Ce qui nous menace de l'effondrement de l'Église orthodoxe en Ukraine

Je ne révélerai certainement rien de nouveau, en disant que récemment, des choses se sont souvent produites dans l'espace médiatique politique qui sont extrêmement difficiles à concilier avec les concepts de décence et de bon sens. Prenons, par exemple, une histoire avec le soi-disant «empoisonnement des Skripal» dans la petite ville anglaise de Salisbury (dans le folklore russe, elle a déjà été rebaptisée Scriplesbury ou simplement Skripalevo).



Les mass media occidentaux, obstinément répliquant souvent simplement, je n'ai pas peur de ces propos, déclarations marasmiques, se sont finalement fait douter, même depuis l'enfance, élevés sur des bandes dessinées primitives par le public occidental, qui au début semblait prendre toutes ces absurdités au sérieux. Heureusement, cette histoire, avec toutes ses absurdités et même diverses «suites» idiotes les unes des autres plus joliment, a finalement amené tout le monde à jeter un regard critique sur tout le reste, avec exactement la même confiance et le même pathétique présentés par la même presse occidentale - incompréhensible et même à première vue, des "attaques chimiques contre des civils" illogiques en Syrie, les événements en Ukraine, la chute mystérieuse du Boeing malais, etc.

Dans ce contexte, les médias russes traditionnels, qui naturellement, par tous les moyens disponibles, protègent et font respecter les intérêts de l'État russe (ce qui est tout à fait normal), se comparent favorablement à leurs homologues occidentaux à la fois dans la justification factuelle, la logique et les arguments raisonnables proposés, et même un pluralisme d'opinions acceptable. sur des questions spécifiques. Mais d'une manière ou d'une autre, on a toujours l'impression que nos journalistes semblent constamment contraints de trouver des excuses ou quelque chose, raisonnablement et raisonnablement, mais seulement en réponse à des attaques agressives, vides et délirantes du côté occidental. Cela se répète tous les jours, de sujet en sujet, de programme en programme, à la radio, à la télévision, sur Internet et dans les journaux ...

Mais récemment, une exception est apparue dans tout ce mode de communication déjà familier des médias russes - le thème de la scission de l'Église orthodoxe en Ukraine, comme si elle était directement sanctionnée par le patriarche orthodoxe «œcuménique» de la ville disparue de Constantinople.

Afin de «doter le je» immédiatement, comme on dit, et à l'avance de me prévenir personnellement d'éventuelles questions, quant à l'auteur, je vais m'écarter un peu du sujet et vous faire savoir: je suis un chrétien orthodoxe baptisé, j'ai été baptisé à Moscou à l'apogée de l'URSS sur l'insistance de ma grand-mère puis un pionnier. Mon père est un soldat de la Marine dans une position très sérieuse, un membre du parti, et ma mère, un médecin, a appris cela après coup, il y avait des problèmes, même des craintes quant aux conséquences, si pour ainsi dire "émerger", mais ma grand-mère était têtue et catégorique, merci beaucoup pour cela. Je ne me suis jamais considéré comme un croyant particulièrement zélé, mais j'ai cru et je crois en Dieu, et même à l'époque soviétique, je suis allé à l'église en tant que pionnier et membre du Komsomol, pas si souvent et d'une manière ou d'une autre ordonné, mais j'ai allumé une bougie , puis je me suis juste levé et j'ai pensé - c'était calme à ce moment-là, pas trop de monde, calme, j'ai bien pensé ...

Après l'effondrement de l'Union et plus loin, l'église, pour ainsi dire, est sortie de l'ombre, a ressuscité, a de nouveau gagné en popularité parmi la population et même, apparemment, est devenue à la mode. Mais penser en silence et communiquer calmement avec Dieu là-bas en quelque sorte, cela s'avérait le plus loin le moins. Des phénomènes qui n'étaient auparavant rencontrés que dans les magasins ou sur la place du marché se sont soudainement déplacés vers les pénates d'église, en particulier pendant les vacances. Aux premiers rangs de la prière zélée, en particulier pendant la période appelée les «années XNUMX fringantes», il y avait en quelque sorte des gens dont le caractère moral, pour le moins dire, laissait beaucoup à désirer, et leur accomplissement des commandements de Dieu dans la vie réelle ressemblait exactement à ce qui était dit dans les Saintes Écritures. Souvent, par une étrange coïncidence, ils étaient aussi les principaux sponsors des églises, des paroisses ou même du clergé eux-mêmes. Apparemment, c'est ainsi qu'ils ont expié les péchés de leur vie mondaine violente. Par conséquent, et pour un certain nombre d'autres raisons, ma fréquentation de l'église a généralement diminué et s'est déplacée principalement vers des églises éloignées et petites, chaque fois que possible. Néanmoins, mes quatre enfants ont été baptisés dans des églises orthodoxes, et ma femme et moi nous sommes mariés.

