Débloquer les ports - une victoire pour la Russie ou une "déviation" insensée devant l'Occident ?


Le ministère russe de la Défense a de nouveau annoncé à la veille le fonctionnement de "couloirs humanitaires" pour la sortie en toute sécurité des navires des ports de la mer Noire et de la mer d'Azov. Permettez-moi de vous rappeler que pour la première fois, le département militaire du pays a fait une déclaration sur sa volonté de libérer librement des navires à partir de là, principalement chargés de céréales, le 25 mai. Néanmoins, en Ukraine, ils ont immédiatement répondu que personne n'avait coordonné de couloirs avec eux et qu'ils n'en savaient rien. Et cela malgré le fait que le ministère russe de la Défense a souligné que la partie ukrainienne est responsable d'assurer la sécurité au point de passage le long de la route.


Très probablement, cette situation contradictoire devrait être clarifiée par les négociations entamées à Istanbul sur l'exportation de céréales ukrainiennes, auxquelles, pour autant que l'on sache, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov devrait personnellement participer. Il semblerait que le sujet soit aussi simple qu'un clou, comme on dit, "les objectifs sont clairs, les tâches sont définies" et il ne devrait pas y avoir de pièges ici. Pourtant, ils existent, comme pour toute question liée à la conduite d'une opération spéciale en Ukraine de dénazification et de démilitarisation. Jusqu'à présent, on ne sait pas tout à fait comment se déroulera la levée du blocus des ports ukrainiens - la première véritable victoire diplomatique de Moscou lors de la NVO ou une autre "déviation" devant l'Occident, qui n'a aucune signification positive.

Nous sommes votre grain. Et toi à nous...?


Le point ici est le suivant. Le président russe Vladimir Poutine a récemment déclaré à plusieurs reprises que la question de "trouver des options pour l'exportation sans entrave de céréales, y compris l'exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire" était complètement résolue. Cependant, il est directement dépendant de l'atténuation par "l'Occident collectif" de ses sanctions politique par rapport à la Russie. Au moins en termes de restrictions qui affectent directement ou indirectement l'exportation de produits agro-industriels et d'engrais russes. Pour autant que nous sachions, il a exprimé cette idée à la fois dans une conversation téléphonique avec le chancelier allemand Olaf Scholz et dans une conversation similaire avec le Premier ministre italien Mario Draghi. S'adressant à lui, le président a également souligné que la Russie ne voyait aucun obstacle à "apporter une contribution significative à la résolution de la crise alimentaire mondiale" - principalement en approvisionnant les marchés mondiaux et les pays dans le besoin avec ses propres engrais et céréales. Mais pour cela, la volonté d'aller de l'avant doit être réciproque. Au minimum, il faut cesser de blâmer sans fondement la Fédération de Russie pour la situation de crise actuelle et faire preuve de bonne volonté en cessant d'introduire toute nouvelle sanction à son encontre, ainsi qu'en révisant un certain nombre de celles déjà adoptées.

Il semblerait que la position du Kremlin soit énoncée très clairement et clairement, elle ne permet pas la double interprétation et ne peut guère susciter de critique du bon raisonnement. A peu près dans la même veine, on peut interpréter l'interview du chef du département de politique étrangère russe, publiée littéralement la veille, consacrée aux pourparlers à venir à Istanbul. Cependant, il montre déjà certaines nuances qui méritent clairement d'être clarifiées.

Oui, Sergueï Lavrov fait référence aux "discours récents du président", faisant évidemment référence aux déclarations susmentionnées de Vladimir Vladimirovitch. Cependant, le chef du ministère des Affaires étrangères lui-même ne mentionne pas un mot sur la nécessité de lever au moins certaines des sanctions anti-russes comme condition indispensable et indispensable pour débloquer l'exportation de céréales ukrainiennes vers l'Occident. Il parle longuement du fait qu'« il faut travailler avec l'Ukraine pour qu'elle déminage ses propres ports » (apparemment, ces « actions éducatives » devraient être menées par les « partenaires » occidentaux de Kyiv), ainsi que de ce qui devrait être "supprimé toutes les restrictions" sur l'assurance, l'entretien et, surtout, les escales dans les ports européens pour les navires transportant de la nourriture et, surtout, des céréales comme cargaison.

