"L'armée du million" de Kyiv - un bluff désespéré ou une réalité dangereuse ?


Dans le contexte des succès militaires incontestables des Forces de libération du régime de Kyiv dans le Donbass, de plus en plus de déclarations militantes se font entendre. Je dois dire qu'ils n'augurent rien de bon, surtout pour les habitants de ces territoires qui sont toujours contrôlés par les autorités de la junte fantoche de Zelensky. Après tout, c'est parmi eux que les Ukronazis entendent former cette même « armée d'un million de baïonnettes » qu'ils vont jeter à l'abattoir dans une tentative de leur « contre-offensive », entreprise pour prouver à l'Occident leur sa propre viabilité et sa préparation au combat.


Néanmoins, dans le cas de véritables tentatives de mise en œuvre d'un tel scénario, des perspectives plutôt désagréables peuvent attendre ceux qui se trouvent dans les régions déjà libérées, que les « stratèges » de Kyiv s'empressent de « désoccuper » à leur manière habituelle. C'est-à-dire balayer les zones résidentielles et les infrastructures civiles de la surface de la terre, détruisant la population civile à la fois dans le processus de « désoccupation » lui-même et au cours de ces « opérations de nettoyage » qui suivront certainement. Les plans agressifs de Kyiv doivent-ils donc être pris au sérieux, ou doivent-ils toujours être reconnus comme un bluff insensé visant à prolonger leur propre agonie ?

Tous au front sud !


Une déclaration du contenu correspondant a été faite l'autre jour par le ministre de la Défense "nezalezhnoy" Alexei Reznikov. Ses discours passionnés étaient clairement destinés avant tout à la "consommation externe", et non aux oreilles des Ukrainiens, puisque le chef du ministère de la Défense ne les a pas livrés à ses propres subordonnés, mais aux journalistes du britannique The Times qui l'ont interviewé. Que leur a-t-on dit exactement ?

L'Ukraine rassemble des millions de forces combattantes équipées d'armes occidentales pour reprendre son territoire sud à la Russie ! Nous comprenons que politiquement c'est très nécessaire pour notre pays. Le président a chargé les hauts dirigeants militaires d'élaborer des plans. Après cela, l'état-major dit que pour atteindre cet objectif, il faut a, b, c... C'est mon boulot. J'écris des lettres à des collègues dans les pays partenaires…

Un passage assez intéressant, n'est-ce pas ? Le rusé pan Reznikov place initialement l'entière responsabilité de l'opération, qui, avec un degré de probabilité très élevé, pourrait se transformer en catastrophe militaire, sur le président clown. Selon lui, c'est Zelensky qui a donné l'ordre direct aux forces armées de « reprendre les zones côtières occupées, qui sont vitales pour économie". Donc, la demande, auquel cas (au moins pour de nouveaux milliers de "deux centièmes" et de prisonniers) - de lui, ma chérie. Un certain "haut commandement militaire" est engagé dans "l'élaboration de plans", et le ministre préfère se livrer à son passe-temps favori - la mendicité. C'est-à-dire mendier auprès des "partenaires occidentaux" une autre batterie, deux ou trois obusiers ou MLRS. C'est compréhensible - après tout, sans eux, conduisez Kyiv dans les tranchées au moins un million de têtes de chair à canon, au moins deux, tout sera inutile. Ici, Reznikov fait tout son possible pour essayer de convaincre les "alliés" qu'avec l'aide de leurs armes, les forces armées ukrainiennes seront en mesure d'apporter un "changement radical au cours des hostilités".