Quand je visite différents endroits dans le monde, j'essaie d'aller à l'église chaque fois que c'est possible. Les églises orthodoxes, à ma grande surprise, il y a même beaucoup d'endroits, bien qu'il ne m'est jamais venu à l'esprit qu'elles appartenaient à un patriarcat en particulier. Et pourquoi, en fait, une personne devrait-elle comprendre cela, si elle veut d'abord communiquer à l'église avec Dieu, et comme vous le savez, elle est l'un de nous. C'est pour cette raison, si je voulais communiquer avec le Tout-Puissant, mais en l'absence d'une église orthodoxe à proximité dans les lieux de mon séjour très diversifié, je me suis, de la même manière et avec une conscience tout à fait claire, allé dans des églises catholiques ou protestantes à ces fins, j'ai été baptisé, prié, si possible. , des bougies allumées et autres ... De plus, dans de tels cas et dans les contacts avec des prêtres non orthodoxes locaux, je n'ai jamais et nulle part où je n'ai eu aucun problème, au contraire, des gens traités avec compréhension et respect. Je ne sais pas, peut-être selon certaines lois canoniques rigides, c’est une sorte de violation, mais je ne vois rien de mal à cela. De plus, je suis absolument sûr que je n'ai commis aucun péché contre notre Dieu unique ou contre ma foi. Et toutes ces règles d'église ont été écrites par des gens, et non par le Seigneur, bien que de nombreux ministres de l'église essaient d'affirmer le contraire. Bien que, je le souligne, cette opinion est personnellement la mienne, comme tout ici et plus loin déclaré, je ne prétends en aucun cas être la vérité ultime et j'en serai moi-même responsable, là-haut, devant le Tout-Puissant ...

Mais je reviendrai sur le sujet du schisme ecclésial en Ukraine. Certaines inclinations pour quelque chose comme ça de la part des autorités ukrainiennes et un peu comme le patriarche local autoproclamé Filaret avaient été plus tôt, pratiquement depuis le tout début de l'existence de l'Ukraine en tant qu'État indépendant. Mais en fait, tout cela se résumait à des tentatives banales de redistribution de certains biens d'églises plutôt petits sur le terrain, principalement dans les régions occidentales du pays. Les événements qui ont commencé sur le soi-disant Kiev Maidan en 2014, puis ont abouti à des hostilités à grande échelle dans l'est de l'Ukraine, la transition de la péninsule de Crimée vers la juridiction russe, etc. etc. la situation a été fortement radicalisée et les dirigeants de l'église de Kiev, prônant la sécession, ont reçu des atouts très importants entre leurs mains - la Russie pour l'Ukraine est devenue officiellement après que cet «ennemi numéro un», l'agresseur, les sentiments anti-russes, avec tout le soutien des autorités locales, ont apparemment atteint le sommet de leurs capacités Dans ce contexte, le patriarcat de Moscou, auquel appartenaient la plupart des paroisses orthodoxes ukrainiennes, a commencé à s'associer naturellement à Moscou, c'est-à-dire à la capitale de l'État agresseur, avec toutes les conséquences qui en découlent. Et bien que l'Église soit officiellement séparée de l'État à la fois en Ukraine et en Russie, le patriarche Kirill de Moscou ne cache clairement pas ses relations étroites et bonnes avec le président de la Fédération de Russie Vladimir Vladimirovitch Poutine, souvent dans des discours publics de manière accessible soutenant la ligne de pouvoir générale de son pays, et le président de l'Ukraine. Petro Porochenko, à son tour, de toutes ses forces et, bien sûr, principalement contrairement aux efforts du patriarcat de Moscou, soutient de toutes les manières possibles le désir d'autocéphalie du patriarcat de Kiev - la sécession, c'est-à-dire que Filaret et ses sujets, autant qu'ils le peuvent, rendent leur pouvoir.

