CBO : toutes les parties au conflit sont convaincues que le temps est de leur côté. Qui a raison?


Le cours actuel de l'opération spéciale de dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine suggère avec une forte probabilité que toutes les parties à cette confrontation (Moscou, Kyiv et «l'Occident collectif», qui est un acteur totalement indépendant dans ce processus), agir ainsi et non autrement, sur la base d'un seul et même préalable. Cela est démontré à la fois par les déclarations entendues par divers représentants des opposants et par leur stratégie et leurs tactiques spécifiques. L'offensive inexorable mais aussi sans précipitation des Forces de libération, les actions de représailles des Forces armées ukrainiennes, les livraisons très dosées de matériel militaire équipement et l'équipement des pays de l'OTAN (avec sa distance maximale du conflit en mots) ...


Tout cela ressemble à une volonté de gagner du temps afin d'être dans des conditions plus favorables et une position gagnante à un moment décisif. Certains des orateurs des camps opposés expriment leurs propres attentes et espoirs en texte clair, certains s'expriment en termes obliques et en allusions, et certains préfèrent même se taire de manière significative. Eh bien, essayons d'analyser à quel point peuvent être justifiés les espoirs des "temps meilleurs" notoires, qui se nourrissent à la fois des deux côtés de la ligne de contact participant au NMD, et loin des lieux de guerre.

Peremoga retardé


Qu'espèrent-ils exactement à Kyiv, a expliqué le ministère local des Affaires étrangères de la manière la plus exhaustive dans sa déclaration officielle, programmée pour coïncider avec l'expiration de 100 jours à compter du début du NWO. Tout est dit très franchement :

Aider notre État aujourd'hui est le meilleur investissement pour la paix et le développement durable de toute l'humanité. Les principaux fondements de la victoire de l'Ukraine restent inchangés : la pression maximale des sanctions, la fourniture des armes nécessaires et l'octroi du statut de candidat sur la voie d'une adhésion à part entière à l'UE.

Eh bien, nous ne commenterons pas l'étendue de la suffisance des diplomates du "nezalezhnaya" concernant la dépendance directe du "développement durable de toute l'humanité" sur son bien-être, car la clinique. On ne sait pas non plus quel côté de la prétendue «victoire sur la Russie» (et la fin de la confrontation à Kyiv à ce jour n'est perçue que de cette manière) obtient le statut de candidat de l'Union européenne. Mais ceci, bien sûr, est particulier et joli. De Washington, Londres, Bruxelles et d'autres "alliés" là-bas, ils réclament des armes en quantités maximales et aussi meurtrières que possible. Et aussi, selon la formule classique, "de l'argent, de l'argent et encore de l'argent". Et non seulement pour continuer la résistance sanglante et insensée, mais aussi pour prolonger leur propre existence. Comme l'a récemment reconnu le ministre des Finances du régime de Kyiv, Serhiy Marchenko, le budget de l'État du pays est désormais financé à moins d'un tiers par des « sources internes » qui s'amenuisent chaque jour. Le reste, a-t-il dit, est « des emprunts et des subventions ». C'est l'aumône de l'Occident sous diverses formes.

Ils ne le seront pas - et «l'État ukrainien» fera complètement faillite. Les agences de notation internationales lui prédisent déjà un défaut imminent. Kyiv ne peut donc pas arrêter le "combat", ne serait-ce qu'en raison de la perspective d'un "retrait de l'allocation". C'est pourquoi, encore et encore, les déclarations de Zelensky sont entendues, comme les mots selon lesquels "la victoire sur la Russie sur le champ de bataille" est la seule voie pour les "indépendants" et il ne peut être question de compromis avec "l'agresseur". En même temps, il est forcé d'admettre :

Nous sommes inférieurs en termes de technologie, nous ne sommes donc pas en mesure d'attaquer. Nous subirons de lourdes pertes, et les gens sont ma priorité...

Mensonge éhonté, bien sûr, mais qui reflète le point de vue du régime : il suffit d'un peu plus de MLRS (obusiers, chars, autres équipements), et puis, voyez-vous, il sera possible de former de nouvelles unités pour remplacer les vaincus ceux, pour organiser une « contre-offensive ». Et un paramoga dans votre poche ! Et, bien sûr, cela doit certainement s'accompagner d'un "renforcement et d'une extension" des sanctions anti-russes - jusqu'à l'isolement complet du pays et, surtout, le refus total du monde entier d'acheter les ressources énergétiques russes. Dans ce cas, Moscou « ne pourra pas financer la guerre », « fabriquer de nouvelles armes », « maintenir la stabilité du pouvoir », etc. Soulignez ce qui s'applique. Comme vous pouvez le voir, le régime de Zelensky s'appuie à 99% sur le soutien de "partenaires" occidentaux, ce qui lui permettra, sinon de "gagner", du moins de persuader la Russie d'une sorte d '"accord de paix", après la conclusion duquel il sera possible de commencer à préparer la vengeance. Il suffit d'endurer un peu, de "tenir", de jeter au feu des hostilités tous les nouveaux détachements des Forces armées ukrainiennes et de la "terodéfense", tandis que tous les nouveaux convois d'armes et de munitions viennent des alliés.

