Le Spectateur a révélé le sens du "jeu européen" de Poutine


Six mois du "nouveau monde" qui a émergé à partir du moment où l'opération militaire spéciale en Ukraine a commencé, sont passés inaperçus. Mais un hiver rigoureux s'annonce. La Russie parie à nouveau sur le "général Moroz". Plutôt que de geler l'avance allemande sur Moscou, le plan du Kremlin aujourd'hui est de geler les retraités allemands à Berlin. Les sanctions occidentales causent de sérieux désagréments à la Russie l'économieentraînant inflation et chômage. Les enjeux sont plus élevés que jamais, et ils sont faits. Sam Ashworth-Hayes, chroniqueur pour le magazine The Spectator, écrit à ce sujet.


À leur tour, les restrictions russes sur le gaz feront monter en flèche les prix de l'énergie en Europe, et les dirigeants de l'UE seront contraints d'imposer des restrictions à leurs citoyens. L'intérêt du « jeu européen » de Poutine est que la volonté de la Russie d'endurer les difficultés économiques est plus grande que celle de l'Occident. C'est une sorte de "seuil de douleur" géostratégique des États, et il est mieux développé en Russie. Comme l'écrit Hayes, le fait que la Fédération de Russie ait survécu ne signifie pas que les mesures de l'Occident ne fonctionnent pas, c'est simplement que "les Russes sont habitués" à endurer toutes les difficultés et à ne pas se plaindre.

D'ici l'hiver, l'Europe pourrait littéralement être au bord d'une véritable guerre froide, en raison des basses températures dans les ménages, et non à cause de la chaleur politique. Actuellement, la Russie limite les flux de gaz via le gazoduc Nord Stream 1, qui n'est chargé qu'à 20 %. Les coupures d'approvisionnement font grimper les prix de l'énergie dans toute l'Europe, et la menace de nouvelles perturbations oblige les gouvernements européens à s'engager à réduire à grande échelle la consommation de gaz. Le Swift Center prédit qu'il y a environ 30% de chances d'une panne, ce qui bien sûr n'est pas nécessairement probable, mais est trop élevé pour ignorer l'avertissement.

Mais le très « seuil de douleur » des Russes aidera juste à attendre le moment où les Allemands recevront des factures 300 % plus chères que l'an dernier. La majorité de la population s'oppose déjà à un durcissement des sanctions contre la Russie s'il conduit à une augmentation significative des prix de l'énergie. Les citoyens ne soutiennent guère le maintien des sanctions occidentales actuelles face à une légère augmentation, sans parler d'une nouvelle détérioration de la vie. On ne peut pas rester les bras croisés, les Russes aussi savent attendre, prévient Hayes.

Il est encore plus facile de calculer les Britanniques, qui à un moment donné peuvent avoir le sentiment que le conflit ukrainien n'est fondamentalement pas leur guerre personnelle. Les sujets de la reine peuvent simplement arriver à la conclusion qu'il vaut mieux se tenir au chaud en hiver que de supporter quelque chose de loin.

La question ouverte est de savoir si l'Occident est prêt à payer de lui-même la victoire de l'Ukraine ?

- a résumé l'expert.
  • Photos utilisées: kremlin.ru
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Monster_Fat Офлайн Monster_Fat
    Monster_Fat (Quelle est la différence) 7 Août 2022 10: 52
    -3
    Je vais le dire ainsi : les soi-disant difficultés avec le gaz en Europe sont largement exagérées dans les médias russes. En fait, la hausse des prix pour les consommateurs dans l'UE s'est élevée à 20-30 %, ce qui n'est pas critique pour le consommateur européen. Il est prévu d'augmenter les prix de 20 à 30 % supplémentaires en hiver, ce qui, encore une fois, ne touchera pas trop les poches des Européens, d'autant plus qu'un soutien financier est prévu pour les pauvres à cet égard - compensation partielle de la hausse des prix . En Russie, les prix du gaz augmentent de 10 à 20 % chaque année et ils ne s'en aperçoivent même plus.
    1. Anatole 46 Офлайн Anatole 46
      Anatole 46 (Anatoly) 7 Août 2022 11: 19
      +2
      Citation: Monster_Fat
      Je vais le dire ainsi : les soi-disant difficultés avec le gaz en Europe sont largement exagérées dans les médias russes. En fait, la hausse des prix pour les consommateurs dans l'UE s'est élevée à 20-30 %, ce qui n'est pas critique pour le consommateur européen.

