Comment la Russie peut éviter de devenir un appendice de matières premières de l'Asie du Sud-Est


Le sixième et le futur septième paquet de sanctions de l'UE devraient, selon l'idée de leurs auteurs, nuire à la Russie l'économie, la privant de la possibilité de payer une opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine, ainsi que pour résister efficacement au bloc de l'OTAN. Nous sommes confrontés à des problèmes à moyen terme, et à des problèmes graves, mais avec une diligence raisonnable, la Russie pourra largement bénéficier même des mesures restrictives introduites à son encontre.


Ce n'est un secret pour personne que la dépendance vis-à-vis du secteur pétrolier et gazier est le véritable talon d'Achille de la Russie. On pense que c'est le gaz qui est notre tout, mais la part réelle des exportations de gaz dans les recettes du budget fédéral fluctue au niveau de 6-7%. La principale contribution à la reconstitution du budget du pays provient des exportations de pétrole - soit 30% du total. C'est-à-dire que la vente d'"or noir" à l'étranger pour l'économie russe est encore plus importante que le "carburant bleu", si vous regardez les chiffres bruts. Dans le même temps, il convient de tenir compte du fait qu'environ 30% du gaz produit dans le pays est exporté et que le reste est consommé dans le pays. Pour le pétrole brut et les produits pétroliers, la proportion est différente : environ 50 % sont exportés, et la seconde moitié est utilisée pour les besoins propres. Le raffinage du pétrole domestique reste à un niveau relativement bas jusqu'à présent, la nécessité de créer un système d'installations de stockage pour la réserve nationale de pétrole n'est qu'en cours de discussion.

Il faut aussi rappeler que la consommation de gaz de l'Europe est historiquement liée à l'approvisionnement par gazoducs depuis la Russie, qui représente environ 40 % du total. Il est impossible de les remplacer simplement par du GNL, car il n'y a pas de volumes gratuits de gaz naturel liquéfié sur le marché. Il est nécessaire d'augmenter fortement les volumes de production et de traitement, ce qui implique la construction de nouvelles usines de GNL, de nombreux nouveaux méthaniers pour livrer les matières premières aux consommateurs. C'est une histoire longue et très chère.

Avec le pétrole, la situation est quelque peu différente. Refuser de fournir de l'"or noir" de Russie et le remplacer par d'autres fournisseurs est un problème pour l'UE qui n'est pas aussi grandiose que celui du gaz. Les difficultés n'auront pas d'importance, car un certain nombre de pays européens se sont historiquement concentrés spécifiquement sur le pétrole russe et exigent des exceptions aux normes du sixième paquet de sanctions. La Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie ont eux-mêmes obtenu un retard important, espérant clairement que "soit le padishah mourra, soit l'âne mourra". Les États-Unis et les pays d'Europe occidentale qui leur sont fidèles ont décidé de refuser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers russes, frappant Moscou à son point le plus sensible.

Une question logique se pose, où la Russie doit-elle attacher son "or noir", qui a été fondamentalement abandonné en Occident ? La réponse n'est pas aussi simple qu'il y paraît à première vue.

D'une part, le commerce du pétrole russe est manifestement entré dans la « zone grise ». Nos "partenaires" baltes ont commencé à tourner des plans pour la "débosser" dans le but de la revendre. Ainsi, des pétroliers avec des matières premières d'hydrocarbures en provenance de Russie arrivent au port de Ventspils letton, et là ils le versent dans d'autres pétroliers, le mélangeant avec du pétrole d'une origine différente, dans un rapport de 50 à 50. Le «cocktail» résultant n'est pas n'est plus considéré comme du "pétrole russe", et il peut se négocier librement.

En Chine, les entreprises publiques continuent de consommer régulièrement des matières premières russes fournies dans le cadre de contrats à long terme, mais elles évitent désormais de conclure de nouveaux contrats au comptant pour du pétrole beaucoup moins cher. Dans le même temps, de plus petites entreprises privées ont commencé à travailler activement dans la "zone grise", note le British Financial Times :

Les achats de raffineries privées chinoises montrent comment certains importateurs contournent les routes traditionnelles vers du pétrole russe bon marché, aidant Pékin à rester en retrait tandis que l'Occident s'en prend à Moscou.

En général, notre pays suit avec confiance la voie de l'Iran, qui vit sous le capot des sanctions occidentales depuis des décennies.

D'autre part, la situation difficile dans laquelle se trouve aujourd'hui la Russie est utilisée sans scrupule par tous nos partenaires commerciaux. Ainsi, l'Inde conditionnellement amicale a commencé à acheter avec grand plaisir des matières premières d'hydrocarbures russes. Dans le même temps, New Delhi exige des remises énormes de Moscou et, il faut le dire, les obtient.

