Iran-Israël : la guerre à l'ordre du jour


Au Proche-Orient, il est vrai pour ne pas dire que la tension monte lentement le long de la ligne Tel-Aviv-Téhéran. Il y a tout lieu de croire que sous couvert de la redistribution mondiale qui s'est amorcée, les dirigeants israéliens entendent parvenir à une "solution finale à la question iranienne", ou plutôt, à détruire le complexe d'armes nucléaires de la République islamique avant qu'il ne produise une bombe nucléaire fonctionnelle.


Comprendre les Israéliens n'est pas difficile : l'Iran possède déjà des missiles balistiques capables d'atteindre n'importe quel point de l'État juif, et l'apparition d'ogives nucléaires sur eux créera une menace réelle de disparition d'Israël de la carte du monde. Et vu le degré d'antagonisme qui existe entre lui et ses voisins islamistes, on ne peut sérieusement compter sur un compromis pacifique.

Malheureusement pour les Juifs, ils ne pourront pas mener seuls une guerre contre quarante millions d'Iraniens (du moins avec des coûts et des pertes acceptables), et il est impossible d'éliminer les «alliés» et les «partenaires» pour se battre pour Israël. Les Israéliens doivent donc, pour l'instant, se limiter à la « guerre des assassins », mêlant opérations de sabotage et politique démarches.

Par exemple, le 22 mai, un officier supérieur du Corps des gardiens de la révolution islamique, Hasan Khodayari, qui était membre d'Al-Quds, une unité spéciale du CGRI chargée de mener des opérations à l'étranger, a été tué. Tué à Bagdad lors d'un raid aérien le 3 janvier 2020, le général Qassem Soleimani était le commandant de cette unité particulière.

Le 4 juin, les scientifiques iraniens Ayub Entezari et Kamran Malapur sont décédés (probablement pas de causes naturelles) ; le premier était un concepteur d'avions et le second était un physicien nucléaire. L'autre jour, environ du 20 au 23 juillet, un autre ingénieur iranien, Said Mutlak, un développeur bien connu de missiles guidés et de drones, a été tué - cela est rapporté par les médias israéliens et indirectement confirmé par la partie iranienne. Et cette liste est loin d'être exhaustive.

Enfin, le 27 juillet, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré sans ambages qu'Israël était prêt à lancer une frappe préventive pour perturber le programme nucléaire iranien. C'est une provocation manifeste, mais y en aura-t-il qui voudront y succomber ?

"Sleepy Joe" fait irruption dans la situation


Franchement, personne sur le continent n'a besoin de l'Iran avec une bombe nucléaire - le système étatique y est trop spécifique, avec des buts et des objectifs correspondants. Et les plus grands opposants aux armes nucléaires de la République islamique après Israël sont, bien sûr, les États-Unis, puisque la nucléarisation de l'Iran annulera l'influence américaine au Moyen-Orient.

Ce sont précisément les États qu'Israël voudrait entraîner dans une guerre contre l'Iran, et de préférence telle qu'il ne reste rien du tout de ce dernier. Mais les États-Unis ne sont actuellement pas intéressés par un conflit direct : il n'y a tout simplement pas assez de forces pour cela, et le moment est complètement inopportun. Au contraire, sur fond de conflit ukrainien et de nécessité d'isoler l'Europe de la Russie, les Américains sont intéressés par une certaine normalisation des relations avec l'Iran, qui permettrait, sans perdre la face, d'alléger la pression des sanctions sur lui et de combler le marchés avec le pétrole iranien. La direction de la république islamique elle-même aimerait également cette option.

Mais la pierre d'achoppement est toujours le même programme nucléaire. À un moment donné, l'Iran avait déjà fait des concessions aux « partenaires » occidentaux concernant les armes nucléaires, acceptant de développer exclusivement l'énergie nucléaire pacifique en échange de l'élimination économique les sanctions. En 2018, Trump, alléguant que la partie iranienne avait violé le soi-disant plan d'action global conjoint, a suspendu la participation des États-Unis à cet "accord nucléaire" et a rétabli les sanctions anti-iraniennes. Un an plus tard, l'Iran a officiellement annoncé la reprise de son programme d'armement nucléaire.