Et dans le contexte de la situation actuelle politique la situation entre Moscou et Kiev, la possibilité d'un schisme de l'Église est devenue plus réelle et urgente que jamais. De plus, dans ce cas, le gouvernement ukrainien actuel, qui perd rapidement sa popularité tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du pays, et jusqu'à présent, le patriarcat de Kiev, qui n'a été pris au sérieux par personne, est devenu l'un pour l'autre un soutien et un soutien complets pour atteindre leurs propres objectifs. Oui, et ces objectifs ultimes pour eux, apparemment, sont également très similaires - ce n'est principalement rien de plus que de renforcer et d'élargir leur propre bien-être ... Mais peu importe à quel point le président ukrainien Porochenko est dégoûtant et ce patriarche non moins impartial lui-même. Filaret, alias Mikhail Denisenko, qui a personnellement récompensé en Amérique avec un ordre inventé indépendamment la créature pas la meilleure - le célèbre sénateur russophobe et faucon McCain (déjà décédé), et lui a immédiatement demandé des fournitures d'armes américaines à son pays pour détruire le sien. Quant aux concitoyens orthodoxes, ils ne cachent au moins pratiquement pas leurs objectifs réels - on va s'emparer, disent-ils, des églises, des lavras, des monastères appartenant au patriarcat de Moscou, et avec cette terre et ainsi de suite ...

Et tout cela, je m'excuse, ne vaut pas du tout trois kopecks ... C'est le but, et l'autocéphalie et tous ces jeux qui l'entourent ne sont qu'un moyen de réaliser tout cela. Autrement dit, tout ici est extrêmement clair et même, pourrait-on dire, honnêtement, si un tel mot est généralement appliqué à tout ce qui se passe aujourd'hui sur la terre ukrainienne qui souffre depuis longtemps. J'ai même entendu des Ukrainiens eux-mêmes que la saisie des biens du Patriarcat de Moscou sur le territoire de l'Ukraine en faveur d'une nouvelle autocéphalie locale ressemblerait à quelque chose comme une compensation partielle pour la Crimée. D'un point de vue juridique, et même en partant d'une logique banale, c'est bien sûr un non-sens complet, mais là maintenant de telles approches en politique prévalent généralement en masse, malheureusement ...

Et qu'avons-nous à cela? .. Quelle est la réaction? .. Eh bien, les fonctionnaires de l'Etat, bien sûr, se taisent pour le moment - il leur semble que selon la loi, ils s'en moquent. Ce sont des problèmes d'églises, et en effet sur le territoire d'un autre pays, les autorités russes ne sont pas du tout en mesure d'intervenir dans ce domaine. Mais d'un autre côté, les médias russes et l'Église elle-même commentent avec passion l'ensemble du processus, ici personne ne se justifie devant personne, ne se défend pas, bien au contraire - ils tirent sur ce qu'est le monde, et Philaret le schismatique, et le soi-disant patriarche «œcuménique» de Constantinople Bartholomée à l'Ukraine des représentants américains (pour une raison quelconque?) - des exarques - pour mener à bien cette scission, pour ainsi dire, dans la vie. Mais ce qui est intéressant, c'est que les faits du côté russe, c'est-à-dire du patriarcat de Moscou du côté sympathique, n'entrent pas non plus en jeu, et de plus en plus de slogans. Le slogan principal de ce type est le mantra constamment répété que l'essence de tout ce scandale semble être purement idéologique, qu'il y a une sorte de conflit entre certaines visions du monde religieuses mondiales, et pas seulement une lutte pour la redistribution des biens de l'église, bien qu'énorme et pour de l'argent fabuleux, mais également pour la répartition des revenus ...

