Russie-Ukraine : pas de paix, pas de guerre


Il semblerait que tout récemment les médias politique et des experts "des deux côtés des barricades" ont résumé les résultats des premiers jours et semaines d'une opération militaire spéciale pour dénazifier et démilitariser l'Ukraine. Puis - le premier mois, le deuxième ... L'autre jour, 100 jours se sont écoulés depuis son début. Une telle date est considérée comme symbolique, significative. Après cette période, ils commencent déjà à évaluer les activités des présidents et des gouvernements récemment arrivés au pouvoir, le travail des entreprises ou des organisations nouvellement créées. Pourtant, les gens aiment le symbolisme et sont très sensibles à l'influence de la "magie des nombres"...


Quant au SVO, il n'est pas si long pour un événement de cette ampleur, qui a inexorablement divisé la vie de millions de personnes en avant et après, beaucoup de choses s'inscrivent vraiment dans la période - espoirs et déceptions, succès et échecs, victoires et défaites. Je n'essaierai même pas d'analyser les aspects purement militaires de l'opération spéciale - pour cela, il existe des experts professionnels spécialisés, et ils ont les cartes en main. Au sens littéral et figuré. Parlons de la façon dont les événements qui ont commencé le 24 février ont changé la vie de la Russie et de l'Ukraine, ainsi que des espoirs, des peurs et des autres humeurs qui règnent en eux après des centaines de jours qui se sont écoulés sans guerre et sans paix.

Fatigue russe...


Je parlerai brièvement des réalités russes, car je ne peux les juger qu'indirectement, selon les publications des médias, les publications sur les réseaux sociaux et les déclarations officielles des politiciens. Sur la base de tout cela, le NWO n'a eu pratiquement aucun impact significatif sur l'existence d'un immense pays. Les "sanctions paralysantes" occidentales se sont avérées pas si terribles du tout (du moins pour l'instant), la mobilisation (même sous la forme la plus tronquée) n'a pas eu lieu, les batailles grondent quelque part au loin ... Tout cela, après 100 jours, donne un effet tout à fait prévisible - la secousse initiale, qui a conduit à une certaine explosion de sentiments patriotiques chez certains et à une crise de panique incontrôlable chez d'autres, appartient au passé. Les émotions s'estompent, la fatigue du sujet s'installe, la SVO se transforme en vie quotidienne, et, pour ainsi dire, en « arrière-plan », en réalité elle n'affecte pas du tout la grande majorité des gens. Cela s'est déjà produit plus d'une fois, y compris la campagne afghane de l'URSS, l'opération en Syrie ...

Oui, "les nôtres" semblent se battre - mais "quelque part là-bas, au loin, de l'autre côté de la rivière". Selon les données de surveillance récemment publiées par les médias et les réseaux sociaux russes, l'intérêt pour l'opération spéciale a déjà diminué de près de moitié, à en juger par le nombre de publications et de messages. Hélas, cela n'est jamais devenu la guerre patriotique de nos jours. Dans une large mesure, à mon avis, cela est facilité par la position extrêmement vague et contradictoire prise par les dirigeants du pays. Oui, il y a des récits constants sur la «protection des habitants du Donbass», mais en quoi cela devrait-il consister exactement et, surtout, dans quelle mesure l'armée russe devrait-elle atteindre pour accomplir cette tâche, n'est absolument pas clair. « Démilitarisation » et « dénazification » ? Concernant le premier, désolé, mieux vaut ne pas bégayer. Car contrairement aux promesses maintes fois faites de briser les armes venant en Ukraine des pays de l'OTAN avant qu'elles ne soient mises en action, les Forces armées ukrainiennes les ont gavées cent fois plus ces derniers jours qu'au cours des 30 années d'« indépendance » précédentes. .