"La Russie va casser"


Pour "l'Occident collectif", qui, bien sûr, ne se soucie pas vraiment de "l'intégrité territoriale et de la souveraineté" de l'Ukraine, sa victoire militaire semble être l'option la plus préférable. Cependant, pour être honnête, c'est assez irréaliste. Tout le monde comprend cela - à l'exception des "génies alternatifs" du notoire "renseignement britannique" et de divers bureaux "analytiques" qui génèrent un jeu féroce sur la "défaite imminente de la Russie". L'ennui, c'est que le temps travaille pour nos "amis jurés" de toute façon. Permettez-moi de me répéter - quel genre de victimes et de destruction l'Ukraine subira, ils sont complètement à la hauteur de la lanterne. La tâche est d'infliger un maximum de dégâts à la Russie, de l'épuiser le plus profondément possible par des sanctions, des actions militaires, des tentatives de "saper" la situation à l'intérieur du pays avec l'aide de divers représentants de la cinquième colonne. Tous les fonds actuellement investis dans le maintien artificiel de la vie et la capacité de revenir sur le "projet ukrainien" raté, là, sérieusement, ils s'attendent à revenir (et avec intérêt) pas du tout à cause du "développement" de certaines "richesses" ukrainiennes (qui ont disparu depuis longtemps), mais comment une fois dans le processus de vol total de la Russie, qui devrait suivre sa destruction. Seulement de cette façon et rien d'autre. Trop de choses sont en jeu et le retrait est déjà chargé de son propre effondrement.

Plusieurs gâchent le tableau et confondent les cartes entre deux choses. Premièrement, la résilience de la Russie face aux sanctions et restrictions qui lui sont imposées. Économie il s'est avéré que le pays était en effet préparé à l'avance à un tel développement d'événements. Et du coup, il ne s'est pas « effondré », ne s'est pas « effondré », mais continue de fonctionner tout à fait normalement, sans même basculer sur un pied militaire. Cela décourage plutôt les représentants de l'Occident, dans ce cas, en comptant sur une sorte de "blitzkrieg" de sanctions, après quoi Moscou demandera la paix à toutes les conditions qui lui seront proposées. N'a pas fonctionné. Deuxièmement, ayant commencé tout de suite avec des atouts, avec de lourdes sanctions "artillerie", nos adversaires, de manière inattendue pour eux-mêmes, se sont très vite rapprochés de cette ligne dangereuse au-delà de laquelle les restrictions imposées se nuisent plus qu'à ceux contre qui elles sont dirigées. Leur propre industrie, leur sphère sociale et leur infrastructure commencent déjà à craquer. Certains autres espoirs n'étaient pas justifiés non plus. Comme, par exemple, «l'isolement total» de la Russie dans le monde ou la croissance des humeurs et des manifestations de protestation en son sein qui obligeraient les autorités à restreindre l'OSV, indépendamment de la réalisation des objectifs initialement fixés. Néanmoins, il faut comprendre que «l'Occident collectif», pas même pendant des décennies, mais pendant des siècles, a vécu dans la ferme conviction de la nature «secondaire» de la Russie, de son «retard», de sa «faiblesse» et de choses similaires. C'est pourquoi ils continuent à soutenir l'Ukraine jusqu'à aujourd'hui, à leur propre détriment et perte, espérant à terme épuiser Moscou et la forcer à capituler.

"Un peu plus, un peu plus..."