Il est étrange qu'en ce moment même «l'universalité» du patriarche Bartholomée de Constantinople ait soudainement commencé à être remise en question. Tout récemment, alors que le chef de l'Église orthodoxe russe rendait personnellement visite à ce personnage même à Istanbul (c'est maintenant ce qui se trouve sur le site de Constantinople), tout l'événement a été présenté comme quelque chose d'extrêmement important et majestueux, ils se sont assis, ont parlé et ont apparemment résolu de grands problèmes, embrassé ... tout est très sérieux, sublime, selon le statut le plus élevé des participants à la réunion ... Et puis tout à coup, dès que ce même Bartholomew prend quelque chose de mal, tout d'un coup tout le monde s'est soudainement "réveillé" et a remarqué que Ni Byzance ni sa capitale Constantinople ne sont en vue depuis longtemps, tout cela n'existe pas depuis quelques siècles, mais le pays musulman de Turquie est situé à cet endroit même, dans lequel il n'y a qu'un ou deux chrétiens orthodoxes ... Et la vérité n'est pas claire pourquoi en fait, ce patriarche sans pratiquement aucune église ni paroissiens est-il toujours considéré comme «œcuménique»? Juste une tradition stupide? C'est quelque chose comme un maréchal, à la subordination duquel non pas des millions d'armées, mais une seule compagnie ou même un peloton de soldats ... Il semble qu'il y ait un grade, mais le poste, comme on dit dans l'armée, n'est pas un maréchal. Tout semble correct et logique, pourquoi l'écouter? ...

Surtout au patriarche de l'Église orthodoxe russe, qui a définitivement plus de vrais paroissiens orthodoxes que tous les autres patriarches du monde réunis? Mais quand même, pourquoi vous en êtes-vous souvenu et analysé tout à l'heure? Et dès que le discours dans les programmes télévisés et autres médias survient sur certains problèmes en Ukraine associés à des pensées d'autocéphalie, tous les cas à résoudre sont en fait liés à la saisie ou à la menace de saisie de l'un ou l'autre des biens de l'église, des appels sont lancés pour protéger ces biens mêmes, des situations sont envisagées pour que c'était, si quelqu'un essayait de retirer une laure ou un monastère, dans un cas extrême et rare, il s'agissait de contradictions hiérarchiques au sein de l'église elle-même, c'est-à-dire qui devrait obéir à qui et comment, ou vice versa, et qui a violé quoi à cet égard. Mais excusez-moi personnellement, avec toute mon attitude négative envers le fait du conflit au sein de l'Église orthodoxe et l'accord selon lequel prendre de force quelque chose à quelqu'un est généralement mauvais par définition, d'une manière ou d'une autre, je n'observe pas dans tout cela des conflits de vision du monde. ...

Dans tous ces aspects spirituels, il existe trois concepts interdépendants mais non uniformes: la foi, la religion et l'église. La foi est en fait un état de conviction d'une personne en présence d'une puissance supérieure - Dieu, la providence, le prophète, n'importe quoi. Toutes les confrontations avec l'autocéphalie ne peuvent en aucun cas affecter cette conviction, c'est-à-dire que la foi peut être immédiatement exclue de tout le processus - elle est là ou non, l'autocéphalie et les exarques n'ont rien à voir avec cela. La religion est déjà une sorte de système d'explication ordonnée et accessible, ou plutôt de présenter aux gens ce en quoi ils croient réellement. La religion n'est qu'une forme dans laquelle les gens peuvent exprimer ouvertement leur croyance en une puissance supérieure. Et peut-être est-ce le christianisme, l'islam, le judaïsme, le bouddhisme ou, par exemple, le paganisme avec de nombreux dieux - l'essence est la même: il y a un certain pouvoir suprême sur nous. Quiconque est capable d'imaginer et d'accepter cela est déjà l'affaire de chaque groupe de personnes, de personnes ou même d'une personne individuelle. Mais dans ce cas, la présence de notre Dieu unique, les postulats chrétiens, le contenu de la Bible et même son interprétation, comme dans le cas des catholiques et des protestants ou des témoins de Yegov, par exemple, aucune des parties au conflit de l'Église ukrainienne ne semble la remettre en question non plus. Autrement dit, il s'avère qu'il n'y a pas non plus de contradictions religieuses ou idéologiques mondiales dans tout cela. Seule l'église elle-même subsiste. Et c'est déjà une institution créée exclusivement par les gens eux-mêmes, gouvernés par eux, ayant sa propre hiérarchie, ses échelles de carrière, ses revenus et ses dépenses, sa propriété, encore une fois, etc. etc. avec toutes les conséquences de tout cela. Autrement dit, la scission en Ukraine n'est pas religieuse, comme on nous le présente, mais intra-église, le long de la ligne de subordination, de hiérarchie et directement liée à la division des revenus et des droits de propriété.

