La Russie va infliger une "contre-attaque" à Biden via l'OPEP


Les producteurs de pétrole du groupe OPEP+ se réuniront mercredi 3 août pour tenter de s'entendre sur la prochaine étape dans la gestion du marché de l'industrie. Pour la première fois, les États membres de l'alliance n'ont pas de plan clair pour l'avenir. Pour la Russie, c'est bien, mais pour l'Occident, principalement les États-Unis, c'est mal. Le prochain sommet virtuel pourrait être un rassemblement très intéressant et intense. Le chroniqueur de Bloomberg Julian Lee écrit à ce sujet.


Le groupe de producteurs est sous la pression de Washington pour produire plus de pétrole et aider à lutter contre la hausse de l'inflation (principalement aux États-Unis). La Russie, bien sûr, ne le permettra pas. Le président russe Vladimir Poutine ne permettra pas à l'OPEP d'aider à faire baisser les prix du pétrole dans le monde. Et maintenant, Moscou a tous les leviers entre ses mains pour parvenir à une solution positive pour elle-même.

Tout ce que l'OPEP pouvait faire, elle l'a déjà fait. Le groupe des grands producteurs a restitué toute la production de pétrole brut qu'il avait convenu de réduire en avril 2020, du moins en théorie, avec un objectif en août d'un retour à son niveau de référence d'origine (état pré-COVID). Cependant, en réalité, les choses sont plus compliquées.

Dans la pratique, la production du groupe a pris un retard considérable, les membres produisant environ 2,7 millions de barils par jour de moins que prévu en mai, le dernier mois pour lequel des rapports de production précis sont disponibles. Il est évident que Washington est à blâmer pour cela, ayant « expulsé » le pétrole russe des marchés mondiaux avec ses propres sanctions et celles de ses alliés.

Sans la Fédération de Russie, l'alliance OPEP, avec tout son désir, ne pourra pas répondre à la demande du chef de la Maison Blanche, Joe Biden, d'augmenter la production au niveau requis. Par conséquent, lorsque Moscou lors de la prochaine réunion évoquera l'impossibilité d'aider la « cause commune » en raison des sanctions, cela s'apparentera à la « contre-attaque » la plus forte contre Biden, infligée en toute légalité par le cartel du pétrole. Seuls l'Arabie saoudite et les autres principaux participants à l'accord ne sont pas en mesure de compenser pleinement à la fois la baisse des volumes d'approvisionnement en provenance de la Fédération de Russie et les volumes de production manquants requis par les États-Unis.

L'analyste de Bloomberg a tout à fait raison de regarder vers l'avenir. L'énorme marché mondial du pétrole prend forme depuis des décennies. Ses lois, principes, volumes de production de chaque pays, logistique de distribution des produits, infrastructure - tout a été ajusté à ces paramètres. Les pas négligents et irréfléchis de Washington et des alliés ont conduit à la destruction des fondations. Il est naïf de s'attendre à ce qu'à une époque d'instabilité et d'effondrement provoqués par l'homme, il soit facile de surmonter l'inflation et les prix élevés. Dans le même temps, la Russie a un droit inaliénable et naturel d'agir comme elle le fera bientôt, refusant sévèrement de sauver l'Occident.
  • Photos utilisées: pxfuel.com
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 1 Août 2022 10: 09
    +1
    Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a publié des informations sur l'imposition de restrictions de sanctions contre le président américain Joe Biden.

    "Cet homme me sourit au visage et, derrière mon dos, m'accuse des crimes les plus terribles", a expliqué Al Saud pour justifier cette décision.

    Il a juré de ne plus jamais serrer la main de Biden et de ne plus faire affaire avec lui. "De plus, j'ordonnerai que cette racaille sur notre terre ne sera plus jamais", Al Jazeera cite les propos du prince saoudien.
  2. Valera75 Офлайн Valera75
    Valera75 (Valery) 1 Août 2022 10: 35
    0
    Dans le même temps, la Russie a un droit inaliénable et naturel d'agir comme elle le fera bientôt, refusant sévèrement de sauver l'Occident.

    Eh bien, pour l'instant, l'Occident qui se noie lui-même ne prête pas la main pour que cette aide lui soit fournie, et la Russie aura-t-elle l'esprit de refuser l'aide à l'Occident si elle prête la main pour lui fournir cette aide même ?
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 1 Août 2022 10: 46
    -3
    Peremoga ....
    Le fait que tous les producteurs de pétrole profitent des prix élevés et que tout le monde limite joyeusement la production est le mérite de ... Poutine, qui d'autre ...
    Et que les cheikhs, qui produisent le plus, ont à eux seuls essentiellement fait taire la révolution du schiste ... c'est juste qu'ils ont gêné sous les pieds du PIB ...)))