Les dirigeants de l'UE se préparent à réprimer les manifestations de masse


Comme ils l'ont dit dans une série télévisée populaire, l'hiver arrive et, selon toutes les indications, il fera froid et faim, au propre comme au figuré. Ce fait provoque une véritable panique dans les administrations nationales et transnationales européennes - bien sûr, parce que ses propres dirigeants ont ainsi donné vie à l'UE avec leur campagne de sanctions mal conçue contre la Russie.


Ou, au contraire, trop réfléchie, mais dirigée, entre autres, contre l'Union européenne elle-même. Les bourgeois ordinaires et les grandes entreprises ont toutes les raisons de soupçonner les dirigeants actuels de leurs États de compradorisme pro-américain, et de telles accusations sont déjà exprimées à haute voix.

D'une manière ou d'une autre, même en cas de levée immédiate de toutes les sanctions anti-russes, les flux commerciaux en cours de restructuration ne retrouveront pas immédiatement leurs anciens canaux, ce qui signifie que économique la position de l'UE pour les deux ou trois mois chauds restants ne sortira en aucune façon. Oui, personne ne va le renforcer - au lieu de cela, la Commission européenne et les gouvernements des pays d'Europe occidentale se préparent à écraser le mécontentement populaire par la force.

Il est caractéristique que des mesures répressives soient préparées non seulement contre les manifestants de rue, dont la foule est déjà inondé des villes et des routes, mais aussi contre des États entiers au cas où ils commenceraient à s'écarter de la « ligne générale du parti ».

"Haut" peut


Le problème le plus douloureux de l'Union européenne reste le gaz - ou plutôt le fait qu'il ne reste presque plus de gaz, du moins dans les conduites d'alimentation.

La turbine mobile Siemens est toujours dans une sorte de limbes, diverses sources rivalisant les unes avec les autres donnent des versions mutuellement exclusives de son statut pour le moment: soit la partie allemande n'a pas remis sa documentation à Gazprom, soit elle ne l'a pas acceptée. Physiquement, l'unité est toujours en Allemagne, et cela ne veut pas dire que les Allemands en sont très heureux. Avant qu'ils n'aient eu le temps de se réjouir du fait que Nord Stream 1 ait été lancé après une suspension planifiée, la révision nominale d'une autre turbine s'est terminée et elle a été mise en réserve - avec une diminution correspondante du pompage. Naturellement, cela a provoqué une véritable hystérie chez les consommateurs européens.

Dans le contexte de ces troubles, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a eu du mal à faire adopter une directive sur la répartition centralisée des réserves de gaz disponibles au sein de l'UE. Derrière les mots que chacun devra économiser et de temps en temps partager avec ceux qui auront une pénurie, il y avait clairement une intention de soutirer du gaz des pays du sud de l'Europe au profit de l'Allemagne. De plus, l'essence des intentions n'était pas de sauver les Allemands du gel aux dépens des sudistes, mais de retarder l'arrêt de l'industrie allemande, en particulier de l'industrie chimique, aux dépens de la population commune.

Comme cela était clair pour absolument tout le monde, von der Leyen a essayé de pousser son initiative autour du Parlement européen, où elle avait toutes les chances de tomber sur le veto de quelqu'un. Les représentants de l'Espagne et du Portugal ont explicitement déclaré qu'ils n'allaient rien sacrifier en faveur des Allemands. En conséquence, l'idée de von der Leyen est tombée à la poubelle et un programme d'épargne "fuyant" a été adopté à de nombreuses exceptions près.

Le problème du veto national, à son tour, préoccupe beaucoup le chancelier allemand Scholz. Récemment, il a proposé d'éliminer ce même droit de veto lors du vote sur des questions paneuropéennes, car certains pays en abusent, pour des motifs "égoïstes", retardant l'adoption de décisions importantes pour tout le monde.