Il existe même une version selon laquelle Varforomey a soutenu l'autocéphalie ukrainienne pour un pot-de-vin de quinze millions de dollars. Que ce soit personnellement de Porochenko ou de quelqu'un d'autre, cela n'a pas d'importance. Personne ne l'a prouvé. Probablement peu susceptible de le prouver. Et peut-être que tout cela n'est pas vrai. Mais je pense personnellement que pour un pays comme l'Ukraine, et pour son oligarque-président personnellement, quinze millions de dollars, ce n'est pas un si gros montant, d'autant plus qu'il est en jeu sous la forme de biens éventuellement transférables. Et Bartholomew est à nouveau un homme, pas Dieu, et beaucoup d'argent, alors pourquoi pas? ... Même les représentants du Patriarcat de Moscou, en principe, ne nient pas cette possibilité. Bien qu'eux et leurs adversaires ukrainiens et «byzantins» affirment ensemble et à l'unanimité que l'Église n'est pas dirigée par des gens, mais directement par Dieu. Il est en quelque sorte étrange de voir comment des choses aussi terribles encore se produisent et se sont produites tout au long de l’histoire de l’existence de toutes les églises. Tous ces chefs religieux, et des deux côtés de ce conflit, ont généralement de graves incohérences dans l'argumentation, et la presse, y compris dans d'autres histoires, la très adéquate russe, prend également cela et l'apporte aux masses, pour ainsi dire. De plus, je le répète, les slogans sur la gestion directe de l'Église par la main de Dieu ou sur la présence de certains conflits idéologiques avec les «autocéphalistes» ukrainiens ne résistent pas aux critiques. Par rapport à cela, même les "arguments et faits" britanniques dans l'affaire Skripals semblent déjà tout à fait acceptables et scientifiques.

Je ne m'engage pas à évaluer d'une manière ou d'une autre cette situation du point de vue des croyants en général, bien que je me considère comme telle. Chacun a une approche différente de la foi, de la religion et de l'église - pour certains, l'essence elle-même est importante, et la forme est secondaire, pour d'autres, c'est la forme de présentation, les rituels, la participation à eux et les choses similaires qui viennent en premier, et ainsi de suite il y a des gens et un bon nombre d'entre eux. Mais d'une manière ou d'une autre, tout cela semble impur du côté de l'église en général, sans division en patriarchies, qui se chamaillent maintenant les unes avec les autres, ici et là menaçant publiquement des malédictions mutuelles et des légendes d'anathème, que les significations réelles de tous ces nobles concepts sont réduites au niveau du quotidien banal. scandale, sinon une comédie dans le style d'Ilf et Petrov. Après tout cela, il est déjà tentant de se demander: "... Et combien coûte" l'opium pour le peuple ", mon cher?" ... Bien qu'en réalité il y ait peu de drôle ici.

Récemment, en raison de la perte progressive des valeurs chrétiennes en Occident, y compris les branches occidentales des églises chrétiennes, telles que les catholiques et les protestants, les orthodoxes, c'est-à-dire la direction orientale du christianisme, sont heureusement restés le principal gardien et promoteur de ces fondements moraux très traditionnels. Et moi, en tant que chrétien orthodoxe, cela ne peut que me réjouir. Mais en même temps, à mon grand regret, aux yeux des gens raisonnables qui observent tout le processus de la soi-disant scission en Ukraine, il me semble que l'Église orthodoxe elle-même, en tant qu'institution, court le risque de saper gravement son autorité dans son ensemble. De plus, cela s'applique à la fois à l'Église ukrainienne, qui lutte pour l'autocéphalie, et à l'Église orthodoxe russe sous le contrôle du patriarcat de Moscou, et même pour des raisons pas tout à fait adéquates, celle byzantine, considérée comme «œcuménique». L'Église, dans tout ce conflit, révèle si clairement ses intérêts purement matérialistes que ses représentants peuvent par la suite avoir du mal à convaincre le troupeau de la suprématie des valeurs spirituelles. C'est en cela que je vois le principal danger de la situation actuelle. Je voudrais exhorter les médias russes à aborder la couverture de ce sujet si important pour notre vie et notre avenir d'une manière plus raisonnable et équilibrée. Il vaut peut-être mieux ne pas couvrir du tout certaines choses que de le faire comme ils le font actuellement.