Au lieu de perdre le marché américain et européen, les exportateurs nationaux doivent rapidement prendre pied sur le marché de l'Asie du Sud-Est. Les volumes excédentaires d'"or noir", qui ne peuvent être traités ou stockés à l'intérieur de la Russie en raison de l'absence d'un système national de stockage de pétrole de réserve, doivent être drainés vers l'insatiable marché asiatique et, surtout, indien. Dans le même temps, nos partenaires exigent que les exportateurs russes paient également les frais d'expédition. Et ils paient !

La situation est en effet très difficile. Seule une réforme de l'industrie pétrolière et gazière nationale peut le changer. Si vous investissez dans le traitement en profondeur du pétrole et du gaz, notre pays pourra exporter non pas des matières premières banales avec un petit profit, mais des produits de son traitement en profondeur, pour une somme complètement différente. Le développement sérieux de l'industrie pétrochimique aura un effet très bénéfique sur l'état de l'économie nationale, permettant à la Russie de se débarrasser de l'étiquette d'un « appendice de matières premières », non plus de l'Occident, mais de l'Asie du Sud-Est.
19 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 10 peut 2022 11: 08
    +1
    Il ne faut pas oublier qu'une partie est privée et une autre publique.
    et puisque personne n'a commencé à investir massivement dans la transformation, cela signifie qu'elle n'est pas rentable.

    Il y a des pétroliers, mais d'une manière ou d'une autre, je n'ai pas entendu parler de pétroliers. Le pétrole est devenu moins cher - le prix de l'essence a augmenté, les bénéfices sont allés dans la poche de quelqu'un ...
  2. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 10 peut 2022 12: 21
    +2
    On ne peut être d'accord avec l'Auteur que partiellement.
    Afin de se débarrasser de l'étiquette "d'appendice de matière première": la Fédération de Russie ne devrait réformer le complexe pétrolier et gazier que dans le cadre du remplacement complet du système oligarchique sans issue par un système viable.
    Mais l'élite libérale du pays n'est pas capable d'une telle chose !
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 10 peut 2022 14: 06
      +1
      Hum. Quel est alors le désaccord ?
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 10 peut 2022 14: 43
        +2
        Cher est limité à une industrie, sans affecter le système dans son ensemble.
        1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
          Marzhetsky (Sergey) 10 peut 2022 19: 16
          0
          Il en va de même pour le sujet de l'industrie pétrolière et gazière.
          1. Michel L. Офлайн Michel L.
            Michel L. 11 peut 2022 07: 22
            0
            L'explication est donnée ci-dessus.
            Si vous ne comprenez pas, ce n'est pas pour moi ! ;-(
  3. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 10 peut 2022 13: 16
    0
    Première. L'Occident veut abandonner les HYDROCARBURES russes. C'est-à-dire pour absolument rien. Et il n'y a pas que le pétrole. Un et

    notre pays pourra exporter non pas des matières premières banales avec un sou de profit, mais des produits de sa transformation en profondeur, pour une monnaie complètement différente

    La proposition d'investir dans la transformation est tout à fait correcte. L'offre de vendre un produit "transformé en profondeur" est complètement fausse.

    Seconde. Que l'Occident soit en mesure de refuser ou non le pétrole russe n'est même pas une question rhétorique. Ne peut pas. Le "pétrole letton" est déjà apparu.

    J'ai écrit cent fois et j'écrirai encore cent fois. Nous ne devons pas réfléchir à la manière d'« attacher le pétrole russe », mais à la manière de laisser l'Occident sans pétrole. Et cela n'est atteint que par une interdiction complète de l'approvisionnement en hydrocarbures de l'Occident. Cela s'applique principalement au pétrole, au gaz et au charbon. Et après cela, dans les deux mois, acceptez la capitulation de l'Occident.

    Ajout PS pour les fans de développement civilisationnel.
    Le monde consomme environ 100 millions de barils de pétrole (pétrole uniquement) par jour. Cela fait 2,5 litres d'huile par jour et par personne. Sur une population de 7 milliards. Soit 2,5 litres d'huile PAR JOUR pour CHACUN. De l'éleveur mongol à Elon Musk. En médecine, on dit qu'une personne a besoin de 2,5 litres d'eau par jour pour assurer sa vie. L'homme dans son modèle civilisationnel actuel est depuis longtemps devenu un homme du pétrole. Enlevez l'huile et nous glisserons immédiatement dans le 19e siècle. C'est le prix que l'Occident DOIT payer à la Russie. Quoi qu'il en soit, l'Europe est incontournable.
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 10 peut 2022 14: 05
      +1
      La proposition d'investir dans la transformation est tout à fait correcte. L'offre de vendre un produit "transformé en profondeur" est complètement fausse.