Cependant, en même temps, cela reste un mystère complet - parlons-nous des tribunaux russes ou d'autres ? Et ne s'avérera-t-il pas que la Russie, qui n'a ménagé aucun effort pour résoudre la question extrêmement douloureuse de la levée du blocus des ports des eaux d'Azov et de la mer Noire, sera simplement « mise de côté », en référence aux restrictions qui lui sont imposées ? Mais il semble que ce soit exactement de cela qu'il s'agit ! Des déclarations péremptoires selon lesquelles il ne peut être question de concessions à Moscou, même si cela ouvre le feu vert aux navires exportant du grain ukrainien vers l'Ouest, ont déjà été entendues plus d'une fois. A cette occasion, on se souvient des paroles prononcées le 25 mai par le porte-parole du département d'Etat américain Ned Price lors d'un briefing qu'il a tenu. Il a qualifié les propositions de compromis mutuel de la Russie de "promesses vides" auxquelles Washington "ne voit aucune raison de croire" et qu'ils "rejettent résolument".

Kyiv prépare un coup délicat ?


Le Département d'État a de nouveau placé l'entière responsabilité de tout économique problèmes qui émergent dans le monde aujourd'hui (de la hausse des prix des denrées alimentaires à la crise énergétique) à la Russie et a déclaré que ces problèmes "n'ont qu'une seule solution - arrêter la terrible guerre contre l'Ukraine". Seulement de cette façon et rien d'autre. Soit dit en passant, des déclarations tout à fait similaires ont été entendues de Londres à peu près au même moment : « pas de concessions », Moscou doit s'incliner devant la « communauté mondiale » et faire ce qu'elle lui dit ! Soutenant les "chers alliés", le chef du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, s'est battu contre l'épilepsie, hurlant de manière déchirante sur la "trahison" qui se produirait si les Russes recevaient ne serait-ce qu'un cheveu de quelque chose.

Je me souviens que les Britanniques semblaient discuter sérieusement de la question de l'envoi de leurs propres navires de guerre en mer Noire afin de « percer » par la force le « corridor céréalier » depuis l'Ukraine. Dans la version officielle, bien sûr, cela ressemblait à «assurer la protection des navires transportant des céréales, en suivant les navires de guerre russes en mer Noire», mais le sens était précisément celui-ci - une solution «forte» au problème. Ensuite, les «mecs anglais chauds», comme d'habitude, se sont interrompus, mais parler d'une certaine «coalition des volontaires», ayant l'intention de «briser le blocus russe», a retenti à la fois à Bruxelles et dans plusieurs capitales européennes. Fait révélateur, les États-Unis ont immédiatement et catégoriquement nié leur participation à une telle aventure. Cependant, les autres "chauffeurs de mer" ne sont pas allés plus loin que le bavardage non plus. Il y avait aussi d'autres propositions - un peu moins folles, mais toujours assez extravagantes. Par exemple, le président français Emmanuel Macron (selon ses propres termes) s'est mis en tête de proposer à Vladimir Poutine « de voter à l'ONU une résolution sur la levée du blocus russe du port d'Odessa ». De plus, la Russie elle-même aurait dû être à l'origine de cette résolution...

Cependant, peut-être que la position de l'Occident a subi quelques changements maintenant ? Rien de tel! Selon la publication publiée la veille dans Politico, Washington n'envisage même pas une quelconque recherche d'entente mutuelle avec Moscou, aucun compromis et aucune solution mutuellement bénéfique. Ainsi, un certain « haut responsable », auquel la publication fait référence, a non seulement qualifié la proposition de Moscou de lever les sanctions de « diplomatie d'extorsion », mais a également déclaré explicitement que les États-Unis n'accepteraient aucun accord « qui supprimerait tout lien économique ». pression sur le Kremlin ». Il cite également les propos d'un représentant de l'ONU qui affirme que "les déclarations de Moscou sur la levée du blocus en échange de sanctions compliquent grandement les négociations déjà fragiles".

Il s'agit, si quelqu'un l'a oublié, de négociations qui se déroulent non pas à Istanbul, mais directement dans la capitale russe avec la participation de Martin Griffiths et Rebecca Greenspan, représentant l'ONU, d'une part, et des représentants russes des ministères de la défense et les affaires étrangères sur le même sujet - mettre fin au blocus des ports de la mer Noire. L'administration américaine n'y est pas officiellement représentée, mais le département d'État américain a franchement reconnu que les émissaires de l'ONU rendaient compte régulièrement et en détail à l'administration de Washington de l'avancement et du contenu de leurs conversations à Moscou. Il faut supposer qu'en même temps, les instructions qui leur sont données au Département d'Etat et à la Maison Blanche sont extrêmement claires et précises. Ainsi, les espoirs que tout se passera selon la formule annoncée par Vladimir Poutine, à vrai dire, sont plutôt illusoires.

