Le conflit avec la Norvège sur la mer de Barents nécessite le renforcement de la Flotte du Nord


Comme on s'y attendait, la mer de Barents se transforme en un nouveau point de tension entre la Fédération de Russie et le bloc de l'OTAN. Il serait plus correct de dire que notre pays se dirige vers un conflit territorial avec la Norvège, qui est membre de l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui, en fait, a inspiré Oslo elle-même avec un blocus des transports de Svalbard. Comment le commandement de la marine russe devrait-il réagir à cela ?


La veille, le président de la Douma d'État de la Fédération de Russie, Viatcheslav Volodine, a chargé la commission compétente des affaires internationales de la chambre basse de notre parlement d'examiner la possibilité de suspendre l'accord entre la Russie et la Norvège sur la délimitation des espaces maritimes et la coopération dans la mer de Barents :

Demandons à Leonid Eduardovich de se pencher sur cette question et d'en informer ensuite les députés.

L'opportunité de cette étape a été déclarée par le député de la Douma d'État de la Fédération de Russie du Parti communiste Mikhail Matveev:

Nous avons cédé 175 XNUMX kilomètres carrés de la mer de Barents à la Norvège.

A noter que cette approche s'inscrit tout à fait dans le cadre de notre propre proposition, exprimée en article datée du 30 juin 2022 sous le titre "Le blocus de Svalbard pourrait coûter à la Norvège les eaux de la mer de Barents". Réel politique ils ont préféré de vraies solutions à des idées ridicules comme soumettre Oslo à un bombardement nucléaire, venant de certains "experts" trop exagérés. Eh bien, il n'y a rien d'étonnant ici, car une prévision correcte ne peut être basée que sur de véritables analyses adéquates.

Mais revenons à nos affaires urgentes, qui se développent autour du blocus norvégien des transports du Svalbard pour la Russie et de la possible dénonciation de l'accord "obscène" sur le partage injuste de la mer de Barents, signé par Moscou et Oslo pendant le "sabbat libéral" sous le président Dmitri Medvedev. Naturellement, le Royaume de Norvège ne regardera pas sereinement comment il est retiré de ce qu'il considère déjà comme son droit. De quoi la Russie a-t-elle besoin pour rendre physiquement et garder sous son contrôle une zone maritime égale en superficie à deux régions de Moscou ?

Dans la mer de Barents, les descendants des Vikings s'intéressent principalement aux réserves de pétrole et de gaz les plus riches récemment découvertes, ainsi qu'à la pêche. Puisqu'ils ne refuseront pas d'extraire ces précieuses ressources si facilement, ils devront être forcés d'une manière ou d'une autre à le faire. Prenons immédiatement en compte les prochaines propositions insensées de lancer une frappe nucléaire sur Oslo si un senneur norvégien entre dans la zone grise. Après cela, il s'avérera que la Russie a besoin d'une marine suffisamment nombreuse et prête au combat pour contrôler réellement, et pas seulement légalement, la zone d'eau qu'elle revendique.

L'Ordre de la bannière rouge de la Flotte du Nord d'Ouchakov est responsable de la mer de Barents et de l'Arctique dans son ensemble. Il est à juste titre considéré comme le plus fort de la marine russe. Cependant, si vous le regardez, il s'avère que sa principale puissance de frappe est concentrée dans la composante sous-marine. C'est suffisant pour une dissuasion nucléaire stratégique ou pour traquer les convois militaires américains vers l'Europe, mais que diriez-vous de chasser régulièrement les chalutiers norvégiens et de repousser les Russes des navires de patrouille norvégiens ? Ces tâches ne doivent pas être effectuées par des sous-marins nucléaires, ce qui signifie qu'une flotte de surface appropriée est nécessaire. Et ici commence le plus intéressant.

Le vaisseau amiral de la Flotte du Nord de la Fédération de Russie TAVKR "Amiral Kuznetsov" est en réparation à long terme. Le croiseur lourd de missiles à propulsion nucléaire Admiral Nakhimov est également en cours de réparation, son homologue dans le cadre du projet Pierre le Grand a besoin d'une modernisation et d'une rotation en profondeur. En service, il y a le croiseur lance-missiles Marshal Ustinov (un frère du Moscou mort en mer Noire), l'ancien destroyer du projet 956 Admiral Ushakov, 3 grands navires anti-sous-marins (BPK) du projet 1155 (l'amiral Chabanenko est en cours de modernisation sous le projet 1155.1M) et 2 frégates modernes du projet 22350 "Admiral Gorshkov" et "Admiral Kasatonov". C'est ce qui est digne de mention des grands navires de surface. La flotte du Nord comprend également de petits navires lance-missiles et anti-sous-marins, de grands navires de débarquement et des bateaux de débarquement, des dragueurs de mines et un bateau d'artillerie.