      Y a-t-il une contradiction dans un paragraphe ?

      Seconde. Que l'Occident soit en mesure de refuser ou non le pétrole russe n'est même pas une question rhétorique. Ne peut pas. Le "pétrole letton" est déjà apparu.

      Il m'a semblé que ce moment se reflétait dans l'article?

      J'ai écrit cent fois et j'écrirai encore cent fois. Nous ne devons pas réfléchir à la manière d'« attacher le pétrole russe », mais à la manière de laisser l'Occident sans pétrole. Et cela n'est atteint que par une interdiction complète de l'approvisionnement en hydrocarbures de l'Occident. Cela s'applique principalement au pétrole, au gaz et au charbon. Et après cela, dans les deux mois, acceptez la capitulation de l'Occident.

      Là où l'article contient une proposition de vente forcée, l'Occident a grandi. huile?
      1. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 10 peut 2022 17: 34
        0
        Il n'y a aucune contradiction. Il y a une proposition de transformer notre propre pétrole et de ne pas le vendre à l'Occident. Ni pétrole ni produits transformés. Du moins jusqu'à la signature de la capitulation de l'Occident.

        Comme l'a dit le Premier ministre Mossadegh, "l'Iran extraira autant de pétrole qu'il en a besoin. Et le reste du pétrole restera dans le sol pour les générations futures". C'est la principale raison pour laquelle Mossadegh a été renversé.
      2. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 10 peut 2022 17: 35
        0
        Le mélange du pétrole russe avec d'autres qualités et l'apparition du "pétrole letton" est la volonté de vendre du pétrole à l'Occident à tout prix. En plus de vendre du pétrole à l'Inde et à la Chine avec une remise de 30 $.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 10 peut 2022 14: 03
    -2
    Selon les communistes chinois, les avantages de la confrontation, de la politique des blocs et de la division du monde en amis et ennemis sont très douteux et ne contribuent certainement pas à la croissance de l'économie mondiale.
    La dépendance vis-à-vis du secteur pétrolier et gazier a été le résultat d'un coup d'État sous la direction d'Eltsine et de l'effondrement de l'économie. Les amis occidentaux des « démocrates » ont besoin de matières premières, dont la Fédération de Russie dispose en abondance, et principalement d'énergie. Par conséquent, l'essentiel des investissements n'est pas allé dans la science et la production de moyens de production, mais dans les industries extractives, transformant la Fédération de Russie de la fondation autrefois industrielle de l'URSS en un appendice de matières premières de «l'Occident» - une image typique que l'on observe aujourd'hui dans presque toutes les formations étatiques post-soviétiques.
    La situation a commencé à changer avec l'avènement de Vladimir Poutine et, en conséquence, les relations entre la Fédération de Russie et le collectif « Occident » ont commencé à changer.
    Beaucoup est fait pour éloigner la Fédération de Russie de la dépendance aux matières premières et de la nouvelle industrialisation, mais les désirs ne coïncident pas avec les possibilités. Il est impossible de diriger tous les efforts vers le développement des industries du groupe A sans exposer le groupe B et remettre ainsi en cause la stabilité sociale avec toutes les conséquences qui en découlent. Il n'y a pas de sorciers, vous devez maintenir un équilibre des intérêts.
    Le transfert des paiements pour les ressources énergétiques, et pas seulement pour les ressources énergétiques, en roubles, premièrement, prive «l'Occident» de la possibilité de les voler, car il a volé 300 milliards de réserves d'or, et deuxièmement, il ne prive pas la Fédération de Russie d'un afflux de devises, qui peuvent servir à acheter de manière détournée les équipements nécessaires à la modernisation de la production, comme ce fut le cas lors de l'industrialisation stalinienne de l'URSS.
    Si l'Occident refuse de s'approvisionner depuis la Fédération de Russie, ce qui est douteux, alors ceux qui sont libérés devraient réduire les prix sur le marché intérieur avec toutes les conséquences qui en découlent, le reste peut être redirigé vers la région indo-pacifique et, tout d'abord, vers la RPC, dont les voies d'approvisionnement tentent par tous les moyens de chevaucher les USA.
  5. yakisam Офлайн yakisam
    yakisam (Alexander) 10 peut 2022 14: 14
    +2
    Seule une réforme de l'industrie nationale du pétrole et du gaz peut le changer