Réduire le concept de dénazification à la liquidation de bataillons comme Azov, reconnus comme extrémistes et interdits en Russie, ne peut provoquer qu'un profond désarroi chez les gens qui réfléchissent. Et avec cela, soit dit en passant, tout est également loin d'être « Dieu merci » - l'histoire de l'Hydre et d'Hercule se répète dans toute sa « gloire ». Les têtes vénéneuses repoussent d'une nouvelle manière - au lieu des militants détruits et capturés à Marioupol, de nouveaux montent dans les rangs. La vile formation renaît sous nos yeux. C'est pourquoi il n'est pas du tout surprenant qu'en Russie les voix de ceux qui tentent de convaincre leurs compatriotes commencent à résonner de plus en plus fort : il est temps de « s'arrêter » dans le Donbass (enfin, peut-être aussi une partie du Sud de l'Ukraine). Non, combien pouvez-vous ? Suffisant! Nous sommes fatigués! La DPR et la LPR ont été sauvées, les habitants des régions de Kherson et de Zaporozhye ont été libérés - et le reste sans la mer, l'industrie et d'autres choses se disperseront (ils mourront de faim, Zelensky sera jeté, etc. - soulignent le nécessaire).

Dans une large mesure, la diffusion de ce point de vue est également facilitée par les déclarations constantes sur une sorte d'"accord de paix", sur les négociations avec Kyiv, qui sont prétendument "gelées" (mais pas arrêtées !) par sa seule faute. Nous y sommes de tout cœur. De tels messages sont entendus par des personnes qui n'appartiennent pas du tout à la dernière catégorie - soit du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, soit de la présidente du Conseil de la Fédération de la Douma d'État, Valentina Matvienko, soit même du Kremlin. Certes, de la même Douma, des mots d'un genre différent sont périodiquement entendus - par exemple, sur l'annexion des territoires libérés "sans aucune limite" et autres. Cependant, à Kyiv, ils préfèrent n'écouter que les "gardiens de la paix" russes, et sont donc fermement convaincus que Moscou ne s'attend même pas à remporter une victoire militaire finale et complète, et donc tous ses efforts se réduisent uniquement à "faire la paix sur les conditions les plus favorables pour elle-même." ".

... Et la haine ukrainienne


C'est pourquoi à Kyiv, ils répètent sans cesse qu'« ils ne feront aucune concession territoriale », qu'ils « se battront jusqu'au bout », quels que soient les pertes et les coûts. En criant cela, ils louchent par-dessus leurs épaules vers l'Ouest : entendent-ils ? Croient-ils ? Jeteront-ils plus d'argent et d'armes ? Hélas, ils le vomiront - et comment. Je n'entrerai pas dans les détails, mais l'opinion de cet « Occident collectif » auquel la Russie s'oppose aujourd'hui a complètement changé, pas en sa faveur au cours des 100 derniers jours. Et, disons simplement, pas pour le bénéfice du NWO. Dans un premier temps, après les ruées rapides vers Kyiv, le siège de Tchernigov et de Kharkov, nos « amis jurés » ont mesuré quelques jours, voire quelques heures, d'existence au régime de Kyiv et, comme d'habitude, ont insisté sur le fait qu'« ils n'interféreraient pas pour peur de l'escalade." Aujourd'hui, ils parlent avec force de la possibilité d'une "victoire militaire pour l'Ukraine". Et ils font de leur mieux pour le garantir.

