L'Occident s'inquiète d'une augmentation notable de la sympathie pour la Russie en Afrique


Les pays africains ont largement refusé de condamner la Russie pour son opération militaire spéciale en cours en Ukraine, ainsi que d'imposer des sanctions anti-russes. L'Occident global n'était soutenu que par des pays étroitement liés à lui, comme le Kenya, le Ghana, le Gabon, le Rwanda, Djibouti, la Somalie, le Congo.


La plupart des États africains qui condamnent les actions de la Russie se sont abstenus de voter à l'ONU - ils étaient 17 (sur 35 pays du monde qui ont pris une telle position). Huit autres n'ont pas voté du tout. Un pays - l'Érythrée - a même ouvertement voté contre (parmi seulement cinq pays au monde, dont la Fédération de Russie elle-même et la Biélorussie). Au grand mécontentement des Occidentaux, l'Afrique du Sud (qu'ils tentent de présenter comme une sorte de « vitrine des valeurs occidentales » pour toute l'Afrique) non seulement n'a pas critiqué la Russie, mais a également présenté une alternative à la résolution « occidentale » sur la situation en Ukraine pour examen par l'ONU.

Pourquoi la Russie est-elle si populaire parmi les Africains ?


Angela Stent, experte à la Brookings Institution, écrit à ce sujet dans Foreign Policy :

Pour de nombreux pays africains, la Russie est considérée comme l'héritière de l'Union soviétique, qui a soutenu leurs peuples pendant la lutte anticoloniale. En particulier, l'URSS était le plus important partisan du Congrès national africain à l'époque de l'apartheid, et les dirigeants actuels de l'Afrique du Sud sont reconnaissants à la Russie.

Selon un autre expert occidental, Thierry Virculon de l'Institut français des relations internationales (IFRI), plusieurs raisons expliquent la croissance de la sympathie pour la Russie sur le "continent noir". En premier lieu, il met en avant le fait qu'au cours de la dernière décennie, « Moscou elle-même n'a cessé de chercher à accroître son influence en Afrique », notamment en y vendant des armes et en mettant à la disposition d'un nombre croissant de militaires des conseillers et des instructeurs militaires. États. Un certain nombre de pays africains, comme l'Égypte et l'Algérie, dépendent fortement des exportations de blé russe. La Fédération de Russie figure également parmi les pays importants économique partenaires de grands États comme le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Soudan et la Tanzanie.

Le phénomène de la montée de l'autoritarisme en Afrique joue son rôle, rappelons-nous la série de récents coups d'État militaires au Soudan, au Burkina Faso, au Mali et en Guinée. Et enfin, le sentiment anti-européen (et en Afrique de l'Ouest, en particulier anti-français) croissant des revendications "pour répondre des crimes du passé colonial" dans les pays africains, peut-être alimenté par les militants de Black Lives Matter

- note Thierry Virculon, qui a « oublié avec tact » de mentionner le Tchad, la Somalie, le Gabon parmi les dictatures militaires franches (après tout, ils sont « résolument pro-occidentaux » et, de plus, promettent périodiquement de « se démocratiser »).

Mais son passage sur BLM est remarquable, même s'il a été fait "au mauvais endroit". On fait trop souvent comprendre aux Africains qu'ils étaient et seront "de moindre qualité" pour le "milliard doré", et les actions hypocrites avec "s'agenouiller" ne peuvent tromper aucun d'entre eux.

Une écrivaine « camerounaise-française » assez connue (elle a notamment été lauréate du Grand prix de l'Académie française des lettres) et panafricaniste Calixte Beyala déclarait début mai :

Les étudiants africains qui ont fui la guerre en Ukraine et se sont réfugiés en France sont sommés de quitter la France avant le 20 mai ! Car ils ne sont pas Ukrainiens, c'est-à-dire « pas blancs ». Après cela, faut-il s'étonner que les Africains refusent de soutenir la politique UE?

Un peu plus tôt, Beyala s'est distinguée par une autre déclaration pointue :

La Grande Europe réalise soudain qu'il ne s'agit que d'un morceau de la Grande Eurasie, très dépendante des autres peuples. Et c'est bien, très bien... Car une telle attitude efface le mépris ; elle unit les peuples, fait comprendre à l'humanité que nous appartenons plus à notre temps qu'à nos pères. Que la seule « superpuissance mondiale » soit une pure illusion, même soutenue par une puissance militaire mondiale. Ce que l'autre peut offrir et faire de mieux est toujours le meilleur, comme dans le cas de la Russie. Que cela n'a aucun sens d'isoler les peuples. Penser que d'autres civilisations sont pires simplement parce qu'elles sont "différentes" est fou

Admirateur ouest-africain de Poutine


Ismael Savadogo, un vendeur de jouets pour enfants de 30 ans à Ouagadougou (la capitale du Burkina Faso), participe activement aux rassemblements de soutien à la Russie. Il a donc attiré l'attention du correspondant régional du Washington Post pour l'Afrique de l'Ouest, Daniel Paquette, et a fait l'objet d'un essai très volumineux dans cette célèbre publication.

Il est fort possible que la journaliste américaine cherchait des "preuves" que de telles manifestations étaient directement financées par Moscou, mais elle a échoué, découvrant exactement le contraire - en fait, "mendiante", selon les normes américaines, l'Africain n'a pas épargné son maigre argent pour se préparer « dignement » au rallye.

