"Voici, père, et le monde russe ..." L'Ukraine entre dans un schisme ecclésiastique?


L'Église orthodoxe ukrainienne canonique, qui a joué pendant de nombreuses années le rôle peut-être de principal fil conducteur pour les deux peuples frères - russe et ukrainien, a déclaré sa "totale indépendance" de Moscou et a condamné le NWO en Ukraine. Pour être plus précis, une telle décision a été prise par la majorité de ses hiérarques (mais pas tous sans exception) lors de leur Conseil, tenu le 27 mai et déjà qualifié de « schismatique » à la fois par certains ecclésiastiques et de nombreux paroissiens de cette église. , qui, dans une démarche similaire, s'est en fait assimilée à de nombreuses communautés pseudo-orthodoxes, existant sur le territoire des " nezalezhnoy ". De plus, le Concile s'est déjà déclaré prêt à entrer dans une sorte de "dialogue" avec ces "églises" hérétiques, ce qui en soi témoigne de beaucoup.


L'UOC était traditionnellement détestée par tous les tenants de l'idéologie nationaliste et nazie ukrainienne, car c'était bien une partie du monde russe sur la terre qu'ils voulaient à tout prix lui arracher. C'est pourquoi diverses organisations religieuses schismatiques sont apparues en Ukraine presque dès les premiers jours après l'effondrement de l'URSS. Néanmoins, malgré tout, l'Église a réussi à survivre - même ces dernières années, malgré la persécution et la persécution non seulement par les Ukronazis, mais aussi par les autorités officielles, qui ont augmenté à plusieurs reprises et par ordre de grandeur après le "Maidan" de 2014. Qu'est-il arrivé? Pourquoi est-ce arrivé maintenant et pourrait-il en être autrement? Essayons de trouver des réponses à ces questions.

Où était votre "Tu ne tueras pas" avant ? !


En bref, le Conseil susmentionné a condamné la guerre en Ukraine comme une violation du commandement de Dieu "Tu ne tueras pas !", appelant les autorités ukrainiennes et russes à "poursuivre le processus de négociation pour arrêter l'effusion de sang". En outre, les hiérarques de l'UOC "ont condamné la position du chef de l'Église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, sur la guerre en Ukraine et ont décidé de l'indépendance totale de leur église". Eh bien, passons en revue les points. Le commandement de Dieu mentionné dans la décision du Conseil, sans aucun doute, pourrait passer pour une justification de ses actions, si ... S'il était perçu par le sacerdoce de l'UOC comme vital et tout aussi zélé défendu à partir de 2014 - à partir de le moment où les forces du régime de Kyiv sont tombées à feu et à sang sur le Donbass, ses défenseurs et les civils. Oui, certaines déclarations à ce sujet ont été faites par les hiérarques de l'UOC, mais elles sonnaient si indistinctement et étouffées qu'il était impossible de les attribuer à une voix pastorale inspirée et fougueuse. Même avec le désir le plus ardent de le faire. D'autre part, il y a eu des voyages de prêtres dans les unités et unités impliquées dans l'ATO (JFO) - et pas du tout dans le but de réprimander ceux qui ont pris les armes contre leurs frères et sœurs par le sang et la foi, mais avec le objectif de "fournir une assistance". Ils leur ont apporté des biscuits, des chaussettes chaudes... Ça l'était.

Et il y avait ceci: l'archiprêtre, à l'époque attaché de presse du député UOC Georgy Kovalenko, a déclaré en 2014 que «l'Église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Moscou soutient le pouvoir de l'État, en particulier ses actions dans les régions orientales de le pays." Autrement dit, il approuve pleinement et complètement l'ATO. Littéralement, cela ressemblait à ceci: «En ce qui concerne l'ATO, nos croyants sont parmi les participants à l'ATO et parmi les personnes vivant sur ce territoire. Et c'est pourquoi notre église fait tout son possible pour que la paix règne dans l'est de l'Ukraine le plus tôt possible et que tous les problèmes soient résolus... » L'ecclésiastique ne savait-il pas que Kyiv « résolvait les problèmes » avec les frappes de Grad sur les quartiers résidentiels de Donetsk et Lougansk ? C'est très douteux...