Un exemple très clair est l'Allemagne. En mars, elle ne voulait pas transférer les systèmes antichars déclassés vers le «non destructible», et maintenant elle est prête à envoyer ses chars, ses systèmes de défense aérienne et ses canons automoteurs. La position de notre principal ennemi, Washington, a également subi une transformation non moins frappante et dangereuse. Les livraisons à Kyiv de MLRS vraiment sérieux et les déclarations qui les accompagnent selon lesquelles «les Ukrainiens eux-mêmes détermineront leur portée» ne laissent aucune place à une double interprétation. Le régime de Zelensky, y compris tous les organes de l'État et, surtout, les forces armées ukrainiennes, bénéficie du plein soutien financier des «partenaires occidentaux» et ils ne vont pas fermer le projet sans combat, dans lequel d'énormes fonds ont déjà été investis et continuent d'être investis. Même les déclarations qui retentissent périodiquement aujourd'hui de la part de certains de leurs représentants, dans lesquelles des notes «conciliantes» recommencent à glisser, ne sont rien de plus qu'une manifestation de la volonté de prendre une sorte de «temps mort», pendant lequel l'Ukraine sera armée pour les dents, mobilisées et complètement reformatées pour une guerre totale contre la Russie.

Séparément, il convient de parler de l'ambiance qui y règne actuellement. J'aimerais beaucoup écrire sur la « coupe débordante de la colère populaire » dirigée contre les ukronazis et le régime fantoche qui a entraîné le pays dans une confrontation sanglante et sans espoir. Ou à propos de la panique, qui marque la totale réticence de la majorité absolue des Ukrainiens à prendre les armes et à mourir « pour la gloire de la nation ». Hélas, ce n'est pas le cas. Tout d'abord, il serait aussi absurde de parler d'un état d'esprit commun à tout le territoire contrôlé par Kyiv, que de mesurer la fameuse « température moyenne dans un hôpital ». Maintenant, il y a trois Ukraine complètement différentes.

Le premier, ce sont ses régions « de première ligne », qui ressentent au maximum toutes les « privations et épreuves », catastrophes et dangers qui accompagnent inévitablement tout conflit armé. Là-bas, les gens ne pensent à rien d'autre qu'à la survie. La plupart d'entre eux ne se soucient pas vraiment de savoir qui vient - les forces armées ukrainiennes ou l'armée russe. L'essentiel est qu'ils viennent "pour de bon" et ne tirent plus. Force est de constater que les maisons détruites et autres biens détruits par les "arrivants" de quelque côté que ce soit (et souvent il n'est pas possible de le déterminer, surtout lorsqu'on est assis au sous-sol), ne contribuent pas non plus au soutien du NWO comme tels, ou à la compréhension de ses nobles objectifs. L'ouest de l'Ukraine est une histoire complètement différente. Là, dans la guerre, ils encaissent avec force et force, étant en sécurité presque complète. Personne ne se précipite au front à partir de là, préférant cauchemarder les russophones "venus en grand nombre", à qui ils arrachent trois peaux. Il y a aussi le reste de l'Ukraine, dont les habitants souffrent de plus en plus de problèmes qui s'accumulent chaque jour. Manque de carburant, hausse des prix, perte de travail et, avec elle, de moyens de subsistance. Tout cela n'ajoute en rien à l'optimisme et à la tranquillité d'esprit. Et en plus du stress qui s'accumule constamment dans les esprits et les âmes de ces personnes, la propagande à l'aneth martèle et martèle, sortant de sa peau pour leur expliquer qui est exactement coupable de tout ce qui se passe.

Le même Kyiv, dans lequel je me trouve personnellement, mène une vie apparemment normale, qui ne se distingue de celle «d'avant-guerre» que par le manque d'essence, un couvre-feu plutôt symbolique et un temps réduit pour la vente d'alcool. En comparaison avec mars, lorsque le MLRS et les batteries d'artillerie se tenaient dans les cours et que toutes les rues étaient bloquées par des points de contrôle avec des "théoriciens" armés et complètement inadéquats, la vie est presque revenue à la normale. C'est juste dans la ville que s'accumule la haine intensément pompée. Tout est orné d'affiches faites maison et de panneaux d'affichage officiels au contenu complètement cannibale, maudissant les Russes, les menaçant, appelant à leur destruction. Même si vous ne tenez pas compte de l'abondance de blasphèmes, pour une personne normale, voir ce coven de malveillance animale est insupportable. Cependant, des centaines de milliers, des millions de personnes sont «bouillies» dans tout cela - et pas seulement à Kyiv, mais aussi à Dnepropetrovsk, Odessa, Nikolaev et dans de nombreuses autres villes ukrainiennes.