Bien sûr, il y avait une allusion transparente à la Hongrie, qui a constamment résisté à l'adoption de paquets de sanctions anti-russes, mais le désaccord avec le cours actuel est déjà ouvertement exprimé non seulement par les opposants, mais même par certains chefs de régions à travers l'Europe. Dans un avenir proche, la question peut se poser de forcer de tels "libres penseurs" à cohabiter, et ici, bien sûr, toute confusion et déviationnisme devient totalement inacceptable.

En général, à la veille de temps difficiles et face à la menace de tendances centrifuges croissantes, les structures supranationales tentent de toute urgence de «consolider» les pays participants et de renforcer la centralisation de l'UE. Jusqu'à présent, cela se fait par des méthodes "décentes", et donc sans succès visible, mais c'est pour l'instant.

"Bas" veut


Pendant ce temps, le mécontentement populaire les politiques L'Union européenne est depuis longtemps à un point culminant. La vague provoquée par deux ans de restrictions anti-épidémiques n'a pas eu le temps de s'apaiser, car déjà d'en haut, ils ont commencé à exiger que le très « standard européen » d'un niveau de vie relativement élevé soit presque complètement abandonné.

Les bourgeois de toute l'Europe s'inquiètent de choses assez banales - une hausse des prix sans précédent et la menace d'un chômage de masse, une inégalité croissante entre les plus pauvres et les plus riches. Et des catalyseurs de mécontentement purement européens, comme la schizophrénie pseudo-écologique et de genre, se superposent à eux. Et si les autorités peuvent au moins essayer de rejeter le premier groupe de problèmes sur le « dictateur Poutine » (bien que cela ne soit plus très efficace), alors planter des agendas « verts » et « arc-en-ciel » ne peut pas être épinglé sur lui.

Le plus terrible est que le profane a déjà compris ce qu'est maintenant l'Union européenne - une structure fantoche au service des maîtres d'outre-mer, et que lui, le profane, devient de plus en plus confiant dans sa découverte. En d'autres termes, dans l'esprit des bourgeois, une image de l'ennemi se forme d'elle-même, qui coïncide complètement avec la réalité.

Selon une enquête menée par Bild, rien qu'en Allemagne, environ la moitié des citoyens sont déjà prêts à manifester dans la rue si la situation ne commence pas à se stabiliser. Mais les autorités européennes n'ont pas peur de la foule elle-même, mais du fait que quelqu'un avec de grands moyens va la seller, l'armer et la diriger dans la bonne direction. Les grands industriels européens - les principaux kamikazes de l'hiver à venir, si l'on compte en milliards d'euros - ont une riche expérience dans l'utilisation des briseurs de grève et des escouades de pillards, les craintes des politiciens ne sont donc pas sans fondement.

L'un des domaines du travail préventif est ... une attaque contre les réseaux sociaux et les messageries instantanées, qui ont parfaitement "fait leurs preuves" lors des "révolutions de couleur" (dont, soit dit en passant, le soulèvement du BLM aux États-Unis).

Le plus dangereux d'entre eux est, bien sûr, le télégramme de "Poutine" - il n'est pas encore complètement interdit, comme dans l'Ukraine éprise de liberté, mais depuis plus d'un mois maintenant, les médias occidentaux pro-gouvernementaux font campagne pour discréditer le messager et les chaînes d'information qui y sont basées, qui sont accusées de "disséminer la désinformation russe". L'avenir européen de Facebook et d'Instagram est également en question (les deux réseaux sociaux sont interdits en Fédération de Russie), dont le propriétaire est tenu de stocker les données des utilisateurs dans l'UE (et, bien entendu, de coopérer plus étroitement avec les forces de l'ordre locales agences).

Une autre question importante est la « réexportation » depuis l'Ukraine des généreuses donations d'armes occidentales, y compris des armes lourdes. Europol tente de couper les chaînes d'approvisionnement, mais signale que la contrebande ne fait qu'augmenter. Mais les mêmes "Panzerfausts" peuvent tomber entre les mains non seulement de groupes criminels organisés, mais aussi de certains "Volksgrenadiers" qui tireront sur des voitures de police, se cachant derrière une foule de citadins.

