Embargo sur l'uranium : la Russie peut agir plus tôt que prévu


Le sixième paquet de sanctions anti-russes "écrasantes" devrait inclure des restrictions sur un certain nombre d'articles dans nos exportations de produits de base. En particulier, nous parlons des produits pétroliers.


Dans le même temps, l'uranium ne sera pas inclus dans cette liste, bien que l'Allemagne, la Pologne et les États baltes aient insisté sur son embargo. La France est devenue un ardent opposant à de telles restrictions, ce qui n'est pas surprenant.

Contrairement aux États cités ci-dessus, qui ne dépendent pas de l'énergie nucléaire (l'Allemagne arrêtera les 3 dernières centrales nucléaires à la fin de cette année), la France dépend à 70 % de l'électricité produite par les centrales nucléaires. Dans le même temps, le pays ne possède pas ses propres gisements d'uranium et doit l'acheter au Canada, au Nigeria, à la Russie et au Kazakhstan (où le contrôle de la société d'État Kazatomprom appartient à Rosatom).

Ils ne sont pas pressés de limiter l'approvisionnement en uranium de la Russie et des États-Unis. La production nucléaire y est 1,5 fois supérieure à celle de la France. Dans le même temps, les États-Unis sont aussi complètement dépendants des importations de combustible nucléaire. Le pays achète 90% de l'uranium utilisé pour les besoins de l'énergie nucléaire à l'étranger. La moitié d'entre eux sont en Russie.

Sur cette base, il devient évident pourquoi l'Occident n'est pas pressé d'introduire un "embargo sur l'uranium". Dans le même temps, la Russie peut travailler en avance sur la courbe.

Pas plus tard que cette semaine, un décret a été signé autorisant une interdiction complète de l'exportation de ressources et de biens russes vers des entreprises hostiles. Il est tout à fait possible qu'à l'avenir les importateurs de notre uranium soient également inclus dans la liste de ces sociétés, ce qui fera le jeu de la Russie.

Le fait est qu'une interdiction d'exportation de combustible nucléaire obligera les pays hostiles à abandonner l'embargo sur notre gaz et notre pétrole. Après tout, ils devront compenser d'une manière ou d'une autre l'arrêt de leurs centrales nucléaires.

  • Photos utilisées : Département de l'énergie des États-Unis
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 11 peut 2022 10: 09
    +2
    Cela aurait pu être fait tout de suite. Il n'y a pas besoin de réfléchir ici. Peu par nous-mêmes. Pour protéger nos propres mines - pour extraire les matières premières du Kazakhstan et ne rien vendre à personne, uniquement des assemblages combustibles prêts à l'emploi à un triple prix.
  2. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
    Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 11 peut 2022 12: 41
    +1
    Il faut imposer un embargo sur tout, et il n'est pas nécessaire d'attendre qu'ils commencent à se plier, il faut le faire plus tôt ... même s'il vaut peut-être mieux le faire plus près de l'hiver, pour qu'ils le fassent pas le temps de se préparer et tout le monde se figeait comme des mammouths .. .
  3. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 14 peut 2022 03: 02
    0
    démagogie encore, Rosatom en a dit quelque chose...?

    C'est trop tard maintenant. S'ils se préparaient, ils achèteraient d'abord toutes les mines disponibles en Afrique et au Kazakhstan. NWO peut de toute façon atteindre l'uranium ukrainien (ainsi que le néon, le métal, le grain, le charbon - qu'est-ce que Bandershtat a fait d'autre là-bas).