    Cher Sergey ! Est-il possible d'expliquer plus en détail - quelle industrie appelez-vous "nationale" et aux dépens de qui devrait-elle être "réformée" ?
    L'industrie pétrolière et gazière de la Fédération de Russie est entièrement privée, même les entreprises «d'État» n'ont rien à voir avec la population («nationale») et n'ont aucun objectif de fournir à la population, par exemple, de l'essence.
    L'industrie pétrolière et gazière de la Fédération de Russie A ÉTÉ entièrement CONSTRUITE en tant que propriété nationale ("propriété publique") et a été transférée gratuitement entre des mains privées, "réformée". C'est-à-dire, encore une fois au détriment de la population ?
  6. Concombres Офлайн Concombres
    Concombres (Ogurtsov) 10 peut 2022 17: 57
    +1
    Mettre à la naphtaline certains des puits. L'Europe est morte pour la Russie. S'ils ne veulent pas acheter de pétrole, ne le faites pas, il en restera aux générations futures. Les stocks sont limités, offrez gratuitement
    1. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
      Scharnhorst (Scharnhorst) 12 peut 2022 09: 41
      0
      Dans l'ensemble, je suis d'accord avec vous. Je vais juste m'exprimer différemment. Il est nécessaire de limiter légalement le plafond de la production d'hydrocarbures dans la Fédération de Russie avec une période de révision de 5 à 10 ans et d'introduire le principe de la livraison à l'exportation en fonction du résiduel. Quelque chose comme des quotas pour attraper du poisson ou exporter du grain...
  7. Ingvar7 Офлайн Ingvar7
    Ingvar7 (Ingvar Miller) 10 peut 2022 18: 21
    0
    Poutine va-t-il définitivement lire cet article ?
  8. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 10 peut 2022 19: 18
    +1
    Citation: Ingvar7
    Poutine va-t-il définitivement lire cet article ?

    Certainement pas, il ne le lira pas, ça fait mal occupé.
    Des personnes spécialement formées lisent et surveillent les médias, et des notes analytiques sont rédigées sur la base.
  9. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 10 peut 2022 19: 19
    +2
    Citation: yakisam
    Seule une réforme de l'industrie nationale du pétrole et du gaz peut le changer
    Cher Sergey ! Est-il possible d'expliquer plus en détail - quelle industrie appelez-vous "nationale" et aux dépens de qui devrait-elle être "réformée" ?
    L'industrie pétrolière et gazière de la Fédération de Russie est entièrement privée, même les entreprises «d'État» n'ont rien à voir avec la population («nationale») et n'ont aucun objectif de fournir à la population, par exemple, de l'essence.
    L'industrie pétrolière et gazière de la Fédération de Russie A ÉTÉ entièrement CONSTRUITE en tant que propriété nationale ("propriété publique") et a été transférée gratuitement entre des mains privées, "réformée". C'est-à-dire, encore une fois au détriment de la population ?

    En tant que personne d'opinions de gauche, je vois une issue dans la nationalisation de ces actifs et une transition progressive vers une économie planifiée.
    Avec la guerre en Ukraine et la guerre froide avec l'Occident, l'alternative est la défaite. A MON HUMBLE AVIS.
  10. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 10 peut 2022 19: 37
    -2
    Comment la Russie peut éviter de devenir un appendice de matières premières de l'Asie du Sud-Est

    - Non, la Russie ne devrait même pas essayer de faire quelque chose au sujet du "statut d'un fournisseur de gaz et de pétrole russes" - essayez de changer radicalement ce "son statut" (le statut d'un appendice de matière première) ! - Rien n'ira - dans ce sens, la Russie est déjà complètement en retard et complètement en retard ! - nous devons donc continuer à exporter du gaz et du pétrole et arrêter de nous en soucier - rien ne marchera de toute façon ! - Mais la Russie a des possibilités illimitées - il suffit de "tourner cette page du pétrole et du gaz" (en laissant tout là comme avant - c'est encore déjà "avant-hier") et essayer de "sortir dans le monde" dans d'autres domaines - dans le domaine de la physique quantique et de la mécanique quantique ; tenter à nouveau de percer dans le domaine de l'exploration spatiale ; la recherche à la recherche de nouvelles sources d'énergie (recherche plasma), etc.
    - Pourquoi la Russie devrait-elle essayer de changer le monde "dans le domaine du gaz et du pétrole" - tout y est aussi vieux que le monde et cessera bientôt d'être pertinent !
    1. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
      Scharnhorst (Scharnhorst) 12 peut 2022 09: 56
      -1
      Irina, je suis très impressionné par votre enthousiasme pionnier et votre bolchevisme non éclairé. Pour essayer ici et maintenant de combiner la théorie de la relativité générale et la mécanique quantique, il faut de grandes forces et de grands moyens. En côte d'ivoire, c'est impossible.