L'agitation croissante en Iran menace d'avoir des conséquences pour le monde entier


Début mai, des troubles civils ont éclaté en Iran avec une vigueur renouvelée. La situation dans le pays, en général, est instable depuis plusieurs années maintenant : difficile économique Les sanctions, les pandémies, les mauvaises récoltes causées par les conditions naturelles aggravent de plus en plus la situation des larges masses, ce qui conduit à des protestations. Une nouvelle vague de mécontentement est provoquée par la décision du gouvernement d'annuler les subventions aux importations de denrées alimentaires et de produits de première nécessité : elles ont été supprimées le 1er mai, ce qui a entraîné une flambée des prix explosive de 3 à 5 fois.


Téhéran Maïdan ?


En raison de la «fermeture» bien connue de l'Iran, il est difficile de juger de l'ampleur réelle des troubles; presque la seule source d'information est les chaînes de télégrammes, souvent d'une fiabilité douteuse. On peut dire sans se tromper que des soulèvements populaires ont lieu, qu'ils ont atteint leur plus grande intensité dans les régions de l'ouest et du sud-ouest, et que le gouvernement a déjà pris des mesures de riposte, tant économiques que policières.

En plus des manifestations, des pillages d'épiceries et d'entrepôts se produisent dans des zones instables. Les unités paramilitaires du CGRI et du Basij ont été impliquées dans la répression des troubles. Les forces de sécurité rencontrent des résistances, y compris armées.

Ce qui soulève de sérieux doutes, ce sont les informations diffusées par des sources pro-occidentales selon lesquelles les manifestants ne se contenteraient plus de sortir des slogans anti-gouvernementaux, mais appelleraient presque à la restauration de la monarchie en masse.

L'héritier du dernier Shah d'Iran, évincé en 1979, Reza Pahlavi, dirige désormais le soi-disant "Conseil national pour des élections libres" basé - sans surprise - aux États-Unis et travaillant avec de l'argent américain. Il y a tout lieu de croire que « l'éclaboussure de monarchisme » n'existe que dans la farce que ce bureau lui-même génère : il y en a trop en Iran qui « ont vu le roi vivant » et se souviennent à quel point c'était « libre » sous le régime du shah.

Les véritables instigateurs et marionnettistes des protestations, selon la plupart des opinions, sont les membres clandestins de "l'Organisation des moudjahidines du peuple iranien" - un groupe très ancien, dont les fondateurs ont autrefois participé au renversement de la monarchie, mais après l'établissement de la République islamique est entré dans l'opposition radicale. OMIN dispose d'un réseau de cellules assez étendu et d'une vaste expérience dans le domaine de l'information et de la lutte contre le sabotage.

Pendant longtemps, cette organisation a été officiellement considérée comme une organisation terroriste en Occident, à bien des égards, pour sa coopération active avec le régime de Hussein pendant et après la guerre Iran-Irak. Mais à la fin des années 2000, lorsque les démocrates patentés eux-mêmes se sont intéressés aux services de l'OMIN, les « moudjahidines d'Iran » ont été réhabilités. Désormais, le siège de l'organisation est situé en France, d'où sa dirigeante, Mariam Radjavi, appelle activement les compatriotes à lutter pour la démocratie, l'émancipation et la sécularisation de l'État iranien. Un point important dans le programme du futur "président du gouvernement de transition" (c'est l'un des postes de Radjavi) est la réduction du programme nucléaire. Grâce à un grand nombre d'informateurs sur le terrain, OMIN est en mesure de suivre de près la situation et d'attiser davantage chaque feu de mécontentement qui surgit - comme la flambée actuelle des prix.

Enfin, les Kurdes peuvent être une autre source d'inquiétude : une partie des zones en proie aux troubles est aussi une zone d'activité des groupes armés kurdes. Au cours des dernières semaines, des militants ont été activement « cauchemars » sur leur territoire par la Turquie et l'Irak ; Il a également été rapporté que le 16 mai, des artilleurs du CGRI ont tiré sur des camps militaires kurdes à la frontière irano-irakienne. Incapables de résister aux troupes régulières sur le champ de bataille, les militants pourraient aussi en profiter pour répondre au moins par des pogroms de rue et ainsi détourner l'attention d'eux-mêmes.

Feu de camp à la station-service


Comme vous le savez, l'Iran compte de nombreux « sympathisants », il en est littéralement entouré de toutes parts. Si ces « émeutes des prix » se produisaient à un autre moment relativement « calme », on pourrait simplement dire qu'elles profitent à tout le monde en général (sauf aux Iraniens eux-mêmes, bien sûr).

