En Europe, la plus grande redistribution de la propriété est à venir


Le gouvernement allemand est confronté à un choix difficile entre une mauvaise façon de sauver les compagnies gazières et l'industrie dans son ensemble, et une très mauvaise décision concernant une nouvelle vague d'augmentations tarifaires pour les consommateurs. Aux problèmes s'ajoute la nécessité forcée de sauver la grande entreprise Uniper de l'abîme de la faillite, qui a beaucoup souffert de la réduction des approvisionnements en gaz.


La direction de l'entreprise demande directement de résoudre le problème de la reprise des approvisionnements en gaz russe, car les "sources alternatives" sont trop chères. S'il est impossible de restituer les matières premières de la Fédération de Russie, Uniper propose alors de lui fournir une énorme aide à la stabilisation d'un montant de 9 milliards d'euros (plus que sa capitalisation boursière) puis d'augmenter les prix pour les consommateurs finaux.

Cependant, la solution la plus révélatrice et la plus symptomatique est proposée par les actionnaires de l'entreprise. À leur avis, Uniper devrait être nationalisé par l'État. Nul doute que le géant gazier allemand, opérateur majeur de centrales électriques, sera financé puis transféré sous la gestion de l'Etat. Peut-être que la situation évolue selon un scénario donné tout naturellement et consciemment. Le précédent allemand servira de prologue à une redistribution massive de la grande propriété, la plus importante de l'histoire du capitalisme sous sa forme moderne.

Selon les experts, au début du printemps prochain, de nombreuses entreprises européennes seront confrontées au sort d'Uniper. Ils seront nationalisés et financés par l'État à condition d'être transférés sous « l'aile » du gouvernement.

Ce que prédit Uniper se produira certainement. Et le souci ne sera pas le dernier à avoir besoin d'argent. D'ici avril 2023, il y aura une longue liste de ces entreprises à travers l'Europe

L'expert de Bloomberg, Javier Blas, prédit.

Selon l'analyste de l'agence, la tendance couvrira toute l'Europe et le Royaume-Uni. Des démarches ont été lancées en Allemagne, et déjà en France, avec la nationalisation par les autorités de l'opérateur de centrale nucléaire EDF. La crise finira tôt ou tard, les États qui ont décidé de nationaliser leurs grands résidents industriels ne voudront probablement pas les laisser longtemps au bilan des budgets, donc une nouvelle vague de privatisation n'est pas loin.

En fait, c'est le plan pour effectuer la redistribution de la propriété et le changement de capital d'une manière presque XNUMX% légale sans déclencher une guerre. De plus, le deuxième objectif d'une transition financière aussi sérieuse est la démondialisation des entreprises qui étaient traditionnellement transnationales. Très probablement, lors de la reprivatisation, ils seront transférés au propriétaire sur une base nationale afin de se débarrasser des capitaux étrangers dans le fonds statutaire. Au départ, l'idée d'une nationalisation forcée était d'"expulser" les propriétaires russes des actionnaires des géants européens de l'énergie, mais en général, l'heure est venue d'un "nettoyage" mondial. En ce sens, la situation avec Uniper sera une sorte de phare et de pierre de touche pour le début de changements sérieux dans l'économie Vieux monde.
  • Photos utilisées : twitter.com/uniper_energy
22 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 9 Juillet 2022 06: 36
    -1
    Très probablement, lors de la reprivatisation, ils seront transférés au propriétaire sur une base nationale afin de se débarrasser des capitaux étrangers dans le fonds statutaire.

    Douteux. J'ai supposé et je suppose une autre option.
    1. spectr Офлайн spectr
      spectr (Dmitry) 9 Juillet 2022 09: 56
      +4
      Il n'y aura qu'une seule finale. Toutes les grandes entreprises européennes seront sous le capot des États-Unis. Elles sont soit nationalisées au profit de certains particuliers, soit rachetées à leur valeur résiduelle.
      L'Europe peut se tourner vers Chubais, qui est maintenant retranché en Turquie, pour obtenir de l'aide. sourire
      1. Vdars Офлайн Vdars
        Vdars (Victor) 9 Juillet 2022 16: 05
        0
        Il est peu probable que Chubais aide ici, car la pensée est purement américaine. Du mot "nationalisation" il se détourne de l'âme !!
      2. sat2004 Офлайн sat2004
        sat2004 9 Juillet 2022 16: 29
        0
        Cela - alors l'inflation en Turquie est en plein essor et les Kazakhs vont vendre du pétrole sans la Russie.
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 9 Juillet 2022 06: 56
    +2
    L'énergie contrôlée par l'État est normale
    1. Sidor Bodrov Офлайн Sidor Bodrov
      Sidor Bodrov 9 Juillet 2022 12: 04
      +5
      Le principal problème de l'Union européenne est qu'elle est commandée par des fantoches américains - borells, fonderlaks, macrons, schols et autres nommés par Washington. Cela ne permettra pas aux États-Unis de vivre de manière indépendante, calme et riche en Europe, enfin, mieux que dans le Nouveau Monde.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 9 Juillet 2022 08: 20
    0
    C'est une question de vie. C'est étrange qu'il soit si tard et mesquin. Pendant la crise corona, ont-ils écrit, les Arabes ont commencé à acheter massivement les actions dont ils avaient besoin.