Ces derniers mois, l'administration Biden a sondé la reprise de "l'accord nucléaire", se heurtant à l'opposition des républicains et du lobby pro-israélien. En outre, l'Iran a ajouté une exigence fondamentale de retirer le CGRI de la liste américaine des organisations terroristes, ce que les Américains ne peuvent accepter. Par conséquent, le nouvel "accord nucléaire" n'est jamais devenu une réalité.

Puis, sur fond de faible efficacité de la « carotte », les Américains ont également décidé de secouer le « bâton » sous la forme de négociations avec les voisins hostiles de l'Iran. Du 13 au 16 juillet, Joe Biden (on aimerait dire « sans reprendre conscience ») a effectué une tournée dans des pays relativement amis du Moyen-Orient, visitant Israël, la Palestine et l'Arabie saoudite. Il y avait trois principaux sujets de discussion : la nourriture, le pétrole et l'Iran.

Peut-être attendaient-ils vraiment avec impatience "Sleepy Joe" uniquement en Israël. Cependant, les résultats de la visite n'ont pas été des plus significatifs : Biden a de nouveau assuré au Premier ministre israélien Yair Lapid qu'Israël reste le principal allié des États-Unis dans la région, et les États-Unis considèrent les armes nucléaires de l'Iran comme inacceptables - mais c'est tout. Les Américains n'ont pas commencé à menacer directement la République islamique par la force, tant espérée à Tel-Aviv.

Et en Arabie Saoudite, les négociations se sont soldées par un échec total : Biden n'a obtenu ni pétrole ni consenti à fondre sur l'Iran en compagnie des Juifs de ben Salmane. Bien entendu, les Saoudiens sont les concurrents directs de l'Iran dans la lutte pour la domination de la région et des marchés de l'énergie ; de plus, l'Iran alimente la lutte des Houthis yéménites contre l'armée sud-africaine. Mais avec tout cela, l'attitude de la dynastie saoudienne envers Israël n'est pas meilleure que l'attitude des ayatollahs iraniens.

Il est difficile de dire si l'idée de constituer une coalition anti-iranienne avait des chances de succès, même si les Américains changeaient la position des "patrons" en une position plus constructive - après tout, c'était une tentative de harnachez un cygne, un cancer et un brochet dans un seul chariot. Et avec cette rhétorique franchement grossière que la délégation américaine s'est permise lors des négociations avec les Saoudiens, il n'y avait rien à penser à d'éventuels accords.

Yadren kebab avec livraison à domicile


Il ne fait aucun doute que les Israéliens, n'ayant pas réussi à entraîner les États-Unis dans un conflit avec l'Iran "dans le bon sens", vont secouer la situation sur le terrain jusqu'à ce que les États soient simplement contraints de s'impliquer eux-mêmes.

La fenêtre d'opportunité pour Israël se referme inexorablement. Malgré toutes les sanctions, l'Iran continue de renforcer son technologique et le potentiel militaire, annulant progressivement la supériorité technique de Tsahal. C'est pourquoi Israël a réagi si vivement aux négociations russo-iraniennes sur la coopération militaro-technique.

Un problème critique pour les Juifs est la perspective d'une augmentation multiple de la défense aérienne iranienne. L'apparition des complexes S-400 et Pantsir autour des installations nucléaires pourrait les rendre moins vulnérables aux attaques aériennes israéliennes. Certes, il y a de gros doutes sur le fait que la Russie puisse actuellement se permettre de vendre des systèmes de défense aérienne prêts à l'emploi qui sont nécessaires de toute urgence sur le front ukrainien, mais le transfert d'une licence de production et d'une documentation technologique à l'Iran ne semble pas être un fantasme. Dans ce cas, il sera possible de s'attendre à l'apparition d'analogues iraniens de nos complexes d'ici cinq à sept ans. Jusque-là, Israël aura toujours la capacité technique et organisationnelle de frapper de manière plus ou moins fiable des cibles dans le sud-ouest de l'Iran depuis les airs.