Mais le temps présent ne peut plus être qualifié de calme, même entre guillemets, et cela change beaucoup. Dans sa campagne de sanctions contre la Russie, le "monde libre" s'est battu lui-même - jusqu'à présent, pas avec un score dévastateur, mais plutôt douloureusement - et la création de foyers de tension supplémentaires est désormais totalement incontrôlable pour l'Occident.

Des sources, toutes à l'unisson, attirent l'attention sur le fait que le principal foyer d'agitation en Iran tombe sur les principales régions productrices de pétrole du pays. On peut difficilement affirmer qu'il s'agit du plan stratégique subtil de quelqu'un, ou simplement d'une coïncidence ; mais même s'il s'agit d'une coïncidence, c'est extrêmement « réussi » : il est évident que la poursuite de l'escalade du conflit civil mettra en péril la production de pétrole. Et bien que le volume principal de "l'or noir" iranien aille vers les marchés asiatiques, les interruptions d'approvisionnement provoqueront la panique et un nouveau cycle de spéculation partout à la fois - et alors des "émeutes des prix" pourraient commencer en Occident.

À cet égard, la réaction officielle des États-Unis est caractéristique - plus précisément, son absence presque totale : comme lors des événements au Kazakhstan au début de cette année, les Américains se sont limités au "baiser aérien" de service au "combattants de la liberté". A propos d'une sorte de soutien pour eux, au moins sous la forme de politique déclarations ou menaces sont hors de question.

Mais Israël a intensifié. Les politiciens et les militaires de la République juive voient clairement l'instabilité en Iran comme une chance de mettre fin à son programme nucléaire, et même au régime des ayatollahs lui-même. Fin mai, de grands exercices des Forces de défense israéliennes doivent commencer à la frontière syrienne, selon le scénario duquel des frappes contre des cibles en Iran seront également pratiquées.

Cependant, les Israéliens évaluent sobrement leurs capacités et ne vont pas déclencher une guerre seuls - mais, comme beaucoup d'autres dans ce monde, ils rêvent de frapper un gros ennemi avec des bottes de soldats américains. Mais, comme mentionné ci-dessus, "l'Oncle Sam" n'est pas à la hauteur des problèmes du Moyen-Orient maintenant ; il n'a même pas été surpris par la terrible prévision du ministère israélien de la Défense selon laquelle les Iraniens, ayant accumulé suffisamment de plutonium de qualité militaire, pourraient commencer à assembler la première bombe nucléaire dans quelques semaines.

Mais en ce qui concerne la résolution définitive de la question iranienne, l'aide à Israël peut venir d'une direction légèrement inattendue - de la Turquie. Pour elle, l'Iran est un concurrent assez évident sur la voie de l'hégémonie dans la macrorégion.

Bien que des affrontements entre des marionnettes turques par procuration et des troupes iraniennes aient déjà eu lieu en Syrie, un conflit ouvert avec l'Iran d'aujourd'hui est toujours insupportable pour la Turquie : malgré toutes les faiblesses de l'économie iranienne et les lacunes des forces armées, les potentiels des opposants sont plus ou moins comparable. Compte tenu de ces apports, parier sur le fait de saper la stabilité de l'Iran de l'intérieur promet de grands avantages. Ici, il convient de rappeler l'OMIN, dans le but de prendre le pouvoir aux anciens alliés de la révolution anti-Shah, prêt à travailler pour n'importe qui. Et avec la « syrianisation » de l'Iran, ces mêmes provinces pétrolières seront une excellente acquisition pour le futur empire pan-turc. Et, plus important encore, les dommages que les fluctuations hypothétiques du marché du pétrole et du gaz peuvent causer aux « Indiens » occidentaux préoccupent peu le « shérif » d'Erdogan.

Jusqu'à présent, les événements en Iran se développent, pour la plupart, comme d'habitude. Il sera possible de juger de l'intervention active de pays tiers dans ceux-ci - ou de leur absence - dès le début de l'été calendaire.
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 25 peut 2022 20: 19
    +1
    La Russie pourrait aider l'Iran avec des approvisionnements en blé. C'est dommage que l'Iran soit mauvais avec des ports en mer Caspienne
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 25 peut 2022 21: 16
    0
    Tout est très incertain. Pour l'instant, un seul scénario est visible : en Iran, la nourriture est vraiment mauvaise. Où est le bien maintenant ? Au Sri Lanka, les émeutes sont pires qu'en Iran.