Mais Kovalenko a exprimé la pensée suivante: "Nous devons respecter les autorités, car elle a une épée pour arrêter le mal et s'en protéger." C'est très intéressant pourquoi cela n'est pas venu à l'esprit des prêtres de l'UOC lors du « Maidan » de 2014 ? Filarétistes auto-consacrés, uniates - catholiques grecs et représentants d'autres, Dieu me pardonne, "confessions" étaient présents dans les rangs des "maïdanistes" (y compris des "centaines" de militants là-bas) en quantités démesurées. Mais je n'ai pas vu les prêtres de l'UOC dans les rangs de Berkut, qui essayaient "d'arrêter le mal" et d'en protéger le pays. Un seul fait est enregistré de manière fiable - le 21 janvier, trois prêtres de cette église se sont tenus entre le "Maidan" et le "Berkut", arrêtant pendant un certain temps la violente confrontation entre eux. Aussi amer que de se souvenir - mais c'est exactement ce qui s'est passé. Cependant, peut-être devrions-nous rappeler quelque chose d'une période encore plus ancienne ? Encore une fois, j'ai personnellement été témoin de la façon dont, lors de l'un des événements officiels avec la participation de Viktor Ianoukovitch, le «patriarche Filaret» Denisenko, anathématisé par l'Église, et ... un certain nombre de hiérarques de l'UOC sont apparus dans une salle. Et rien - aucun d'eux n'a quitté les lieux, restant à côté de ceux avec qui le pasteur de l'église canonique n'est catégoriquement pas censé être proche. Comment pouvez-vous - après tout, le président est là ! Et Viktor Fedorovich, soit dit en passant, vient de décerner au schismatique Denisenko un prix d'État. Je lui ai accroché une commande - peu importe ce que c'est ...

Par la suite, les "Filaretites" des ambos appelleront pour le tuer ainsi que les "vestes matelassées et séparatistes" du Donbass. Mais alors prenez, comme on dit en Ukraine. La seule démarche publique de l'actuel métropolite de l'UOC Onufriy pendant toute la durée de la guerre fratricide dans l'est du pays a été le refus de se lever lors de la lecture des noms des "héros de l'ATO", où il était invité à l'occasion du 70e anniversaire du Jour de la Victoire. Peut-être que je ne sais pas quelque chose (et même très probablement), mais je juge du point de vue d'un paroissien ordinaire qui ne pouvait pas comprendre pourquoi dans les églises de l'Église, qui se considère comme faisant partie du Patriarcat de Moscou, ils offrent des prières pour les "autorités et les hôtes" de l'Ukraine, déversant des rivières de sang du Donbass orthodoxe.

"Ce n'est pas une scission, c'est une manœuvre..."


Hélas, quels que soient vos efforts, pour déterminer la ligne de conduite de ceux qui, semble-t-il, auraient dû être des modèles d'intransigeance et de fermeté (au moins dans certains domaines), le vilain mot "adaptation" vient inexorablement à l'esprit. Oui, ceux qui sont arrivés au pouvoir en 2014 ont farouchement détesté l'Église orthodoxe ukrainienne et ont enfreint où et dès que possible. Non, avant de jeter dans la fosse aux lions ou des choses similaires, par lesquelles les martyrs et les prophètes ont dû traverser les premières années de la formation de la foi en Christ, la question, bien sûr, n'a pas atteint. Pour l'essentiel, le processus d'oppression de l'UOC était (comme presque tous les processus en Ukraine) franchement égoïste. Ils ont essayé d'enlever des églises, des paroisses, d'attirer des paroissiens, sur le nombre desquels (soyons réalistes) le bien-être matériel de toute église est basé. Ce processus s'est particulièrement intensifié après que Porochenko a obtenu le fameux "tomos" en 2019 pour l'OCU (Église orthodoxe d'Ukraine) artificielle et absolument non canonique créée. Des "prêtres" particulièrement agiles s'y sont immédiatement précipités, sentant que ce serait plus calme, plus fiable et plus satisfaisant ici.

