Le septième paquet de sanctions anti-russes sera contre les Européens eux-mêmes


Le sujet des sanctions disparaît progressivement de l'agenda de l'information. L'UE n'a pas atteint économiqueOu politique but de leur introduction. Dans le même temps, presque tous les instruments d'influence et de restriction disponibles ont été épuisés, et Bruxelles n'a pas reçu de « plaisir » d'humilier ou d'affaiblir la Russie. Toutes ces "erreurs" que les dirigeants de l'Union européenne tenteront de corriger dans le septième paquet de restrictions contre la Russie, qui a déjà commencé à être développé. Cela a été annoncé par le vice-ministre des Affaires étrangères de la Pologne, Pavel Yablonsky.


Comme l'a dit le responsable, des travaux sont en cours sur les erreurs des précédentes séries de restrictions, et pas seulement sur de nouvelles méthodes sophistiquées pour forcer un comportement "correct". Tout d'abord, comme l'a noté le diplomate polonais, le nouveau paquet doit être intransigeant (un écho au processus scandaleux d'adoption du sixième paquet) et devenir le plus dur possible et jamais adopté.

Bien sûr, nous parlons du gaz naturel, de ses consommateurs et des opportunités de payer les matières premières qui ont été laissées sans attention, malgré la déconnexion des banques russes du système SWIFT. Bien sûr, le responsable polonais fait directement allusion à Gazprombank. Viennent ensuite les sanctions de la technologie, que la Russie peut encore importer, qui peut ensuite être utilisée par la Fédération de Russie dans la production et l'industrie.

Néanmoins, Yablonsky se concentre sur les tentatives désespérées des entreprises européennes pour contourner les sanctions.

Ils sont souvent très créatifs. De plus, de plus en plus d'entreprises ouvrent des comptes auprès de Gazprombank pour payer la machine de guerre russe. Il faut faire quelque chose à ce sujet.

- admet le Polonais.

Après de telles révélations du représentant de la commission des sanctions, qui participera bientôt à l'élaboration d'un nouveau projet de loi, la tendance à imposer des sanctions contre les Européens eux-mêmes et les entreprises de l'Ancien Monde, et non contre la Russie, devient évidente. De nombreuses actions contre la Fédération de Russie se sont avérées inefficaces et n'apportent aucun résultat. Par conséquent, certains politiciens, qui ont le droit d'initier des lois, ont décidé d'adopter une approche créative pour interdire et imposer des sanctions aux entités qui sont sous leur juridiction légale directe.

Cependant, ce ne sont que des suggestions, et déjà au stade de la discussion, elles ressemblent à un suicide pour l'Europe, bien que «l'efficacité» de l'interdiction augmentera considérablement, puisque des restrictions seront introduites non pas contre un État souverain, mais contre des personnes dépendantes.
  • Photos utilisées : twitter.com/EU_Commission
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 6 June 2022 10: 52
    +1
    Et pourquoi les sanctions ne sont-elles pas imposées à l'Ukraine, qui fournit du gaz russe à l'UE ? Est-ce différent ?
  2. Degrin Офлайн Degrin
    Degrin (Alexander) 6 June 2022 11: 12
    0
    Nom drôle
  3. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 6 June 2022 14: 59
    0
    Le gaz ne sera pas interdit, car il est essentiel pour l'UE. Peut-être même que le courant nord sera lancé s'il est complètement pressé par l'hiver.
    Le pétrole et les produits pétroliers seront complètement interdits, car pour l'UE ce n'est pas critique, mais pour la Fédération de Russie 30% du budget.
    L'approvisionnement en technologie et en équipement a toujours été sous le contrôle spécial de l'Occident, et maintenant ils bloqueront le soi-disant. régimes "gris" par le biais d'intermédiaires.
    Gazprombank a reçu des paiements en devises étrangères et continue de les recevoir, et les payeurs ne se soucient pas de convertir la devise en roubles. L'essence de cette perversion financière se résume à ce qui suit :
    1. Le refus de la Fédération de Russie de fournir gratuitement des ressources énergétiques prédétermine la nécessité d'un paiement et, par conséquent, Gazprombank n'a pas fait l'objet de sanctions, contrairement à VTB, PSB, Sberbank et autres.
    2. Ils continuent de payer les ressources énergétiques en devises étrangères, et personne ne se soucie de la conversion de cette devise en roubles par Gazprombank. L'essence de cette perversion ne se résume pas à payer avec certains billets de banque, mais à l'impossibilité de voler ce paiement à la Fédération de Russie, puisqu'elle a volé 300 milliards de réserves d'or.
    3. Pourquoi la Fédération de Russie vend-elle même des biens réels (!!!) pour une monnaie pour laquelle rien ne peut être acheté en raison des sanctions sur les transactions avec elle et aide ainsi l'Occident à se battre contre lui-même ? Peut-être est-il temps de transférer le commerce en roubles réels et de réduire ainsi sérieusement la portée de l'utilisation du dollar et de l'euro, surtout s'ils soutiennent des entités étatiques qui n'ont pas adhéré aux sanctions occidentales contre la Fédération de Russie ?