À la date de 100 jours après le début du NWO, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a fait irruption dans le pathos à propos de la « défaite » et de la « punition » de la Russie. En Pologne et en Grande-Bretagne, à ce jour, ils disent avec moquerie qu'"aucun objectif de l'opération spéciale n'a été atteint". Ils sont sûrs qu'ils ne le feront pas... Si la confiance en soi de Kyiv et de ses maîtres occidentaux n'est pas brisée, l'opération spéciale se transformera en un processus prolongé dans lequel "cent jours" se remplaceront, comme de nos jours, semaines et mois. Si le SVO est interrompu avant la victoire complète sur les Ukronazis, la facture durera des années. Et ce sera déjà le temps d'aucune opération spéciale, mais de la vraie guerre elle-même.
21 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 31
    -3
    C'est pourquoi il n'est pas du tout surprenant qu'en Russie les voix de ceux qui essaient de convaincre leurs compatriotes commencent à retentir de plus en plus souvent : dans le Donbass (enfin, peut-être aussi dans certaines parties du sud de l'Ukraine), il est temps de "arrêt"

    Absurdité. Il n'y a pas de telles conversations parmi la population.
    Et je n'ai pas entendu parler de politiciens, je n'ai pas lu. La vague est soulevée par des "journalistes" qui ont entendu ou lu quelque chose quelque part.
    En même temps, tout est déformé de part et d'autre. Il est clair que les "histoires d'horreur" vont de pair. MÉDIAS DE MASSE. comme l'urine, élimine les déchets.
  2. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 6 June 2022 09: 32
    -3
    la guerre contre la trahison et le nazisme des ruines aborigènes dure depuis plusieurs siècles ... Comment Shevchenko parle-t-il de galets? tuer vos enfants parce que leur mère est polonaise ? ce n'est pas un fait que même le génocide les résoudra, mais la dénazification est comme une pastille pour un éléphant.
  3. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 34
    -2
    Dans une large mesure, la diffusion de ce point de vue est également facilitée par des déclarations constantes sur une sorte d'« accord de paix », sur les négociations avec Kyiv.

    Oui oui. Comme dans cette offre. Les médias écrivent constamment sur les négociations. Mais où sont les faits ? Qui parle? Quand et où a-t-il parlé ?
    Les médias ne le rapportent pas. Crée une réalité virtuelle, puis se bat avec elle et parfois même gagne.
  4. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 6 June 2022 09: 38
    -5
    La Russie mettra fin à la guerre "dans des conditions favorables" devra jouer pour faire monter les enchères, c'est-à-dire décider de l'utilisation d'armes nucléaires tactiques. Oui, cela officialisera enfin la scission dans le monde, mais il n'y a AUCUNE autre issue. Sinon, déjà vu, le deuxième Afghanistan (
  5. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 38
    -2
    De tels messages sont entendus par des personnes qui n'appartiennent pas du tout à la dernière catégorie - soit du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, soit de la présidente du Conseil de la Fédération de la Douma d'État, Valentina Matvienko, soit même du Kremlin.

    Donnez un lien vers une source dans laquelle, au cours des deux dernières semaines, les personnes répertoriées ou quelqu'un du Kremlin ont parlé d'un accord de paix. Et pour qu'il soit clair et net qu'un accord se prépare avec la vidange des habitants de b. Ukraine. Juste une mention de négociations abstraites - pour ne pas suggérer.
  6. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 44
    -3
    Un exemple très clair est l'Allemagne. En mars, elle ne voulait pas transférer les systèmes antichars déclassés vers le «non destructible», et maintenant elle est prête à envoyer ses chars, ses systèmes de défense aérienne et ses canons automoteurs.

