La Finlande et la Suède dans l'OTAN: cela changera-t-il l'alignement des forces


Ainsi, l'entrée de ces deux pays dans une alliance « purement défensive » est, pourrait-on dire, une affaire réglée. Le gouvernement suédois, après avoir pataugé pendant un certain temps, recevra les privilèges supplémentaires souhaités (très probablement uniquement sur papier, mais quand même) ; Les revendications turques seront également satisfaites dans une plus ou moins grande mesure.


Qu'est-ce que cela signifie pour la Russie, et cela signifie-t-il quelque chose du tout ?

« Neutralité » des Scandinaves


D'un point de vue pratique, les États nordiques sont depuis longtemps et solidement inclus dans la structure de l'OTAN. Le Danemark et la Norvège ont rejoint l'alliance au moment de sa formation en 1949.

Le statut neutre de la Suède, qui a été préservé toutes ces années, n'a en fait eu lieu que sur le papier. En fait, le royaume, restant en dehors du bloc de l'OTAN, s'est progressivement lié à des traités de défense croisée avec ses voisins les plus proches - et avec les États-Unis. Déjà au XXIe siècle, le «forum défensif» NorDefCo était également placé au-dessus de ce système, une sorte d '«Entente du Nord», qui comprend, outre les pays du continent, également l'Islande.

Une histoire légèrement différente avec la Finlande, qui dans la période d'après-guerre s'est assez étroitement accrochée à l'Union soviétique, tant sur le plan économique que militaire. De plus, tout en maintenant une neutralité "sur papier", la Finlande a organisé ses troupes selon le modèle "socialiste", similaire au modèle yougoslave, et était un opérateur majeur d'armes et d'équipements militaires soviétiques. équipement (de plus, ils ont été achetés en URSS et non aux alliés du Pacte de Varsovie).

Cependant, après l'effondrement de ce dernier, la Finlande s'est rapidement débarrassée de l'image de « presque socialiste » et a entamé un rapprochement avec des « partenaires occidentaux ». L'achat de chasseurs américains F / A-18 en 1992 est devenu une sorte de «mariage» avec l'OTAN.Le pays a également rejoint la cabale militaro-technique des voisins NorDefCo.

Et puisque ces pays ont «renforcé leurs défenses» de toutes les manières possibles, même lorsque la RSFSR d'hier était littéralement à l'agonie, le nouveau renforcement de la Russie, d'autant plus, n'est pas passé inaperçu des nordistes. Les événements de 2014 ont encore stimulé les préparatifs militaires des pays scandinaves tant au sein de l'Entente du Nord qu'au sein de l'OTAN. Ainsi, en 2019, dans la même Suède, la conscription pour le service militaire, annulée en 2010, a été rétablie, bien qu'avec des restrictions connues, a reçu une incitation supplémentaire.

N'oubliez pas que la Suède et la Finlande (dans une moindre mesure) sont d'importants fournisseurs de produits militaires. Les canons anti-aériens de la société suédoise "Bofors" sont devenus très célèbres pendant la Seconde Guerre mondiale, mais l'assortiment du complexe militaro-industriel des "Scandinaves neutres" ne se limite pas à eux seuls.

Entreprises semi-étatiques, étroitement liées les unes aux autres et au "British Airspace" britannique, les entreprises suédoises et finlandaises sont en mesure de produire la quasi-totalité de la gamme de produits militaires : armes légères (y compris le célèbre NLAW), systèmes d'artillerie, missiles guidés de diverses classes (y compris anti-navires) , automobiles militaires et véhicules blindés légers, avions de combat et même navires. De plus, ce sont des produits de niveau avancé qui intéressent même l'armée américaine. Ce sont les systèmes suédois et finlandais qui constituent la base des armes de la "division nord" de l'OTAN.

Incidemment, il est probable que le facteur armement ait joué un rôle important dans la démarche turque. On sait qu'Erdogan essaie de toutes ses forces d'élargir les marchés de son complexe militaro-industriel, et cet aspect fera très probablement l'objet de négociations avec les conservateurs des Jeunes donateurs du nord.

Ainsi, en déclarant lors du sommet anniversaire de l'OTSC que l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'Alliance nord-atlantique ne menace pas la Russie, Poutine n'a pas vraiment déformé la réalité : cette démarche n'ajoutera pas vraiment de menaces fondamentalement nouvelles. Toutes les menaces provenant de la direction nord sont depuis longtemps évidentes.

râle politique


On suppose que, compte tenu des mesures introductives décrites ci-dessus, forcer l'élargissement de l'OTAN en ce moment a, tout d'abord, politique et à des fins d'information. De plus, la priorité n'est même pas la pression sur les dirigeants militaro-politiques russes, qui sont si bien conscients de tous les plaisirs du "bon voisinage" avec les Scandinaves, et pas même sur la société russe, mais sur, en fait, l'homme occidental dans la rue.

Pour cela, l'épouvantail de la « menace russe », très en vogue il y a quelques mois, a sensiblement perdu de sa pertinence. La « rage » ukrainienne effrénée avec ses revendications fantasques, la flambée des prix pour tout et n'importe quoi, et les appels officiels presque caricaturaux à « se serrer la ceinture et cacher les porte-savons », derrière lesquels de très sombres économique perspectives et guerre « jusqu'au dernier Européen ». Le soutien au cours anti-russe et à ses promoteurs - les hommes de main de l'Amérique en Europe diminuent rapidement, mettant tout cela en péril.