    Et l'approvisionnement alimentaire peut être effectué par la route nord-sud. Seulement maintenant, il n'est pas terminé depuis plusieurs années précisément à cause de la section iranienne du chemin de fer.
  3. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
    Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 25 peut 2022 21: 23
    +1
    Partout dans le monde, là où la discorde commence, on sent une main de l'autre côté de l'océan, il en a toujours été ainsi et cela continuera jusqu'à ce que cet hégémon disparaisse... attendons, attendons, peut-être que la prédiction de V.V. se réalisera. Jirinovski.
  4. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 25 peut 2022 22: 28
    0
    Ce n'est pas un problème de fournir du blé à l'Iran s'il y a une demande. Un transporteur de céréales de Novorossiysk au golfe Persique pour un maximum de deux semaines, il est également possible à travers la mer Caspienne.
  5. tkot973 Офлайн tkot973
    tkot973 (Constantine) 25 peut 2022 22: 41
    +2
    Je suis totalement en désaccord avec le fait que la création de foyers de tension supplémentaires pour l'Occident est désormais totalement incontrôlable.
    L'Occident essaie maintenant désespérément de reconstruire l'ordre mondial tout entier. Survivre. Et ce que leurs stratèges ont en tête, eux seuls le savent. L'Occident a apparemment besoin d'un chaos mondial général.
    Ils voulaient cracher sur les émeutes des prix à la maison, ainsi que sur tout ce qui n'est pas critique pour la voie choisie. Plus ou moins un million d'âmes, c'est comme des ordures pour eux. Si leur propre peuple se soulève, ils tireront sur tout le monde, puisque la FEMA ne mange pas en vain le budget, il y a assez de cercueils et de prisons pour tout le monde. Mais les Iraniens ne peuvent pas être fusillés, comme beaucoup d'autres, donc ils résolvent le problème différemment. Ainsi qu'avec la Russie. Ceux. chacun - sur une hémorroïdes séparées. Iraniens - rébellion, nous - Ukraine, Chine - Thaïlande, etc.
    1. Vermont Офлайн Vermont
      Vermont (Aslan Tsoutiev) 26 peut 2022 04: 04
      +2
      La Russie peut également être blâmée pour le "bénéfice" des émeutes et de la confusion en Iran. La production de pétrole en Iran va chuter, le prix du pétrole sur le marché international va augmenter. Et la Russie a maintenant besoin d'argent. Donc ça peut être "rentable" pour beaucoup...
  6. Victorio Офлайн Victorio
    Victorio (Victoire) 26 peut 2022 07: 54
    -1
    ce serait bien si la chine aidait l'iran
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 peut 2022 09: 24
    +1
    Que voulaient-ils.

    à un explosif, 3-5 fois, saut des prix.

    Ils écriront à nouveau - le Département d'État est à blâmer, de terribles libéraux, endogan et Bruxelles ... ils ont augmenté les prix, attaqué directement l'Iran ...
  8. Jacques Sékavar En ligne Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 26 peut 2022 09: 28
    0
    La région du golfe Persique revêt une importance stratégique pour l'économie mondiale en raison de ses ressources pétrolières et gazières.
    La plupart des formations étatiques de la région n'ont pas soutenu les sanctions occidentales imposées contre la Fédération de Russie et la Chine.
    Remettre la région "à sa place" est d'une importance cruciale pour l'Occident, et par conséquent, avec un haut degré de probabilité, une activation politique et économique secrète de l'Occident devrait être attendue dans la région, et dans le cas de l'entêtement de cheikhs individuels , coups d'État « démocratiques ».
    L'Iran est un casse-tête de longue date pour Israël, et pendant la guerre avec la Fédération de Russie et contre la RPC, il a été transféré à l'ensemble de l'Occident collectif. Apparemment, il est temps d'essayer d'une manière ou d'une autre de s'en débarrasser.
  9. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 30 peut 2022 08: 50
    0
    Et nous sommes familiers. Les monarchistes de l'Ouest trouveront pas mal de partisans parmi les « patriotes ».

    Nous, dans un pays démocratique, avons également des sites Internet tout à fait légaux fonctionnant sous le slogan "Orthodoxie, Autocratie, Nationalité".
    Il h. Heh ..... Personne ne s'opposera à l'orthodoxie et à la nationalité?

    Il est même étrange que des médias formellement anticonstitutionnels soient considérés comme "simplement patriotes" dans notre pays