    Un excellent exemple. En mars, je ne voulais pas, mais maintenant je suis prêt. Et qu'est-ce qui a changé maintenant, en juin ? Les chars sont-ils arrivés ? Encore une fois - il n'y a aucun fait de transfert de chars, mais une réalité virtuelle est en cours de création qui soi-disant la situation a changé. Et en même temps, pas un mot sur le moment de la livraison des chars, sur leur nombre, sur la formation et la réparation.L'essentiel est de chanter, non?
  7. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 46
    -2
    Même les déclarations faites périodiquement aujourd'hui par certains de leurs représentants, dans lesquelles des notes «conciliantes» recommencent à glisser

    Bien-sûr. Ils sonnent périodiquement. Et nous avons toujours sourire
  8. Expert_Analyst_Forecaster 6 June 2022 09: 52
    -1
    Si la confiance en soi de Kyiv et de ses maîtres occidentaux n'est pas brisée, l'opération spéciale se transformera en un processus prolongé dans lequel les "stundnevki" se remplaceront

    La guerre sera finie à l'hiver. Même si tous les "journalistes" qui écrivent sur la guerre n'écrivent plus un mot. Parce que la population russe n'a pas besoin de s'agiter pour notre victoire, et les autorités se fichent de ce qu'elles écrivent dans les médias.
  9. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 6 June 2022 10: 04
    +2
    Et ce sera déjà le temps d'aucune opération spéciale, mais de la vraie guerre elle-même.

    en fait, peu importe comment vous appelez ce que nous avons - c'est la guerre. Et cela dure depuis plus d'une décennie. Nous sommes en train d'être détruits, et avec beaucoup de succès: sous l'URSS, il n'existait pas de tel enfant volant de l'argent à un parent, et ayant reçu des cerveaux pour cela, s'est présenté au tribunal avec un procès pour violence domestique. La morale a déjà été pervertie : la liberté d'action a été mise en avant en premier lieu, et irresponsable en plus ! Mais en aucun cas responsable de leurs actes commis par cette même personne. Qu'est-ce qui nous laissera humains ? valeurs traditionnelles. La personnalité ne doit pas être créée artificiellement - elle doit elle-même prouver le droit d'être.
  10. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 6 June 2022 10: 27
    +1
    Car contrairement aux promesses maintes fois faites de briser les armes venant en Ukraine des pays de l'OTAN avant qu'elles ne soient mises en action, les Forces armées ukrainiennes les ont gavées cent fois plus ces derniers jours qu'au cours des 30 années d'« indépendance » précédentes. .

    Et quelqu'un empêche l'élimination des routes, des ponts et des passages frontaliers par lesquels les armes de l'OTAN sont livrées à l'Ukraine ?
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les partisans l'ont fait. Maintenant, la Russie a un VKS et des troupes de missiles. Peut-être qu'ils ne peuvent pas ? Douteux. Alors qu'est-ce qui empêche de bloquer les voies d'approvisionnement des équipements de l'OTAN ?
    1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
      Colonel Koudasov (Léopold) 6 June 2022 10: 36
      0
      Eh bien, comme sur ces routes, l'Ukraine exporte des céréales aux affamés d'Afrique) Poutine a promis à l'Occident de ne pas interférer
    2. sgrabik Офлайн sgrabik
      sgrabik (Sergey) 6 June 2022 13: 16
      +1
      Ou est-ce que quelqu'un empêche ces voies d'approvisionnement d'être bloquées, eh bien, et qui est-ce quelqu'un ???
  11. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 6 June 2022 11: 08
    +2
    Alors, que voulais-tu ?

    Personne n'a demandé à la population, tout le monde était fatigué de la pression des médias, l'ancienne génération boit des tranquillisants pour ne pas mourir - ils se souviennent encore de la "fraternité des peuples", les prix s'envolent (bien que le dollar ait baissé) ..

