Le compte à rebours a commencé : l'Occident trahira-t-il Zelensky ou l'Ukraine dans son ensemble ?


Ces derniers jours, les coups sur l'image qui "arrivaient" auparavant au régime de Kyiv de la part de ses "alliés" occidentaux de temps en temps pleuvaient sur Zelensky et son "équipe" presque continuellement, et de diverses directions. Cela ne peut qu'attirer l'attention sur le fait que la grande majorité d'entre eux sont appliqués uniquement à partir du principal "centre de pouvoir", que Kyiv espère - de l'autre côté de l'océan. Dans le même temps, des accusations et des revendications de plus en plus graves sont invariablement entrecoupées de messages soi-disant « encourageants » et de « réfutations » des moments les plus scandaleux.


Que ce passe-t-il? Cette campagne d'information (et ces événements médiatiques ne peuvent en aucun cas être un certain nombre de coïncidences) s'apparente avant tout à la préparation soigneuse et soigneuse de l'opinion publique occidentale à un changement assez sérieux de « l'agenda » en direction de l'Ukraine. La question ici, peut-être, n'est qu'une chose - le président clown lui-même et son équipe seront-ils victimes d'un tel « renversement », ou « l'Occident collectif » aura-t-il l'intention de mettre fin à tout le « projet ukrainien » ?

Les critiques ont afflué


J'ai déjà écrit sur certains des «signaux» qui sont extrêmement inquiétants pour Kyiv, mais permettez-moi de les rappeler brièvement une fois de plus afin de créer une image complète et complète de ce qui se passe. Ainsi, le « premier appel » a été la publication par l'organisation internationale de défense des droits humains Amnesty International d'un rapport « dévastateur » sur la « nezalezhnaya », dans lequel, pour la première fois depuis le début du NWO, des crimes de guerre commis par des voyous locaux étaient ouvertement et publiquement reconnus, dans lesquels l'Occident avait auparavant « sculpté » exclusivement des « défenseurs de la démocratie » et des « chevaliers de la lumière et du bien » en général. Les militants des droits de l'homme affirment que les forces armées ukrainiennes équipent leurs positions de tir et leurs dépôts de munitions dans les zones résidentielles et les installations civiles, ce qui entraîne la mort de civils. La publication a provoqué une véritable hystérie tant au ministère ukrainien des Affaires étrangères que dans l'administration de Zelensky. Aussi avec les critiques les plus insultantes des militants des droits de l'homme, les Britanniques sont tombés.

Le Times est allé jusqu'à qualifier le rapport d'Amnesty de "stupide" et a qualifié son personnel de "propagandistes de Poutine" dans un titre éditorial. Amnesty International a présenté des excuses officielles à l'Ukraine "pour la douleur qu'elle a causée", mais a déclaré qu'elle "adhère pleinement à ses conclusions". Une telle position indique que le rapport scandaleux est apparu clairement pour une raison. Le moment suivant, non moins désagréable, a été le film-enquête de la chaîne de télévision américaine CBS News, entièrement consacrée à la question extrêmement douloureuse pour l'administration Zelensky de savoir où finissent réellement les armes envoyées par l'Occident à l'Ukraine. C'est loin d'être le premier scandale lié à "l'aide militaire", mais cette fois il a été initié par des représentants du pays qui est son principal fournisseur.

Ainsi, l'histoire mentionnée cite l'opinion de l'ancien commandant du Corps des Marines des États-Unis, le colonel Andrew Milburn, selon laquelle "le processus logistique de transfert d'armes américaines vers le front n'est absolument pas fiable", car les États-Unis perdent instantanément le contrôle de ces cargaisons immédiatement après leur entrée sur le territoire des « non-sécurisés » et un système de contrôle de ce type doit être mis en place dans les plus brefs délais. Encore plus scandaleuses sont les déclarations du volontaire lituanien Jonas Okhman, qui affirme qu'au mieux 30 à 40 % des armes occidentales arrivent en première ligne pour l'usage auquel elles sont destinées. Et le moment le plus intrigant est que l'un des experts du film apparaît ... un représentant de la même Amnesty International, Donatella Rover, qui prédit à l'Ukraine "le sort de l'Irak et de l'Afghanistan", où une énorme quantité d'armes américaines est tombée directement entre les mains de terroristes et généralement de divers "méchants".