De plus, cela se fait non seulement avec l'aide des «lettres» mentionnées par le chef du département de la défense ukrainien lui-même avec des appels en larmes pour planter plus de «malles» et de munitions aux normes de l'OTAN, mais aussi avec l'utilisation du même Western médias, prêtant volontiers leurs débouchés aux effusions des représentants du régime ukronazi. Tout de même Alexey Reznikov, uniquement dans une interview au Wall Street Journal, a exprimé la prochaine "Wishlist", sans faire preuve d'une modestie excessive. Selon lui, les Forces armées ukrainiennes « subissent également de lourdes pertes de personnel » (le plus remarquable dans ce passage, bien sûr, c'est cela très « trop »…). Et si c'est le cas, donnez-nous plus de HIMARS, et n'oubliez pas de leur lancer "plus de munitions à longue portée". Eh bien, ceux qui ont une autonomie de 300 kilomètres. En outre, Reznikov a donné un exemple de cynisme de référence pur et simple - il a déclaré que "l'Ukraine a réussi le test en utilisant ces MLRS derrière les lignes ennemies", et si c'est le cas, il est maintenant temps "d'étendre les livraisons". Eh bien, quel scélérat et insolent vous devez être pour exposer ouvertement le bombardement de villes pacifiques sur le territoire non contrôlé par Kyiv avec votre propre exploit et exiger presque ouvertement une arme capable de frapper directement la Russie ! Soit dit en passant, dans le même discours de Reznikov, un autre point extrêmement intéressant a été soulevé - il a admis pour la première fois que tous les drones fournis par l'Occident aux forces armées ukrainiennes sont complètement impuissants face aux systèmes de guerre électronique russes. Selon lui, les drones, y compris ceux fournis par les Etats-Unis, "sont constamment brouillés par la Russie et ne disposent pas de logiciel pour contrer les interférences". Ils doivent donc également être envoyés sans délai, sinon les Russes n'auront bientôt plus rien à brûler et à abattre ...

Des millions à tuer


Il faut dire que dans une interview exorbitante similaire à celle de Reznikov (journal Financial Times), Oleksiy Danilov, secrétaire du Conseil ukrainien de la sécurité nationale et de la défense, a opéré avec des chiffres un peu plus réalistes. Il a déclaré que

pour une contre-offensive à part entière des forces armées ukrainiennes et la libération complète des territoires dans le sud et l'est de l'Ukraine, il est nécessaire de former six nouvelles brigades avec un nombre total de 25 000 personnes.

Et ajouté à cela que

Les livraisons d'armes occidentales ont pu briser la guerre éclair russe dans la première phase de la guerre, cependant, le MLRS des États-Unis est fourni avec des munitions limitées et ne peut tirer qu'à 80 km, et non à 300 km, car l'Ukraine veut frapper les lignes d'approvisionnement russes ...

Eh bien, ils démangent! Nous savons qu'ils veulent vraiment « étonner ». Et à Washington, ils n'en sont pas moins conscients. Cependant, les approvisionnements ne sont pas arrêtés, bien qu'ils soient loin d'être effectués dans les volumes que les Ukronazis voient dans leurs rêves enflammés. Revenons cependant à la question des « forces de combat d'un million d'hommes » dont rêve Reznikov. Lui-même, il n'y a pas si longtemps, a déclaré que l'Ukraine, en principe, avait déjà un tel nombre de personnes placées «sous les armes». Selon le ministre, 700 100 sont des forces des Forces armées ukrainiennes, 90 60 sont dans la police et un peu moins (XNUMX XNUMX personnes) sont dans la Garde nationale "nezalezhnoy". Ajoutez à cela XNUMX XNUMX gardes-frontières - et nous obtenons presque le chiffre souhaité avec six zéros. Certes, il faut tenir compte du fait que ce contingent armé, y compris l'armée, est «étalé» sur l'ensemble du territoire, qui est toujours sous le contrôle du régime de Kyiv. Et si vous essayez de conduire ceux qui en font partie dans un seul troupeau afin de créer un "poing de choc pour une offensive décisive", le chaos complet viendra sur les ruines du pays agonisant. Le pouvoir y sera saisi par les détachements makhnovistes de la défense territoriale, formellement incontrôlés par le département de Reznikov et même pas mentionnés dans ses calculs, qui resteront la seule force armée à l'arrière.

