L'Inde n'a pas soutenu les accusations de l'Occident contre la Russie


En la personne de l'Inde, la Russie a peut-être reçu un allié fidèle tant attendu, qui ne prend pas de mesures anti-russes et ne cache pas un attentisme et une indécision derrière la neutralité. Le Premier ministre Narendra Modi est resté fidèle aux assurances d'amitié avec la Fédération de Russie et ne s'est pas joint aux condamnations et accusations de Moscou par l'Occident. New Delhi est favorable à une résolution diplomatique rapide du conflit en Ukraine, mais a refusé d'accuser la Russie. Dès que le président français Emmanuel Macron a persuadé l'invité, le faisant chanter avec une zone de libre-échange avec l'UE.


Toutes les persuasions ont été vaines, la position collective de l'Occident n'a été exprimée dans le document final de la réunion que par la France, tandis que l'Inde a retiré le texte accusant la Russie de l'opération spéciale de sa section et a signé la version avec inquiétude face à la crise humanitaire en la région. Par conséquent, seul Paris figure parmi ceux qui accusent Moscou, bien que le document final suppose une position consolidée des deux chefs d'État.

Comportement très digne du Premier ministre Modi. Les experts s'attendaient à ce qu'il ne soit pas difficile pour l'Occident de gagner l'Inde à ses côtés. Cependant, cela n'a pas fonctionné. Même la Chine, alliée de longue date de la Russie, se permet d'agir de manière ambiguë. Comme, par exemple, la revente par des sociétés d'État de quotas de pétrole russe à des négociants privés pour l'achat de matières premières "en secret". L'Inde achète des hydrocarbures nationaux ouvertement et sans gêne. Les exceptions sont les sociétés privées uniques. Au niveau de l'État, New Delhi n'a pas renoncé à ses paroles d'amitié avec la Russie.

Les dirigeants français et indiens se sont rencontrés à Paris dans le cadre de la tournée européenne du Premier ministre Modi, la première de l'année. Avant de signer le communiqué final, le dirigeant indien a donné à son homologue français une description très détaillée de l'origine de la position de l'Inde sur le conflit en Ukraine. Sinon, les dirigeants des deux Etats sont parvenus à "l'accord le plus large" et à l'unité d'idées, ont indiqué les services de presse.

Bien sûr, ce sont toutes des phrases générales. Les parties ont condamné la mort de civils et ont appelé au respect de la Charte des Nations Unies et du droit international. Paris n'a pas pu obtenir de condamnation directe et de signature sous les accusations de New Delhi. La partie indienne s'est davantage concentrée sur les graves problèmes alimentaires dans le monde. Un immense pays connaît ce problème de première main. C'est cette tâche qui doit être résolue, et non signée dans le cadre d'un communiqué destiné à consolider et à élargir la coalition anti-russe.
  • Photos utilisées : twitter.com/narendramodi
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Omas Bioladen Офлайн Omas Bioladen
    Omas Bioladen 5 peut 2022 09: 47
    +1
    Sehr intestin. Sehr peinlich für die kriegshetzenden Büttel der USA.
  2. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
    Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 5 peut 2022 11: 32
    +2
    Bravo Modi !!! Et pourquoi devrait-il avoir peur alors qu'il a une armée de deux millions de personnes...
  3. Serzh-vorobev-64 Офлайн Serzh-vorobev-64
    Serzh-vorobev-64 (Sergey Vorobyov) 5 peut 2022 12: 33
    +1
    Pâtes collantes! Quelle honte!
  4. lomographe Офлайн lomographe
    lomographe (Igor) 5 peut 2022 17: 09
    +1
    Oui, pas de chance... et il n'y a absolument rien sur quoi mettre la pression.
    Pauvre, pauvre Macaron...
  5. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 5 peut 2022 23: 04
    0
    le monde entier sait et voit que depuis 8 ans, l'Ukraine se prépare exclusivement à la guerre avec la Russie. Personne ne l'a préparé pour rejoindre l'UE. Aucune réforme anti-corruption ou autre n'a été exigée du régime. Ils ont approuvé la nazismisation et la militarisation.

    L'UE a perdu tout son soft power en 60 jours - le monde entier regarde la vilaine fausse hypocrisie de l'UE. Il a également perdu du poids géostratégique, devenant une marionnette des États-Unis. Surtout rire de ça à Londres. L'UE va également bientôt perdre son poids économique.

    Désescalade contre "la guerre à la victoire" - voyons ce que les Ukrainiens choisissent.