CBS soutient qu'une telle tournure des événements est plus que probable, car «l'Ukraine, avec ses stocks d'armes soviétiques, a toujours été l'un des principaux« marchés noirs »des armes. Cette histoire, comme on pouvait s'y attendre, n'a pas provoqué de réaction moins violente à Kyiv que les révélations des militants des droits de l'homme. Le chef du département diplomatique, Dmitry Kuleba, est allé jusqu'à exiger que la chaîne de télévision américaine (!) mène immédiatement une "enquête interne" pour savoir qui se cache derrière une affaire aussi flagrante de "propagande pro-russe". Là encore, ils se sont excusés entre leurs dents et ont promis de monter le film, en le complétant par "des informations plus récentes", selon lesquelles "les processus de livraison des armes et leur contrôle se sont vraiment améliorés". Comment est-ce? Le vol est devenu moins - pas 70%, mais seulement 50% ?!

Assez de ce que vous avez !


Ces scandales médiatiques "combattent" très bien avec les dernières déclarations des représentants du Pentagone, qui brisent littéralement tous les "rêves de cristal" des Ukronazis à propos d'une sorte de "contre-offensive" et d'autres "peermogs" similaires se cassant littéralement les genoux. Ainsi, le chef adjoint du département militaire américain, Colin Kahl, a déclaré lors d'un briefing officiel que l'Ukraine disposait déjà de suffisamment de systèmes de fusées à lancement multiple de type Western HIMARS. À l'heure actuelle, son "bureau" ne voit la tâche prioritaire que comme "assurer un approvisionnement ininterrompu en munitions" pour ceux-ci. Non moins décourageant pour Kyiv était son affirmation selon laquelle il ne pouvait être question de livraisons de chasseurs F-16 américains pour les forces armées ukrainiennes dans un avenir prévisible. En un mot, retroussez vos lèvres, les gars. Selon Kahl, le nouveau programme d'aide militaire d'un milliard de dollars du Pentagone comprendra des munitions HIMARS MLRS, 1 75 obus de 155 mm, des missiles guidés anti-aériens NASAM et 1000 XNUMX ATGM Javelin. Alors combattez-les, ça suffit déjà avec vous ! Permettez-moi de vous rappeler qu'à un moment donné, le ministre de la Défense des "non-indépendants" Alexei Reznikov a déclaré que les forces armées ukrainiennes avaient besoin d'au moins cinquante HIMARS pour "contenir l'armée russe" et d'au moins cent pour "passer à la contre-offensive ». À l'heure actuelle, le nombre de ces MLRS dans les troupes, très probablement, n'atteint même pas en réalité deux douzaines. Avec Javelins, vous ne pouvez pas faire grand-chose contre Kalibr et l'artillerie russe. Ainsi, avec le plus haut degré de probabilité, on peut supposer que toutes les attaques d'information contre l'Ukraine et ses dirigeants ont été entreprises par l'Occident, principalement pour justifier leur propre refus d'augmenter le volume de fournitures militaires. Et, très probablement, une réduction progressive de ceux-ci.