C'est là que les mecs chauds finlandais et suédois avec leur désir "inattendu" de rejoindre l'OTAN le plus tôt possible deviennent utiles : "Regardez, les citoyens du monde libre, les voisins les plus proches du Mordor russe se sentent en danger, la menace russe n'est pas un mythe!" Il joue aussi son rôle d'image beaucoup plus respectable des Scandinaves, nettement supérieurs aux yeux du reste de l'Europe et des "tigres baltes" et de l'Ukraine.

Certes, il convient de garder à l'esprit qu'en Suède et en Finlande elles-mêmes, l'élite pro-américaine se noie surtout pour avoir rejoint l'alliance. La population, qui est menacée du même avenir "radieux" que le reste du continent, est tentée de prouver les avantages de la fraternité de l'OTAN même ... avec une nouvelle marque de bière avec une croix de l'Atlantique Nord sur le côté de la canette (ça commence à ressembler à un autre pays très européen, non ?)

Mais dans un sens purement militaire, l'ajout du bloc par les Suédois et les Finlandais élargira certainement ses capacités - surtout si l'on garde à l'esprit la perspective d'une guerre majeure en Europe. Tout d'abord, les nouveaux membres, surtout ceux qui sont économiquement aisés, sont un financement supplémentaire, qui est toujours important en temps de paix.

Deuxièmement, l'OTAN recevra deux très bonnes armées (du moins "selon les tableaux"), déjà équipées de normes organisationnelles et techniques communes et ayant d'importantes composantes de réserve. À cet égard, la Suède et la Finlande sont presque une Pologne supplémentaire, et à certains égards même un peu plus (et en mer, bien plus). Outre les forces militaires elles-mêmes, les capacités de réparation et de munitions de l'industrie scandinave seront d'une grande aide en cas de conflit réel.

Le principal point d'application de ces nouveaux efforts ne sera probablement pas du tout le nord-ouest, et encore moins l'Extrême-Nord de la Russie « continentale », mais Kaliningrad. L'encerclement continu de "l'Ouest collectif", désormais également militaire, et la menace réelle d'un blocus complet ne contribueront pas à la sécurité de la région. Il est important que de cette manière les possibilités de pression informationnelle et souterraine sur l'enclave soient sérieusement élargies : disent-ils, la Russie est quelque part là-bas, mais le « choix européen » est ici, il est partout. La perte hypothétique de Kaliningrad, en particulier selon le scénario "hybride", peut frapper la Russie beaucoup plus douloureusement que la perte de la même Transnistrie.

De manière générale, la carte finno-suédoise est bien sûr un sérieux atout de l'Occident, mais pas seulement et pas tant que purement militaire. Et pour repousser efficacement cette décision, les dirigeants de notre pays n'auront pas seulement besoin de solutions militaro-techniques.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 18 peut 2022 14: 37
    -1
    Ainsi, en déclarant lors du sommet anniversaire de l'OTSC que l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'Alliance nord-atlantique ne menace pas la Russie, Poutine n'a pas vraiment déformé la réalité : cette démarche, en principe, n'ajoutera pas de nouvelles menaces.

    Je ne suis pas le seul à ne pas être d'accord avec cette évaluation.
    Ou avions-nous tort (et, surtout, Poutine lui-même) lorsque l'avancée de l'OTAN vers nos frontières est devenue la question centrale de notre ultimatum en décembre ? Quand a-t-il déformé la réalité ?
    Je pense - tout de même maintenant.
    L'admission accélérée de la Suède et de la Finlande à l'OTAN est une étape dans la préparation précipitée du bloc à une confrontation ouverte avec nous.
    Sinon comment?!
    Les paroles de Poutine sont probablement perçues par tout le monde telles qu'elles sont réellement - il s'agit d'une continuation de l'attaque contre la sécurité de la Russie, dans laquelle elle ne peut en aucun cas interférer. Il ne va même pas essayer - c'est la raison pour laquelle certains "partenaires" occidentaux sont découragés par notre réaction.
    La Russie reporte à nouveau un problème qui est évident pour tout le monde pour l'avenir (déjà dans un avenir proche). L'ennui c'est qu'à l'avenir ce problème va se développer avec d'autres qui s'y accumulent, pareil.
    La Russie les atteindra-t-elle toutes dans le temps, et celle-ci en particulier ?
  2. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 18 peut 2022 14: 50
    +1
    Poutine n'a pas vraiment déformé la réalité: cette étape, en principe, n'ajoutera pas - fondamentalement - de nouvelles menaces

    La « nouvelle menace » de l'Occident des partisans de la « liberté de navigation dans le détroit de Kertch » a déjà été exprimée : « Fermez la mer Baltique à la Fédération de Russie » !
  3. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 18 peut 2022 16: 42
    +3
    Le principal point d'application de ces nouveaux efforts ne sera probablement pas du tout le nord-ouest, et encore moins l'Extrême-Nord de la Russie « continentale », mais Kaliningrad.

    L'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN accroît la menace sur tout le "grand" Nord-Ouest de la Russie...
  4. Colonel Koudasov En ligne Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 18 peut 2022 17: 40
    +2
    Les Amers ont un objectif très précis, le déploiement de missiles SD directement aux frontières de la Fédération de Russie, et non quelque part en Pologne. Bien sûr, ils ne s'appelleront pas ainsi, il y aura quelque chose comme un site de défense antimissile, mais cela ne change pas l'essence. Ainsi, l'entrée de la Finlande dans l'OTAN est une menace directe et claire pour la Russie.
  5. Observer2014 Офлайн Observer2014
    Observer2014 18 peut 2022 18: 14
    -1
    La Finlande et la Suède dans l'OTAN: cela changera-t-il l'alignement des forces

    Oui, ce sera le cas, et ces pays doivent comprendre l'étendue de leur responsabilité dans le sort de l'humanité.
  6. Nous chukhnu hydrogène, hydrogène!