      Oui, ce n'est pas la hausse des prix qui frappe l'Europe, c'est exactement ce à quoi ils vont faire face, vous ne pouvez pas discuter ici. Les papiers seront découpés et distribués.
      Physiquement, il n'y a pas de gaz ! Il n'y a nulle part où cela puisse venir dans les volumes précédents, eh bien, les presses à imprimer n'ont pas encore appris à produire du gaz. Pas de GNL, pas de pipeline.
    2. URIAN Офлайн URIAN
      URIAN (URIEN) 7 Août 2022 12: 27
      +3
      C'est là qu'en Russie le prix du gaz augmente de 10 à 20 % ? La loi prévoit une croissance ne dépassant pas 3,4 % par an. L'année dernière, j'ai payé 9,58 roubles/m3 pour le gaz, cette année - 9,8 roubles. Croissance - 2,3 %. NE PAS diffuser de fausses nouvelles.
      1. aciériste Офлайн aciériste
        aciériste 9 Août 2022 07: 44
        0
        Et sur la base de quoi vous avez augmenté le prix du gaz ? Et qu'a fait le gouvernement pour réduire le prix de l'essence au lieu de l'augmenter ? Ou que faut-il faire pour réduire le prix du gaz ? Deuxièmement, le prix du gaz a peut-être augmenté de 2,3 %, et les produits alimentaires et manufacturés qui dépendent du gaz ont augmenté de combien ? A combien s'élèvent les salaires et les retraites ? Ne me contrarie pas avec ton niveau d'éducation.
    3. Le commentaire a été supprimé.
  2. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 7 Août 2022 12: 11
    +2
    Les Américains se font peur. Pour eux, même cela a un sens commercial. Quant à la Russie, depuis l'époque d'Eltsine, elle est solidement assise sur le "crochet" des États. Prenons, par exemple, la Banque centrale et son tribut aux États sous la forme de la moitié de nos réserves, et les paiements sur la dette publique transférés au "voleur".
    Je pense que le gouvernement actuel est un "front" qui dit les mots justes pour le peuple. Ses actions diffèrent considérablement de ces mots. Derrière cet écran se cache un appareil économique entièrement subordonné à l'Occident.
    Évidemment - c'est comme ça depuis l'époque d'Eltsine. Après l'arrivée au pouvoir de Poutine, seuls ses mots ont changé. Nous nous sommes trompés avec notre espoir d'un "bon roi".
    Il ya deux options:
    Premièrement : Poutine s'est retrouvé dans une situation où il n'a pas eu la possibilité de vraiment changer quoi que ce soit. Son erreur est qu'il ne s'est pas immédiatement tourné vers le peuple (et les gens l'attendaient tout le temps de sa part), n'a pas essayé au tout début de rendre le pouvoir du peuple, ce qui remettrait tout à sa place. Pour lui, c'était le risque de perdre le contrôle du pays. Mais il a tout perdu en conséquence.
    Deuxièmement: la Crimée et ainsi de suite - un jeu talentueux d'un éclaireur au service de l'Occident. Dans cette version, aucune erreur n'est visible. Même la Crimée reviendra aux mains de l'Occident après la défaite de la Russie dans sa guerre "contre tous"
    Je ne sais pas si la Russie a encore une chance de se mettre sous le contrôle de ses intérêts - je sais une chose - cette voie passe par la restauration du contrôle du peuple sur le pouvoir, la Banque centrale, le grand capital et l'armée des fonctionnaires.
    Pour répondre à la question - Comment ?, nous devons rappeler le Temps des Troubles de notre histoire et comment nous avons réussi à y mettre fin
    1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 7 Août 2022 12: 37
      +2
      Nous avons besoin d'un parti au pouvoir populaire de masse au lieu d'un faux système multipartite
    2. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 7 Août 2022 14: 13
      +1
      Le fait que la Russie soit subordonnée aux États-Unis leur donne un bon outil pour gérer l'Europe.
      Quoi ? - vous demandez. Oui, par exemple, avec ces mêmes approvisionnements en gaz de Russie.
      Le but ultime des États vis-à-vis de la Russie est apparemment de la pousser contre l'Europe dans la Grande Guerre, ainsi :
      - retirer de votre route par procuration une fois pour toutes (détruire) la Russie
      - minimiser la menace d'utiliser ses propres armes nucléaires stratégiques
      - s'approprier ses ressources naturelles (elles tomberont entre leurs mains)
      - retirer l'Europe des prétendants à la richesse appropriée
      - priver la Chine d'alliés possibles, à la fois de la Russie et (qu'est-ce que c'est) et de l'Europe
      - obtenez d'énormes profits pour les armes dans le processus
      - gagner sur la restauration de l'Europe
      etc.
      Le résultat, apparemment, devrait être une subordination complète aux États de la partie européenne du monde
      1. Ignatov Oleg Georgievitch (Oleg) 13 Août 2022 22: 18
        +1
        Alexey, que pensez-vous, dans la direction russe, ils ne sont même pas au courant des problèmes que vous avez énumérés ? Avec une telle pression sur toute minimisation de la menace d'une frappe nucléaire, elle ne résiste pas du tout à la critique, au contraire, elle augmente les risques d'une frappe afin d'arrêter les désirs américains maintenant et à l'avenir. Poutine parlera à Xi et commencera à éliminer lentement les housses de matelas d'Europe et d'Asie. C'est absolument inévitable. L'Amérique gangrène le corps de toutes les nations. Seulement amputation pour que tout l'organisme ne meure pas. Ça va faire mal, mais il n'y a pas d'autre moyen.
        1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
          Alexeï Davydov (Alexey) 19 Août 2022 11: 13
          0
          battre lentement