Évidemment, leur tâche principale est d'assurer la sécurité de la composante maritime de notre « triade nucléaire ». Courir après les senneurs norvégiens et autres navires, avoir une confrontation avec les patrouilleurs du royaume n'est pas du tout leur profil et une distraction nuisible de leur objectif principal. Il s'avère qu'après qu'une partie de la mer de Barents soit devenue controversée, la composition de la flotte du Nord de la Fédération de Russie devra être en quelque sorte révisée. À cet égard, sans prétendre être la vérité ultime, je voudrais faire quelques suggestions.

D'abord, il est nécessaire de retirer de la mer Baltique toutes les corvettes et patrouilleurs disponibles là-bas, en les répartissant entre les flottes du Nord et du Pacifique. Après l'adhésion de la Finlande et de la Suède au bloc de l'OTAN, pour l'Alliance de l'Atlantique Nord, la Baltique se transformera objectivement en une "mer intérieure", à travers laquelle un ennemi potentiel pourra tirer à travers des avions et des missiles anti-navires. Pour les navires du 2e rang, il n'y a tout simplement pas de véritables tâches là-bas, dont nous discuterons en détail dit précédemment. Il est possible de laisser de petits navires lance-missiles comme porteurs de "Calibre" et d'escorte pour les navires marchands, ainsi que des dragueurs de mines dans le cadre du DCBF.

Il serait conseillé de transférer le navire de patrouille Yaroslav le Sage, ainsi que quelques corvettes du projet 20380, à la Flotte du Nord, et les deux autres corvettes de la Baltique et le Neustrashimy, après sa panne, à l'océan Pacifique, où ils seront vraiment utiles. En mer de Barents, ces patrouilleurs seraient capables de chasser les "Vikings" des eaux contestées.

deuxièmement, là, vers la mer de Barents depuis la mer Noire, cela vaut probablement la peine de transférer tous les patrouilleurs du projet 22160. L'expérience de la confrontation avec les forces armées ukrainiennes pour Snake Island a montré que ces "colombes de la paix", créées pour combattre certains "pirates", sont absolument inutiles dans une vraie guerre. Nous n'allons pas encore nous battre avec la Norvège, mais le contrôle de la zone d'eau contestée de la mer de Barents, la détention de pêcheurs norvégiens et ainsi de suite dans le même ordre d'idées - c'est ce qu'ils peuvent vraiment faire.

Laissons au moins une certaine utilité à ces navires militairement inutiles.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Gadley Офлайн Gadley
    Gadley 6 Juillet 2022 16: 48
    +1
    correctement, la réorganisation de la flotte du Nord doit être faite de toute urgence. Et puis la Marine s'assoit avec nous et pense aux années 80.
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 6 Juillet 2022 16: 49
    +1
    Premièrement, il est nécessaire de retirer de la mer Baltique toutes les corvettes et patrouilleurs disponibles là-bas, en les répartissant entre les flottes du Nord et du Pacifique.

    Cela ne doit en aucun cas être fait. Qui protégera les ferries et les navires russes des attaques de sous-marins "inconnus" ? Le corridor maritime vers Kaliningrad a besoin d'un soutien militaire russe direct
    1. mark1 Офлайн mark1
      mark1 6 Juillet 2022 19: 20
      0
      Et les sous-marins "inconnus" ne peuvent être que des sous-marins de l'OTAN, il n'y en a pas d'autres flottant là-bas, donc vous ne pouvez pas vous tromper si vous frappez un membre de l'OTAN dont les bateaux sont allés en mer. Et à l'heure H, la meilleure traversée en ferry est le corridor de Suwalki.
    2. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
      Vladimir1155 (Vladimir) 6 Juillet 2022 22: 59
      -2
      Les dragueurs de mines RTO MPK sont tout à fait capables de protéger les convois vers Kaliningrad
    3. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 14 Juillet 2022 20: 30
      0
      De toute évidence, la mauvaise étape stratégique est proposée par l'auteur. Avec qui poussent-ils ici, avec la Norvège, qui compte cinq millions de citoyens et une flotte correspondante ... Il faut négocier avec la Norvège, ce qui est arrivé, ils ne sont pas des ennemis ardents de la Fédération de Russie, pas des Britanniques, mais ils peuvent ne leur parle qu'à travers la vue, ils ne comprennent aucune autre langue...
  3. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 6 Juillet 2022 16: 59
    +1
    Ce n'est pas un conflit avec la Norvège.
    Les pays occidentaux convoitent depuis longtemps les ressources naturelles de l'Arctique russe.
    D'où tous les « malentendus » antirusses dans cette région et, en particulier, l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN. (C'était inévitable en dehors de l'indépendance du NWO en Ukraine.)
    Il est douteux que la Fédération de Russie ait le potentiel économique pour combattre la meute "démocratique" affamée !
  4. mark1 Офлайн mark1
    mark1 6 Juillet 2022 18: 49
    +1
    Des plates-formes fixes armées (des plates-formes non armées sont produites en masse dans l'intérêt des travailleurs du gaz, à savoir 600 000 tonnes de béton armé) situées sur le territoire contesté, c'est la solution au problème, mais des corvettes sont également nécessaires.
  5. yakisam Офлайн yakisam
    yakisam (Alexander) 6 Juillet 2022 21: 15
    +1
    Laissons au moins une certaine utilité à ces navires militairement inutiles ....