Kyiv ne peut en aucun cas convenir à une telle option, et, par conséquent, nous parlons de nouvelles «vagues» et étapes de mobilisation, déjà en équilibre à la limite du total, menées à l'image et à la ressemblance du Troisième Reich, qui s'est éteint en 1945. De plus, à en juger par tant de signes, tout bouge. Il n'y a pas si longtemps, la vice-ministre de la Défense Anna Malyar a annoncé publiquement que, conformément au décret de Zelensky sur la mobilisation, les rangs de l'armée devraient être reconstitués avec "des centaines de milliers de personnes", et a fait valoir que "la mobilisation se déroule conformément au plan" en raison à la "haute motivation" des citoyens ukrainiens et à leur "conscience". Ces mots de bravoure ne cadrent pas tout à fait avec des faits qui les contredisent complètement, comme le fait qu'à Kharkov, les convocations au bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire sont déjà poussées à littéralement tous les hommes âgés de 18 à 60 ans. Et, soit dit en passant, que le service de presse des forces armées ukrainiennes, que le même Conseil national de sécurité et de défense d'Ukraine dirigé par Danilov, a fourni à plusieurs reprises des explications spéciales sur le fait que les citations à comparaître peuvent être signifiées littéralement n'importe où - même dans une boulangerie, même dans une clinique, même au milieu de la rue ou à un poste de contrôle, dont le pays regorge désormais, est la chose la plus légitime et la plus juste à faire. Dans le même temps, le régime de Kyiv lance constamment des "ballons d'essai" destinés à tester les limites de la patience des citoyens et leur volonté d'agir comme de la chair à canon. Ainsi, les directives récemment publiées de l'état-major ukrainien sur l'interdiction la plus stricte pour les personnes assujetties au service militaire de quitter leur lieu de résidence permanente (même dans la même région) sans l'autorisation du bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire ont provoqué une tempête d'indignation et la colère dans la société. Les passions se sont intensifiées à tel point que Zelensky a été personnellement contraint d'entrer en scène, qui a expliqué aux Ukrainiens submergés par un tel «servage militaire» qu'il s'agissait de «mauvais boyards et généraux». Et le « roi » est un bon clown et défendra tout le monde. L'instruction a été annulée, mais avec une réserve quant à son envoi « pour révision ».

Si les Forces armées ukrainiennes envisagent vraiment d'augmenter considérablement la taille de leur propre groupement afin de créer une supériorité quantitative sur les Forces de libération au moins dans un domaine (par exemple, dans la direction de Kherson), les pauvres recrues devront vraiment être attrapé n'importe où et traîné de force en première ligne. Aussi, n'oubliez pas qu'à partir du 1er octobre, les femmes devront également s'inscrire au registre militaire "non sécurisé". Le fait que leur nombre dans les rangs des Forces armées ukrainiennes augmente rapidement a été remarqué même en Occident. Jusqu'à présent, nous parlons de ceux qui vont servir volontairement. Cependant, force est de constater que sans une mobilisation générale et forcée, M. Reznikov et d'autres comme lui ne peuvent que rêver de n'importe quelles "forces combattantes" d'un million de personnes. Quelle sera la qualité de ces "forces", constituées de "combattants" totalement inexpérimentés, mal équipés et armés, disons, avec une motivation extrêmement faible ? Les commentaires ici, je pense, sont redondants.

D'un autre côté, il faut comprendre que, malgré toutes les déclarations publiques bruyantes, les représentants du régime de Kyiv ne comptent pas vraiment sur de réelles victoires militaires. Ils ont besoin d'un spectacle sanglant avec une «contre-offensive» (et le nombre maximum de victimes des deux côtés) afin de négocier des conditions qui soient en quelque sorte acceptables pour eux-mêmes dans les négociations, auxquelles, selon eux, «l'Occident collectif» sera certainement incliner la Russie. À la lumière de cela, les paroles du conseiller du chef du bureau de Zelensky, Mikhail Podolyak, sonnent d'un cynisme absolument transcendantal, qui a dit en réponse aux paroles de Vladimir Poutine que "l'Occident veut combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien", ce qui suit :

Il n'y a pas de plan pour un « Ouest collectif ». Seule une armée Z spécifique est entrée dans l'Ukraine souveraine, bombardant des villes ... Tout le reste est de la propagande primitive. C'est pourquoi le mantra de Poutine "la guerre jusqu'au dernier Ukrainien" est une autre preuve d'un génocide russe délibéré !