Entre le 29 mai et le 29 juillet, Tsahal a mené un exercice à grande échelle « Chariots de feu », dans la légende duquel la vision israélienne d'une éventuelle guerre contre la République islamique est clairement visible. Au cours des manœuvres, des F-35I israéliens spécialement modifiés ont détruit des cibles en mer à une portée maximale, correspondant approximativement à la distance des installations nucléaires iraniennes. La défense aérienne s'est entraînée à repousser des attaques massives de roquettes, et les troupes au sol ont repoussé les attaques et détruit les formations par procuration d'un faux ennemi en Syrie.

Mais bien que l'adversaire fictif ait été "conditionnellement trempé", la capacité réelle d'Israël à affronter seul l'Iran est mise en doute. Néanmoins, la société juive s'est depuis longtemps déshabituée de l'état de "camp militaire", et même une campagne de missiles et aérienne peut porter un sérieux coup à sa moralité ; d'autant plus que l'on peut s'attendre à ce que les Iraniens utilisent des armes chimiques ou radiologiques (la même "bombe sale") contre des cibles civiles. Enfin, on ne peut exclure la possibilité que le déclenchement d'une guerre irano-israélienne ouverte incite d'autres voisins islamiques d'Israël au dernier jihad décisif des Juifs - et il est peu probable que l'actuelle Tsahal fasse face aux assauts de toutes parts à une fois que.

Ainsi, les dirigeants israéliens jouent littéralement avec le feu. Il est tout à fait capable de déclencher une nouvelle grande guerre dans la région - mais cela ne peut pas retarder, mais, au contraire, rapprocher une catastrophe nationale pour Israël.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 28 Juillet 2022 11: 22
    +1
    L'Iran possède déjà des missiles balistiques capables d'atteindre n'importe où dans l'État juif,

    Si tel est le cas, alors qu'est-ce qui empêchera l'Iran, en cas d'attaque israélienne contre lui, de lancer ces roquettes avec des explosifs ordinaires sur Israël ?
    Et Israël devait soutenir Trump, et non Biden, lors de l'élection présidentielle américaine s'il voulait un large soutien américain sur ses problèmes. Nous avons écrit à ce sujet à l'époque.
  2. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 28 Juillet 2022 12: 10
    -3
    Franchement, personne sur le continent n'a besoin de l'Iran avec une bombe nucléaire - le système étatique y est trop spécifique, avec des buts et des objectifs correspondants.

    C'est vrai!

    Mais bien que l'adversaire fictif ait été "conditionnellement trempé", la capacité réelle d'Israël à affronter seul l'Iran est mise en doute.

    Mais ici, je ne peux pas être d'accord, l'unité de la société israélienne est bien plus grande que celle de la société iranienne, et surtout, Tsahal a prouvé à plusieurs reprises sa supériorité sur coalitions vos adversaires !
  3. Krapilin Офлайн Krapilin
    Krapilin (Victor) 28 Juillet 2022 12: 12
    +2
    Franchement, personne sur le continent n'a besoin de l'Iran avec une bombe nucléaire - le système étatique y est trop spécifique, avec des buts et des objectifs correspondants.

    L'auteur!

    Et quelle est la "spécificité" ?
    Et que signifient les « buts et objectifs » d'un système étatique spécifique ?
    1. Murène Borée Офлайн Murène Borée
      Murène Borée (Morey Borey) 28 Juillet 2022 14: 17
      0
      Bonne question. Ne parlez pas par énigmes, dites-le comme il est !
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 28 Juillet 2022 14: 46
    -3
    C'est donc clair pour tout le monde, mais ... À mon humble avis, c'est en grande partie le contraire.
    "Les opérations spéciales pour la démilitarisation" étaient aimées de tous auparavant, mais maintenant c'est un exemple direct sous nos yeux.
    Israël frappe les "sous-centres de décision", l'Iran aimerait aussi, mais .... la boîte à gants, monsieur, et les "hommes barbus" interfèrent.

