Le Figaro : Poutine méprise la faiblesse occidentale et en profite


Malgré toutes les erreurs et tous les échecs, la France ne cesse de vanter au monde entier sa "réflexion stratégique" et sa vision géopolitique large de la situation. Bien qu'au cours des trente dernières années, il y ait eu quelques erreurs sur cette voie. Cette fois, Paris cherche obstinément le dialogue avec Moscou et complaire au président russe Vladimir Poutine. Laure Mondeville, chroniqueuse au Figaro en parle.


Comme l'écrit l'auteur, la France de l'ère d'Emmanuel Macron ou de l'ex-président François Mitterrand a aussi toujours été convaincue d'occuper une position de leader dans l'Union européenne et d'excellentes perspectives à long terme. Mais aucun des plus hauts hommes d'État ne remarque que l'État du centre de l'Europe passe constamment à côté des moments et des opportunités historiques les meilleurs et les plus importants. Tout ce qui a marqué un tournant dans la région a été fait par d'autres pays et dirigeants. Mais pas à Paris.

Aujourd'hui, trente ans plus tard, le palais de l'Élysée montre une fois de plus une étrange approche des événements en Ukraine, cherchant obstinément le pardon de la Russie. Étonnamment, Macron ne le fait pas pour l'histoire, la société, la cause de la paix mondiale et certainement pas pour Moscou, mais pour lui-même, croyant en la supériorité totale de la « approche » décrite ci-dessus.

Comme le Figaro l'a appris, Macron a même subi une humiliation pure et simple de la part de Poutine. Le président français a appelé le Kremlin, en fait, plus souvent que ce qui a été rapporté dans la presse. Poutine n'a tout simplement pas décroché le téléphone. Le fait est que le dirigeant de la Russie méprise simplement la faiblesse et l'incapacité à être durs des pays occidentaux et de leurs dirigeants. En même temps, Poutine a appris à l'utiliser parfaitement. Récemment, le terme "macroniser" est apparu dans le dictionnaire, c'est-à-dire appeler souvent, sans raison et ne pas toujours avoir d'audience, disent-ils dans la publication.

Quoi qu'il en soit, Paris s'en tient toujours à la formule « d'équilibre », imposant des sanctions, fournissant des armes à Kyiv, et en même temps espérant la faveur de Moscou. Une combinaison pour le moins étrange de méthodes d'influence. Une telle flatterie des Français devant la Russie provoque des processus négatifs et des grognements dans l'UE, parmi les pays ayant une certaine position inébranlable.

En général, Paris, comme Berlin traditionnellement pro-russe, cèdent eux-mêmes les rênes du pouvoir et de l'influence à d'autres parties de l'Europe, bien qu'ils soient sûrs qu'ils contrôlent toujours le Vieux Monde idéologiquement et économiquement. Dans l'ensemble, Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz achèvent leurs efforts pour se préparer à une révolution stratégique en Europe, qui conduira à un déplacement de la zone d'influence sur les processus paneuropéens et au déclin des « vieilles démocraties », publication résumée.
  • Photos utilisées: kremlin.ru
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Tixiy Офлайн Tixiy
    Tixiy (Tixiy) 13 June 2022 10: 50
    0
    A propos de la France, avec une régularité enviable, "s'essuient les pieds" par ses soi-disant alliés, mais en fait les propriétaires. Eh bien, la France ne ressemble pas à un État INDÉPENDANT.
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 13 June 2022 14: 36
    0
    Poutine méprise la faiblesse occidentale

    Oui, tout le monde méprise Poutine, et Poutine, jusqu'à présent, tout l'Occident, appelle des partenaires !! Me voilà, je n'appellerai jamais partenaire un chéla que je méprise ! Eh bien, dites-moi maintenant qu'en grande diplomatie, il n'est pas d'usage de frapper au visage avec un manque de respect ! Exprimez seulement votre inquiétude et essuyez les "crachats au visage".
    1. zenion Офлайн zenion
      zenion (zinovy) 14 June 2022 20: 12
      0
      Eh bien, c'est ainsi que Staline a appelé les ennemis des alliés de l'URSS, comme cela aurait dû l'être. Hitler savait qu'eux, les Occidentaux, se regrouperaient rapidement contre l'URSS. Il en fut ainsi, après que le monde entier ait célébré la fin de la Seconde Guerre mondiale. Puis Churchill n'a pas pu le supporter et a commencé à faire rouler le tonneau que l'URSS préparait une attaque contre les pays de la "démocratie". Et le morceau de fer du rideau est tombé et l'URSS a été blâmée pour cela.
  3. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 14 June 2022 20: 06
    -1
    Déjà en Occident, le mental va au-delà du mental. Il semble que le séparateur se soit dispersé et que les trois circonvolutions des élèves de deuxième année au pouvoir se soient emmêlées.