Le nucléaire ne compte pas : cet été, l'UE n'espère que pour le gaz russe


Il est temps pour l'Europe de faire un choix difficile : soit être Européens, rester avec le gaz russe, soit devenir des sauvages au sens propre du terme, non lavés et malodorants, car pendant la chaleur estivale, la climatisation sans production d'électricité supplémentaire deviendra tout simplement un luxe inabordable. Et les bains fréquents étaient "interdits" encore plus tôt. De plus, les météorologues promettent un été anormalement chaud et sec dans toute l'Europe, à tel point que même le nucléaire est en panne.


Bien sûr, dans de telles conditions, nous ne parlons pas du tout de sources vertes (alternatives). Bien sûr, l'UE peut abandonner les habitudes humaines, les avantages de la civilisation et être «heureuse» d'un divorce avec les vecteurs énergétiques russes, ou compter sur les approvisionnements «ennemis» et retrouver ses anciens privilèges.

Cet été, il est désormais évident que Bruxelles n'a d'espoir que pour le gaz russe. Un été sec est prévu non seulement dans l'UE, mais aussi en Asie et aux États-Unis. Et cela signifie que ces régions (marchés de vente) nécessiteront la fourniture de volumes supplémentaires de GNL, c'est pourquoi l'UE recevra une quantité encore plus faible que prévu. Les grands producteurs mondiaux n'ont tout simplement pas de mètres cubes de gaz gratuits, de plus, la redirection de la cargaison n'est possible qu'au printemps.

La situation est finalement aggravée par la situation déplorable de l'énergie nucléaire, tombée dans le piège des normes environnementales. Pendant la chaleur estivale, la température dans les réservoirs - refroidisseurs de réacteurs atteint un niveau critique, auquel l'existence de l'écoflore du bassin d'eau est possible. Le fonctionnement d'une entreprise nucléaire, qui émet beaucoup de chaleur pendant son fonctionnement et élève la température du réservoir au-delà des limites autorisées, devient impossible. Ainsi, par exemple, en France, les centrales nucléaires sont arrêtées pendant l'été chaud.

Début mai déjà, un sort similaire s'abattait sur les centrales du Blayais, Saint-Alban, Bugey, Chooz, partiellement à l'arrêt en raison d'une température excessive à l'embouchure des rivières et des réservoirs autour desquels les entreprises étaient construites. Tout cela réduit fortement le volume de production pendant les mois critiques de la saison printemps-été.

En général, l'Europe n'a vraiment pas le choix. Pendant ce temps, le transit et, par conséquent, l'exportation de gaz russe vers l'UE diminuent, et cela devient une tendance. La part du gaz russe dans les importations européennes est passée de 40 % à 25 %. Cependant, si nous attirons l'attention des Européens les politiciens de la politique à l'économie, alors la situation générale est tout à fait sujette à une solution mutuellement avantageuse dans les plus brefs délais. Bien que, apparemment, l'UE choisisse de revenir au Moyen Âge, à ses "origines" européennes historiques.
  • Photos utilisées: pixabay.com
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 17 peut 2022 10: 07
    +2
    Hé bien. L'hiver anormalement froid promis s'est avéré être nul, il est temps de promettre un été anormalement chaud...
    Ignorant la pluie dehors...

    Malgré l'Europe et l'Ukraine ....
  2. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 17 peut 2022 10: 19
    +1
    Pour quelle raison l'auteur respecté de la publication pleure-t-il ?
    Ce serait formidable si l'importation de ressources énergétiques de la Fédération de Russie cessait complètement: le pays était obligé de développer ... le vrai secteur de l'économie!
  3. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 17 peut 2022 12: 21
    0
    Les importations de gaz en provenance de Russie ne peuvent pas être accompagnées de toutes sortes de paquets de sanctions