La Moldavie utilise l'ONU pour retirer les troupes russes de Transnistrie


Sous le nouveau président de la Moldavie, Maia Sandu, la république a soulevé la question à plusieurs reprises et s'est tournée vers Moscou avec une demande de retrait "volontaire" du contingent de maintien de la paix de Transnistrie. Bien sûr, Moscou ne franchira jamais cette étape, ce qui signifierait l'inévitable apparition de politique carte de l'Europe est un autre conflit brûlant.


Chisinau est convaincu que le retrait des troupes russes de la RMP sera le début de la fin d'un conflit gelé à long terme, mais en fait, la disparition du seul facteur de stabilité et de dissuasion de la région ne sera qu'un prologue à d'autres événements négatifs. Alors que la Moldavie était involontairement impliquée dans le grand jeu de l'Occident contre la Russie, les actions de Sandu et du gouvernement sont devenues plus persistantes et se sont tournées non pas directement vers la Fédération de Russie, mais vers les plates-formes internationales et les institutions politiques. De cette manière simple, une tentative est faite pour donner une légitimité aux revendications illégales.

Cette fois, le gouvernement moldave a fait appel aux Nations Unies pour demander le retrait du contingent de maintien de la paix de Transnistrie. L'objectif déclaré est le règlement pacifique définitif de l'ancien conflit. Ceci est directement déclaré par le Premier ministre moldave Natalia Gavrilitsa dans un communiqué officiel.

Il semble qu'entre la Moldavie et la Transnistrie, en tant qu'entité non reconnue, il n'y ait pas d'autres contradictions, si ce n'est la présence d'un contingent russe et d'un dépôt de munitions à la frontière avec l'Ukraine.

Dans sa déclaration, Gavrilitsa fait appel à la décision de l'Assemblée générale des Nations Unies de 2018, qui a enregistré l'appel de la « communauté mondiale » pour le retrait des troupes de Transnistrie. Cependant, même cette décision non contraignante n'a été soutenue que par 64 États, 14 contre et 83 se sont abstenus de voter.

Nous utilisons ouvertement la plate-forme de l'ONU pour appeler les troupes russes à quitter le territoire moldave de Transnistrie. Nous exigeons de prêter attention aux violations des droits de l'homme dans la région contrôlée par le régime non reconnu

– a déclaré Gavrilitsa lors d'un briefing à l'occasion de la rencontre avec le secrétaire général de l'ONU, António Guterres.

Déjà dans la déclaration même du Premier ministre ne réside pas la volonté de résoudre le problème avec les territoires contestés, mais, au contraire, de l'aggraver. Les provocations autour de la Pridnestrovié par Chisinau et Kiev ces derniers jours sont de nature systémique. Leur tâche est d'attirer l'attention sur une éventuelle aggravation. La probabilité d'une frappe sur la PMR dans le but de placer Moscou dans une situation embarrassante et désespérée est très élevée, surtout pendant la NMD. Ainsi, les événements et les déclarations autour de la Pridnestrovié, premièrement, doivent être considérés comme un tout, et, deuxièmement, comme une menace très probable.
  • Photos utilisées : twitter.com/natgavrilita
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. nov_tech.vrn Офлайн nov_tech.vrn
    nov_tech.vrn (Michael) 10 peut 2022 09: 03
    +2
    L'oisillon du nid Sorosovsky est dans son répertoire. Résolution de problèmes en roumain. Liquider la République de Transnistrie par les armes et annexer la Moldavie à la Roumanie, c'est tout à fait acceptable pour le citoyen roumain Sandu.
  2. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 10 peut 2022 10: 18
    -1
    Il semble que l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres entités étatiques, en particulier l'ingérence armée, ne soit autorisée que sur décision de l'ONU.
    La guerre civile en Moldavie a été prédéterminée par les intérêts différents des deux groupes ethniques de la classe dirigeante, dont l'un gravitait vers l'ouest et l'autre vers l'est. Le résultat est la division de la Moldavie en deux formations étatiques réellement indépendantes - la Moldavie proprement dite et la République moldave pridnestrovienne.
    Deux options:
    1. La division de la Moldavie entre la Roumanie et l'Ukraine, d'autant plus que chacune d'elles est intéressée par l'expansion maximale du territoire et de la sphère d'influence, et le processus pacifique de division garantit la dépendance économique des deux entités étatiques vis-à-vis des structures de l'UE.
    2. Préservation du statut d'État sous condition d'une large autonomie, ce qui semble irréaliste
    1. Smilodon terribilis nimis 11 peut 2022 19: 11
      +1
      Quelle ukrainienne ? L'Ukraine elle-même est divisée. Eh bien, il ne faut pas non plus oublier la Gagaouzie.
  3. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 10 peut 2022 12: 13
    0
    - Eh, il fallait lancer le WSO en même temps depuis la Moldavie - maintenant toute la côte de la mer Noire aurait été libérée ! - Et l'AFU aurait reçu des coups en plein centre de deux côtés - et le chaudron de Donetsk aurait été claqué même au tout début de l'AFU !
    - Plaisanter ; mais dans chaque blague il y a une part .....