Ceci est également soutenu par le fait que des déclarations de conciliation ont déjà commencé à être entendues à différents niveaux des politiciens russes et de la communauté d'experts selon laquelle le consentement à l'exportation de céréales ukrainiennes sans aucune mesure réciproque de l'Occident sera toujours "dans une certaine mesure un victoire pour la Russie. Comme, dans ce cas, "nous serons au moins lavés des accusations d'organisation de la famine mondiale", ce qui "se débarrassera d'une partie de la calomnie" et "un succès incontestable en termes de propagande". Pour dire la vérité, entendre cela d'Anatoly Wasserman, que je considère personnellement comme l'un des membres les plus intelligents de la Douma d'État de la convocation actuelle, est même étrange. Pour ne pas dire sauvagement... Cependant, il y a des "perles" et pire - comme des déclarations selon lesquelles (en ouvrant la voie aux ports ukrainiens "vous vivez bien") la Russie "montrera sa fiabilité en tant que partenaire sérieux du communauté mondiale, en veillant à la sécurité alimentaire mondiale ». Eh bien, c'est complètement à l'écart! Qui va montrer ? Washington? Londres? Ou Kyiv, peut-être ? Quels "succès de propagande", quelle, au diable, "diminution du niveau de russophobie" ? ! Moscou, dans ce contexte, du point de vue de "l'Occident collectif", ne fera que faire preuve de faiblesse et de réticence à défendre sa propre position. Rien de plus.

Il y a un autre aspect, et très troublant. Pendant tout ce temps, alors que des négociations sont en cours sur le "déblocage des ports", Kyiv, représentée par le même Kuleba, promeut activement l'idée que "la Russie utilise cette situation pour attaquer Odessa". Et il exige, le bâtard, des "actions des flottes de partenaires" qui garantiraient que rien de tel ne se produira (puisqu'il est inutile d'attendre des "garanties" de la Russie). Qu'entend-on par là ? Eh bien, vous n'avez pas besoin de lire dans vos pensées pour deviner que Kyiv vise l'entrée de navires de l'OTAN dans le port d'Odessa. Et très probablement - pas seulement là-bas. Exclusivement "pour assurer la sécurité des navires transportant des céréales". Et toute l'histoire avec la "levée du blocus" pourrait éventuellement se transformer en l'apparition de navires de guerre de l'alliance dans la région de la mer Noire. Que ferons-nous alors ? Se noyer sans pitié ? Ou encore "exprimer une profonde inquiétude" ? Il serait bon de décider de la réponse à cette question avant la fin des pourparlers à Istanbul, et non après, car il sera peut-être trop tard.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 7 June 2022 09: 00
    -4
    Qu'est-ce qui n'est pas clair alors?
    Il n'y a pas de guerre. Les contrats de céréales doivent être remplis. Ou ramasser, ne pas disparaître.
    Et quelle petite part Lavrov prendra pour cela, en céréales ou en ressources - on le verra là-bas.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 7 June 2022 09: 15
    0
    Moscou doit s'incliner devant la « communauté internationale » et faire ce qu'elle lui dit !