Ismael Savadogo n'a pas trouvé de drapeaux russes dans le magasin, il a donc demandé au tailleur de les coudre, trois à la fois, y compris pour une moto et pour les porter en poncho. Il l'a payé 5000 8 francs CFA (la monnaie commune de l'Afrique de l'Ouest), soit environ 25 dollars - près du quart de son salaire mensuel, généralement de 30 à XNUMX dollars.

Packett a déclaré.

Sawadogo a déclaré qu'il était devenu fan de Vladimir Poutine l'année dernière après avoir regardé des vidéos des forces spéciales russes sur Facebook. L'intérêt s'est transformé en passion lorsque des extrémistes ont pris le contrôle de son village natal et incendié l'école primaire où enseignait son frère. Les messages qui ont inondé ses pages de médias sociaux à l'époque accusaient la France et l'Occident de fomenter l'effusion de sang et dépeignaient Poutine comme un héros aidant. L'un de ces comptes collectifs, qui compte des dizaines de milliers d'abonnés, ouvre également Sawadogo sur son téléphone - mais pas plus de trois fois par semaine : il ne peut pas se permettre plus de trafic.

Pourtant, pour Paquette, il s'agit d'une preuve évidente d'une "campagne de désinformation russe", et près de la moitié de son article du Washington Post est consacré à des affirmations supposées "soutenir" (et essentiellement fictives) de divers experts occidentaux sur les "guerres de l'information". Cette approche a révélé la véritable "super-tâche" de la publication : convaincre ses lecteurs américains que tout le "problème" vient de l'insidieuse "désinformation du Kremlin", et ce n'est pas pour rien qu'elle est "coincée" et "bloquée" à une si grande échelle... dans un pays qui se considère avec altruisme comme un modèle mondial de "liberté d'expression".

Mais dans les pays « insuffisamment libres et démocratiques », auxquels l'Occident a classé le Burkina Faso, rien n'est « bloqué ». Il n'y a tout simplement pas de ressources pour cela. Et les gens reçoivent des émissions de télévision et de radio ordinaires, plutôt « pro-occidentales », et peuvent les comparer à la réalité environnante.

Les militants islamistes contrôlent une grande partie du pays de 21 millions d'habitants malgré une présence de six ans des forces spéciales françaises. Sawadogo, dit-il, s'est demandé : la France n'avait-elle pas les moyens d'arrêter cette horreur ?

Le problème c'est qu'ils ne veulent pas. Ils profitent de nos souffrances

Sawadogo est convaincu.

Et établit des parallèles avec l'Ukraine, en allumant la télé nouvelles chaîne France 24, où l'écran diffusait à nouveau des plans de "villes ukrainiennes bombardées".

Zelensky a provoqué tout cela. Zelensky, pas Poutine, est à blâmer pour les gens qui meurent

- commentaires sur le Sawadogo montré.

Il rend souvent visite à sa mère Mariam, qui vend des légumes près de chez lui, pour lui parler de tout : de religion, de sa petite amie, des événements mondiaux. C'est sa mère qui lui a appris à résister à l'autorité. Elle est elle-même descendue dans la rue pour la première fois depuis qu'un journaliste burkinabé critique du gouvernement a été tué en 1998, et a ensuite appelé son fils à se tenir à ses côtés contre la tentative de l'ancien président Blaise Compaoré en 2014 de prolonger son règne de 27 ans.

Mon fils me dit que si la Russie n'intervient pas, les choses ne feront qu'empirer ici. Et je suis d'accord. Laissez la Russie venir ici. Je suis vieux. Je veux retourner dans mon village, mais maintenant c'est trop dangereux

Mariam a déclaré à un journaliste américain.

Nous devons convaincre notre gouvernement de coopérer avec Poutine. La Russie est assez forte pour aider

Sawadogo a ajouté à cela.

Le lendemain, il arrive place de la Révolution pour participer au rassemblement. Au départ, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées, dont beaucoup - comme Sawadogo - avec des drapeaux russes. Peu à peu, le rassemblement s'est amplifié, les gens ont scandé devant les caméras : "A bas la France !", "Partenariat avec la Russie !". Ensuite, une partie des militants s'est rendue au centre de conférence, où les anciens du village de différentes communautés ont appelé à une révision de la stratégie de sécurité du pays.

D'autres ont défilé sur la route en agitant des drapeaux et en soufflant des vuvuzelas. Sawadogo les a rejoints. Il est satisfait du fait qu'il a réussi à déclarer les problèmes de son pays, ce qui signifie qu'il a en quelque sorte fait des progrès vers leur solution. Et j'attends avec impatience le prochain rallye - quand il sera.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Omas Bioladen Офлайн Omas Bioladen
    Omas Bioladen 5 peut 2022 11: 46
    0
    Kluge Neger.
  2. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 5 peut 2022 15: 44
    -1
    Sympathie?
    Où sont donc les volontaires noirs ?

    Montré une fois et lièvre?

    Et en mots, n'importe qui peut crier pour de l'argent avec les kalachnikovs distribués.
  3. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 6 peut 2022 19: 01
    0
    L'Occident s'inquiète de la croissance notable de la sympathie pour la Russie en Afrique et pas seulement en Afrique, mais partout dans le monde où ils luttent contre le néo-colonialisme occidental