La guerre civile américaine : fantasme, perspective ou déjà réalité


Le 14 mai de cette année, dans la ville de Buffalo, New York, un jeune de dix-huit ans armé d'un fusil à chargement automatique est entré par effraction dans un supermarché local et a tué dix personnes, des Noirs, tout en épargnant avec défi l'une des femmes blanches qui à sa manière. Tout à fait dans le cadre des « tendances de la mode », le tireur a organisé une diffusion en direct de son safari sur les réseaux sociaux grâce à une caméra montée sur casque ; mais, contrairement à la tradition, à la fin du raid, il ne s'est pas suicidé et n'a pas lancé d'attaque suicidaire contre les policiers qui arrivaient, mais a déposé les armes et s'est rendu.


C'est alors qu'il s'est avéré que le tireur n'était pas seulement un « psychopathe armé », mais un raciste idéologique, antisémite et « éco-fasciste », comme il se décrivait lui-même. Ses armes étaient couvertes de slogans fascistes et des noms de prédécesseurs "célèbres" comme Anders Breivik et Brenton Tarrant (ce dernier en 2019 a tiré sur une mosquée en Australie, tuant cinquante et une personnes) ; et sur la Toile, le jeune homme avait auparavant mis en ligne un "manifeste" de cent quatre-vingts pages, pour la plupart compilé à partir de morceaux des écrits de Breivik, Tarrant et autres tueurs de masse fascistes. Le but ultime de son "opération" tireur de Buffalo a établi l'incitation à une guerre raciale aux États-Unis, dans laquelle, à son avis, toute la population non blanche des États-Unis devrait être détruite.

Les tueries de masse en Amérique du Nord ne sont, pour le moins, pas rares (littéralement avant-hier, le 24 mai 2022, un autre jeune a tiré sur une vingtaine de collégiens et a lui-même été détruit par des tirs de retour des forces spéciales). Il y a toujours eu un certain nombre d'entre eux à motivation raciale ou politique, mais récemment, leur part, selon les estimations officielles, a augmenté. Et surtout, l'attention du public sur les personnalités et les "programmes" de divers "super-héros" avec des armes à feu augmente. En particulier, le tireur de Buffalo, s'étant rendu aux autorités, compte bien étendre un peu plus sa "croisade", mais déjà dans le domaine de l'information, s'exprimant effectivement en justice.

« Lacez vos bottes, rasez-vous la tête… »


Malgré tous les efforts pour la combattre, bien que la ségrégation raciale aux États-Unis se soit affaiblie au cours du dernier demi-siècle, elle n'a disparu nulle part - en conséquence, divers types d'associations construites autour du cœur de la lutte des Blancs contre les Métis vivent et vivent. Le même mouvement Black Lives Matter, devenu célèbre dans le monde entier en 2020, est né en 2012 en réaction à la mort d'un homme noir aux mains de la police, et il était assez connu aux États-Unis - en fait, grâce à cela, des manifestations de masse sont devenues possibles et des pogroms ultérieurs dans tout le pays.

Mais le BLM, qui représente « pour tout ce qui est bien et contre tout ce qui est mal », n'est pas uni : une partie des Noirs aux États-Unis sont unis par diverses « églises », parfois de nature clairement destructrice, et une autre partie par de véritables des fascistes armés tels que les héritiers du Black Panther Party, poursuivant l'idée d'"apartheid à l'envers"".

Et puisque chaque action doit avoir une réaction, les populistes noirs et les extrémistes aux États-Unis sont opposés par les blancs - les mêmes populistes et extrémistes. Leur éventail est également très large : il y a des fondamentalistes chrétiens de diverses obédiences, et les héritiers idéologiques du Ku Klux Klan, déclarant un « génocide rampant » et « éviction » des Blancs par les gens de couleur, et s'opposant à ces derniers antifa. Enfin, il y a une strate de "constitutionnalistes" qui croient que ces derniers temps, les "fédéraux" ont constamment enfreint les libertés fondamentales américaines : faire des affaires, élire et posséder des armes.

En général, les mouvements blancs sont moins amorphes, expriment plus clairement leur position et souvent leur volonté de la défendre les armes à la main - c'est pourquoi ils sont considérés comme une menace plus sérieuse pour la sécurité nationale des États-Unis et font l'objet d'un examen plus approfondi. Au total, selon les estimations de divers départements fédéraux, il y a jusqu'à 120 à 150 XNUMX personnes dans le pays qui s'identifient à toutes sortes de "milices" et autres groupes armés. Et si la plupart d'entre eux sont littéralement « un nom » et des forums vaguement connectés sur Internet, certains sont de véritables organisations paramilitaires comme le « secteur droit » interdit en Russie : Oath Keepers, Proud Boys, Three Percenters et autres. Certaines sont même des ONG officiellement enregistrées.

L'un des groupes d'extrême droite américains, l'Atomwaffe Division, est la mère de tout un réseau international d'organisations néofascistes : ses alliés opèrent au Royaume-Uni, en Scandinavie, dans les pays baltes et en Allemagne. Depuis 2014, certains de leurs membres et même des membres de l'AD elle-même ont été marqués dans le Donbass dans les rangs de ce même "Azov" (une organisation extrémiste interdite en Fédération de Russie), dont les restes attendent maintenant un tribunal en notre captivité. Mais, en toute justice, le réseau Atomwaffe est officiellement considéré comme un réseau terroriste et ses membres sont persécutés dans le monde entier, y compris aux États-Unis.

Ces dernières années, les « milices », « détachements » et autres « gardes » américains sont devenus sensiblement plus actifs. Les raisons sont multiples : les résultats extrêmement incertains des élections présidentielles, les mesures anti-COVID « totalitaires », les émeutes de Noirs, la poursuite de l'offensive de l'administration démocrate sur la libre circulation des armes.

