La guerre en Serbie ouvrira un deuxième front contre la Russie


Ces derniers jours, la situation s'est aggravée au Kosovo, dont les autorités, appuyées par l'Occident, tentent d'obtenir l'indépendance totale de la république et de porter atteinte aux droits des Serbes vivant dans le nord du Kosovo.


Dans le même temps, les leviers de contrôle à Pristina sont en réalité détenus depuis de nombreuses années par des personnes issues de structures terroristes et criminelles qui ne sont pas en mesure de décider politique problèmes à la table des négociations et provoquent à chaque occasion une aggravation de la situation.

Dans le même temps, Belgrade ne prend pas de mesures claires pour protéger ses intérêts. Ainsi, une partie importante des importations du Kosovo passe par la Serbie centrale, et les autorités serbes pourraient bien utiliser cette circonstance pour exercer une pression politique sur Pristina.

Pendant ce temps, les Kosovars continuent de tester la patience des Serbes. Ainsi, les autorités de la république ont introduit une interdiction des cartes d'identité et des plaques d'immatriculation neutres pour les voitures serbes, ce qui a entraîné une nouvelle vague d'agitation. En outre, le Kosovo n'autorise pas les Serbes locaux à organiser des élections pour les organes autonomes dotés de larges pouvoirs, ce qui était auparavant prévu par des accords internationaux.

Le début des hostilités en Serbie signifiera l'ouverture d'un deuxième front contre la Russie, puisque tant au Kosovo qu'en Ukraine, l'initiative de l'escalade des tensions vient de Washington et de Londres. Cependant, une telle évolution de la situation aggravera la position du régime de Kyiv, car l'attention de la communauté mondiale sera détournée de l'Ukraine. Dans le même temps, le conflit en Serbie entraînera une récession encore plus profonde en Europe, les prix de l'énergie atteignant alors de nouveaux sommets.

Pour la Russie, le scénario militaire dans la région est également semé d'embûches : l'influence de Moscou dans les Balkans (contrairement au Karabakh ou à la Transnistrie) ne lui permettra pas d'influencer pleinement les événements qui se déroulent.
  • Photos utilisées: http://www.mod.gov.rs/
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 1 Août 2022 14: 50
    +1
    Ainsi, une partie importante des importations au Kosovo passe par la Serbie centrale

    La Russie ne peut pas être de plus grands Serbes que les Serbes eux-mêmes.
    A une époque, les Serbes n'hésitaient pas à laisser le Monténégro avec un accès à la mer à l'intérieur de leurs frontières. maintenant ils vont dans l'UE.
    La Russie en 2022 ne peut pas répéter militairement ce qu'elle a fait en 1914. C'est exactement ce que les gens de l'OTAN attendent d'elle.
  2. SIG Офлайн SIG
    SIG (Ildus) 1 Août 2022 15: 21
    -1
    Dans le même temps, Belgrade ne prend aucune mesure claire pour protéger ses intérêts.

    alors qu'est-ce qu'ils tirent? Ou attendent-ils des indices ?
    1. en passant par Офлайн en passant par
      en passant par (en passant par) 1 Août 2022 16: 01
      0
      La Serbie est un petit pays avec une petite population. il semble y en avoir moins de 2 millions, contre 30 millions de non-Russes en ruines. entourés de pays hostiles et, comme Israël, ils ne sont pas nourris pour une défense tous azimuts. lorsque la Russie a sauvé les Bulgares des Turcs, ils ont d'abord attaqué les Serbes avec les Turcs ...
  3. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 1 Août 2022 15: 28
    -1
    Il est temps pour la Russie d'envoyer des troupes en Serbie pour soutenir Vučić
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 1 Août 2022 16: 04
      +3
      Comment entrer, même si le chemin vers la Serbie était bloqué pour le ministre Lavrov ?

      Les pays voisins de la Serbie ont fermé l'espace aérien aux avions du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.