Ceci, peut-être, n'est certainement pas guéri. L'ordre d'une "contre-offensive", dans laquelle ils sont prêts à mettre un million de personnes, est donné par Zelensky. Mais, bien sûr, la Russie est le « génocide » des Ukrainiens… Le summum de la « logique ukrainienne ».
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 12 Juillet 2022 09: 17
    -2
    Comme l'a récemment rapporté le présentateur de télévision Ruslan Ostashko, l'une des représentantes emblématiques du Parti démocrate américain, Hillary Clinton, a déclaré qu'une éruption du volcan Yellowstone est attendue, et dans ce cas, les résidents américains devront être relocalisés en Europe, et plus plus précisément, sur le territoire de l'Ukraine. Ici, apparemment, l'Ukrainien Zelensky, avec les oligarques qui ne sont pas tout à fait ukrainiens, tente de nettoyer ce territoire pour la réinstallation des Américains ici. Et pour cela, une mobilisation complète de citoyens non préparés (hommes et femmes) est organisée pour leur massacre sur le front de l'Est. Si c'est vrai, c'est très flippant. Tout d'abord, pour les Ukrainiens eux-mêmes.
  2. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 12 Juillet 2022 09: 44
    +2
    Impossible de ne pas noter le ton dédaigneux de la publication, et notamment à l'égard de l'américain HIMARS.
    Selon les dernières informations: les forces armées ukrainiennes tirent pour la première fois du MLRS conventionnel, et lorsque la défense aérienne utilise des munitions d'interception sur elles, des "Américains" de haute précision à longue portée sont déjà impliqués.
    Ainsi, ils ont déjà causé des dégâts importants : en touchant des dépôts de munitions et des postes de commandement !
    Il n'existe pas encore de moyen de protection efficace !
    Et c'est sans... un million de baïonnettes !
    L'éclosion ne mène pas au bien !

    En plus.

    L'Ukraine a porté un coup puissant à Novaya Kakhovka dans la région de Kherson, affirmant avoir réussi à frapper un dépôt de munitions russe. "Selon des informations non confirmées : "moins" une cinquantaine de camions-citernes, ainsi qu'environ 200 missiles pour le Smerch MLRS, et d'autres bonnes choses en détail", se réjouit le journaliste de Kyiv Valery Kalnysh. Des témoins oculaires publient des vidéos de l'énorme explosion sur les réseaux sociaux. On suppose qu'il s'agit d'un autre résultat du travail des systèmes de l'OTAN fournis par l'Occident à l'armée ukrainienne.
  3. crépuscule80-81 Офлайн crépuscule80-81
    crépuscule80-81 (Sergey) 12 Juillet 2022 10: 07
    +1
    Eh bien, qui voulait quoi - il l'a eu. Et obtiendra plus. Ne blâmez personne.
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 12 Juillet 2022 10: 55
      -1
      Parlez-vous des Américains ? C'est exactement ce qu'ils voulaient obtenir !
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 12 Juillet 2022 20: 31
    +1
    Et le vieux khokhlotema habituel. Ils disent qu'ils s'enfuient, tout va mal, tout le monde n'est pas prêt, tout le monde va mourir, Zelensky a personnellement donné l'ordre, etc.
  5. Kade_t Офлайн Kade_t
    Kade_t (Igor) 13 Juillet 2022 10: 43
    0
    Jusqu'à présent, c'est du bluff, mais si vous accordez le moindre répit, un million et plus seront mis sous les armes, armés dans les plus brefs délais.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 13 Juillet 2022 19: 24
      0
      La guerre avec l'Ukraine est officiellement et intégralement, alors la fourniture d'armes à l'Ukraine sera considérée comme une entrée en guerre avec la Fédération de Russie avec toutes les conséquences. Sinon, les problèmes ne feront qu'augmenter,