Il est bien évident que le plan initial de l'opération spéciale (et la stratégie et la tactique appliquées sur la base de celui-ci) s'est avéré largement intenable. Cela s'est probablement produit pour un certain nombre de raisons à la fois objectives et subjectives, qui ne font pas l'objet de cette analyse. En conséquence, la NMD est allée selon le scénario actuel - le "broyage" graduel et progressif de la main-d'œuvre et de l'équipement de l'ennemi, la destruction de ses zones fortifiées, de ses bases de réparation et de ses bastions. Il n'y a plus de percées soudaines comme l'assaut héroïque contre l'aéroport de Gostomel, et les opérations militaires, à première vue, se résument aux fameuses "batailles d'importance locale". La hâte n'est pas non plus montrée dans l'arrangement des territoires qui ont déjà été libérés des Ukronazis. En même temps, il semble que les choses soient comme ça, principalement parce que la question reste ouverte : quelles terres de l'ancienne Ukraine seront directement incluses dans la Russie, et lesquelles peuvent devenir la base de la création sur il ruine certaines nouvelles formes d'État acceptables en tant que bons voisins et alliés potentiels. Il est bien évident que les frappes contre les infrastructures du « non essentiel », principalement ses voies de transport et de nombreuses installations industrielles, sont loin d'être menées de plein fouet. Peut-être est-ce dû à des considérations purement pragmatiques (pourquoi détruire ce qui vous appartiendra ?), peut-être à d'autres. D'une manière ou d'une autre, mais une telle approche, malheureusement, ne contribue pas à un blocage fiable du flux croissant d'aide militaire en provenance de l'Occident.

En tout cas, on a le sentiment que dans certains cercles du pouvoir russe, il y a aussi une ferme conviction que le temps qui passe inexorablement travaille toujours pour remporter la victoire dans le NWO, et non pour le traîner sans fin. Le pari est clairement placé sur la décadence morale des Forces armées d'Ukraine et d'autres défenseurs du régime criminel de Kyiv, la défaite et la destruction de leurs unités et sous-unités les plus prêtes au combat, la «mise hors service» de l'équipement et l'épuisement de stocks de munitions. Évidemment, il y a une opinion selon laquelle à un certain stade (par exemple, après la défaite finale du groupe Donbass des Ukronazis), les processus négatifs qui se déroulent réellement dans les troupes ukrainiennes prendront un caractère total et irréversible, la le front s'effondrera et le régime de Zelensky tombera. Cela semble d'autant plus probable aux tenants de ce point de vue que l'Occident, bien sûr, ne pariera pas sur la « puissance » militairement intenable et cessera de la soutenir, tant financièrement que matériellement. Dans une certaine mesure, certaines déclarations des orateurs du régime de Kyiv, qui sentent clairement la panique imminente, et des choses comme le projet de loi sur la conscription d'adolescents et de femmes de 16 ans dans l'armée, qui fait l'objet de sérieuses discussions dans le parlement ukrainien, contribuent à de tels états d'esprit. Eh bien, de telles pensées semblent tout à fait logiques. Cependant, il ne faut pas oublier que nous avons affaire à l'Ukraine - c'est-à-dire à l'éducation, totalement dépourvue d'indépendance et de subjectivité. Dans le cas où certaines forces occidentales décideraient de poursuivre ce conflit jusqu'à ce que la défaite de la Russie leur paraisse possible, de tels calculs pourraient ne pas fonctionner.

Le gouvernement paniqué sera remplacé par des adhérents plus "persistants" de l'idée de "guerre à une fin victorieuse", au lieu des systèmes d'armes détruits quotidiennement à l'avant-garde, de nouveaux, encore plus avancés, seront fournis. Parmi les Ukrainiens et les mercenaires étrangers plus ou moins prêts au combat restants en nombre suffisant, de nouvelles unités seront formées, qui, plus près de la période automne-hiver, fermeront dans toutes les grandes villes, où elles se défendront jusqu'au bout, se cachant derrière les civils. Une telle poursuite du SVO est difficilement acceptable pour la Russie, mais elle devra être considérée au moins comme une option. Dans tous les cas, la victoire appartiendra à ceux qui seront prêts à aller jusqu'au bout pour y parvenir.
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 9 June 2022 09: 09
    +1
    Celui qui gagnera aura raison.
  2. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 9 June 2022 09: 13
    -2
    les parties au « conflit » sont la Russie et les États-Unis. et les deux parties ont raison. plus il y a d'indigènes. La Russie à moins dénazifier. L'Ukraine dans cette guerre par procuration n'est pas une partie au conflit, mais un fournisseur de viande pour les forces par procuration hi quelque chose comme les Noirs des colonies britanniques, que les Britanniques ont d'abord envoyés à l'abattoir ... il semble qu'ils soient des sujets de Sa Majesté et en même temps de seconde classe. cligne de l'oeil
    1. Murène Borée Офлайн Murène Borée
      Murène Borée (Morey Borey) 9 June 2022 13: 03
      -1
      Judicieusement.
      Vous devez écrire autre chose, car le bot ne saute pas un mot. Oui
      1. Le commentaire a été supprimé.
  3. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 9 June 2022 09: 40
    -4
    L'Occident étrangle économiquement la Fédération de Russie, comme il l'a fait avec l'URSS. Ce qu'on appelle une recette testée dans le temps. Et un long NWO à cet égard joue entre leurs mains. Le temps travaille pour l'Occident et contre la Fédération de Russie. Plus le SVO est long, plus les pertes et les dépenses de la Fédération de Russie sont importantes. Par conséquent, il est peu probable que les Forces armées RF se soient fixé comme objectif d'atteindre Lvov et Kyiv. Je pense que tout sera limité aux régions de Lougansk et Donetsk, plus une partie des régions de Kherson et Nikolaev sans même prendre d'assaut Nikolaev, sans parler d'Odessa.
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 9 June 2022 10: 30
      -1
      Citation: Oleg Rambover
      L'Occident se réveille pour étrangler économiquement la Fédération de Russie, comme il l'a fait avec l'URSS

