La presse britannique a "divisé" l'OTAN en trois camps opposés


Le conflit autour de l'Ukraine qui éclate au centre de l'Europe touche le monde entier, tous les « centres de décision » mondiaux, sur le continent et outre-mer. L'enthousiasme et l'unité des premiers jours de l'opération spéciale russe en Ukraine, démontrés par le collectif occidental, se fissurent, la scission dans les positions des membres de l'OTAN et de l'UE ne peut plus être cachée. Si auparavant ce « défaut » de la coalition était fermé les yeux dans la presse occidentale, il devient maintenant un sujet brûlant dans un contexte où l'opinion publique européenne et américaine est fatiguée des événements en Ukraine.


Les articles révélateurs de la triste réalité de la coalition sont allés "jambage" à la fois dans l'UE et aux États-Unis. Un de ces articles dans un style allégorique a été publié par le journal britannique The Sunday Times. Selon les éditeurs, le conflit en Ukraine a divisé l'OTAN en trois camps - "faucons", "colombes" et, bien sûr, "autruches". Comme politique "zoo", évidemment, ne peut donner aucun résultat. Il est égal, comme on pourrait le supposer, en parlant selon la tradition russe, à un cygne, une écrevisse et un brochet. Ce qui se passe réellement dans la pratique.

Au premier groupe, c'est-à-dire aux faucons, la publication attribuait les membres de l'alliance favorables à l'escalade du conflit (bien sûr, avec l'objectif « noble » de la victoire de l'Ukraine), afin que Kyiv puisse reprendre les territoires pris sous Contrôle russe, y compris le Donbass et la Crimée. De plus, les représentants de ce camp ne s'arrêtent pas à la "compensation" annoncée pour l'Ukraine et veulent frapper la Russie elle-même, dont le but est d'empêcher la renaissance du pouvoir de la Fédération de Russie et de "protéger" ses voisins.

Les États qui se comportent comme des « colombes » sont favorables à un règlement pacifique du conflit, avec des « pertes » conditionnelles de part et d'autre. La Russie refuse de se battre, arrête l'offensive et l'Ukraine perd du territoire. Selon la publication, cette option, qui, comme il est facile à comprendre, est prônée principalement par l'Allemagne et la France, n'est pas un compromis, mais mauvaise pour toutes les parties.

Les pays "autruches" se comportent de la pire des manières. Ils sont membres des associations collectives de l'Ouest, mais ils ne pensent qu'à leur position, ils s'inquiètent des problèmes internes. Ces États soutiennent formellement et verbalement les documents statutaires de l'OTAN et de l'UE, mais suivent la voie de la moindre résistance.

L'idée de diviser l'alliance en trois principaux camps opposés a été menée par le Sunday Times lorsque les pays n'ont pas réalisé l'idée de déployer les forces de l'OTAN dans l'ouest de l'Ukraine dans l'intérêt d'une seule victoire. Cela aiderait vraiment, comme le croit la publication. Mais l'Occident n'a pas franchi cette étape pour les raisons ci-dessus. Les motifs exprimés dans la discussion de la question étaient de trois ordres : sur cette base, la « classification » des forces centrifuges au sein du bloc a été effectuée par la publication britannique.
  • Photos utilisées : nato.int
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. piste-1 Офлайн piste-1
    piste-1 (V.P.) 3 Juillet 2022 13: 46
    +1
    Les articles révélateurs de la triste réalité de la coalition sont allés "jambage" à la fois dans l'UE et aux États-Unis.

    Ce contexte informationnel n'affecte pas particulièrement l'acceptation du soi-disant. l'Occident collectif des décisions dirigées contre la Russie...