Force majeure ultime : l'Ukraine tente de rompre le contrat de transit du gaz russe vers l'UE


L'opérateur national ukrainien du système de transport de gaz (OGTS) a décidé unilatéralement des actions illégales, les qualifiant de force majeure. Cependant, ces étapes sont politiqueplutôt que technique, comme indiqué dans le message. En fait, l'OGTS d'Ukraine a simplement entamé une correspondance ouverte avec Gazprom, faisant chanter et recevant des réponses de la contrepartie par le biais de canaux d'entreprise, tout en répondant instantanément publiquement (sans avoir le temps de réfléchir). Une sorte de « correspondance » est publiée par l'entreprise industrielle ukrainienne elle-même.


Ainsi, tout a commencé avec le fait que le 10 mai, l'opérateur du GTS d'Ukraine a annoncé la survenance de circonstances de force majeure qui rendraient impossible le transport ultérieur de gaz via le point de mesure de gaz de Sokhranivka et la station de compression frontalière de Novopskov (CS ), situé sur le territoire occupé par les troupes alliées. Compte tenu de ce qui précède, l'OGTSU a décidé unilatéralement qu'à partir de 7 heures du matin le 11 mai 2022, le gaz ne sera pas accepté dans le GTS d'Ukraine au point physique de la jonction de Sohranivka. Afin de remplir pleinement et conformément aux termes de l'accord les obligations de transit envers les partenaires européens, il est possible de transférer temporairement des capacités inaccessibles du point physique de Sokhranivka vers le point de connexion physique de Sudzha.

A cette "offre" (et en fait un ultimatum), la direction de la holding russe a répondu qu'un transfert rapide d'aussi gros volumes de matières premières (jusqu'à 30% de tout le transit) qui transitaient par Sokhranovka et Novopskov était impossible. Moscou n'a pas non plus vu les raisons de décisions aussi difficiles et instantanées d'arrêter de pomper du carburant, appelées force majeure. Toutes les "raisons" ont été rejetées.

Cependant, une réponse publique est à nouveau venue de Kiev (sur le site Web de l'OGTS) selon laquelle la station de réception de gaz de Sudzha pourrait recevoir des centaines de millions de mètres cubes de carburant. Afin de prouver leur point de vue, la partie ukrainienne a cité des statistiques pour 2017-18, lorsque plus de 1400 millions de mètres cubes par jour ont été pompés à travers le pipeline Sudzhi de 240 mm.

En conséquence, les parties n'ont pas pu s'entendre. L'Ukraine vient en effet de fermer le robinet du gaz et arrête le transit de plus d'un quart du volume de gaz exporté à partir du 11 mai par les principaux points d'entrée des matières premières. Il n'y a toujours pas de candidatures pour cette journée. Kiev revient néanmoins à la tactique favorite des années 2000, commençant à faire chanter à la fois la Russie et l'Europe en stoppant les travaux du GTS.

Il est très probable qu'en Ukraine, ils aient décidé de faire monter les enchères radicalement dans la confrontation avec Moscou. La signature du projet de loi prêt-bail par le président Joe Biden permet à l'Ukraine de rêver de milliards de dollars de financement et technique d'assistance, c'est pourquoi les autorités ukrainiennes ont si facilement remis en cause le contrat de transit en cours avec Gazprom, qui « alimentait » Kiev depuis assez longtemps. Les déclarations soudaines d'hier de l'OGTS peuvent être considérées comme une tentative de rupture de l'accord de transit de décembre 2019.

On peut également prévoir que ce chantage sans fondement ne sera pas le dernier. Kiev a épuisé d'autres arguments dans la lutte contre Moscou, il faut donc s'attendre à une nouvelle aggravation des relations gazières entre les pays, dans laquelle les Européens seront impliqués.
  • Photographies utilisées : JSC "Gazprom"
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Andrey Ivanov_2 Офлайн Andrey Ivanov_2
    Andrey Ivanov_2 (André Ivanov) 11 peut 2022 08: 37
    +6
    Qu'est-ce que Gazprom attendait d'autre ???? Il parait qu'en Russie il y a un double pouvoir .......
    1. Rusa Офлайн Rusa
      Rusa 11 peut 2022 13: 18
      0
      Oui, c'était à prévoir. Désormais, les responsables à Bruxelles et en Allemagne seront contraints de mettre en service de toute urgence Nord Stream 2. Sinon, le renard viendra à eux.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 11 peut 2022 09: 15
    -1
    L'argent ne sent pas.
    Mykola Nikitas se tire dessus et les Miller pompent de l'essence. Ce n'est pas une guerre.

    En plus du gaz, beaucoup plus s'est passé, et se passe peut-être encore.
  3. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 11 peut 2022 09: 27
    +2
    Le président du conseil d'administration de NJSC Naftogaz, Yuri Vitrenko, a menacé le russe Gazprom d'un nouvel arbitrage en cas de non-paiement du transit de gaz.
    Vitrenko a écrit à ce sujet sur sa page Facebook.
    "Je me souviens qu'en 2019, Miller et moi avons signé un contrat de transit avec la disposition" pompez ou payez. " Par conséquent, si fournir du gaz pour le transit est le droit de Gazprom de décider. Mais payer, même si vous ne fournissez pas de gaz, est une obligation en vertu du contrat S'il n'y a pas de paiement, il semble qu'il devrait y avoir un nouvel arbitrage.

    ... Le patron de Naftogaz connaît d'avance la décision de l'arbitrage en sa faveur, bien que ce ne soit pas Gazprom qui ne fournisse pas de gaz, mais Naftogaz a bloqué son approvisionnement !
    Il faut comprendre que la sanction de l'Occident pour un autre acte de guerre économique a été préalablement obtenue.

    Les dirigeants russes ont depuis longtemps été informés de la nécessité de développer le secteur réel de l'économie. Alors qui est à blâmer pour lui, à part sa propre surdité et ses libéraux bienveillants ?!
  4. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 11 peut 2022 11: 38
    +2
    Ou peut-être valait-il le grain à l'Allemagne nazie et l'envoyer après le 22 juin ???
    À qui est la guerre, et à qui est chère la mère... Les ennemis nous aident à faire le bon choix ! Arrêtez de vous asseoir sur DEUX chaises !!
  5. invité Офлайн invité
    invité 11 peut 2022 14: 37
    -1
    Si seulement ils l'avaient déjà déchirée, la Russie n'en profiterait que : elle n'aurait pas à payer le transit vers le régime de Kiev, et il n'y aurait rien pour approvisionner gratuitement ses ennemis en gaz.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 11 peut 2022 15: 34
      +3
      le transit sera payé (il parait jusqu'à la 23ème ou 24ème année) quel que soit le volume de pompage
      1. invité Офлайн invité
        invité 12 peut 2022 15: 51
        -2
        Pourquoi est-ce tout d'un coup?
        1. SIG Офлайн SIG
          SIG (Ildus) 17 peut 2022 11: 21
          0
          jusqu'à la résiliation du contrat.
          et il peut être résilié de part et d'autre pour non-conformité. il est avantageux pour l'Ukraine de ne pas résilier, c'est de l'argent. les États-Unis sont plus rentables pour mettre fin, c'est le pouvoir dans l'UE. rf est plus rentable de résilier - c'est sp2.
      2. alexey alexeyev_2 Офлайн alexey alexeyev_2
        alexey alexeyev_2 (Alexey Alekseev) 12 peut 2022 22: 13
        0
        Pour Gazprom, c'est un sou. Eh bien, il paiera le transit .. Et la prochaine étape Les Ukrainiens ne veulent pas pomper le GAE, c'est leur problème