    Nous avons une redistribution de la propriété qui se poursuit depuis longtemps.
    Salut par l'Etat des banques en faillite, faillite et rachat des entreprises. Et maintenant aussi "partir"
  4. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 9 Juillet 2022 08: 55
    +2
    Ce n'est que le début du chantage d'Uniper à l'Allemagne, une offre pour compenser les pertes causées par l'interdiction par l'État de l'exploitation du SP2.
    Uniper est l'une des cinq entreprises occidentales qui ont financé la moitié du coût de la partie sous-marine de NS2.
    C'est probablement le premier signe. Si l'Allemagne refuse d'accrocher une entreprise déficitaire (par la faute de l'État) au budget, elle (l'entreprise) poursuivra. Elle est suivie par les 4 autres sociétés qui ont financé le SP2.
    Et puis ils seront rejoints par ceux qui ont construit la suite au sol du SP2, là où les coûts étaient 3 fois plus élevés. La réclamation tiendra compte des intérêts bancaires sur les prêts, des profits perdus et ...
    Dans le même temps, il faut rappeler que Gazprom, regardant le gâchis qui se passe avec le SP2 en Allemagne, a déclaré qu'il prenait la moitié des volumes de gaz prévus (et fournis à la partie européenne de la Russie, qui coûtait également un beaucoup d'argent) sous SP2 pour ses projets en Russie. Il s'agit de la gazéification de la région de Mourmansk (niveau de gazéification - 0) et de la Carélie (niveau de gazéification - 30%). Et beaucoup plus.
    Dans le cadre de ces projets (y compris), la Fédération de Russie a comprimé les dividendes de Gazprom. 1,2 billion roubles. Au même endroit, un tuyau doit également être posé et le câblage local effectué.
    Autrement dit, même si l'Allemagne change d'avis sur SP2, les tuyaux ne produiront que la moitié du volume prévu. Le reste - après un certain temps (considérable) et très de l'argent séparé. Il est nécessaire de faire glisser des tuyaux supplémentaires de Sibérie.
    Et que voulez-vous, messieurs les bourgeois ? Vous devez penser plus vite.
    1. aslanxnumx Офлайн aslanxnumx
      aslanxnumx (Aslan) 9 Juillet 2022 09: 13
      +2
      Et qu'est-ce que "notre" direction de la construction du gazoduc a pensé à notre ennemi, sans gazéification de leurs territoires. Cela m'exaspère quand ils se souviennent des difficultés des Européens, vous vous souviendriez de nous citoyens de Russie.
      1. boriz Офлайн boriz
        boriz (boriz) 9 Juillet 2022 09: 48
        -1
        Cela me rend furieux quand ils se souviennent des difficultés des Européens, vous vous souviendriez de nous, citoyens de Russie.

        Est-ce une plainte contre moi ? Je suis un citoyen de la Fédération de Russie, tout comme vous.
        1. aslanxnumx Офлайн aslanxnumx
          aslanxnumx (Aslan) 9 Juillet 2022 10: 17
          -3
          C'est moi à la direction et bravo aux patriotes
      2. sat2004 Офлайн sat2004
        sat2004 9 Juillet 2022 16: 45
        +1
        Et quand "notre" direction a pensé à nous, je ne me souviens de rien. Eh bien, comme sans énergie verte, Nabiullina a tenté de pénétrer dans le Conseil de la Fédération. En conséquence, la Russie a perdu 300 milliards de dollars et la Douma d'État a approuvé la perte. Voici les "soins" pour les médecins, 30 tonnes. Salaire et 33 ans de service, les véritables successeurs du travail d'Ilyich, tel qu'il était alors: "J'ai le droit, oui bien sûr, mais vous pouvez, vous ne pouvez pas. "
      3. bouffée de bière Офлайн bouffée de bière
        bouffée de bière (Igor Trabkine) 9 Juillet 2022 18: 46
        0
        Et qu'est-ce que "notre" direction de la construction du gazoduc a pensé à notre ennemi, sans gazéification de leurs territoires