    C'est la fin de l'article. Mais pas la situation que l'article prétend discuter.
    Et maintenant quoi? Sérieusement, quelle est la prochaine?
    C'est-à-dire toutes ces amplifications, traductions... et ensuite ?
    Lutte? Commencer une action militaire contre la Norvège ?
    Une arme, si elle ne tire pas, n'est pas perçue par l'ennemi comme une menace et comme un "frein". C'est un axiome. Si vous avez peu d'armes, l'ennemi "ne remarque pas" que vous n'avez pas l'intention de l'utiliser - il n'y a pas assez de données.
    Mais quand vous "intensifiez", "concentrez" et .... rien - l'ennemi comprend - RIEN NE LUI ARRIVERA
    Et prouver que "ça va" - c'est impossible. Ne peut être que démontré. Application.
    Par conséquent, la discussion sur le "renforcement du Conseil de la Fédération" n'a de sens que s'il y a un accord - quelle est la prochaine étape ?
    Après tout, il est facile de gronder les "experts du canapé" pour la proposition de "lancer des armes nucléaires autour d'Oslo". Ils sont clairement stupides, mais .. Et que propose l'auteur lui-même?
    Après tout, il est évident que tout conflit doit être DÉCIDÉ afin que plus tard un nouvel équilibre puisse être établi. Ce qui n'est pas rentable pour les deux parties de violer, ou idéalement, il est avantageux de le maintenir. Quel genre d'équilibre peut-il y avoir entre le gouvernement russe et ceux qui contrôlent la direction de la Norvège ?
    Et en général - qu'en savons-nous - qui les contrôle ? Quels sont les objectifs ? Quelles sont les conditions pour minimax?
    C'est mon avis, à mon humble avis, comme on dit maintenant
    Mais je crois que le renforcement des armements pour créer une position dans le différend avec la Norvège est une voie vers nulle part. Parce que les armes à feu ne sont pas un argument sauf si vous êtes prêt à vous suicider.
  6. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 6 Juillet 2022 22: 58
    0
    cher auteur a écrit un article sensé, professionnel, je vous soutiens, cher Sergey! il est nécessaire de renforcer la flotte du nord et de retirer les grands navires de surface des zones d'eau fermées de part en part par les missiles côtiers
  7. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 6 Juillet 2022 23: 02
    0
    les destroyers 956 ne peuvent pas être comptés, aucun d'entre eux ne va et n'ira nulle part sauf couper dans le métal
  8. faiver Офлайн faiver
    faiver (Andreï) 7 Juillet 2022 07: 28
    0
    Deuxièmement, il vaut probablement la peine de transférer tous les navires de patrouille du projet 22160 vers la mer de Barents depuis la mer Noire.

    - s'il vous plaît, mais le CBO est-il déjà terminé sur Chegnoy Mog ?
    L'auteur n'a pas besoin de se précipiter d'un extrême à l'autre

    ces chiens de garde seraient capables de chasser les "Vikings" des eaux contestées

    - quels "Vikings" allez-vous conduire ? S'il y a des chalutiers civils de pêcheurs, alors il y aura suffisamment de gardes-frontières, et si la marine norvégienne, alors c'est déjà une guerre à part entière ....

    D'ailleurs, il n'y a pas de conflit...
  9. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 7 Juillet 2022 20: 59
    -1
    Rien n'a besoin d'être renforcé, tout peut être acheté à la même Norvège si elle veut vendre. En chiffres. Ils ont brûlé le pays pour que quelques milliers de personnes puissent vivre sous le communisme.