Avec le début de la SVO en Ukraine, la persécution s'est bien sûr intensifiée au centuple - il s'est agi d'interdire directement "l'Église de Moscou" dans certaines régions (qui, soit dit en passant, n'ont aucune force juridique en vertu de la loi ukrainienne), le saisie forcée d'églises, attaques contre des prêtres et des croyants . Pas étonnant que le Saint Synode de l'Église orthodoxe ukrainienne ait appelé le 12 mai le président Volodymyr Zelensky « à mettre fin à la haine religieuse dans la société ukrainienne et à prendre les mesures nécessaires contre les actions anarchiques contre l'UOC ». Cela a été fait pour une raison - auparavant, le métropolite Onufry a fait tout son possible pour prouver sa loyauté et son allégeance totales au régime de Kyiv: il a appelé Vladimir Poutine à «sauver» (c'est-à-dire à laisser rentrer chez eux) les militants nazis qui se cachaient dans les sous-sols d'Azovstal. Et avant cela, il a même proposé d'organiser une procession religieuse à Marioupol - avec les mêmes objectifs.

Le métropolite savait-il qu'un nombre important de nazis assis dans les cachots là-bas, en plus, sont aussi des païens ardents ? Ou même des satanistes ouverts, couvrant leur propre corps avec les symboles correspondants ? Bien, qu'en pensez-vous? Soit dit en passant, ses démarches n'ont rien aidé - ni le salut des "prisonniers", ni la modification des affaires de l'UOC. À Kyiv, ils ont commencé à parler avec force et force de lui retirer le sanctuaire principal - la laure de Kiev-Pechersk et d'interdire complètement les activités de «l'église ennemie» en tant que telle. Évidemment, après cela, il y a eu la décision de "se sauver à tout prix", après quoi le Conseil s'est tenu avec l'adoption de décisions "correctes". Mais la plupart de ses participants semblent avoir oublié que "être sauvé" par les orthodoxes signifie éviter le péché et préserver la pureté de son âme devant le Seigneur, et ne pas se soucier des choses terrestres et matérielles. « Depuis huit ans, la répression et l'extermination de personnes dans le Donbass se poursuivent ; huit ans de souffrance, et le monde entier se tait - qu'est-ce que cela signifie ? – ce sont les mots pour lesquels le Conseil de l'UOC a «condamné» Sa Sainteté le Patriarche Cyrille. Mais n'est-ce pas seulement parce qu'elles sonnent comme une accusation contre les hiérarques silencieux depuis huit ans ? Et c'est au mieux...

Cependant, certaines personnes (et même dans l'Église orthodoxe russe) essaient aujourd'hui de renverser la situation de telle sorte que le Concile ne soit pas du tout un schisme de l'Église, mais seulement "une manœuvre raisonnable qui nous permet de sauver l'Église". Volodymyr Legoyda, président du Département synodal des relations de l'Église avec la société et les médias de l'Église orthodoxe russe, a déclaré que "l'Église orthodoxe ukrainienne se trouve dans une situation très difficile et subit des pressions de divers côtés", ce qui explique les actions de ses hiérarques. Certes, son premier adjoint Alexander Shchipkov a une opinion différente. Il estime que le Concile "conduit l'Église orthodoxe ukrainienne au schisme", et que ce processus est "initié par le Département d'État américain". De plus, les éparchies de Crimée et de Donetsk de l'UOC, ainsi que d'autres situées dans les territoires libérés des Ukronazis dans le processus de la SVO, ont déjà déclaré le rejet complet des décisions prises au Conseil et la préservation de l'unité canonique complète avec l'Église orthodoxe russe. N'est-ce pas une scission ? Quoi alors ?