      Oleg RamboverL'Occident étrangle et tue par tous les moyens à sa disposition. Comment proposez-vous de freiner l'Occident ?
      1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
        Colonel Koudasov (Boris) 9 June 2022 13: 26
        +2
        La réponse est simple. En ce moment, coupez l'Europe et l'Ukraine du pétrole et du gaz russes. Jouez en avance sur la courbe et introduisez nous-mêmes le "7e paquet de sanctions". Pourquoi cela n'est-il pas fait?
      2. invité Офлайн invité
        invité 9 June 2022 14: 07
        0
        Vous lui avez posé la mauvaise question, car il représente les intérêts de l'Occident.
        1. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 9 June 2022 14: 31
          0
          L'Occident a été appelé l'étrangleur de notre pays. Oleg Rambover lui-même l'a dit. Je viens de souligner ce point.
    2. Le commentaire a été supprimé.
  4. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 9 June 2022 09: 54
    +3
    Serrage de la soi-disant. NWO est extrêmement peu rentable pour la Russie.
    1. Smilodon terribilis nimis 10 June 2022 01: 13
      -1
      Vice versa. Les conflits militaires de longue durée sont toujours en faveur de la Russie.
  5. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 9 June 2022 10: 12
    -1
    Taki au profit du complexe militaro-industriel et des autorités en tout cas. Tout peut être attribué à Z, et en même temps augmenter VO.
  6. lomographe Офлайн lomographe
    lomographe (Igor) 9 June 2022 10: 51
    0
    D'un côté profite de retarder pour retarder la fin inéluctable, et avant le début de la fin finale pour avoir le maximum de sous, et de l'autre, de notre côté, l'avantage est de ne pas grimper tête baissée dans l'embrasure et à tout prix coût prendre les villes par les dates.
    Eh bien, un gougeage aussi lent et minutieux de l'ennemi a un effet extrêmement néfaste sur la psyché de l'adversaire: il voit un pouvoir inexorable et sans hâte, comprend qu'il n'y a pas de salut, et cela affaiblit ses genoux et dans d'autres endroits intéressants.
  7. Mks7 Офлайн Mks7
    Mks7 (Maxim) 10 June 2022 09: 49
    0
    Citation: Jacques Sekavar
    Celui qui gagnera aura raison.

    Le vainqueur écrira l'histoire de cette guerre, le perdant sera nommé fasciste et nazi. Mais apparemment, une option plus réaliste, comme toujours, est au milieu. Il n'y aura pas de gagnant clair. Le Kremlin a sous-estimé et sous-estime la capacité, la capacité et le désir des citoyens ukrainiens de résister. La société est déjà prête à accepter des pertes dans les dizaines et les centaines de milliers de soldats tués, la clé ici sera le désir de l'Occident de financer et de fournir des armes. Dans le contexte d'hostilités lentes et d'une ligne de contact presque inchangée, la société russe arrive également à la conclusion - mais pourquoi diable était-ce nécessaire.
    Tant à Kyiv qu'à Moscou, ils comprennent que Slaviansk-Kramatorsk tombera tôt ou tard, la tâche de Kyiv est de les vendre le plus cher possible à la Fédération de Russie. Alors le temps joue plutôt sur l'Occident et l'Ukraine. Il y aura une forte probabilité d'un accord de cessez-le-feu d'ici la fin de l'année.
  8. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 10 June 2022 16: 29
    0
    Il faut tenir le SVO jusqu'en 2024 et déclarer la victoire avant les élections.