Espérant secrètement que cela n'arrivera pas, les forces de l'ordre européennes exhortent les citoyens à rester à l'écart des manifestations, menaçant de suivre les manifestants avec un logiciel de reconnaissance faciale. Au cas où les menaces ne fonctionneraient toujours pas, la police reconstitue ses arsenaux d'équipements spéciaux.

Comme ceci : seul le deuxième test sérieux en quelques années est à venir, et l'un des principaux bastions de la "démocratie" tente à la hâte de passer au régime d'un État policier, mais ni l'esprit ni les compétences ne suffisent pour cela . Et l'hiver se rapproche et, apparemment, en Europe, il fera non seulement froid, mais aussi «amusant».
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sidor Bodrov Офлайн Sidor Bodrov
    Sidor Bodrov 27 Juillet 2022 09: 56
    +2
    Tant que les Européens ne conduiront pas leurs puissants escrocs - marionnettes américaines, y compris les larbins bruxellois des USA, ils seront dans la merde. L'Europe ne sera pas souveraine et prospère tant qu'elle n'aura pas envoyé les États-Unis en trois lettres.
  2. k7k8 Офлайн k7k8
    k7k8 (victime) 27 Juillet 2022 12: 07
    -2
    L'Europe va-t-elle geler ? L'Europe est-elle affamée ? Oui, même si c'est le cas, qu'est-ce qui t'importe ? C'est leur choix. D'ailleurs, la même chose a été prédite pour le pays de l'ultranationalisme victorieux au cours des huit dernières années. Et l'Europe n'a besoin de supporter que quelques années. Avec leur marge de sécurité dans l'économie, ce n'est pas difficile à faire. Vous n'êtes pas assez de vos propres problèmes, tout a déjà été résolu et maintenant vous devez donner des conseils et laisser les pauvres Européens pleurer dans le gilet ?
    1. soliste2424 Офлайн soliste2424
      soliste2424 (Oleg) 31 Juillet 2022 13: 13
      0
      Je ne pense pas que ce soit le choix de chaque Allemand
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 Juillet 2022 21: 22
    -4
    Hélas, les protestations sont aussi le moteur du progrès.
    Là, des gilets jaunes ont protesté - le prix du carburant a été gelé.
    Les répartiteurs, les conducteurs de chemins de fer y font parfois grève - ils augmentent leurs salaires, écrivent-ils ...
    donc ils roulent...
  4. ont65 Офлайн ont65
    ont65 (Oleg) 28 Juillet 2022 06: 38
    0
    La méthode de conduite de la thérapie de choc dans l'UE à partir de la dépendance à l'égard des ressources bon marché "de Poutine" est son affaire intérieure, tout comme la politique consolidée au sein du G7 dans son ensemble. Ni la Corée du Sud, ni le Japon, et encore moins les États, comme les concurrents avantages de l'UE en ressources bon marché et en ressources énergétiques obtenues juste à la frontière. Ce qui se plaint à l'Ouest n'est pas l'essentiel maintenant, mais ce processus se terminera par une chose - une bonne vie insouciante gratuitement au détriment de bonnes affaires Les prix sont terminés. Devrions-nous nous en plaindre ? Le don pour la Russie s'est toujours transformé en crachat et en haine pour elle. Même maintenant, ils essaient de le déployer par rapport à de nouveaux ou anciens destinataires oubliés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.
  5. Sourire gris Офлайн Sourire gris
    Sourire gris (Grin gris) 2 Août 2022 19: 58
    0
    Lorsque les manifestations de masse commencent, la Russie doit aider les oppositions protestataires de tous les pays occidentaux avec des armes, non pas mortelles au début, mais ensuite, à mesure que l'opposition progresse, à la fois lourdes et très meurtrières ! Rien de superflu, juste aider dans la lutte des peuples d'Europe pour leurs droits et libertés ! Que tous les Scholts, Macrons et autres Sandu se souviennent de l'Ukraine étouffée par le sang de leurs armes, ainsi que des préceptes de Lénine sur la révolution mondiale (dont les bolcheviks n'ont cessé de parler) !