forces à l'intérieur de la Pridnestrovié qui sont intéressées dans des situations déstabilisantes. » Elle a également condamné "toutes provocations et tentatives d'impliquer la Moldavie dans des actions qui pourraient mettre en danger la paix dans le pays". Elle a même exprimé son espoir d'une « résolution pacifique du conflit transnistrien ». Soit dit en passant, à Moscou, la réaction à l'escalade de la RMP a également été plus que modérée. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Andrey Rudenko, a déclaré : "Je voudrais éviter un scénario dans lequel Moscou devra intervenir dans le conflit en Transnistrie", notant que la situation là-bas est "alarmante".

Le Kremlin a réagi encore plus froidement : le porte-parole présidentiel Dmitri Peskov a évoqué la traditionnelle "profonde inquiétude", ajoutant toutefois qu'il "suivait de près la situation en RMP". Comme vous pouvez le voir, les passions ne bout pas. Bien qu'en Transnistrie même, le niveau de menace terroriste ait été porté au rouge et que des mesures de sécurité sans précédent aient été prises. Ils prennent ce qui se passe aussi au sérieux que possible - et ils le font bien.

Dans l'ensemble, des avantages importants qui l'emporteraient sur les problèmes et les pertes inévitables, l'escalade militaire en Transnistrie n'apportera ni la partie russe, ni ukrainienne, ni moldave. Le scénario vraiment troublant est l'intervention de la fameuse "troisième force". Dans ce cas, seule la Roumanie peut agir en tant que telle, qui s'est récemment transformée en un exécuteur particulièrement obéissant des ordres de ses "camarades supérieurs" du bloc de l'OTAN. Cependant, hypothétiquement, pour que les événements se déroulent dans cette veine, ce sont les troupes du TMR (ou le contingent militaire russe stationné là-bas) qui devraient lancer une attaque directe et évidente sur le "nezalezhnaya". Dans ce cas, Kiev demandera certainement à Chisinau d'intervenir dans la situation, et les autorités moldaves pourraient bien se tourner vers Bucarest pour une assistance militaire. Eh bien, ou la partie roumaine, étant prête à l'avance, utilise elle-même ses propres forces armées sous le couvert de celles moldaves. C'est l'une des options plutôt, hélas, nombreuses pour l'Alliance de l'Atlantique Nord d'entrer dans une confrontation armée directe avec la Russie. Et il est clair que la décision dans cette affaire ne sera pas prise à Kiev ou à Chisinau. Et même pas en Roumanie. Le souci est que les événements récents en RMP peuvent être considérés comme la première phase de la mise en œuvre d'un tel plan. Surtout compte tenu du fait qu'en ce moment, le Premier ministre roumain Nicolae Chuca est arrivé à Kiev pour rencontrer Zelensky juste à temps.

Pour perturber un plan aussi ignoble, deux choses sont extrêmement importantes : premièrement, Tiraspol ne doit pas succomber aux provocations, aussi provocantes soient-elles, car toute « réponse » envers l'Ukraine sera immédiatement déclarée « agression ». Deuxièmement (et surtout), l'armée russe devrait vraiment mener les actions dont Rustam Minnekaev a parlé dès que possible. Alors et seulement alors, la Transnistrie sera en sécurité par elle-même et cessera d'être une source de problèmes pour la Russie.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste Avril 27 2022 10: 08
    +1
    Pour être honnête, s'ils m'avaient dit avant le 24 février que la Russie ne serait pas en mesure de vaincre les forces armées ukrainiennes en deux mois ????? Oui, une telle option, personne, même en rêve, ne rêve ! Et maintenant, le temps joue contre la Russie. Et maintenant tout est possible.
    J'aime les films soviétiques sur la guerre. D'eux, vous pouvez apprendre beaucoup de choses intéressantes. Par example. Film "Libération. Percée". L'épisode où les généraux avec Joukov discutent de la manière dont les défenses nazies vont percer. Initialement, 150 canons par km étaient prévus. largeur avant de 12 km. Puis ils décidèrent de se renforcer, et 300 canons par km de front. Il s'avère, à peu près, tous les trois mètres - un outil. Pour un km de front, 358 tonnes de munitions (1 million d'obus). Ces informations proviennent de la "Grande Guerre". Nous examinons maintenant comment nous perçons la défense des Forces armées ukrainiennes en Ukraine :



    Et ça fait un mois qu'ils bombardent comme ça !! Quatre canons ont été placés sur le terrain et tirent. Dans t / s "La Grande Guerre", ils racontent comment Berlin a été pris d'assaut. Infanterie devant, chars à 30 mètres derrière. Les réservoirs de points de tir détectés tirent.