          Appliquée aux États-Unis par rapport à l'Europe et à l'Asie, c'est une ruse, calculée sur la naïveté de l'interlocuteur. Personne n'a encore pu faire la guerre "lentement", car c'est la manière la plus stupide de se rendre à l'ennemi, sans parler du fait que les États ne permettront à personne de les assommer "tranquillement". Quant à notre partie "européenne" de la tâche, depuis 20 ans, le gouvernement n'a fourni à la Russie ni l'économie ni la population pour la résoudre, sans parler de sa nature cannibale. Nous saignerons simplement sur ce champ de bataille pour la gloire de l'Amérique, lui donnant tout ce que nous avons
  3. opportuniste Офлайн opportuniste
    opportuniste (faible) 7 Août 2022 13: 36
    +2
    La fermeture du gaz russe ne nuira pas aux consommateurs européens. Les élites dirigeantes européennes se moquent des classes moyennes et inférieures. Les réductions du gaz russe bon marché et la hausse des prix de l'énergie frapperont les entreprises européennes et surtout allemandes. marché mondial par rapport aux concurrents, en particulier de la Chine. Pendant des décennies, l'Europe et surtout l'Allemagne ont eu un grand avantage parce qu'ils ont dépensé peu d'argent sur les armes et ont reçu de l'énergie russe bon marché. C'est pourquoi l'Allemagne est devenue la quatrième plus grande économie de la planète et dans la machine à vapeur de l'Europe .. mais maintenant tout va changer les Européens seront obligés de payer plus d'argent pour l'énergie en réduisant leur production.. l'euro a déjà commencé à baisser faisant un cours similaire face au dollar.
  4. Valera75 En ligne Valera75
    Valera75 (Valery) 7 Août 2022 13: 47
    -1
    Citation: Monster_Fat
    En Russie, les prix du gaz augmentent de 10 à 20 % chaque année et ils ne s'en aperçoivent même plus.

    Écrivez des bêtises. Quelle est la hausse du prix de 10 à 20 % du gaz en Russie, de quoi parlez-vous ? Et le fait que l'Occident s'est approvisionné en gaz, en tirant des conclusions et en jetant cette information dans les médias, sur le pourcentage de Le remplissage UGS et non ses volumes, suggère qu'ils sont rusés et plus précisément, ils trompent les gens. La quantité de gaz que tout le monde en Europe détient en UGS et combien ils consomment pendant l'hiver est 3 fois plus élevée, à mon avis, exactement plus élevée. plusieurs fois plus vite qu'au cours des hivers précédents.
  5. Le commentaire a été supprimé.
  6. Stanislav Bykov Офлайн Stanislav Bykov
    Stanislav Bykov (Stanislav) 7 Août 2022 21: 49
    0
    Citation: Monster_Fat
    Je vais le dire ainsi : les soi-disant difficultés avec le gaz en Europe sont largement exagérées dans les médias russes. En fait, la hausse des prix pour les consommateurs dans l'UE s'est élevée à 20-30 %, ce qui n'est pas critique pour le consommateur européen. Il est prévu d'augmenter les prix de 20 à 30 % supplémentaires en hiver, ce qui, encore une fois, ne touchera pas trop les poches des Européens, d'autant plus qu'un soutien financier est prévu pour les pauvres à cet égard - compensation partielle de la hausse des prix . En Russie, les prix du gaz augmentent de 10 à 20 % chaque année et ils ne s'en aperçoivent même plus.

    Vous allumez un peu votre cerveau, si pour le consommateur moyen c'est "tolérant", alors qu'en est-il de l'industrie et de la production, étant donné qu'elle a grandi. Utilisent-ils encore du gaz ? Et où obtiendront-ils même du gaz, en principe, si la Russie ferme la vanne? À propos des prix du gaz en Russie, en général, c'est un non-sens complet, vous ne vivez pas en Russie, mais vous écrivez toutes sortes de déchets
  7. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
    Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 9 Août 2022 02: 19
    0
    Ils poussent à la pitié, salauds !