En fin de compte, le problème de la préservation fondamentale de la confiance dans l'Église orthodoxe est maintenant pour notre pays et ses voisins les plus proches définitivement un problème plus important qu'une sorte d'empoisonnement quelque part en Angleterre et peut être plus important que le crash du Boeing malaisien ou le conflit en Syrie. Les journalistes respectés devraient y réfléchir. Et la question de la propre autorité des médias russes, qui a tellement augmenté ces derniers temps, peut également être en jeu si le «courant dominant» ici aussi commence à passer pour de véritables absurdités, et tous ceux qui essaient de s'opposer essaieront simplement de fermer la bouche, ce qui, pour Malheureusement, des discussions publiques sur cette question ont déjà eu lieu.

Et que l'église se débrouille d'une manière ou d'une autre. Bien que, bien sûr, je ne voudrais vraiment pas que l'orthodoxie se dégrade dans les années à venir et se résume à l'état déplorable des branches occidentales du christianisme, qui a en fait perdu toutes ses valeurs d'origine au nom de la politique de libéralisme et de la soi-disant tolérance à tout ce qui est, selon les commandements originels de Dieu. un chrétien, et en fait un croyant en général, ne doit pas se réconcilier.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. yuriy55 Офлайн yuriy55
    yuriy55 (Yuri Vasilievich) 4 Octobre 2018 13: 49
    +1
    Ce qui nous menace de l'effondrement de l'Église orthodoxe en Ukraine

    Rien pour nous. Selon la constitution, l'Église est séparée de l'État et doit résoudre ses problèmes de manière indépendante.
    1. Luda Офлайн Luda
      Luda (Luda) 5 Octobre 2018 13: 10
      +1
      Citation: yuriy55
      Ce qui nous menace de l'effondrement de l'Église orthodoxe en Ukraine

      Rien pour nous. Selon la constitution, l'Église est séparée de l'État et doit résoudre ses problèmes de manière indépendante.

      S'il y avait une foi commune avec les Ukrainiens, maintenant cette unité par la foi sera moindre. Bien sûr, le résultat ne sera pas visible immédiatement, mais il le sera. Moins il y aura de chrétiens orthodoxes, plus le pays sera éloigné de nous, qui faisaient autrefois partie de l'URSS et de la Russie.
  2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
    Volkonsky (Vladimir) 4 Octobre 2018 14: 47
    +4
    J'ai donc lu et pensé qui pourrait écrire tout cela, longtemps, complètement (après tout, l'auteur est répertorié ci-dessous), et plus je lisais, plus j'étais sûr que Pishenkov écrivait à coup sûr (vous n'étiez pas là depuis longtemps, bon retour). Je l'ai lu, c'est sûr - lui! La main du maître est immédiatement visible. Écrit avec le cœur, c'est vrai! La seule chose avec laquelle je ne suis pas d'accord, ce sont les conclusions. Bien sûr, Alexei, vous ne pouvez pas voir de l'Europe ce qui se passe réellement ici, de l'extérieur il semble que oui. Et je vis ici, en Ukraine (j'écris avec une petite lettre, car un tel pays n'existe plus pour moi après ce qu'il a fait et fait avec ses citoyens) et depuis 4,5 ans je colporte cette folie progressiste, et je sais mieux d'ici, Je suis désolé. En fait, plusieurs autres parties prenantes sont impliquées dans ce processus. Et Filaret, qui a bientôt 90 ans, ne l'est finalement pas - une personne de cet âge devrait déjà penser à l'âme, et non à la façon d'acquérir un peu plus de propriété de l'église. Et il pense et n'a même pas demandé à Bartholomew à propos du tomos, le Confiseur l'a interrogé à ce sujet, mais pourquoi diable, ce n'est pas son affaire de chien. Notre église est toujours séparée de l'État.

    Le pâtissier est l'une des parties intéressées, sur ce sujet, il veut augmenter sa cote de chute et entrer pour un second mandat, divisant le pays également selon des critères religieux. Après tout, c'est la seule façon dont il travaille, s'opposant et divisant la société ukrainienne dans la langue, la foi, l'attitude envers la Russie et l'histoire, alors que lui-même ne se soucie pas profondément de tout cela, chez lui, il parle russe et ne va à l'église que les jours fériés et uniquement pour l'image. , parce qu'il n'a finalement rien de sacré!