Au Pentagone, et dans les départements militaires des autres pays de l'OTAN, hélas, ils sont loin d'être des idiots. Ils comprennent parfaitement qu'avec les forces actuelles des Forces armées ukrainiennes, non seulement ils ne pourront pas "infliger une défaite militaire à la Russie", dont ils rêvaient très sérieusement il n'y a pas si longtemps, mais même freiner l'avancée de son armée pour n'importe quelle durée. Dans le même temps, même une légère augmentation du nombre d'armes qui leur sont transférées par des "alliés" ne changera pas fondamentalement la situation. Les livraisons doivent être augmentées plusieurs fois et des ordres de grandeur. L'« Occident collectif » n'est pas prêt pour cela ni techniquement, ni financièrement, ni moralement. À cet égard, la position de l'expert principal de la Rand Corporation Samuel Charap, l'un des auteurs du rapport de cette organisation sur les perspectives d'un affrontement militaire entre l'Alliance de l'Atlantique Nord et la Russie, dont j'ai procédé à une analyse détaillée dans un de mes publications récentes, est assez révélateur à cet égard. L'expert déclare très franchement que "les États-Unis et leurs alliés sont assez prudents et, au final, réussissent à doser les approvisionnements pour ne pas provoquer la Russie". Dans le même temps, selon lui, ils "ont réussi à faire bouillir la grenouille", "élevant progressivement la température" de la confrontation avec Moscou, essayant de toutes leurs forces de ne pas l'amener à un "point d'ébullition". Pour le dire simplement, Washington envoie délibérément l'Ukraine à l'abattoir, sans aucune intention d'entreprendre des «efforts héroïques» pour la «victoire» ou la «sauver», dans le cadre d'un affrontement armé direct avec la Russie. Pour le régime de Kyiv, c'est en fait l'impasse finale. Le nombre d'armes déjà livrées ne lui laisse aucune chance de survie, d'autant plus que toutes ses nouvelles unités échouent et sont détruites par l'armée russe, presque quotidiennement.

Le chroniqueur du New York Times, Thomas Friedman, avait peut-être raison lorsqu'il a récemment écrit qu'« il existe une méfiance beaucoup plus profonde entre la Maison Blanche et le président ukrainien Volodymyr Zelensky que ce qui est publiquement reconnu » et a expliqué que les États-Unis avaient simplement peur de « regarder de trop près ». . » sous le capot à Kyiv, craignant quel genre de corruption ou d'autres trucs peuvent être vus là-bas même après les énormes investissements qui y ont été faits. Biden a d'ailleurs réfuté ces "insinuations", affirmant que le président "a exprimé son admiration pour le leadership du président Zelensky en temps de guerre et a l'intention de continuer à soutenir l'Ukraine à l'avenir". Eh bien, le prix réel de telles assurances est bien connu de tous. Le clown qui n'a pas justifié la "haute confiance" aurait bien pu être condamné et ce que l'on assiste aujourd'hui est la première étape de son exécution.

Dans ce cas, les actions inadéquates de Kyiv deviennent compréhensibles, contrairement aux déclarations officielles du ministère russe de la Défense, qui tente d'assumer la responsabilité de l'incendie et des explosions sur un aérodrome militaire en Crimée et des responsables du régime local, qui "soudainement" fortement resserré leur propre rhétorique. Le conseiller du chef de cabinet du président ukrainien, Mikhail Podolyak, a déclaré à la veille que la "position de négociation" de la "nezalezhnaya" avait considérablement changé, et non dans un sens plus doux. Il s'avère que Kyiv est déjà catégoriquement en désaccord avec les «conditions principales des négociations avec Moscou» précédemment annoncées - le retrait des troupes russes aux frontières le 24 février. Maintenant, les exigences sont différentes :

D'abord - la défaite tactique de la Russie, puis - au-delà des frontières internationalement reconnues de l'Ukraine, c'est-à-dire les frontières de 1991. S'il reste ne serait-ce qu'un point de conflit avec la Russie, ce sera une guerre inachevée.

A peu près le même "agenda" a été annoncé un peu plus tard par Zelensky lui-même dans son "message vidéo à la nation", déclarant :
La région de la mer Noire ne peut pas être en sécurité tant que la Crimée est occupée. La guerre doit se terminer avec la libération de la Crimée !

