La Russie devrait-elle investir dans l'African Stream : une discussion sur les perspectives

La Russie devrait-elle investir dans l'African Stream : une discussion sur les perspectives

L'une des principales "sensations" de ces derniers jours peut être considérée comme un message selon lequel la Russie serait prête à investir dans la construction du plus long gazoduc sous-marin du monde entre le Nigeria et l'Europe. Cette nouvelles, qui provenait de l'édition arabe de Noon Post, a été repris et distribué par tous les médias nationaux. Alors, qu'est-ce que c'est vraiment, un banal "canard" ou "initié" sur les véritables intentions des dirigeants russes ?


"Dé-russification" du marché du gaz



Si l'on regarde la publication originale, l'observateur du Noon Post estime que le motif principal de l'Union européenne, qui sera le principal bénéficiaire de la construction du nouveau gazoduc, est de "couper les sources de financement de l'opération spéciale militaire en Ukraine." En fait, ce n'est bien sûr pas le cas.

Si le « collectif Medinsky » n'interfère pas avec l'armée russe, alors Nezalezhnaya sera démilitarisé d'ici la fin de 2022. Le plus long pipeline sous-marin du monde ne sera pas construit aussi rapidement, donc les vraies tâches pour Bruxelles sont complètement différentes. Sous la pression des États-Unis, la direction de l'Union européenne s'est fixé pour objectif de se débarrasser de la dépendance vis-à-vis de la Russie dans le secteur de l'énergie, et en même temps "d'étrangler" la Russie l'économiela privant des revenus de l'exportation de matières premières d'hydrocarbures. Et le "garde-manger africain" peut jouer un rôle très important à cet égard.

Malgré la pauvreté flagrante de la majeure partie de la population, le Nigéria est l'un des pays les plus riches du monde en termes de réserves de pétrole et de gaz. En termes « d'or noir », le Nigeria est le premier exportateur du « continent noir » et le huitième au monde. Les exportations de pétrole fournissent environ 90 % des recettes d'exportation du pays. Les réserves prouvées de gaz nigérian sont estimées à 5,22 billions de mètres cubes. Sans aucun doute, l'Europe lui aurait posé la patte depuis longtemps, mais le problème réside dans la position géographique malheureuse de ce pays, qui se situe au large de la côte ouest de l'Afrique, coupé de la Méditerranée par de nombreux autres États à la situation intérieure difficile. . Pour cette raison, le Nigeria s'est appuyé sur le GNL, ayant réussi à augmenter ses exportations annuelles à 21,9 millions de tonnes. Or, aujourd'hui, l'Union européenne, qui, pour des raisons purement politiques, a souhaité refuser l'importation de gaz russe, ne suffit plus. Des projets de pipelines alternatifs, même franchement insensés, sont à nouveau à l'ordre du jour.

Comme nous l'avons déjà indiqué plus haut, le Nigeria est coupé du Maroc, qui devrait devenir le point de sortie du gazoduc du "continent noir", par de nombreux pays africains en difficulté, totalisant 11 pièces. Malgré cela, en 2016, un accord préliminaire a été signé pour construire un pipeline géant :

Le Nigeria et le Maroc s'associent pour construire le plus long pipeline sous-marin au monde et le deuxième plus long pipeline au monde. Il transportera du gaz du Nigéria vers le Maroc et l'Europe via 11 pays d'Afrique de l'Ouest.

Au Maroc, ils ont souhaité que soit choisie une route directe à travers le désert du Sahara, reprenant en partie le tracé du projet de gazoduc transsaharien, mais avec un accès à son territoire, et non à l'Algérie. La capacité d'un tel gazoduc était censée être de 30 milliards de mètres cubes par an, la longueur - un peu plus de 4 5,66 kilomètres. Cependant, le Nigeria préfère une option plus sûre, qui consiste à poser un pipeline sous l'eau le long de la côte de l'Afrique de l'Ouest. Sa longueur peut atteindre XNUMX mille kilomètres, ce qui en fera le deuxième plus long du monde et le premier parmi les sous-marins. La complexité et le coût du projet sont dus aux impératifs de sécurité, le Sahara étant désormais un lieu très agité en matière de menace terroriste et de nombreux pays de transit politiquement instables.

En général, ce « African Stream », s'il est construit, ce ne sera pas de si tôt. En tout cas, l'opération spéciale en Ukraine ne durera pas aussi longtemps. La question principale est la suivante : pourquoi la Russie devrait-elle s'impliquer dans ce projet, à moins, bien sûr, qu'il s'agisse d'un « faux » banal ?

"Courant Africain"



Ici, nous attendons le plus intéressant. Le Noon Post écrit que la Russie ne veut pas perdre son expérience dans la construction de gazoducs sous-marins, prendre pied sur le continent africain, et aussi maintenir le statut de « roi du gaz » en prenant le contrôle de gazoducs alternatifs. Au sens commun, ces thèses ne résistent pas à l'examen.