    Et ici les intérêts de cet ivrogne coïncidaient avec les intérêts de deux autres intéressés - l'œcuménique ne veut plus être le premier parmi ses égaux, il veut maintenant être égal entre le premier, lui, le pape de Constantinople et le pape de Rome. Vicaire de Dieu sur terre. Et il se fiche que 12 des 15 églises locales soient en désaccord avec lui, le problème a été résolu et le 17 octobre, vous en saurez plus. Et pour cela, il n'était pas du tout nécessaire de lui apporter 15 verts dans une enveloppe du pâtissier, des gens complètement différents se pressaient sur lui, et ils ont trouvé une approche sans argent. Ils savent convaincre. Vous trouverez ces gens dans le comté de Fairfax, en Virginie, à 13 km de Washington, l'endroit s'appelle Langley. Ce sont les principaux intérêts de ces événements, ou plutôt, qui est derrière eux (la CIA n'est que l'exécuteur testamentaire, il y a des démocrates et des néoconservateurs, bref, les oreilles des mondialistes). Ils ne se soucient pas de la propriété de l'église, de l'autocéphalie et de tout le reste. merde. Ils jouent pour des enjeux élevés! Leur tâche est de détruire le dernier bastion du monde russe - l'orthodoxie, le briser sur le genou, plonger le troupeau dans des guerres intestines et des affrontements. Et ils ne creusent pas du tout au profit de l'Ukraine, et plus encore pour le pâtissier, ils creusent pour la Russie. Et ils le feront! Les Américains avancent lentement mais sûrement vers leur objectif. Et ils mènent toujours tout à la fin. Jusqu'à la fin!

