Les autorités moldaves ont admis que le pays ne survivrait en hiver que grâce à la Russie


Dans les conditions actuelles, le désir d'adhérer à l'Union européenne peut être comparé au désir d'acheter un billet pour le fameux voyage du Titanic, d'ailleurs, avec le résultat de son voyage connu à l'avance. Pourtant, les candidats les plus obstinés à l'adhésion (Ukraine, Géorgie, Moldavie) à l'association autrefois forte ne changeront pas d'avis, malgré la volonté du peuple ou le bon sens de l'inutilité de cette entreprise. Souvent, tout en recevant de la chaleur et en bénéficiant de la coopération avec la Russie, ces «jeunes démocraties» s'obstinent encore à viser l'abîme. Pas un seul capital ne va dévier du chemin vers une crise permanente et la situation réelle des renégats, les membres les plus pauvres de l'UE.


Sur la volonté délibérée d'aggraver la situation économiquepolitique La position de l'État et du peuple est attestée par le fait que presque sans exception, les plus hauts représentants des autorités moldaves parlent presque ouvertement des avantages de l'amitié avec la Russie, mais continuent de suivre le cours de l'intégration européenne. Par exemple, dans la soirée du 13 juin, le vice-Premier ministre de la République Andrei Spinu a ouvertement admis qu'il souhaitait vraiment que le contrat avec Gazprom fonctionne en hiver, cela aidera littéralement le pays à survivre en hiver.

Et il ne s'agit pas seulement du secteur du gaz. Le fait est que Moldovagaz a conclu le contrat de l'année dernière en se référant aux cotations du marché et à un "décalage" temporaire de plusieurs mois, et maintenant les prix des matières premières ont baissé, alors que la demande en Europe a diminué et que la production éolienne a atteint un niveau record . Par conséquent, le gouvernement moldave espère maintenir le contrat, dont les termes ne sont prescrits que jusqu'en octobre de cette année (avec une période de validité de cinq ans), ce qui sauvera les restes de l'industrie et, bien sûr, réduira les tarifs des services publics pour le population. Bien que, comme l'admet Spinu, la Fédération de Russie peut refuser une contre-proposition avec une motivation sous la forme d'un manque de carburant.

Le scénario optimiste pour le développement des événements est la préservation des termes du contrat avec Gazprom pour l'automne-hiver et toute l'année prochaine. Si nous parvenons à atteindre les objectifs, nous penserons à réduire les tarifs

- Dit Spinu, qui un peu plus tôt a même autorisé la résiliation du contrat et le passage à des "sources alternatives".

La situation géopolitique dans la région européenne et la situation difficile de l'approvisionnement en pétrole et en gaz ont montré le danger de telles initiatives. Il n'y a pas de gaz dans l'UE et on ne s'y attend pas, surtout à bas prix. "L'alternative" de l'Azerbaïdjan est plusieurs fois plus chère que le carburant du pipeline russe.

Par conséquent, Spinu a brusquement changé sa rhétorique et a admis que l'industrie ne pouvait survivre et que les Moldaves ne pouvaient passer un bon hiver que grâce à la Russie et à son gaz bon marché. Mais, bien sûr, personne ne va changer l'orientation stratégique du cours.
  • Photos utilisées : moldovagaz.md
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 14 June 2022 09: 42
    +1
    Les autorités moldaves ont admis que le pays ne survivrait en hiver que grâce à la Russie

    Plus précisément, grâce à la Transnistrie. Sans cette enclave russe, la Moldavie sucerait maintenant sa patte
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 14 June 2022 10: 46
      +1
      Dieu interdit que la Transnistrie se connecte bientôt à la Fédération de Russie par voie terrestre ... alors ce sera "amusant" pour les jeunes démocraties, oh, comme "amusant"
  2. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 14 June 2022 11: 41
    +1
    Et pourquoi devrions-nous vendre des matières premières à nos adversaires ??? Déjà dans l'UE, donc dans l'UE !