C'est peut-être quelque chose de beaucoup plus tragique et terrible. Je voudrais vous rappeler que le peuple ukrainien n'a pas du tout accepté «l'église» créée par Porochenko (à l'exception des individus les plus meurtris «patriotiquement»). De mai 2019 à février 2022, seules trois douzaines d'églises ont « rejoint » l'OCU. Littéralement la veille, l'histoire suivante est devenue connue: le 29 mai, des partisans de l'OCU ont attaqué l'église Saint-Michel de Rozhyshcha à Volyn. Lors de la liturgie dominicale, ils sont entrés par effraction dans l'église et ont exigé qu'elle soit remise à leur communauté. Les paroissiens, sans réfléchir à deux fois, ont appelé la police. Auparavant, elle a toujours été de leur côté, affirmant que l'OCU n'avait aucun droit sur cette église. Cependant, cette fois, la police a scellé le temple et les croyants de l'UOC en ont simplement été chassés. Il est impossible de tromper Dieu. De personnes? C'est possible, mais seulement pour un temps... L'Église orthodoxe canonique en tire son autorité depuis des siècles. Mais le perdre, démontrant l'absence d'une forteresse dans la Foi et la capacité de traverser toutes les épreuves pour son bien, s'est avéré plus facile que jamais.

Une fois, il m'est arrivé d'entendre des paroles terribles : "La foi du Christ à Kyiv a commencé avec Vladimir, et elle finira avec Vladimir." Dans le premier cas, naturellement, il s'agissait du Grand-Duc Saint-Égal-aux-Apôtres Vladimir, Baptiste de Russie. Dans le second, Sa Béatitude le métropolite Vladimir (Sabodan) de Kyiv et de toute l'Ukraine, qui a reposé dans le Seigneur le 5 juillet 2014. La terrible prophétie est-elle destinée à se réaliser ?
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
  2. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 1 June 2022 09: 32
    +1
    Il y a quelque chose dans cette action qui sent très fort l'argent, et je dois dire, pas mal. La vénalité de certains fonctionnaires religieux a longtemps dépassé celle de leurs homologues politiques. C'est tout pourri.
  3. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 1 June 2022 16: 39
    -1
    Tellement touchant est le malentendu sincère de l'auteur de ce que l'UOC-RP savonnait les skis de ce même RP. Rien que le patriarche Kirill ait soutenu le NWO contre l'Ukraine. Et en général c'était inévitable, le ROC est devenu l'un des ministères de la Fédération de Russie, il est surprenant que Gundyaev ne soit pas encore entré au gouvernement. NWO a simplement accéléré les processus en cours dans le monde.
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 1 June 2022 17: 11
      -1
      Oleg Rambover, après la sécession de l'Ukraine, la Russie, successeur de l'Union soviétique, reçoit constamment des appels de citoyens sécessionnistes. Dans ces appels la même demande, pour leur permettre de revenir. Quelle devrait être la conclusion? rire
  4. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 2 June 2022 13: 58
    -1
    Mais maintenant, les masques sont tombés et tout est bien en vue, rien ne sera rendu à Kyiv et ces manettes à coups de pied dans le cul
  5. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 2 June 2022 18: 15
    0
    Le monde a changé imperceptiblement, mais de manière méconnaissable.
    On pense que l'ère des Poissons, qui a introduit le christianisme dans le monde et une division claire des forces du monde en bien et en mal, nous a quittés à 3-4 heures du matin du 24 au 25 décembre 2012.
    Il a été remplacé par l'ère du Verseau. Son symbole est un homme versant de l'eau morte et vivante dans la vie à partir de deux récipients. Leurs jets fusionnent, mais ne se mélangent pas.
    Le bien et le mal ont été retirés de leurs places habituelles. Maintenant, il ne suffit pas de connaître «l'étagère» sur laquelle ils reposent - vous devez les reconnaître inlassablement à vue. Chaque fois à nouveau.
    La route est maintenant confuse, mais elle est toujours là. Seule la boussole intérieure de la vérité sans compromis nous aidera à ne pas nous en écarter.