    Actualité économique - avec quel profit les oligarques vendent du gaz, du pétrole à l'OTAN et comment ils ont sauvé une partie de leurs yachts...

    Et les Ukrainiens alors ... Qui se souvient, pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait un slogan direct - tuez l'agresseur allemand ... et dans d'autres opérations - avec la Finlande, la Pologne, le Japon - ils n'ont pas fait de cérémonie: "cette nuit-là ils ont décidé ...... traverser la frontière près de la rivière .... et se sont envolés au sol ...... sous la pression de l'acier et du feu ... "

    1. InanRom Офлайн InanRom
      InanRom (Ivan) 6 June 2022 15: 15
      +1
      d'accord... mais pour l'instant :

      Les troupes ukrainiennes ont bombardé Donetsk depuis Grad MLRS. Rossiyskaya Gazeta
      Selon Aleksey Kulemzin, chef de l'administration de Donetsk, deux écoles et un marché couvert au centre de la ville ont été endommagés à la suite de bombardements.

      et alors:

      07.50hXNUMX Gouverneur de la région de Koursk Roman Starovoit:
      "Aujourd'hui, tôt le matin, le village de Tetkino dans le district de Glushkovsky a de nouveau été bombardé. Des attaques ont été menées contre le pont et les commerces locaux.

      en attendant, au lieu de porter les coups promis depuis deux mois déjà, les prochaines déclarations et promesses :

      RIA Novosti Lavrov: plus les fusées à plus longue portée de Kyiv, plus la Russie poussera les nazis

      ne serait-il pas plus facile d'empêcher l'apparition de missiles, et de ne pas "agiter les poings après un combat", en obtenant de nouveaux "arrivants" et des problèmes ?
      et il semble que l'armée russe "repousse", et les arrivées se font de plus en plus impunément jusqu'à présent, et les "centres d'accueil" notoires, même à Kyiv, dorment paisiblement ...
      et quelques "personnages" protègent le nid des Occidentaux, libéraux, traîtres et collaborateurs - Centre Eltsine :

      "Je sais qu'il (Poutine) l'a visité (le Centre Eltsine) à un moment donné. En effet, il y a eu une visite. Ensuite, vous devez être strictement guidé par la loi, car chaque fois que quelqu'un est déclaré agent étranger", a déclaré Peskov. , répondant à une question de journalistes sur la façon dont le président russe Vladimir Poutine traite le Centre Eltsine.

      "Provoquer la discussion?! Quelle est la discussion sur le traître Vlasov et ses complices, à qui toute l'exposition est consacrée dans la CE avec la justification des collaborateurs-complices d'Hitler?!
      et ça a commencé il y a longtemps :

      Le directeur scientifique du "Centre Eltsine", Nikita Sokolov, a déclaré qu'il était nécessaire de réhabiliter "Vlasov". «Ce sont les dissidents des années 40, les dissidents des années 30. Il y avait aussi de vrais groupements tactiques. Ils ne sont pas réhabilités, bien qu'ils n'aient rien fait. Ce sont les Vlasovites. C'est un gros problème public.

      et cette position est introduite dans les programmes de formation et d'éducation par les employés de ce même centre, ce qui ne peut qu'inquiéter :

      C'est une question de sécurité nationale puisque des centaines d'enfants reçoivent ce poison chaque jour.