En ce qui concerne la construction de gazoducs sous-marins, ici, apparemment, nous entendons notre Nord Stream 2, qui souffre depuis longtemps, que Gazprom a achevé seul avec un péché de moitié. L'expérience est sans aucun doute précieuse, mais elle a prouvé que la Russie a d'énormes problèmes avec le matériel correspondanttechnique base. Le seul navire de pose de conduites à part entière a dû être arraché du projet sur Sakhaline et conduit autour de l'Afrique jusqu'à la Baltique. En conséquence, en fait, les kilomètres restants de Nord Stream 2 ont été complétés par la barge Fortuna, qui n'a même pas de système de positionnement automatique. "Akademik Chersky" est retourné en Extrême-Orient, où il était déjà revenu à son travail principal.

On ne sait pas comment la Russie, dont les quelques navires spécialisés dans la pose de canalisations sont sous sanctions occidentales, peut aider le Nigeria à construire le plus long gazoduc sous-marin du monde. Est-il possible de dépasser d'une manière ou d'une autre la barge Fortuna jusqu'à la côte africaine, en la louant.

La thèse selon laquelle la Russie pourrait prétendument prendre le contrôle du gazoduc en construction ne résiste à aucune critique. Comment? En l'achetant ? Le coût du projet, selon les estimations préliminaires, est de l'ordre de 30 à 50 milliards de dollars. Payer la construction du pipeline, puis essayer de le fermer ? Mais qui le permettra ? Européens et Nigérians ? Pourquoi? Le maximum sur lequel on peut raisonnablement compter est de devenir actionnaire minoritaire de la société d'exploitation qui détiendra et gérera African Stream. Autrement dit, payer à ses frais la construction d'une alternative à Nord Stream 2, sans pouvoir arrêter ses travaux, car personne ne permettra à la Russie de le faire. Alors, est-ce que ça vaut le coup de s'impliquer dans tout ça ?

La meilleure chose que nos dirigeants puissent faire aujourd'hui est d'accélérer le processus de substitution des importations d'équipements nécessaires à la liquéfaction du gaz et à sa regazéification ultérieure, ainsi que la construction d'une flotte de pétroliers spécialisés. La possibilité d'exporter librement du GNL et du pétrole sans être lié au réseau de pipelines vers n'importe où dans le monde diversifie considérablement les risques de l'économie nationale.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 14 peut 2022 11: 03
    +2
    L'article n'a pas répondu à la question posée au début - est-ce un "canard" ?
    Si "canard" - pas de questions du tout.
    Si ce n'est pas un "canard", alors c'est la deuxième, dernièrement, la preuve des intérêts ____________ du pays par son gouvernement. Permettez-moi de vous rappeler que le 1.05.2022er mars 400, le ministère des Finances de la Fédération de Russie a transféré un demi-milliard de dollars (en dollars américains) à l'Occident en paiement de la dette le XNUMXer mars XNUMX. En plus des XNUMX milliards de dollars de nos réserves volés par le même Occident plus tôt et des montants comparables d'autres actifs des résidents russes.
    Dans le cadre de la nécessité de consolider les ressources du pays pour gagner la guerre par procuration contre l'Occident collectif et la substitution aux importations. Insérez votre propre mot
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 14 peut 2022 12: 56
    0
    Il est clair qu'il s'agit d'un faux, à moins bien sûr que le gouvernement de la Fédération de Russie ne soit devenu fou. Mais pourquoi ce faux a été publié n'est pas du tout clair. Peut-être que le Nigeria ou qui que ce soit qui est derrière a décidé de cette manière de « remuer » les investisseurs occidentaux et de montrer une sorte d'appel d'offres pour la construction d'un tuyau complètement fou
  3. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 14 peut 2022 17: 45
    +1
    La meilleure chose que nos dirigeants puissent faire aujourd'hui est d'accélérer le processus de substitution des importations d'équipements nécessaires à la liquéfaction du gaz et à sa regazéification ultérieure, ainsi que la construction d'une flotte de pétroliers spécialisés. La possibilité d'exporter librement du GNL et du pétrole sans être lié au réseau de pipelines vers n'importe où dans le monde diversifie considérablement les risques de l'économie nationale.

    C'est logique, mais est-ce que ça marchera pour "lui" ?!
  4. 1_2 En ligne 1_2
    1_2 (Les canards volent) 15 peut 2022 15: 25
    -2
    si le Nigeria avait d'énormes réserves de gaz, il y aurait eu des bases de l'OTAN là-bas depuis longtemps, il n'y a rien là-bas, les Européens s'arrachent les cheveux ... des prix élevés du gaz, et proposent des bêtises pour les réduire, naïfs . .
  5. aslanxnumx Офлайн aslanxnumx
    aslanxnumx (Aslan) 15 peut 2022 17: 56
    +3
    La Russie doit investir à l'intérieur du pays, nous ne fournissons pas de gaz partout