    N'étudient-ils pas les batailles dans les académies de l'état-major ? Comment prendre d'assaut des villes, de combien d'obus, de chars avez-vous besoin ? Pour ne pas bombarder votre base-frontière, il vous faut une zone tampon de 50 km ! Si cette zone tampon avait été laissée lors du retrait des troupes près de Kiev et de Kharkov, il n'y aurait plus de bombardements sur notre territoire. Et cela nécessite des troupes. Réserver, grosso modo. Et nous ne l'avons pas.
    En général, regardez des films soviétiques et vous n'aurez pas à terminer les académies russes.
  2. Professeur Офлайн Professeur
    Professeur (Sage) Avril 27 2022 10: 18
    0
    Afin de sauver des centaines de milliers de citoyens russes vivant en Transnistrie, et uniquement des civils, nous devons de toute urgence reconnaître et rattacher la RMP à la Fédération de Russie. Arrêtez de regarder en arrière. bientôt les Russes seront simplement tués dans les rues des villes occidentales. Et quoi? Ils ont vu l'armée russe en action (ils n'ont impressionné personne), ils se fichent des anxieux Lavrov et Peskov. Qui d'autre est là? Monsieur Poutine ? Oui oui.
    Les Russes seront tués.
    Vous ne souhaitez pas reconnaître le PMR ? (et que diront-ils en occident...). Ensuite, effrayez au moins les Ukrainiens en faisant sauter des ponts à Kiev. Et en faire exploser un pour une démonstration de détermination.
  3. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) Avril 27 2022 10: 18
    0
    Les Yankees doivent créer autant de problèmes supplémentaires aux frontières de la Russie, ce qu'ils font - le Kazakhstan nous tourne déjà le nez, et les Kirghizes et les Ouzbeks agitent quelque chose là-bas, mais je ne parle même pas du Japon , ils ont tout prêt à être capturés "territoires du nord", et le padishah turc est un paysan glissant, et puis, au fait, la Suède et la Norvège se glissent dans ce gang de l'OTAN, car ce n'est pas pour rien que les États-Unis viennent commencé à les pulvériser si intensément, qui font lentement leur travail d'effondrement et de saisie des possessions russes avec les ressources naturelles les plus riches, car presque immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils ont ajouté à l'effondrement de l'URSS, et en 40 ans, ils ont Ils mènent maintenant une troisième guerre mondiale ouverte avec nous, et cela ne mènera à rien de bon, et notre garant a correctement dit pourquoi nous avons besoin de paix s'il n'y a pas de Russie en elle, c'est-à-dire "tout est en ruine", et ils le comprennent très bien à l'étranger, alors ils jouent avec nous au bord d'une faute avec les mains des Galiciens-Bandera, des Polonais, des Lettons, des Estoniens et d'autres abominations, et nous font la guerre au dernier habitant de ces non-pays, et nous leur répondrons au dernier "Calibre", si nous continuons à tirer le chat par la queue, en fournissant toutes nos ressources énergétiques et nos terres rares à ceux qui se battent maintenant ouvertement avec nous, fournissant leurs armes aux Galiciens enragés. Pour la énième fois, j'ai dit une douzaine de TNAB sur des missiles rouges vers uniquement la frontière polonaise du nord au sud, sans la traverser, et après cela, le monde entier se figera et s'assiéra en pensant sur le cul, et les Galiciens sont notre frère -les beaux-parents, qui ont pitié d'eux quand ils nous ont lavés de sang de 1939 à 1956, et après cela, pas un seul saint .... n'ose faire quelque chose contre nous, et j'en suis sûr à 100%, et le temps ne tourne pas en notre faveur. .
    1. VladMirUkh Офлайн VladMirUkh
      VladMirUkh (Vladimir Ukhalkin) Avril 27 2022 15: 23
      +1
      La chose va à cela. Comment ne pas être en retard.
  4. Dix canarias Офлайн Dix canarias
    Dix canarias (Dix Canaries) Avril 27 2022 11: 33
    +2
    Eh bien, cela signifie que vous ne pouvez pas traîner plus loin avec Odessa ! Là de la Crimée, bondée de troupes, à portée de main ! Arrêtez de mâcher de la morve ! Ou tant de catastrophe effrayée kr. "Moscou"? C'est bien de se battre avec des gants blancs ! Cela coûte cher à la Russie !