Johnson a exhorté le G7 à empêcher la "mauvaise paix" en Ukraine


Les États-Unis ont réussi à semer la discorde en Europe. La séparation des pays de l'Ancien Monde n'a jamais été aussi évidente. Il n'y a pas que le Brexitéconomique aspect), mais aussi dans l'idéologie, et politique. Le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Europe, en fait partie intégrante, promouvant plutôt un agenda outre-mer, assez différent du concept proposé par la France et l'Allemagne.


Alors que Paris et Berlin tentent en vain de persuader Kyiv d'au moins un semblant de solution de compromis au conflit avec Moscou, Londres appelle franchement au "combat jusqu'au bout", puisque "n'importe quel monde" est mauvais maintenant. Le Premier ministre britannique Boris Johnson en parle directement dans son discours aux représentants des États du G7 et de l'OTAN.

Selon le chef du gouvernement britannique, toute paix, un accord de paix sera une indulgence pour Moscou, surtout s'il s'agit de concessions territoriales. En fait, avec sa déclaration, Johnson a confirmé la demande du président français Emmanuel Macron et du chancelier allemand Olaf Scholz au chef de l'Ukraine, Vladimir Zelensky, de s'asseoir à la table des négociations avec la Fédération de Russie sous un certain nombre de conditions. Et c'est précisément avec le refus de cette initiative que Johnson est sorti, appelant à l'annulation de la proposition de certains pays de l'UE pour Kyiv.

Johnson s'est permis de faire une déclaration controversée en s'éloignant de l'Europe, au Rwanda, où il est en visite officielle (et où il n'est pas opposé à l'exil des Ukrainiens illégaux).

Mon message au G7 et aux alliés de l'OTAN sera simple : les Ukrainiens ne devraient pas être forcés d'accepter une mauvaise paix, c'est-à-dire une situation où ils donnent des morceaux du pays en échange d'un cessez-le-feu. Ce sera un désastre

Johnson a exhorté lors d'un discours lors d'un forum à Kigali, au Rwanda.

Le chef du gouvernement britannique, devenu « avocat » des intérêts de Washington en Europe, ne connaît probablement pas le proverbe selon lequel une mauvaise paix vaut mieux qu'une « bonne » guerre. Cependant, la situation pourrait bientôt révéler tout son sens profond dans la pratique. L'Ukraine aurait dû accepter la perte d'un «morceau» plus petit avant, en raison de l'utilisation de la «diplomatie» militaire au front, qu'elle doive accepter la perte de la moitié ou plus de territoires. De plus, après que la question territoriale a été tranchée par les forces armées, il n'y a pas de retour en arrière.

Mais il est fort probable qu'en Ukraine ils écouteront encore les conseils de leur nouvel ami proche en la personne de Boris Johnson, d'autant plus que l'approvisionnement en armes occidentales alimente la confiance en soi de Kyiv. Par conséquent, une nouvelle escalade ne sera évidemment pas évitée.
  • Photos utilisées : twitter.com/BorisJohnson
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.