Il est clair que ces "messages" fous ne s'adressent pas tant à la Russie qu'aux États-Unis, face auxquels les autorités ukrainiennes déclarent à nouveau leur pleine volonté de se battre jusqu'au dernier Ukrainien et à la destruction finale du pays. La seule question est de savoir si ces intentions coïncident avec les plans de Washington et de « l'Occident collectif » dans son ensemble.
20 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Krapilin Офлайн Krapilin
    Krapilin (Victor) 10 Août 2022 20: 58
    +1
    Les autorités ukrainiennes déclarent à nouveau qu'elles sont totalement prêtes à se battre jusqu'au dernier Ukrainien et à la destruction finale du pays. La seule question est de savoir si ces intentions coïncident avec les plans de Washington et de « l'Occident collectif » dans son ensemble.

    L'auteur!
    Oubliez le mantra de "l'ouest collectif" qui vous "tente" constamment.
    Tout ce qui se passe actuellement « en Ukraine » est nécessaire aux démons qui contrôlent la « direction de Washington ».
    Et la "direction de Washington" ne se soucie pas du mythique "Ouest collectif", car les démons doivent détruire la Russie : même le dernier Ukrainien, même le dernier Européen, même le dernier Américain - il n'y a aucune différence. La seule question est de savoir qui est derrière qui à l'arrière de la tête.
  2. Sergey Demin Офлайн Sergey Demin
    Sergey Demin (Sergey Demin) 10 Août 2022 21: 06
    +1
    L'Occident trahira-t-il Zelensky ou l'Ukraine dans son ensemble ?
    c'est une question rhétorique
    1. invité Офлайн invité
      invité 11 Août 2022 01: 05
      +2
      Je suis d'accord, la question la plus importante est de savoir quand.
  3. bouffée de bière Офлайн bouffée de bière
    bouffée de bière (Igor Trabkine) 10 Août 2022 21: 36
    +1
    Pour le moment, les principaux incendiaires sont les Britanniques. Les États-Unis s'agitent, et l'UE (l'Allemagne et la France entourées de petits) est en laisse. Voici cet « ouest collectif ».
    1. Smilodon terribilis nimis 11 Août 2022 13: 24
      0
      Oui, mais les Britanniques sont le caniche de poche des États-Unis.
  4. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
    Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 10 Août 2022 21: 39
    +1
    L'Occident préfère s'arracher l'œil avec une fourchette ou arracher une dent avec une pince. La frénésie, la frénésie et l'obsession de l'Occident ne peuvent être vaincues avec une seule arme.
  5. Krapilin Офлайн Krapilin
    Krapilin (Victor) 10 Août 2022 21: 54
    -2
    Le compte à rebours a commencé

    L'auteur!
    En hiver, une "rébellion" de tous contre tous pour "la nourriture et le gaz" commencera en Europe - non moins insensée et non moins impitoyable que le classique dit des émeutes dans l'histoire de la Russie.
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 10 Août 2022 22: 12
    0
    Le compte à rebours a commencé : l'Occident trahira-t-il Zelensky ou l'Ukraine dans son ensemble ?

    Selon les médias, l'Occident trahit l'Ukraine, etc. une fois par semaine.
    Zhdems
  7. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 10 Août 2022 22: 15
    0
    Le soi-disant peuple ukrainien - que tous les sondages sont des idiots complets et ne comprennent pas ce qui se passe avec leur soi-disant pays, avec leur peuple ??
  8. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 11 Août 2022 01: 51
    +1
    Pourquoi les forces armées ukrainiennes bombardent-elles Donetsk, éparpillant des pétales ? Pourquoi bombardent le territoire de la Fédération de Russie ? Pourquoi frapper la centrale nucléaire? D'un point de vue militaire, cela n'est pas rentable pour les forces armées ukrainiennes, car. augmente le moral au combat des forces alliées et justifie le SVO aux yeux des Russes et du monde entier. Pourquoi Zelensky et So. disent-ils que la guerre durera jusqu'à la "fin de la victoire", jusqu'à la prise de la Crimée ?