      N. Mikhalkov

      Le moment est venu de tirer un trait sur la forme moderne de la propagande de Goebbels. Notre société ne peut pas permettre au vlasovisme de tenter de passer à l'offensive. Là où cela mène, il a montré un exemple de Bandera endémique en Ukraine. Je suis convaincu qu'en se moquant de notre passé, nous pouvons biffer notre avenir. Vlasovshchina doit être arrêté immédiatement

      D. Novikov

      Dans le même « Centre Eltsine », une exposition sur les événements de 1956 en Hongrie a été inaugurée sous le titre « Pour la liberté et l'indépendance ! Two Weeks of Freedom », qui ne mentionne pas la participation aux événements des services de renseignement américains qui ont parrainé les groupes clandestins pro-fascistes d'après-guerre en Hongrie, tels que l'Epée et la Croix, la Garde Blanche, la Division Botond, le Mouvement de la Résistance nationale. Autrement dit, les événements de 1956 en Hongrie sont une tentative de vengeance des nazis, et pas du tout une lutte « pour la liberté et l'indépendance ». Et l'exposition tendancieuse du Centre Eltsine sur ces événements, dans laquelle des faits aussi délicats et gênants ne sont pas mentionnés, peut-elle être considérée comme une tentative de réhabiliter les anciens complices d'Hitler en Hongrie ?

      Il s'avère donc que tandis que Nikita Mikhalkov appelle à une discussion sur l'exposition du Centre Eltsine, le musée lui-même appelle à la réhabilitation des "Vlasovites" et organise des expositions dans lesquelles d'anciens hommes de main de l'Allemagne nazie sont présentés comme des "combattants de la liberté".

      mais, moustache en réponse :

      L'attaché de presse du dirigeant russe a eu du mal à répondre à la question de savoir comment le chef de l'Etat se rapporte désormais au centre d'Ekaterinbourg.
      TASS

      ... avec de telles moustaches et des e-centres, il n'y a pas besoin d'ennemis ....

      ps en Ukraine, c'est exactement comme ça que ça a commencé, quand ils ont fait des "héros nationaux" des bandits et des criminels et ont obtenu ce que nous voyons maintenant ...
      1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 6 June 2022 22: 05
        0
        Si nous considérons cela comme un projet d'énergie commerciale, alors tout converge.
        (cela s'appelait autrefois l'impérialisme....)
  12. Et que ça saute Офлайн Et que ça saute
    Et que ça saute 6 June 2022 11: 24
    +2
    Un exemple très clair est l'Allemagne. En mars, elle ne voulait pas transférer les systèmes antichars déclassés vers le «non destructible», et maintenant elle est prête à envoyer ses chars, ses systèmes de défense aérienne et ses canons automoteurs.

    Je suis complètement d'accord. La guerre est un projet commercial (comme le voient les pouvoirs en place). Personne n'investira dans une entreprise perdante et nous ne serons jamais autorisés à glisser. Il faut changer quelque chose dans le cerveau de nos gouvernants, sinon ils (les gouvernants) seront changés, et ce ne seront pas les forces internes du pays qui les changeront.
  13. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 6 June 2022 12: 38
    +3
    On nous souffle dans nos oreilles de tous les écrans que nous sommes opposés à l'ensemble de l'OTAN, qu'il y a une lutte pour la survie de la Russie, que nous avons été poussés au mur, etc. Et récemment, Poutine est sorti et l'a appelé les "partenaires" de l'OTAN. Donc, nous avons une guerre ou une sorte de commerce? Pouvez-vous imaginer Staline qualifiant Hitler de "partenaire" alors que la guerre faisait rage ? Et nous voilà cassant des lances ! Alors où n'y aura-t-il "ni paix ni guerre" quand les cuisiniers et les chauffeurs de taxi croient qu'ils sont en guerre avec des ennemis, et que Poutine est en guerre avec des "partenaires" !
    1. InanRom Офлайн InanRom
      InanRom (Ivan) 6 June 2022 17: 52
      +1
      Êtes-vous toujours surpris ?)
      Les officiels continuent de faire des "découvertes":

      17.20hXNUMX Extrait de la déclaration du secrétaire adjoint du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Rashid Nurgaliyev :
      - L'Occident considère comme son objectif à long terme l'effondrement de la CEI dans la lutte entre les pays fantoches et coloniaux ;
      - Les pays de la CEI prépareront des manuels unifiés sur l'histoire de la Grande Guerre patriotique afin d'empêcher les tentatives de déformer ces événements.

      l'ancien ministre du ministère de l'Intérieur et actuel adjoint au Conseil de sécurité, aurait passé les 20 dernières années en animation suspendue ?