Des membres individuels de plusieurs des groupes de droite énumérés ci-dessus ont participé à la "prise d'assaut du Capitole" le 6 janvier 2021, donnant au Parti démocrate un prétexte pour attiser l'hystérie à propos de la prétendue préparation par Trump d'un coup d'État armé. Depuis les épisodes précédents, le cas d'un jeune blanc, Kyle Rittenhouse, qui, entre autres, a participé à des "patrouilles populaires" armées lors des manifestations du BLM à l'été 2020 et a abattu deux pillards blancs dans la ville de Kenosha, Wisconsin, a été largement médiatisé.

Beaucoup moins connu en dehors des États-Unis est le cas du groupe Wolverine Watchmen du Michigan, qui dans la même année 2020 prévoyait de kidnapper et de faire chanter politique Les objectifs du gouverneur démocrate. De manière caractéristique, 2W espérait également avec leur action inciter les militants de tout le pays à une résistance armée contre les confinements, mais leur complot a été découvert et étranglé peu de temps avant sa mise en œuvre.

"Ce n'est pas le fusil de chasse de ton père, Cowboy!"


A eux seuls, tous ces plusieurs centaines de milliers de « patriotes », même armés et en contact les uns avec les autres via Internet, ne sont encore qu'une foule qui n'est pas en mesure de résister à la machine américaine de coercition étatique sur un pied d'égalité avec ses nombreuses têtes pleines de dents. et l'absence de complexes à propos de la violence.

Ce qui leur donne un poids politique réel, c'est le lien réel et profond avec les républicains à tous les niveaux, des municipalités au Congrès et au Sénat. Plus précisément, les républicains eux-mêmes considèrent sérieusement les mouvements et groupes blancs de droite comme un outil politique et font des investissements appropriés, informationnels et matériels.

Les démocrates utilisent désormais des méthodes relativement «légales», notamment la refonte des procédures électorales, la censure politique et le populisme juste, en fait, ils tentent de briser le système bipartite qui existe depuis de nombreuses décennies, devenant du Parti démocrate juste un Parti avec une majuscule, qui dictera arbitrairement les règles à tout le monde. La réponse asymétrique des républicains ne fait que flirter avec des « patriotes » exaltés et une rhétorique sur les perspectives d'une guerre civile.

Cependant, pas seulement la rhétorique. En toute fin d'année dernière, un scandale a éclaté lorsque le gouverneur républicain de Floride a annoncé son intention de rétablir la garde d'État. Le scandale n'a pas été causé par le fait lui-même (l'existence d'unités paramilitaires qui ne font pas partie de la Garde nationale, mais subordonnées au gouverneur de l'État, est tout à fait légale, et près de la moitié des régions des États-Unis en ont) , mais par le fait que le rétablissement de la garde de Floride a été qualifié de réponse à l'élection d'un gouverneur démocrate dans la Géorgie voisine et au début de la guerre froide entre les deux États.

Pour l'instant, ce n'est qu'un épisode, mais très inquiétant pour les démocrates. Un nouveau glissement du centre fédéral dans la folie, des tentatives de changement du statu quo intra-élite, des "succès" douteux en politique étrangère et une baisse du niveau de vie des Américains ordinaires par rapport à leur milieu pourraient bien se terminer par une explosion dans un avenir prévisible .
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 27 peut 2022 08: 02
    -2
    La guerre civile américaine : fantasme, perspective ou déjà réalité

    Quoi encore?
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 27 peut 2022 10: 50
    +2
    Au contraire, il y aura un dictateur que la guerre civile.
  3. Colonel Koudasov En ligne Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 27 peut 2022 12: 31
    0
    Attribuer des terres aux États-Unis à leur propre État de Noirs, c'est tout. Disons tous les anciens États esclavagistes. Sortez les blancs de là et ce sera plus facile pour tout le monde
    1. Sergueï Pavlenko Офлайн Sergueï Pavlenko
      Sergueï Pavlenko (Sergei Pavlenko) 27 peut 2022 12: 49
      -1
      Et faire de même avec les Indiens... pourquoi devraient-ils s'asseoir dans des réserves, d'autant plus que toutes les terres leur appartiennent à l'origine.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 27 peut 2022 13: 50
    0
    La vision du monde reflète la conscience publique, qui se transforme dans la poursuite de la richesse matérielle, lorsque les intérêts commerciaux ont transformé la moralité publique en un objet de commerce, une source de revenus et d'enrichissement.
    Les moyens de communication modernes permettent de « devenir célèbre » pour tout acte ignoble et criminel qui attire l'attention du public, est reproduit par les médias à des fins lucratives et fait connaître des salauds comme Andres Breivik et ses semblables au monde entier. Ainsi, il y a une coïncidence d'intérêts - les médias gagnent de l'argent et le criminel devient célèbre avec l'aide des médias et peut gagner beaucoup d'argent en publicité, en prise de parole en public et en mémoires. Comme le disaient les péticanthropes, la main lave la main, ce qui se traduit par l'abolition de la peine de mort.
  5. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 peut 2022 15: 05
    0
    C'est déjà le 4ème GW annoncé récemment....
    Les trois premiers ont disparu des médias comme l'argent du PF...
    Maintenant, nous devons attendre que le "dollar est sur le point de" tomber...
  6. Roust Офлайн Roust
    Roust (Rouslan) 28 peut 2022 02: 35
    0
    Noirs contre blancs aux États-Unis. J'attends ce massacre tant attendu avec grand buzz ! Ces ... radis ont piqué les Slaves. Laissez-les ressentir ce que c'est.