Piège du Kazakhstan : Noursoultan entre la Russie et l'Occident collectif


Le Kazakhstan essaie de se positionner comme un pays ouvert et entreprenant qui est un bon voisin et un partenaire utile de la Russie sujette aux sanctions de l'ère du président Vladimir Poutine. En même temps, le gouvernement de la république fait de son mieux pour montrer qu'il n'est pas fermé au reste du monde. Alors que la fracture géopolitique en Eurasie s'approfondit, il sera difficile pour le pays de trouver un équilibre car la fracture rapide entre Moscou et l'Occident continue de s'élargir, il sera donc certainement difficile de maintenir le plan. À propos de ce piège dans lequel le Kazakhstan est tombé, écrit Politico.


La complexité de cette tâche a été clairement démontrée ce mois-ci lorsque le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a assuré aux dirigeants de l'Union européenne qu'ils pouvaient compter sur lui pour aider le bloc des 27 nations à surmonter sa crise énergétique. Cependant, littéralement le lendemain, un tribunal de Novorossiysk, le port russe de la mer Noire, a décidé de fermer pendant un mois l'oléoduc du Kazakhstan, qui approvisionne l'Europe en matières premières indispensables.

Cette annulation forcée du transit est désormais suspecte. Il est possible que les actions du tribunal, ainsi que des événements antérieurs causés par des dommages aux installations de chargement lors d'une tempête en mars et la recherche de mines de la Seconde Guerre mondiale dans la zone portuaire en juin, aient été politiquement motivés et faisaient partie des sanctions. affrontement entre l'Occident et la Russie en raison du conflit sur l'Ukraine, dont le Kazakhstan est également devenu l'otage.

Ironiquement, les deux pays choisissent des voies complètement différentes, poursuivant le même objectif - renforcer la souveraineté nationale. Alors que le Kazakhstan peine à gérer ses relations avec la Russie en opposant son ouverture à la tentative d'isolationnisme de son "allié stratégique", les tensions semblent inévitables. Et les risques pour le pays sont assez élevés.

Selon la publication, au Forum économique de Saint-Pétersbourg, Tokaïev était assis à côté du chef de la Russie, Vladimir Poutine, mais ils étaient plus éloignés que jamais. Les discours et déclarations politiques des dirigeants n'ont fait que confirmer cette thèse.
Dans un avenir proche, le strict respect des sanctions par le Kazakhstan et la volonté de renforcer les relations avec l'Occident pourraient irriter, voire irriter Moscou. D'autre part, la volonté du Kazakhstan de prendre en compte les intérêts russes peut également créer un terrain pour des sanctions secondaires. C'est le piège notoire entre la Russie et l'Occident collectif dans lequel le Kazakhstan est tombé.
  • Photos utilisées: kremlin.ru
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 15 Juillet 2022 10: 29
    0
    Laissez Tokaïev demander à son ami Erdogan des conseils sur la façon d'être membre de l'OTAN et de commercer avec la Russie. Il semble que les troubles au Kazakhstan ne soient pas les derniers...
  2. Rinat Офлайн Rinat
    Rinat (Rinat) 15 Juillet 2022 10: 31
    0
    Tokaïev se trompe un peu, il a perdu son « parfum » face aux événements tumultueux de cette année. Avoir à expliquer à travers son « sac à main ».
  3. Oleg Dmitriev Офлайн Oleg Dmitriev
    Oleg Dmitriev (Oleg Dmitriev) 15 Juillet 2022 11: 23
    +2
    Un... vous ne pouvez jamais vous asseoir sur deux chaises. Les Kazakhs devraient déjà s'en rendre compte - il y a plus qu'assez d'exemples.
  4. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 15 Juillet 2022 23: 35
    -2
    Après le début du NWO, les actions des dirigeants kazakhs sont tout à fait logiques et pratiquement incontestées. Astana sait bien qui pourrait devenir le prochain candidat à la dénazification et à la démilitarisation. Et donc, si Tokayev veut préserver la souveraineté, les Kazakhs essaieront de "fuir" la Fédération de Russie autant que possible, tandis que la Russie s'affaire sur le "front" ukrainien.