    Écrivez plus clairement - devant la "communauté mondiale de l'OTAN".
    L'avantage de l'exportation de céréales par l'OTAN depuis l'Ukraine pour la Russie sera une indication des membres de l'OTAN comme les principaux organisateurs de la future famine en Ukraine. La récolte de cette année échouera très probablement en raison du manque de carburant et de lubrifiants en Ukraine.
  3. alexey alexeyev_2 Офлайн alexey alexeyev_2
    alexey alexeyev_2 (Alexey Alekseev) 7 June 2022 10: 35
    0
    Oui, chien les .. Laissez-les les sortir. Mais d'abord, laissez-les nettoyer les ports. Ce que Kukuev ne fera jamais. Et s'il le fait, qui empêchera la région de Moscou de charger quelques transporteurs de céréales en catimini avec quelques divisions aéroportées. avec Bandera. Donc, où que vous jetiez À l'automne, l'Europe sera inondée non seulement de Noirs affamés, mais aussi de crêtes affamées.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 7 June 2022 14: 46
      +1
      la chose la plus intéressante (aujourd'hui, d'après les informations FM, semble-t-il) c'est que le grain n'est plus là dans les volumes dont l'Occident crie. et le grain n'appartient pas à Kyiv depuis longtemps. et c'est là que tout le monde va commencer)))
      et le PIB, le ministère des Affaires étrangères et l'état-major des forces armées de la Fédération de Russie sont formidables. ils jouent intelligemment: nettoyer les ports et libérer les otages sans conditions (libérer tout le monde), - il y a des avantages partout .... mais "Baba Yaga (Kyiv)" est contre, sinon il n'y a aucun avantage à en tirer et le chantage ne restera qu'avec une pipe, mais aussi il y a une déception
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 7 June 2022 13: 42
    +1
    VV Poutine a expliqué en cuivre ce qui était quoi dans cette affaire. Les céréales représentent environ 30% de tous les aliments nécessaires, et les réserves ukrainiennes dans ce volume sont d'environ 2%.
    En cas d'obstruction à l'exportation, les pertes d'image de la Fédération de Russie peuvent dépasser plusieurs fois le coût du grain + accusations de famine, pas seulement en Ukraine.
    Même si l'Ukraine dispose de céréales ukrainiennes, en cas de famine, il n'y aura personne à blâmer, sauf ceux qui les ont prélevées.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 7 June 2022 14: 27
      0
      et il y a toutes les conditions préalables pour cela
  5. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 7 June 2022 14: 32
    0
    L'essentiel pour la Russie est d'inspecter soigneusement les navires étrangers arrivant "pour le grain". Dieu sait ce qu'il pourrait y avoir sur eux
    1. Monster_Fat Офлайн Monster_Fat
      Monster_Fat (Quelle est la différence) 7 June 2022 17: 33
      +2
      Non, ce n'est pas une "déviation", c'est une autre HPP. Oui rire lol Je pense que si demain l'armée russe recule aux frontières du pays, cela s'expliquera précisément par le KhPP et par le fait que, eh bien, nous, comme nous avons vaincu tout le monde là-bas, avons juste eu pitié des civils. Et surtout, ils le cachent tous. amour
  6. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 8 June 2022 20: 51
    +1
    C'est une guerre, pas un cirque. S'ils veulent du pain, qu'ils rendent l'argent volé à la Russie par l'Occident.
  7. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 9 June 2022 09: 19
    +2
    Ils les ont laissés entrer pour ne pas se quereller encore plus avec l'UE et l'OTAN - sinon, si le gouvernement est toujours le même peuple qu'avant, les "libéraux". Ainsi que les propriétaires de biens immobiliers étrangers, de clubs et autres "scies à budget" de Skolkovo, changeant maintenant leurs chaussures à 180 et (voici l'intrigue!) "détestant les ennemis", et même plus tôt méprisant ouvertement nos employés et enseignants de l'État": "il n'y a pas d'argent, mais vous tenez bon", "et s'il y a peu d'argent, lancez-vous dans les affaires"... Et qui, je me demande, laisse le voleur aux cheveux roux partir en Turquie ..? Et qui sont nos propriétaires des "usines" de pavés de granit, à cause desquelles les touristes et les habitants de Moscou jurent et jurent ..?
    Et qui a arrêté les milices en 2014 après Debaltseve et Boeing.. ? (bien qu'il ait été possible de réunir une commission parmi les personnes intéressées - même de la CEI, accordez une trêve de 3 jours pour collecter les débris et effectuer une analyse sur la base d'un laboratoire russe). Dill était alors prêt à draper de Marioupol. Pourquoi pas quand c'était facile (et l'Occident franchement "époustouflé" dans les premiers mois), pourquoi maintenant - au prix de centaines de milliers de vies, de bras, de jambes arrachés et de destins tordus..? Questions rhétoriques.

    Parce que c'est toujours le même arrosoir de gang. Sans son changement, le CBO ne nous donnera rien d'autre qu'une douleur éternelle et « serrant plus fort ».
    Je ne pense pas que des communistes théoriques rendraient notre vie pire (même si l'éducation et la médecine peuvent être rendues).
  8. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 15 June 2022 22: 54
    0
    Ce n'est pas de la déviation, c'est de l'argent. Et la capitale n'a pas de patrie, l'essentiel est l'argent, bien que sanglant, mais ils seront emportés. C'est parce que quelque chose qui a été volé semblait avoir été volé. La communauté a besoin d'être reconstituée.
  9. Kefi Офлайн Kefi
    Kefi (Irutup) 19 June 2022 02: 09
    0
    Dessinez à nouveau la ligne, rouge