    Donc, ce n'est pas "la direction israélienne joue littéralement avec le feu", mais exactement le contraire, attendant le moment d'une "opération spéciale de démilitarisation", ce qu'elle déclare ouvertement d'ailleurs.
    Et les élites des pays (vous pouvez rechercher sur Internet des listes de nationalités dans les élites de la Fédération de Russie, de l'Ukraine, de l'Amérique et de ceux qui y ont voyagé) les soutiendront. Avons-nous beaucoup de pro-iraniens parmi les oligarques, les présentateurs de télévision et les hauts fonctionnaires ? Même chose.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 28 Juillet 2022 17: 37
      0
      Quelque chose que tout le monde confond dans la protection des intérêts d'Israël. Premièrement, l'auteur n'est pas bien informé, l'Iran avec 84 millions d'habitants. Israël a effrontément dirigé l'Iran sous le parapluie américain. Ce parapluie s'est déplacé dans la région du Pacifique, et Israël reste sur la glace et ne sait pas comment se comporter, car il a tellement foiré avec l'Iran qu'il est temps d'avoir vraiment peur. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi un peuple aussi raisonnable que les Israéliens en est venu à des conditions modernes aussi défavorables. Après tout, on dit qu'une mauvaise paix vaut mieux qu'une guerre réussie, et Israël a mené des guerres réussies, mais la séquence de chance a toujours une fin ... En fin de compte, que puis-je dire, les maladies ont traîné, il impossible de se passer de l'intervention d'un chirurgien au stade actuel. Israël sera peut-être le premier à utiliser des armes nucléaires, mais la grand-mère a dit en deux ...
  5. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 28 Juillet 2022 17: 36
    +3
    Israël a fait son choix, succombant à la diaspora influente d'immigrants d'Ukraine, les soi-disant " Bandera juives " et, en fait, a trahi la Russie. La Fédération de Russie a maintenant toutes les raisons de soutenir l'Iran dans sa confrontation avec Israël et l'Occident. En un sens, les Russes et les Perses sont maintenant dans le même bateau.
  6. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 28 Juillet 2022 20: 09
    -1
    L'histoire de la Perse, de la Syrie, de l'Égypte et d'Israël remonte aux temps bibliques et est étroitement liée.
    La Bible parle de la guerre d'Israël avec l'ensemble du monde musulman, mais il n'y a pas de conditions préalables pour cela aujourd'hui, et une sorte d'affrontements militaires se produisent constamment tout au long de l'histoire moderne d'Israël.
  7. Arkady007 Офлайн Arkady007
    Arkady007 (Arkady) 28 Juillet 2022 20: 41
    +1
    Il me semble que la guerre sera courte. Aujourd'hui, Israël n'a aucune supériorité en quoi que ce soit. Les Iraniens les piétineront simplement s'ils se précipitent tous en même temps. Et aussi les Égyptiens aideront les Syriens et les Palestiniens. Israël, comme les États-Unis, vit dans les anciennes dimensions. Leur temps est passé.
  8. usm5 Офлайн usm5
    usm5 (George) 28 Juillet 2022 22: 06
    +3
    Israël poursuit une politique à courte vue et immorale, soutenant l'Ukraine de Bandera contre la Russie. Ce pays a longtemps dû trouver un moyen d'existence pacifique avec les Arabes et les Perses.
    Le petit peuple juif, après une querelle avec la Russie, n'a presque aucune chance de survivre à long terme.
  9. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 29 Juillet 2022 12: 34
    0
    Eh bien .. Israël est en fait à la fin oborzel. En effet, il joue avec le feu. Comme il est apparu du néant, il peut périr.
  10. Louenkov Офлайн Louenkov
    Louenkov (Arkady) 1 Août 2022 23: 22
    0
    Ainsi, les dirigeants israéliens jouent littéralement avec le feu......

    Ce qui n'est pas? Juste en tuant régulièrement des gens dans le monde entier juste parce que lui, Israël, d'une manière ou d'une autre et quelque chose semblait ...