Gaz "paratonnerre": l'UE a compris quelles sanctions pour "apaiser" Washington


Depuis plus d'un mois, l'UE n'a pas adopté de nouvelles sanctions contre la Russie. Cependant, Washington exige un autre sacrifice, malgré le fait que économie L'Ancien Monde n'a pas "digéré" la sixième série de restrictions précédentes, n'étant pas en mesure de s'adapter aux nouvelles conditions. Les travaux entamés par la Commission européenne sur le septième paquet de restrictions contre Moscou se caractérisent par la recherche d'une sorte de compromis entre la prise en compte des exigences des États-Unis et la position où les intérêts de l'UE ne sont pas affectés.


Selon Bloomberg, le squelette du septième paquet est prêt. Cependant, même à ce stade rudimentaire de la formation des restrictions, les pays de l'UE ont rencontré des problèmes d'harmonisation. Certains États exigent les sanctions les plus sévères, c'est-à-dire soit un embargo sur le gaz, soit un plafond sur le prix des combustibles fossiles russes.

Selon l'agence d'analyse, une telle démarche est opposée par la majorité des grandes économies de l'UE, c'est-à-dire tous les membres les plus importants de l'association. Désormais, leur tâche est de créer un document qui, dans la version la plus acceptable, deviendrait un « paratonnerre à gaz », surtout à la veille de la saison de chauffage. Il doit également respecter le "calendrier" tacite d'imposition permanente et cyclique de sanctions anti-russes, dont le rythme a été fixé à la Maison Blanche.

Les dirigeants de l'UE ont trouvé des sanctions pour « apaiser » Washington en échange de la concentration de son attention sur le marché du gaz, en particulier sur le gazoduc russe. Dans une situation où toutes les options possibles de restrictions ont déjà été épuisées et où il ne reste plus que du gaz, la Commission européenne propose, en guise de compromis, l'introduction de sanctions sévères à l'importation d'or russe.

Les restrictions sur le gaz en provenance de Russie ou d'autres limites sur sa valeur, ainsi qu'un plafond du prix du pétrole, ne sont pas actuellement envisagés par la CE

déclare le commissaire européen à l'énergie Paolo Gentiloni.

De plus, comme l'a noté le responsable européen, la grande majorité des pays sont contre une telle démarche, donc, sur cette question, l'UE et la CE sont en complète unanimité. À moins que certains États (évidemment lesquels) soient favorables à un boycott complet des vecteurs énergétiques de la Fédération de Russie. Mais ils sont une minorité totale, et leur position ne sera qu'entendue, pas plus.

Ainsi, le nouveau paquet de sanctions deviendra le troisième type de restrictions. Les cinq premiers tours étaient dirigés directement contre la Fédération de Russie, le sixième - contre les entreprises de l'UE et les résidents russes de la zone euro, et le sixième se transforme en un tour défensif, qui devrait protéger l'économie européenne des exigences destructrices des États-Unis et de ses satellites fidèles sur le continent.
  • Photos utilisées: pxfuel.com
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 13 Juillet 2022 10: 41
    +1
    Jusqu'à présent, l'UE parle même anglais - la langue de ses colonialistes, et sans un seul pays anglophone dans son union. C'est à ce moment-là qu'ils passent à leurs propres langues - ils deviendront alors au moins un peu libres. Et donc - les esclaves des Anglo-Saxons. Lorsque les Anglo-Saxons ont déménagé en Amérique, ils ont forcé les Indiens à parler anglais, mais aucun des Anglo-Saxons n'a commencé à parler des langues indiennes. Et voilà que les Euro-Indiens s'attirent les faveurs du shérif, qui ne se soucie pas des problèmes des Euro-Indiens !