      Premièrement - la CEI est déjà essentiellement un cadavre vivant, et ses membres sont déjà des marionnettes et se battent - par exemple, l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan ?!

      À propos des manuels - il est intéressant de voir à quoi cela ressemblera dans la pratique, étant donné que dans la plupart des pays de la CEI, la période soviétique, et en particulier la Grande Guerre patriotique, est présentée négativement, les Russes sont des occupants et des héros publiquement, y compris au plus haut niveaux, collaborateurs honorés et nationalistes - complices d'Hitler ?! Il n'y a rien à dire sur le nationalisme et la russophobie omniprésents actuels.
      Et la présence en Russie du E-center et d'autres amoureux de la réhabilitation des Vlasovites, et d'autres traîtres, ne peut que soulever des questions.
  14. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 6 June 2022 13: 45
    +2
    Russie-Ukraine : pas de paix, pas de guerre

    - Oui, exactement !
    - Maintenant, nous, la Russie, avons deux voies bien définies !
    1. Il s'agit de vaincre le groupement Donetsk des Forces armées ukrainiennes; traverser de l'autre côté du Dniepr; prendre possession du bassin de Krivoï Rog ; pour y prendre pied et lancer une campagne pour libérer Nikolaev et Odessa.
    2. Essayer de retarder "l'opération Donetsk" jusqu'à l'hiver ; lorsque le malaise hivernal visitera toute l'Europe occidentale et dans cette Europe, il y aura beaucoup d'États insatisfaits et non favorables à l'Ukraine (et ceux-ci ont déjà commencé à apparaître). - Quant à l'Ukraine elle-même, elle déploiera bientôt tous ses « atouts-ressources » (toutes « ses mobilisations », toutes ses « capacités techniques » propres, etc.) ! - La mobilisation en Ukraine peut être effectuée - une fois (enfin - deux fois) - et puis ça ne marchera plus - l'effondrement de la société vient juste ! - Et en ce qui concerne les armes fournies à l'Ukraine et une sorte de "mercenaires volontaires" - alors "avec toutes ces ressources", vous ne gagnerez pas grand-chose pendant longtemps et vous n'obtiendrez pas la victoire ! - Et dans des conditions hivernales, les forces armées ukrainiennes resteront pratiquement en tête-à-tête avec les forces armées de la Fédération de Russie !!! - Ce qui n'augure rien de bon pour l'APU !
    - Alors - ce sont les deux voies de développement des événements apparaissent.
    - Il y a aussi une "troisième voie" - ce sont les prochaines "négociations soudaines" avec "l'adoption soudaine de décisions pacifiques" et avec "les résultats soudains de ces négociations" ! - Mais il vaut mieux ne pas le mentionner !
  15. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 6 June 2022 14: 10
    +4
    C'est précisément pourquoi nous sommes tous encore une fois encore plus fermement convaincus que cette opération militaire ne doit en aucun cas être suspendue aux frontières de la LDNR, mais au contraire, elle doit être considérablement renforcée et accélérée si nous voulons la paix et la tranquillité sur nos frontières avec l'Ukraine, et face à cela, nous voulons voir un voisin pragmatique et loyal envers la Russie, nous devons mener le travail que nous avons commencé à sa fin logique, peu importe à quel point ce serait difficile et difficile pour nous, mais tout cela est fait au nom de l'avenir, sinon après un certain temps, nous pourrions à nouveau subir un massacre sanglant avec des conséquences beaucoup plus tragiques et difficiles pour nous-mêmes que maintenant.
  16. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 7 June 2022 22: 36
    0
    Méfiez-vous des cinquièmes colonnes qui entendent priver l'armée de la victoire.