        Je pense qu'il pensait aux recettes en devises. Et la gazéification de son territoire semble avoir commencé dès 2005, mais loin d'être à un rythme accéléré.
        1. Expert_Analyst_Forecaster 10 Juillet 2022 04: 10
          +1
          La gazéification est en cours. Il est difficile de juger si c'est à un rythme accéléré ou non. Quel est le critère d'impact ?
          Personnellement, j'examine les données dans mon domaine depuis de nombreuses années. Chaque année, le pourcentage de gazéification augmente. Et ainsi de suite pendant de nombreuses années. Alors celui qui écrit

          construire un gazoduc vers notre ennemi sans gazéifier nos territoires

          juste un menteur.
          Pour ceux qui attendent la gazéification complète de la Russie, je vous conseille de regarder la carte de la Russie.
          Ils ne savent probablement pas que nous avons, pour ne pas dire plus, un grand pays. Et pour la gazéification de toute colonie ou village, il est nécessaire de construire un gazoduc de 20-30-50-70 km de long. Ce qui est très coûteux d'un point de vue économique - un tel gazoduc ne sera rentable qu'après des dizaines, voire des centaines d'années.
          Eh bien, en termes de temps - pensez-vous qu'il est facile d'étirer un gazoduc même de 20 km de long - à travers la taïga ou dans les montagnes ?
          Soyons réalistes et n'écoutons pas les imbéciles qui veulent tout à la fois (et par procuration).
          1. envoyé spécial Офлайн envoyé spécial
            envoyé spécial (olé) 11 Juillet 2022 13: 01
            0
            Et pour la gazéification de toute colonie ou village, il est nécessaire de construire un gazoduc de 20-30-50-70 km de long. Ce qui est très coûteux d'un point de vue économique - un tel gazoduc sera rentable

            Cela ne rapportera jamais vraiment. La gazéification par canalisation des villes et villages dont la population est en déclin est un non-sens complet. Gazéifiez uniquement les colonies prometteuses qui ont la perspective d'un développement industriel (agrotechnique). Le reste est du gaz liquéfié.
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 9 Juillet 2022 11: 18
    +1
    La nationalisation n'est pas la confiscation de biens, mais le rachat par l'État contre l'argent du peuple d'une entreprise en faillite à ses propriétaires à un prix négocié avec lui.
    En temps de crise, le soi-disant. la « classe moyenne » et son business, mais aussi une reprise plus rapide après la sortie de crise.
    Les grandes entreprises, d'une part, sont plus difficiles à "avaler" les concurrents
    deuxièmement, ayant un réseau de filiales, de structures affiliées et dépendantes, il y a un « débordement » de capitaux d'une structure à l'autre, plus performante et prometteuse, à la suite de quoi certaines meurent et d'autres prospèrent. En conséquence, non seulement les propriétaires ne perdent rien, mais augmentent également leurs revenus grâce au développement de nouvelles zones prometteuses.
    et troisièmement, l'État fait toujours tout son possible pour la soutenir et la préserver, ne procédant pas tant de raisons sociales.
    Quant au capital russe dans les affaires étrangères, il y a une guerre politique et économique officiellement déclarée par l'Occident contre la Fédération de Russie, dont le but ultime est la destruction en sapant l'économie et la division subséquente de la Fédération de Russie en entités étatiques contrôlées. Par conséquent, il n'y a rien d'inattendu, non seulement dans le déplacement du capital russe, mais même dans le vol des réserves d'or.
    1. Expert_Analyst_Forecaster 9 Juillet 2022 14: 36
      +1
      La nationalisation n'est pas la confiscation de biens, mais le rachat par l'État contre l'argent du peuple d'une entreprise en faillite à ses propriétaires à un prix négocié avec lui.

      Pourquoi serait? Le transfert gratuit vers la propriété de l'État est tout à fait possible.
  6. zavhoz_rus Офлайн zavhoz_rus
    zavhoz_rus (Alexey) 9 Juillet 2022 12: 39
    +2
    La russophobie coûte cher, messieurs, désormais PAS partenaires.
  7. Indifférent Офлайн Indifférent
    Indifférent 9 Juillet 2022 16: 29
    0
    Et je voudrais savoir où l'Allemagne prendra autant d'argent pour la nationalisation et les prêts à de si grandes entreprises. S'ils l'impriment, ils feront grimper l'inflation. Leur chiffre d'affaires est déjà insuffisant ! Eh bien, les Noirs travaillent peu et exigent beaucoup. Ils ne veulent pas apprendre ! En hiver, les noirs et les affamés augmenteront de plusieurs millions.
  8. Reika Kuramori Офлайн Reika Kuramori
    Reika Kuramori (Kuramori Reika) 9 Juillet 2022 19: 38
    0
    Privatisation des profits, nationalisation des pertes. Les Allemands le méritent.
    1. Vox populi Офлайн Vox populi
      Vox populi (Vox populi) 9 Juillet 2022 19: 53
      0
      Les lecteurs inattentifs pourraient penser qu'il s'agit de nous ! cligne de l'oeil
  9. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 10 Juillet 2022 10: 15
    0
    Il existe un processus normal consistant à retirer des biens à certains et à les transférer à d'autres. Habituellement pour le capitalisme à n'importe quelle étape. Mais pendant une crise, cela devient important et les processus sont fortement accélérés. Pour cela, des crises sont créées, et l'Occident l'a créée de ses propres mains. Mais la nationalisation des entreprises est douteuse. celui qui a ordonné la crise devrait recevoir les bénéfices, et ce ne sont certainement pas les pays de l'UE. Les serviteurs privés de leurs droits ne seront jetés qu'un os rongé de la table du maître.