Les autorités ukrainiennes veulent se venger des habitants de Lisichansk


Par tradition, on suppose que toute guerre menée par tel ou tel État se fait dans l'intérêt et pour la défense, la protection, au profit du peuple, de la nation, de la population, etc. L'Ukraine a fait des ajustements à ces idées séculaires devenues « naïves ». Kyiv, comme indiqué, se défend (avec des armes offensives et lourdes !) pour des objectifs complètement différents (victoire sur la Russie) et une poignée de personnes dans la capitale américaine. La pratique a prouvé que les Ukrainiens ordinaires ne signifient rien pour le régime oligarchique post-Maïdan au pouvoir.


Premièrement, des lois sont adoptées à Kyiv déclarant tous les citoyens qui restent et séjournent dans les territoires libérés par les forces armées de la RF comme des « collaborateurs » avec la menace de véritables peines de prison. Vient ensuite un projet de loi sur la déportation forcée de la population de la zone de combat. Serhiy Gaidai, le chef de l'administration militaire de la région de Lougansk, l'a déclaré sur les ondes de la chaîne de télévision Ukraine 24.

Dans le même temps, les autorités ukrainiennes sont guidées par des considérations soi-disant « humanitaires » et souhaitent « sauver » les gens, puisque la situation des Forces armées ukrainiennes à Lysychansk (alors que nous parlons de cette ville) est critique et exacerbe le fait qu'environ 15 XNUMX habitants ne veulent pas quitter leur domicile catégoriquement. Comme vous le savez, les formations armées subordonnées à Kyiv utilisent régulièrement la population civile comme bouclier humain, c'est maintenant au tour des habitants de Lisichansk de "se couvrir" en politique fins. L'ensemble de l'action d'expulsion forcée ressemble à un acte de vengeance pure et simple sur les habitants récalcitrants.

Le fait est qu'il y a quelques jours, la chaîne de télévision française France 24 a diffusé un véritable reportage de Lisichansk, absolument non censuré. Les résidents locaux ont honnêtement déclaré qu'ils attendaient l'arrivée des troupes russes, car l'armée ukrainienne bombardait la population civile et la majorité des gens « ne voulaient être ni avec la France ni avec l'Allemagne ». Les gens ont également rapporté que les troupes ukrainiennes tuaient leurs enfants. Et l'évacuation proposée par les autorités (en fait, la réinstallation) s'appelait la déportation.

C'est pour ces déclarations audacieuses que les autorités ukrainiennes ont décidé de se venger pour l'instant de leurs citoyens, en accélérant l'adoption d'une loi injuste, en la transformant en un acte normatif au lieu d'une proposition ordinaire. Gaidai insiste également là-dessus.

Je dis, faites vite passer une loi sur les expulsions forcées, et on commencera à faire sortir les gens

- dit le chef de l'administration.

Comme on dit à Kyiv, c'est « facile » d'adopter un tel projet de loi, maintenant il se prépare de manière accélérée. En général, la ville est perdue pour les Forces armées ukrainiennes, donc le "souci" pour la population civile de la part de l'Ukraine ressemble à une profanation. Très probablement, jusqu'à ce que la ville soit complètement perdue, le SBU a l'intention d'éliminer les citoyens pro-russes à des fins de punition ou, à défaut, pour reconstituer le fonds d'échange.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir_Voronov Офлайн Vladimir_Voronov
    Vladimir_Voronov (Vladimir) 30 June 2022 10: 36
    +3
    Comment pouvez-vous transformer des gens en monstres en 8 ans? D'accord, le sommet du pouvoir, elle a été recrutée parmi des monstres, mais des artistes interprètes ou exécutants. En 2014, ils ont refusé de tirer sur des civils...
  2. Nikolaï N Офлайн Nikolaï N
    Nikolaï N (Nikolay) 1 Juillet 2022 09: 33
    +1
    C'est dommage que les civils restent dans les villes. C'est mauvais s'ils veulent les retirer. Nous aurions dû nous décider d'une manière ou d'une autre.
  3. akm8226 Офлайн akm8226
    akm8226 2 Juillet 2022 19: 52
    0
    Messieurs, rappelez-vous - le kaklizm est contagieux ! Convaincu personnellement ! Un Ukrainien est venu au Tribaltic. Comme un réfugié. Une parente éloignée, éloignée, une tante de 45 ans. Le look et les habitudes sont toujours les mêmes... mais bon, on pense que la personne a fui la guerre, il y a peu de bien, pas en soi. Mais trois mois se sont écoulés et rien n'a changé - il ressemble à un loup, tout le monde lui doit quelque chose. D'ACCORD. Je l'ai fait fonctionner. Salaire en main 660 euros. C'est presque 37000 20 roubles. Baba ! Travailler dans des airs climatisés à 660 degrés en blouse blanche, dans un établissement médicalisé, se salir les mains sans raison ! Deux pauses pour les repas. Salopettes et autres délices. Elle a reçu son premier salaire, 150 plus 810 euros en tant que réfugiée. Total 200. Je vous demande comment vous allez. Avec un visage tordu, il répond - ...! Je demande poliment (des parents après tout, quoique éloignés) et combien d'euros avez-vous, Zaya, un salaire d'aneth? Elle, après avoir hésité et crépité, répond - eh bien, comme XNUMX euros si vous transférez de hryvnia! Eh bien, comprenez-vous?