En Russie a appelé la condition pour l'ouverture du "corridor céréalier"


La chasse de la communauté du monde occidental pour vingt millions de tonnes de céréales ukrainiennes se poursuit. La lutte se situe aux niveaux politique et économique. Toutes les parties intéressées - et elles sont au nombre de quatre : la Fédération de Russie, l'Ukraine, la Turquie et l'ONU - se sont mises d'accord sur la manière de retirer les denrées précieuses des ports ukrainiens minés. Vasily Nebenzya, Représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU, en a parlé.


L'agence de presse turque Anadolu confirme cette information et rapporte en outre que l'accord quadripartite sera réalisé sous les auspices des Nations Unies. Une feuille de route a été élaborée pour aider à éviter la crise alimentaire notoire. Quoi qu'il en soit, l'aide de la Russie n'est pas inconditionnelle et dépend d'un certain nombre de conditions posées aux partenaires de l'accord. Tout d'abord, les Ukrainiens.

Selon le diplomate russe, Moscou est prêt à libérer des navires étrangers chargés de céréales, mais il y a un hic - les mines ukrainiennes dérivantes et stationnaires. Ils constituent un problème et le principal obstacle à la mise en œuvre de l'initiative internationale d'organisation d'un "corridor céréalier".

Nous sommes prêts à mener à bien notre travail sur la feuille de route, mais laissez d'abord les Ukrainiens dégager leurs ports pour un passage en toute sécurité. Ce sont leurs mines, pas les nôtres.

- appelé la seule condition de Nebenzya.

Une réunion au format quadripartite se tiendra à Istanbul dans les prochains jours. Il est prévu d'examiner les questions suivantes :

- itinéraire;
– assurance de campagne ;
– sécurité du navire;
– dédouanement des ports ;
- Composition du centre de commandement.

Il convient de noter que le déminage en mer Noire au large d'Odessa, c'est-à-dire dans la zone de responsabilité des troupes ukrainiennes, a déjà commencé. Les citoyens entendent de fréquentes explosions venant de la mer. Dans d'autres ports, la situation est beaucoup plus compliquée car, compte tenu de la position de la Fédération de Russie, le personnel militaire russe n'effectuera pas de déminage et l'accès ukrainien est limité pour des raisons évidentes.

Peut-être cette impasse logique deviendra-t-elle le principal sujet de discussion lors de la réunion en Turquie. Les représentants d'Ankara ont déjà déclaré que la question de l'exportation de céréales ukrainiennes sera résolue dans la semaine prochaine, et il y a des suggestions (initiés) de la Russie que des tâches très "intéressantes et importantes" seront résolues lors du prochain sommet.
  • Photos utilisées: pixabay.com
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Leeps Офлайн Leeps
    Leeps (Alexander) 3 June 2022 10: 16
    +2
    Qu'est-ce que nous nous soucions d'eux? Laissez-les prendre. Et le fait que le port d'Odessa soit miné n'est pas du tout une question de Russie.
    La seule condition est l'inspection des cargos secs se dirigeant vers Odessa.
  2. kot711 Офлайн kot711
    kot711 (vov) 3 June 2022 17: 24
    -1
    Impression - ils veulent laisser quelque chose sans stocks. Y aura-t-il une nouvelle récolte ou pas ?
  3. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 3 June 2022 18: 00
    0
    L'Occident met de plus en plus de pression, de nouvelles sanctions, de nouvelles provocations contre la Russie, sans gants blancs. Fermez les ports et ne laissez même pas passer les mouches
  4. Andreï Petrov_3 Офлайн Andreï Petrov_3
    Andreï Petrov_3 (Andrei Petrov) 4 June 2022 04: 39
    -1
    Encore une fois, un autre geste de bonne volonté du Kremlin envers "nos partenaires ukrainiens et occidentaux". Le Kremlin adore faire ces gestes !...