    Comme tous les 2-3 mois précédents, Kyiv (USA et UE) tente de provoquer la Russie jusqu'à l'accord final - une offensive décisive et rapide impliquant le maximum de troupes, les Forces aérospatiales, afin d'occuper rapidement des territoires, encercler - bloquer les grandes villes, en général, l'achèvement du NWO par la voie militaire.

    Il est très important pour les forces armées ukrainiennes que la Russie lance une offensive à grande échelle dès maintenant. Et ce n'est pas seulement une question de verdure, de capacité à creuser rapidement dans un sol meuble ou de logistique estivale plus abordable. Maintenant, les forces armées ukrainiennes n'ont plus de réserves. Il y a de l'équipement lourd en quantités décentes. Stock de munitions. Si les forces armées ukrainiennes choisissent la bataille finale maintenant, ou en octobre, novembre, décembre, il est évident que maintenant il y a le plus de chances.

    Chaque jour, les Forces armées RF détruisent des entrepôts, du matériel et du personnel. Les forces armées ukrainiennes sont également contraintes de freiner les offensives en cours, les pertes quotidiennes sont très importantes. Même en considérant que les forces armées ukrainiennes tentent de fusionner en premier lieu les conscrits, en gardant un personnel expérimenté pour la bataille finale, elles sont toujours obligées de contrer l'offensive des forces alliées, ne sachant pas quand elle pourra se transformer en quelque chose de plus ambitieux. Autrement dit, les forces armées ukrainiennes substituent avec force des unités expérimentales à la distribution, car obligés de les garder pas si loin du front afin d'avoir le temps de repousser quelque chose de plus vaste et rapide.

    Les livraisons de munitions et d'armes se poursuivent, mais la consommation actuelle et les pertes dues aux frappes ne permettent pas aux forces armées ukrainiennes d'accumuler des réserves de munitions et d'armes. Au cours des dernières semaines, l'artillerie des forces armées ukrainiennes a "économisé" des munitions (comme en raison du fait que l'artillerie a été dépassée pour l'attaque de Kherson, maintenant elles seront repoussées, comme). En fait, ils sauvent bêtement, ce qui s'est déjà traduit par une rafale de cris du front "on vient de se faire repasser, où est notre art ?".

    Mais la raison la plus fondamentale pour laquelle le régime de Kyiv et l'Occident ont besoin d'une bataille finale maintenant est l'économie. Kyiv manque d'argent, il n'y a pas de gaz pour la saison de chauffage (et il faudra chauffer tous les territoires contrôlés par Kyiv...). La centrale nucléaire de Zaparozhskaya passe à l'approvisionnement de la Russie. L'Ukraine distribue des entreprises publiques, mais il n'y a toujours pas assez d'argent. Quoi qu'on en dise, les humeurs de la population ukrainienne aujourd'hui et dans 2-3 mois différeront comme le jour et la nuit. Et cela affectera également la bataille finale - une chose est que l'État est plus ou moins fort, tout est sous contrôle, le peuple endure et rêve de contre-offensives, et une autre chose est l'effondrement de l'économie, la crise énergétique, les masses sur la rue, une explosion sociale, l'État n'existe pratiquement plus. Et là, l'accord final des forces armées RF aura des perspectives complètement différentes.

    L'UE a besoin de quelque chose pour que Kyiv meure enfin. Ils en rêvent, ils prient déjà pour cela. Ce régime allait bientôt s'effondrer. De l'UE, Kyiv ne recevra rien de plus important que des dons symboliques. Oui, ils pourraient se fixer comme objectif « d'étirer » l'Ukraine pendant l'hiver. Mais un tel objectif est trop ambitieux pour l'UE. Dans le contexte du mécontentement attendu des bourgeois, pomper l'Ukraine avec de l'argent, des armes et du gaz peut mal se terminer.