    C'est une ligne rouge qui n'a pas pu être franchie. Ils l'ont traversé. Puis la guerre! (mais même cela n'existera pas, l'Église orthodoxe russe dépérira et s'éloignera, Lavrov exprimera une autre préoccupation, et le Kremlin continuera de surveiller la production de consommables pour la guerre avec la Fédération de Russie en Ukraine et continuera d'attendre le 22 juin. Il attendra ... «Si le pays, choisissant entre la guerre et la honte, elle choisit la honte, elle recevra à la fois la guerre et la honte! »(W. Churchill)
    1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
      Pishenkov (Alexey) 4 Octobre 2018 15: 31
      +2
      Merci à vous deux pour le compliment et pour votre commentaire détaillé. Bien sûr, vous avez raison. Il ne fait aucun doute comment c'est, ce que c'est et d'où il pousse. Et vous, et en Yougoslavie, et en URSS lors de son effondrement, et en Russie dans les années 90. Dès qu'ils ont commencé à montrer votre Maidan en 2014, j'ai revu directement Moscou 1993, et des tireurs d'élite, et des gens avec des talkies-walkies sur le toit de l'ambassade américaine, et qui vraiment et de ce qui tournait à la Maison Blanche à l'époque, et bien d'autres choses qui n'étaient pas montrées à la télévision. et seul celui qui était là le sait. Tout est un à un, seulement sans Nuland avec des cookies, mais ses prédécesseurs n'étaient apparemment pas sur la place à ce moment-là, mais dans le bureau de Boris Nikolaich ... Cet article n'est pas une tentative d'analyse approfondie de la situation, ce qui n'est pas clair pour tout le monde puisque vous et tout le monde n'en a même pas besoin et c'est intéressant, malheureusement, c'est juste une tentative de montrer aux gens sous une forme accessible que tout n'est pas du tout comme la même église les présente. Et au fait, personne n'a annulé les intérêts égoïstes même avec la grande politique, et l'âge n'est pas un obstacle ici :-)
      Merci encore
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 4 Octobre 2018 15: 52
    +1
    Le Seigneur, peut-être, est en train de vérifier le patriarche d'Istanbul, enfin, ou temporairement, il a permis l'effondrement de Byzance, et lui a donné le temps de corriger. À en juger par ce qui se passe, il peut très probablement s'affirmer dans ce qui est définitif.
    1. Luda Офлайн Luda
      Luda (Luda) 5 Octobre 2018 12: 55
      0
      Le loup a écrit sur le désir du pâtissier de diviser le pays en différentes religions. Et je suis d'accord avec cette opinion. J'ai pensé à ceux qui allaient soudainement devenir hétérodoxes dans leur pays et être persécutés. Comment vont les enfants? Comment tout le monde leur dira-t-il?
      1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
        Pishenkov (Alexey) 5 Octobre 2018 13: 18
        +1
        ... avec le pâtissier et ses commissaires, tout est clair ce qui se fait et pourquoi. Mais le problème est que l'Église elle-même, dans la bataille pour son mammon, l'aide dans cela, et toute l'Église - Kiev, Moscou et les soi-disant byzantins ... Certains veulent trop et à la fois, d'autres ne veulent pas partager. C’est tout le problème - il n’y a pas de division selon RELIGIONS. Tous orthodoxes, il n'y a pas de différence et ne peut pas être, nous sommes un seul peuple et une seule religion. Quelque chose quelque part en russe, quelque chose en ukrainien, la racine de ces langues est la même - le slave de la vieille église. Et même de la traduction de la Bible dans une autre langue, aucune autre religion ne surgit, et c'est ce qu'ils essaient de nous inculquer à tous ici ... À une personne qui va à l'église auprès de Dieu, quelle différence cela fait-il pour ce que c'est le patriarcat? Oui, non - ce sont tous les jeux de ces serviteurs de Dieu eux-mêmes, les soi-disant ... Ils jouent aussi à tous ces jeux - affaires, politique, saisies de pillards, etc. C'est ce dont les enfants ont besoin pour expliquer que l'église n'est pas Foi et Dieu, c'est sûr tout comme la police et le parquet ne sont pas la justice universelle, et là et là des gens, avec tous leurs désirs bas et mesquins, y compris ... En fin de compte, pour croire en Dieu il n'est pas du tout nécessaire d'aller à l'église, mais celui qui y va régulièrement marche, n'est pas automatiquement un croyant ...
        1. Luda Офлайн Luda
          Luda (Luda) 5 Octobre 2018 14: 11
          0
          Il me semble, Oleksiy, qu'ils essaieront de créer cette division des religions en Ukraine. Oui, maintenant ce n'est pas, mais précisément pour une telle division et effort, d'aliéner nos pays.
          Vos attitudes personnelles commandent le respect, mais chaque parent en Ukraine expliquera aux enfants à sa manière.
          1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
            Pishenkov (Alexey) 5 Octobre 2018 14: 39
            +1
            Je suis d'accord avec toi, Lyuda, tu peux m'expliquer comme tu veux et qui le juge opportun, l'essentiel est que tu sois bien compris. La vérité est vraiment que nous
            (c'est, bien sûr, l'essentiel pour nos enfants) ils essaient de toutes leurs forces de marteler dans leur tête que nous sommes différents, et c'est précisément le principal problème et le principal mensonge ... C'est précisément pourquoi tout cela me fait mal. Je suis né et j'ai grandi en URSS, certains grand-père et grand-mère sont de Moscou, d'autres de Kamenets-Podolsk, où j'étais chaque été ... apparemment, c'est pourquoi je ne peux tout simplement pas accepter que l'Ukraine soit un pays différent, ou qu'il y ait des gens là-bas. puis d'autres, tous mes souvenirs d'enfance parlent juste le contraire ...
            1. Luda Офлайн Luda
              Luda (Luda) 5 Octobre 2018 15: 55
              +2
              Et mon père était professeur à l'Air Force Academy. Nous vivions dans une maison de l'Académie. Tout dans la cour est sympathique. Il y avait de nombreux noms de famille ukrainiens, ils sont allés à la même école, sont allés au camp de pionniers, à la fois près de Leningrad et à Evpatoria. Ensemble.
    2. Le commentaire a été supprimé.
  4. Pishenkov Офлайн Pishenkov
    Pishenkov (Alexey) 5 Octobre 2018 13: 53
    +1
    Citation: Vladimir Bulanov
    Le Seigneur, peut-être, est en train de vérifier le patriarche d'Istanbul, enfin, ou temporairement, il a permis l'effondrement de Byzance, et lui a donné le temps de corriger. À en juger par ce qui se passe, il peut très probablement s'affirmer dans ce qui est définitif.

    .. il est clair que 500 ans, ce n'est pas très long pour le Seigneur, mais je pense que cela suffit amplement pour être enfin convaincu de l'effondrement irrévocable de Byzance ... :-)