    Les États-Unis ne peuvent pas se permettre d'abandonner un allié. En novembre, les élections et s'inscrivent de manière décisive dans le soutien de l'Ukraine, Biden ne peut pas non plus.

    Par conséquent, vous ne devriez pas vous inquiéter du fait que le NWO se transforme en une guerre de position, que quelque chose se passe lentement. Tout arrivera en temps voulu.
    1. Ouvrier agricole des Tchouktches (Ouvrier agricole des Tchouktches) 11 Août 2022 09: 21
      +1
      Vous avez l'esprit sain. C'est à peu près ce qui se passe.
      Il reste à ajouter que l'Ukraine n'a DÉJÀ pas d'argent, presque toute l'économie ukrainienne est américaine - leur argent, c'est compréhensible. La population et les milieux d'affaires européens méprisent l'Ukraine. Ce pays n'a jamais été reconnu comme un égal, mais était un endroit idéal pour le blanchiment d'argent, une plaque tournante de la contrebande et était célèbre pour le tourisme sexuel bon marché. Il s'est avéré que les Ukrainiens ne sont pas seulement des travailleurs bon marché et des prostituées intactes, mais aussi des militants idéologiques prêts à mourir. Une colonie idéale pour les USA. Oui, en Ukraine, ils croient que les États-Unis vont les aider. Ils y croient sincèrement et de tout leur cœur, comme il sied aux villageois écervelés et sans scrupules. Tout a déjà été dans l'histoire. C'était à peu près la même chose en Corée et au Vietnam, en Afghanistan, en Somalie, à Cuba et dans d'autres pays qui considéraient les Américains comme des amis. L'Ukraine n'est pas la première et probablement pas la dernière à être déchirée puis oubliée.
      Le problème de l'Ukraine est que le régime qui occupait ce "pays" a commencé à créer des problèmes à la Russie. Et c'est le verdict.
      1. Smilodon terribilis nimis 11 Août 2022 13: 25
        0
        Est-ce que selyuk est un mot vide ?
    2. aslanxnumx Офлайн aslanxnumx
      aslanxnumx (Aslan) 11 Août 2022 13: 01
      +1
      10 km par mois, bonne progression Le bombardement de nos territoires libérés, Avec de tels succès, la guerre ne finira même pas dans un an.
  9. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
    Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 11 Août 2022 03: 40
    -1
    La victoire de la Russie dans la guerre de propagande et d'information mettra l'Occident à genoux. Pour riposter, paradoxalement, il faut des technologues pleins d'esprit soudains. Les méthodes de la bureaucratie souterraine et du dogmatisme de la pierre dure ne fonctionneront pas.
    1. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 11 Août 2022 07: 34
      -3
      Il est impossible de gagner dans la guerre de l'information.
      1. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
        Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 11 Août 2022 15: 35
        0
        Avec Soloviev et Nikonov, les chances sont définitivement nulles. Nous avons besoin de violents, capables d'écraser l'Occident non seulement en paroles, mais aussi en actes.
  10. gène1 Офлайн gène1
    gène1 (Gennady) 11 Août 2022 11: 11
    -1
    Kyiv et l'Europe sont à court de puissance économique. En hiver, le chaos attend l'Ukraine, provoqué par une pénurie de gaz, d'essence, de charbon, d'électricité et de nourriture. Pour garder la situation sous contrôle, l'Occident proposera d'introduire un casque bleu.
    1. aslanxnumx Офлайн aslanxnumx
      aslanxnumx (Aslan) 11 Août 2022 13: 03
      0
      Ne vous inquiétez pas, notre direction fournira tout pour qu'ils n'abandonnent pas rapidement.
    2. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
      Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 11 Août 2022 15: 36
      0
      Ce ne sont que des conneries de propagande.
  11. Smilodon terribilis nimis 11 Août 2022 13: 23
    0
    La trahison du traître ne compte pas comme une trahison.